18/01/2010

Cherche à expliquer ma vie au bureau

« Papa ». « Oui, gamin ». « Pourquoi tu as quitté maman ? ». « Gamin, je ne sais pas si un jour ce sera écrit dans les livres d’histoire mais sache que c’est l’inverse. L’autre avait un gros cou, des épaules larges et une taille de guêpe. Un triangle sur pointe ». « Et toi, papa, tu étais un triangle comme une pyramide : une petite cervelle en haut et un ventre rempli de bière posé sur ta chaise. C’est ça, papa ? ». « Doucement, hein, gamin. Pas une petite cervelle, j’ai le Bac moins quatre et, au bureau, je suis responsable de la photocopieuse noir et blanc ». « Tonnerre, papa ! ». « Toner, gamin, ça s’écrit toner. C’est comme de la farine ultra fine mais en noir. Si j’éternue pendant la manœuvre il faut repeindre les murs de la salle à photocopieuses ». « Il y en a beaucoup, papa ? ». « Quatorze, gamin, et une seule en noir et blanc. Quand je suis en congé et que la photocopieuse noir et blanc tombe en panne mes collègues sont obligés de faire leurs photocopies noir et blanc en couleur. Je suis indispensable. D’ailleurs le chef me dit souvent, surtout quand je me prends le pied dans la moquette en lui apportant son café : ‘Vous, au moins, vous mettez de la couleur dans notre vie’ ». « Parce que tu es aussi cafetier, papa ? ». « Oui, gamin. J’ai un grand cahier et je passe prendre les commandes : « Monsieur Gérard, un ou deux sucres aujourd’hui ? », « Mademoiselle Ginette, respirez fort avant de répondre pour que, profitant de ma position surplombante et plongeante, je puisse m’imaginer en Yann-Arthus Bertrand au dessus des gorges du Tarn, la soupe, à la tomate ou au tchiquenne ? ». Tu es aussi soupier, papa ? ». « Oui, gamin. Nous avons une machine formidable, avec des boutons : noir, sans sucre, lait, double lait, expresso poussez deux fois, tchikenne soup, chocolat chaud, eau chaude sans gobelet, eau chaude avec gobelet (c’est pour le thé en sachet), tomato soup, thé menthe ». « Oufti, papa. Et si tu te trompes ? ». « Gamin, ne m’en parle pas. Un jour, distrait, j’ai poussé sur tomato soup, sans gobelet, double lait ». « Et alors, papa ? ». « La machine s’est mise à vibrer, puis ça a été Noël, ça clignotait partout ‘Error, error, error’, plus la sirène qui a retentit ». « Et alors, papa ? ». « Les pompiers de l’entreprise sont venus débrancher la machine ». « Et alors, papa ? ». « Heuuu. Après ? On a eu une nouvelle machine ».

07:30 Écrit par Fanny dans petites annonces | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Merci d'être passé chez moi !
Je comprends que tu doives placer le gamin pour te rendre libre mais ce serait chouette de vous revoir ton ami Raf et toi. Peut pas rester tout seul ce gosse ? A son âge hein ! ...
bise et à bientôt

Écrit par : jolily | 18/01/2010

Que ferait-on sans toi ?

Tu t'imagines le nombre de personnes qu'il faudrait engager pour te remplacer...

Écrit par : Rafaël | 18/01/2010

Les commentaires sont fermés.