09/06/2008

Cherche à faire du vélo

« Bonjour, Gérard, c’est gentil de passer me voir. Tu sais, j’avais reconnu ton coup de sonnette, il n’y a que toi qui sonne chez moi ». « Salut. Hé, mais dis donc, tu te lance dans l’art nouveau ? ». « Où ça ? ». « Ben, là, les deux manches de brosses surmontées de casques de coiffeuse pour pygmées ». « Non, hein, Gérard, ce n’est pas de l’art, c’est du génie, le mien. Sais-tu combien ça coûte des genouillères pour aller à vélo ? ». « Non ». « Moi non plus mais celles-ci sont gratuites, à part l’achat de deux manches de brosse, d’un pot de peinture et d’un pinceau ». « Et où est le vélo ? ». « Gérard, lève-toi, viens voir, assieds-toi. ». « Si j’approche mon siège, ça va aussi ? ». « Regarde, Gérard, les deux gros radis rouges ce sont deux ballons de football crevés que j’ai trouvés au parc, que j’ai découpés pour qu’ils s’adaptent à mes genoux et que j’ai peint en rouge, histoire d’être vu dans la circulation ». « Et quand tu te mets debout, ils font quoi tes radis ? ». « Gérard, voyons, le vélo, ça se pratique assis, non. Je ne suis pas au régime sans selle ». « Pédale un peu, pour voir ». « Et merde, les genouillères fichent le camp comme les escarpins d’une ballerine en collant quand elle pète ».

Commentaires

Eh bien... Ce n'est pas demain que tu te présenteras au concours "les pines" !

Écrit par : Rafaël | 09/06/2008

Bonjour, au moins tu ne passerais pas inaperçu dans le Ravel . Je te souhaite une bonne journée ensoleillée.
Badette

Écrit par : Badette | 09/06/2008

Les commentaires sont fermés.