03/09/2010

Les vers de Robert

Toc toc toc. « Entre, couillon, je sais que c’est ton heure puisque c’est l’heure du repas du soir ». « Bonjour, Robert, hou hou ». « Tu dragues ou pas ? Parle-moi normalement ». « Salut, Bob ». « Le plateau du repas du soir est là. Laisse-moi la soupe de carotte et le flan caramel. Le poulet sauce madère ne m’inspire pas. Surtout avec du riz ». « Je m’occupe du poulet mais tu devrais manger le riz, Robert, ça va solidifier ta chiasse ». « Alors, tu as trouvé l’énigme d’hier ? ». « Presque, Robert, c’est-à-dire non. C’est quoi la solution de ton poème en vers ? ». « Hier il n’y avait pas plus de poème que dans une motte de margarine allégée ou dans une soupe de carotte. Hier j’étais l’hameçon ». « Ah, l’hameçon ! A la ligne ? Tilt, j’y suis. Bravo, Robert ». « Mange le poulet quand il est encore tiède, la sauce commence à coaguler ». « Heuuu ».

Commentaires

Un grand pêcheur (ou pécheur) devant l'éternel ce Robert !

Écrit par : Rafaël | 03/09/2010

Les commentaires sont fermés.