07/05/2008

Cherche la fête des mères (6)

« Maman, je te présente Gérard, un collègue qui est venu par hasard. Gérard, je te présente maman qui est venue aussi mais elle était à l’heure, elle ». « Bonjour, chère madame. Enchanté de vous connaître, chère madame ». « Vous êtes vendeur de tapis ? ». « Non, je travaille à la région wallonne, avec votre fils ». « Et vous, je parie que vous n’y perdez pas votre temps comme lui. Vous tricotez ? ». « Non, je fais des sudoku pour entretenir mes neurones et pour attendre de pouvoir rentrer chez moi ». « Et lui, l’idiot avec la gueule ouverte qui vous regarde comme un poisson qui vient d’être attrapé, il fait quoi ? ». « Oui, maman ». « La question est : tu fais quoi ? ». « Je t’écoute, maman ». « Je dis : que fais-tu à la région wallonne ? ». « Des photocopies, maman ». « Et ça sert à quoi, à part zigouiller des arbres pour faire du papier ». « Je ne sais pas, maman. C’est top secret. Souvent je me trompe et je photocopie le côté blanc des feuilles ». « Et bien, ça ne m’étonne pas. Et alors ? ». « Heuuu, ils ne le voient même pas ».

Commentaires

Bonjour Claude... Petit Roucky et moi venons te faire un p’tit coucou et il te fait un gros câlin, c'est sa spécialité… !
On peut être heureux, quand on reçoit quelque chose qu'on voulait vraiment….Si on l'a attendu un peu, c'est souvent même encore mieux !
Gros bisous et merveilleuse journée…

Écrit par : Chadou | 07/05/2008

Salut mon pote ! Voici pour rassurer ta maman : un procédé naturel qui utilise de la cellulose contenue dans les excréments d’herbivores non ruminants. En 1841, Mr Tripot de Paris, déposa un brevet pour fabriquer du papier « à partir de la fiente de tous les animaux herbivores ». Cette idée fut reprise par Mr Jobard (directeur des Arts et Métiers de Bruxelles). Il estimait que la paille et le foin avaient déjà subi une première trituration sous la dent et dans l’estomac des chevaux. « Le crottin, disait-il, est en grande abondance : on peut obtenir de chaque cheval un kilogramme de papier par 24 heures ; une seule caserne de cavalerie suffirait à la consommation du Ministère de la guerre. Il est étonnant que l’on n’ait pas songé plus tôt à cette matière … »

L’idée fut exploitée un peu plus tard par une usine, située aux Portes de Paris, fabriquait du papier et du carton avec le fumier des chevaux des écuries impériales. Certains papiers « bulle » en pâte demi-blanchie qui sortaient de ces ateliers étaient appréciés paraît-il, pour envelopper la pâtisserie.

Depuis 1995, le moulin à papier de Brousses-et-Villaret dans l’Aude, fabrique du papier avec la cellulose du crottin des éléphants de la réserve africaine de Sigean.

Quand est-ce que la Région Wallonne prévoit de récupérer les bouses de vaches pour en faire du papier ?

Écrit par : Rafaël | 07/05/2008

Oups ! Cela ne marche pas avec les bouses de vaches.

Ce n'est pas grave : il nous reste les chevaux et le zoo d'Anvers.

Écrit par : Rafaël | 07/05/2008

Merci, Rafaël. Quand je vais leur expliquer ça, à la région wallonne, deux solutions. Soit ils vont me donner un congé médical en urgence, soit je reçois une promotion et je pourrai aussi m'occuper sur la photocopieuse couleurs.

Écrit par : biglodion | 07/05/2008

Mon Dieu !!!
je ris...(je suis dans le privé)
J'aime aussi beaucoup les aubépines (rouges), je pense trouver au jardin un coin pour en installer une
je passe te faire un petit coucou et te souhaiter une superbe journée
bisous

Écrit par : Nanny | 07/05/2008

:-( aprés ce que je viens de lire dans tes coms, je ne vais plus voir les emballages de pâtisseries de la même manière moi! un petit régime peut-être?
bonne journée Claude! et n'oublie pas que maman ne vous a pas donné d'étrennes pour le nouvel an au gamin et à toi!

Écrit par : mimi | 07/05/2008

Ah ! Oui ! Rafaël ! Ils ont utilisé ce procédé pendant la seconde guerre pour faire du papier... brun !

Hi han !

Écrit par : Guglielmo | 10/05/2008

Les commentaires sont fermés.