14/12/2009

Cherche à me rattraper

« Hé, encore toi ! Deux jours de suite c’est inouï ». « Robêêêrt, mon cher Robêêêrt, le hasard ou allah fait bien les choses. Hier tu étais pressé, j’espère qu’aujourd’hui tu as le temps ». « Tu vois la femme sur le trottoir d’en face, celle qui lèche la vitrine du magasin de chaussures ? ». « Oui, dis. Di dju, qu’elle est moche, ça ne devrait pas exister une horreur pareille, hein, Robêêêrt ». « C’est ma femme ». « Heuuu, laquelle ? ». « Mais je te l’ai dit, celle qui reste plantée devant la vitrine du magasin de chaussures sur le trottoir d’en face ». « Ah, l’autre. Oui, je vois, élégante, distinguée ». « Mais c’est la même que tout à l’heure ». « Ah non, Robêêêrt, tout à l’heure j’ai vu deux femmes, une à ne pas relever de terre et une, distinguée et élégante, ta femme ». « Mais tout à l’heure il n’y avait qu’une femme devant la vitrine d’en face, un boulet, un boulet que je traîne depuis trente-cinq ans ». « Robêêêrt, calme-toi, je ne suis pas un putchine baule, arrête de taper dans mon ventre, s’il te plait, Robêêêrt, vas casser la gueule à la mèmère d’en face si ça te défoule mais arrête de me taper dans le ventre ». « Je ne peux pas, la mèmère d’en face c’est ma femme ». « Robêêêrt, permets-moi de t’appeler Robêêêrt, avant ta pension, au bureau, tu ne nous a jamais dit que tu vivais l’enfer ». « Non. De peur d’être ridicule ». « Alors, ça te plait de savoir qu’on t’appelait Robêêêrt ? ». « Oh oui, ça, c’est de l’amitié ». « Heuuu ».

07:30 Écrit par Fanny dans petites annonces | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : robert |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.