31/10/2010

On m'a dit

On m’a dit :« Les gens devraient toujours dormir la fenêtre ouverte ». « Ah ! Vous êtes médecin, ». « Non, cambrioleur ». « Ca me rappelle le holdup dans le supermarché près de chez moi. On y a volé une cartouche de cigarettes et 2 x 5 kilos de carottes. La police recherche un lapin qui tousse ».

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

30/10/2010

Concours

J’organise un concours de cuisses de Constance. Ouvert à toutes, quel que soit le prénom.

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

29/10/2010

Les bretelles rouges (suite)

« Bonjour papa ». « Bonjour bretelle. Alors c’est quoi cette affaire de bretelles rouge qui ne servent pas à certains pour se souvenir de la couleur du camion avec lequel ils doivent retourner à la caserne ? ». « Papa, je sais que tu fais beaucoup moins de sport que les pompiers mais quand tu te penches pour arroser le bonzaï sur le balcon, il arrive que je voie la fente de tes fesses ». « Di dju, je devrais mettre des bretelles pour ne pas que mon pantalon tombe quand j’arrose le bonzaï. J’ai tout compris, gamin. Merci ». « Normal, papa. A propos, je peux avoir un bonbon ? ». « Heuuu ».

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

28/10/2010

Les bretelles rouges

« Papa ». « Sais-tu pourquoi certains pompiers portent des bretelles rouges ? ». « Pour afficher leurs tendances politiques ? ». « Non, papa ». « Pour se rappeler la couleur du camion avec lequel ils doivent retourner à la caserne ? ». Non, papa ».  « Pourquoi, gamin ? ». « Tu le sauras demain, papa ».

07:31 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

27/10/2010

Ah le con que je suis

Exceptionnellement, je suis allé à un thé dansant. Parce que là, la marchandise c’est du vrai, en chair et en os. J’ai attrapé une poussière dans l’œil face à une candidate à la débauche qui, me voyant cligner de l’œil, s’est dressée aussi vite que le petit diable de la boîte magique du gamin. En moins moche. Enfin, presque. « Après tout, à défaut, pourquoi pas vous ». me lança-t-elle tellement près que j’ai d’abord cru qu’elle allait me bouffer l’oreille ». Le « après tout » ne m’a pas plu. Pas plus qu’elle d’ailleurs. Mais elle m’a ceinturé de ses gros bras pleins de bracelets, m’a fait un massage avec ses gros frankforts pleins de bagues, et m’a fourré la tête dans son cou pleins de colliers, certains très long. Je pensais en moi-même « C’est sûrement une grosse cliente chez les trois suisses ». En plus elle oscillait du cul, plein de cellulite. C’est alors qu’elle lâcha un pet. « J’espère que ça va rester entre nous ». me dit-elle. Moi, dans un réflexe de survie, je lui ai répondu « Ah non, il faut le faire circuler ». Je me suis retrouvé seul. Est-ce un bien, un don du ciel, ou un mal. Je me tâte encore. Je n’ai pas remarqué d’afflux sanguin dans mes masses spongieuses. Demain je vais narrer le tout à ma psy.

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

26/10/2010

Il y avait un noeud

Hier le gamin m’a demandé pourquoi un chasseur qu’il avait rencontré avait fait un nœud dans les oreilles de son chien. En fait c’est un peu comme lorsqu’on fait un nœud dans mouchoir pour se rappeler de quelque chose. Le problème avec un mouchoir noué, c’est que, si on doit se moucher, on attrape tout dans les doigts. Me moucher dans les oreilles nouées d’un chien, je ne sais pas, je n’ai pas encore essayé. Qu’a donc pu vouloir se rappeler le chasseur grâce aux oreilles nouées de son chien ? Facile. Sachant qu’il allait ailleurs visiter un autre type de gibier, femelle, il devait en acheter, du vrai gibier, pour justifier sa journée de chasse.

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

25/10/2010

Les questions du lundi

Les voila, les questions du lundi qui m'empèchent de dormir.

 

« Pourquoi est-ce toujours quand je suis seul, après l’action et la délivrance, que je découvre qu’il ne reste que le rouleau en carton sur le dérouleur à la toilette ? ».

 

« Des vents d’anges, ça doit sentir le raisin, non ? ».

 

« C’est une soupe au lait. Pourquoi en fait-elle tout un fromage ».

 

« Comment, lors d’un jeu oral consistant à reconnaître des titres de chansons, les bègues font-ils pour dire que la bonne réponse est bi babelou la ? ».

 

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

24/10/2010

Le lait chaud

« Gamin, le lait a débordé, je t’avais pourtant demandé de regarder ta montre ». « Mais je l’ai fait, papa. Il était exactement 8 heures 25 quand le lait a débordé ». « Heuuu ». 

 

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

23/10/2010

Chanson

" Papa ". " Oui, gamin ". " Papa, chante-moi le nouveau chant des wallons ". " Ah, le nouveau. Mon coq est mort mon coq est mort, mon coq est mort mon coq est mort, il ne dira plus cocodi cocoda, il ne dira plus cocodi cocoda, cocodi codi coda, cocodo codi coda ". " Et celui qu'on chante pour le nord, papa ". "Quel nord, gamin ? Nous sommes tous au nord de quelqu'un. Au sud aussi, d'ailleurs ". " Au nord de chez nous, papa ". " Dans la jungle, terrible jungle, le lion est mort ce soir, plus de rage, plus de carnage le lion est mort ce soir ". " Et ta chanson préférée, papa ? ". " Oh bella catalinetta tchi tchi oh, Ecoute l'amour t'appelle tchi tchi, Pourquoi dire non maintenant ah ah, Profiter quand il est temps ah ah, J'ai oublié la suite tchi tchi, tchi tchi, tchi tchi, tchi tchi ". " Ton disque est rayé, papa pépé ". " Heuuu ".

 

07:33 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

22/10/2010

Le mille-et-une pattes

« Papa ». « Oui, gamin ». « Je suis en retard. Je te donne tout de suite la solution d’hier. « Oui, gamin ». « Tu n’as qu’à compter les pattes. Si tu arrives à 1001 c’est un mâle. Maintenant il faut que j’y aille ». « Je ne te retiens pas. File, gamin. Bonne journée. Sois prudent aux passages pour piétons. Noue ton écharpe pour ne pas la perdre. Mon bonjour à Cédric et à sa maman de ma part Sois sage à l’école. Méfie-toi des copieurs. Ecoute bien la maîtresse. Prends des notes. Lisibles. Bon appétit ce midi. Je penserai à toi et à ton dagobert parce que, ce midi, j’irai dans le parc communal soulever quelque morceaux d’écorce d’arbres pour trouver des mille-pattes. Je ferai deux boîtes, une avec les mâles et une avec les femelles. Tu m’écoutes, gamin ? ». Tiens ! Il est déjà parti.

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

21/10/2010

Le mille-pattes

« Papa ». « Oui, gamin. Bonjour ». « Bonjour, papa ». « Alors, gamin ? ». « Quoi, papa ? ». « C’est jeudi, gamin ». « Ah, je vois que tu es bien réveillé, papa ». « Oui, gamin. Mais toi un peu moins ». « Mais non, papa. Je n’ai pas mis mon pantalon de pyjama avec la braguette derrière. Comme toi ». « Heuuu ». « Ce midi, pour manger, je m’achèterai un dagobert (*) pour penser à toi ». « Ce midi, on sera aussi jeudi, gamin ». « Zut, j’ai compris. Tu as besoin d’une devinette pour tes potes des blogs ». « Bing, le franc est tombé ». « Papa, ça c’est d’avant l’euro, hein ». « Heuuu. Et ta devinette, gamin ». « Facile, papa. Comment reconnait-on un mille-pattes mâle d’un mille-pattes femelle ? ». « Heuuu ». « La réponse demain, papa. A moins qu’un de tes potes soit Père Spicace, le pote au Père Fougasse ».  

(*) Un dagobert (belgicisme) est, à Bruxelles et dans une partie de la Wallonie, un sandwich composé d’une baguette garnie de jambon, de thon ou de bœuf haché, agrémentée de fromage en tranche et de nombreuses crudités au choix : laitue, rondelles de cornichons, petits oignons au vinaigre, tomates, œufs durs, concombre, carottes râpées (parfois mélangées à du céleri-rave râpé), le tout assaisonné de mayonnaise ou d'une autre sauce. Comme me disait mon grand-père : Au bon moulin tout fait farine.

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (12) |  Facebook |

20/10/2010

Trois pour deux

« Chère caissière du supermarché je vous signale que ces flacons sont à trois pour deux. Comme j’en ai pris quatre, j’en ai deux que je paie, plus un gratuit, plus un quatrième que je paie aussi. Donc vous devez pointer trois flacons ». « Non, monsieur, les flacons sont emballés par deux. Vous auriez du en prendre trois ». « Mais comptez, j’ai quatre flacons ». « Mais seulement deux paquets de deux flacons ». « Madame, je n’en peux rien s’ils les mettent par deux ». « Ils les mettent par deux pour les vendre par deux. Vous auriez du prendre un troisième paquet de deux, vous l’auriez eu gratuitement ». « Attendez, je sors ma calculette. Trois fois deux égale six. Six égale deux fois trois et trois c’est deux plus un, le un étant gratuit. Madame, puis-je désolidariser les paquets de deux pour faire des paquets de trois dont un gratuit et comprendre visuellement ». « Monsieur, les flacons individuels ne font pas partie de la promotion. Il faut les prendre par deux pour avoir le troisième gratuit ». « On tourne en rond, madame, on tourne en rond. Appelez le directeur. S’il est fort en math ». « Inutile, monsieur, je suis licenciée en mathématiques demandeuse d’emploi. Cher client, soit vous achetez un troisième paquet de deux et ce troisième paquet de deux est gratuit, soit vous payer les deux paquets de deux ». « Licenciée en mathématique ! J’aurais penché pour la géographie. Parce que vous avez du relief. C’est de l’humour, hein, madame, ne vous fâchez pas. Je sais ce que je vais faire. Gardez-moi les deux flacons de deux. Je vais réfléchir à la maison pour voir si trois fois deux n’est pas de trop. Je vais étudier la posologie. Six flacons d’engrais spécial pour plantes de balcon, c’est un peu beaucoup pour moi qui n’ai qu’un bonzaï sur le balcon.

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

19/10/2010

Rencontre sur le palier

« Ooooh, chère voisine de palier. Que vous êtes belle aujourd’hui. Plus belle qu’un coucher de soleil sur la mer du Nord à Ostende ». « Je ne peux pas dire le même de vous, voisin ». « Alors faites comme moi, vieille bique. Mentez ».

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

18/10/2010

Pour bien commencer la semaine.

Vous en avez eu samedi et dimanche avec promesse de revenir les lundis, histoire de dépoussiérer les neurones en début de semaine. Voici la première fournée :

 

« Bisque, bisque, rage est-elle une expression des allergiques à la soupe de homard ? ».

 

« Le squash est-il au jet de pierres plates dans la rivière ce qu’est le ploutch au jet de cailloux ronds ? ».

 

« Pourquoi étudier les maths pose problème à certains ? »

 

« Quelle race de moutons est tellement dangereuse pour l’homme au point que les bergers doivent se réfugier sur des échasses ? ».

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

17/10/2010

Quatre questions qui méritent réflexion

« Je me demande bien qui peut y aller avec le dos de la cuillère. Et où ? ».

 

« Pourquoi deux petits vieux de la maison de retraite, que je connais et qui vont se marier ont déposé leur liste de mariage chez le pharmacien ? ».

 

« Si la Sainte Vierge était mère au foyer, pourquoi a-t-elle mis Jésus à la crèche ? ».

 

« Faire l’amour en levrette, comme les chiens, pourquoi pas. Mais où trouver une rue où je ne suis pas connu ? ».

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

16/10/2010

Questionnement

Questionnement

« Tu fais quoi, papa ? ». « Je me questionne, gamin. Je n’ai fait que ça durant mon alitement ». « Quoi, ton allaitement ! Tu m’as fait une petite sœur sans me le dire ! Tu as du lait paternel ». « Alitement, gamin, au pieu, dans le lit, au plumard, à cause de ce moustique qui m’avait piqué où je pense, que je ne pouvais pas bander mais que j’ai du le tuteurer pour qu’il reste droit à l’air libre le temps que ça dégonfle, je me suis mis à penser. Impossible d’aller travailler. Tu m’imagines dans le train devant expliquer que ce n’était pas le résultat de l’action d’une croqueuse d’homme mais d’un moustique ». « Heureusement que tu n’as pas été piqué par un chikungunya qui rend dengue, papa ». « Gamin, tout revers a sa médaille. Avoir la dengue produit des raideurs, j’aurais pu économiser sur les tuteurs ». « C’est dingue, ça, papa ». « Oui, gamin, moustique, ding, dengue donc, paf, un minaret personnel miniature ». « En Suisse tu n’aurais pas pu, papa. Dis, tu te questionne sur quoi ? ». « Sur tout, gamin. Voici deux exemples. Je fais appel aux blogueurs pour m’éclairer. Les autres questions suivront, par trois ou quatre, les lundis ».

 

« Jésus a-t-il réellement dit à Pierre : Laisse Thomas dans l’étalon ? ».

 

« Pourquoi nous fait-on croire qu’il n’y a qu’un vase à Soissons ? Et cassé, en plus ».

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

15/10/2010

L'énigme (la devinette) d'hier

Cette note ayant été postée avant de lire les commentaires, je dis bravo, au hasard, sans savoir si quelqu’un a trouvé, à celle ou celui qui a dit « Un macaroni qu’on sort de la casserole pour voir s’il est bien cuit ». Je parie qu’il y en a au moins un qui a écrit : « Un biscuit trempé dans du café ». Moi, quand je trempe un biscuit dans le café, j’ai besoin de la petite cuillère pour récupérer les morceaux. Na.

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

14/10/2010

Ce jeudi une courte

Qu'est-ce qui rentre dur et ressort tout mou avec une goutte au bout ? Je parie sur la subtilité d’esprit de Rafaël pour donner la solution. Ou Tex. Mais Rafaël a un sérieux avantage : il est plus matinal que Tex. L’avenir est à ceux qui se lèvent tôt. C’est en citant toutes mes arrivées tardives lors d’une réunion de service que mon chef nous l’a dit. Seules mes collègues féminines m’ont regardé avec un sourire admiratif, imaginant que j’avais fait des choses au lit le soir. Réponse demain.

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

13/10/2010

La vieille fille

J’accompagnais récemment une vieille demoiselle chez un notaire pour enregistrer l'acte d'achat de sa maison récemment acquise. Le notaire l'invite à s'installer, appelle son clerc, et lui demande textuellement : "Veuillez, s'il vous plaît, ouvrir la chemise de Mademoiselle, examiner son affaire, et si les règles ne s'y opposent pas, faites une décharge pour qu'elle entre en jouissance immédiate!". On n'a toujours pas rattrapé la vieille fille ...

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

12/10/2010

Conseil gastronomique

Je vous conseille le resto « Bouffe et tais-toi » que je connais bien car c’est de la restauration rapide et on peut y rencontrer des dames blanches d’humeur noire parce qu’elles sont solitaires comme des vers. Le patron a changé. Non, non, pas de coiffure. C’est un autre patron. Maintenant on en a plus pour son argent. Aujourd’hui j’ai eu une qui flottait dans mon potage. Avant les mouches avaient pied.  

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

11/10/2010

Des nouvelles de ma voisine

J’ai revu ma voisine de palier à la grande fête du quartier. J’ai encore commis une boulette quand je lui ai dit « Oh, le champagne vous rend jolie » et qu’elle m’a répondu « Mais je n’en ai bu qu’une seule coupe ». Je n’aurais pas du ajouter « Mais moi j’en suis à ma dixième ».

07:36 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

10/10/2010

L'énigme du samedi (avec réponse)

" Papa ". " Oui, gamin ". " Papa, il y a un nouveau à l'école. Il s'appelle Phil ". " Ah ". " Il est comique. Il n'arrive pas à terminer ses histoires. Il dit toujours : Il était une fois, deux fois, trois fois, adjugé. Pourquoi, papa ". " " Gamin, un jeudi ça ferait une énigme. Mais, comme nous sommes samedi, je te dis tout de suite que je parie que son papa est commissaire-priseur ".

A propos d'énigme, un autre farfelu, que je ne connais ni des lèvres ni des dents, Tex, s'y met aussi le jeudi. Allez-y voir et lisez toutes ses archives. Sourires et rires garantis. Son blog :  http://je-me-marre.skynetblogs.be/ 

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

09/10/2010

Matières grasses

« Tu vois, gamin, il y a des matières grasses qui sont bonnes à la santé ». « Pour toi oui, papa. Mais madame à l’école a dit qu’à ton âge, pour être au sommet, tu dois grimper sur la pyramide alimentaire ». « A mon âge ! A mon âge ! Non mais ! Je frétille encore ». « Tu as pris quoi de gras, papa ? ». « J’ai pris un petit déjeuner de grasse matinée ». « Et bien tu es gras avec ça, tu n’as plus d’idée. Mange une banane et ça ira mieux ». « Heuuu ».

09:27 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

08/10/2010

Stupéfait ?

Je suis le rond de flan. Si vous êtes stupéfait, ébahi, vous restez comme deux ronds de flan. Je ne vous dis pas ma tête quand j’ai compris le passage du gamin par le frigo au vu de la disparition du paquet de quatre flancs !

07:34 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

07/10/2010

A deux c'est mieux

Seul je ne veux dire que les mots qui me composent mais, si suis accompagné de mon double et que nous sommes donc deux, et si vous restez comme moi, vous serez stupéfait, ébahi. Qui suis-je ?

07:31 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

06/10/2010

Surprise du gamin

" Papa, tu rentres tard aujourd'hui ". " Gamin, j'ai fait une promenade ". " Derrière un caddy dans un supermarché ? ". " Non, gamin, dans la nature sauvage ". " Tu reviens d'Afrique ? Tu as vu de grands fauves ? ". " De grands fauves, non, gamin, mais j'ai rencontré un grand chauve ". " Ah ! C'était habité, alors ". " Ben oui, hein, gamin, c'était dans le parc communal ". " C'est là que tu es resté si longtemps, papa ". " Oui, gamin, je suis tombé amoureux ". " Ah, enfin ". " Ah, gamin, je suis tombé amoureux de la nature ". " Ben c'est pas elle qui fera du bon à manger ". 

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

05/10/2010

Internet

" Papa, sais-tu que quatre-vingt pourcents des consultations sur internet c'est pour aller voir des femmes à poil ? ". " Je sais, gamin, les vingt autres pourcents c'est moi ".

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

04/10/2010

Philippe Gilbert

« Papa, c’est qui Philippe Gilbert ? ». « Je le connais bien, gamin ».  « C’est un pote à toi ? ». « C’est un pote aux potes que j’ai vu en 2002 à la télé quand il animait le mariage du gros Lolo à Bébert et de Claire, la fille à Lucky Luke, chez Michel et Gudule. Pourquoi, gamin ? ». « Il a faillit être champion du monde des cyclistes à vélo, papa ». « Tudju, quelle victoire de la gérontologie ! Magnifique exemple pour Jany Longo, gamin ». « Papa, tu ne confondrais pas avec le père Guy Gilbert ? ». « Heuuu ».

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

03/10/2010

Simpélourd a sa statue

IMG_1524petit

 

La statue-fontaine de Simpélourd est installée depuis fin juin 2005 au milieu de la Place Verte.

Au pays des "cayoteux", l’œuvre du sculpteur lessinois Xavier Parmentier a des aspects de pierre bleue. Plus de 600kg, environ 5000 heures de travail, et, lors de la belle saison, une fontaine dont le jet qui jaillit de la main de Simpélourd symbolise les « carabibis » qu’il jette en direction du café « le coq wallon » et qui se retrouvent sur le sol, sous la forme de petites lumières.  Figé en pleine action, voilà Mononk immortalisé.

 

Photo et texte de Nautilus sur son blog à la page : http://simpelourd.skynetblogs.be/index-4.html

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

02/10/2010

L'origine de Simpélourd

Tiré du blog de Nautilus http://simpelourd.skynetblogs.be/index-4.html voici la version la plus populaire de l'origine de Simpélourd :

 

La fête à Mononk Simpélourd tient son origine d’un épisode conjugal qui a dû faire jaser le tout Soignies du XVIIIe siècle.

 

Plusieurs versions de l’histoire circulent : 

L’une dit qu’un brave savetier sonégien avait épousé une femme bien volage.  Le jour où le mari trompé lui a fait enfin une scène, elle aurait fait illico ses bagages, le laissant à la cruelle raillerie des bourgeois de la ville qui le traitèrent de SIMPLE et LOURD.

Mais celui-ci, refusant de se complaire dans son malheur, décida de se venger de ses « amis » si bien intentionnés en les conviant à un souper au jambon fumé.  Au moment d’entamer la viande appétissante, les convives ne parvinrent pas à se trancher le moindre morceau : le magnifique jambon n’était qu’un morceau de bois peint…   « Est-ce que j’ai l’air simple ?  Est-ce que j’ai l’air lourd ?  s’écria le savetier, qui finit toutefois par offrir un réel repas, alors que ses amis, le bec cloué, n’insistèrent plus.

Mais ils n’allaient pas en rester là : ils bricolèrent un mannequin qui ressemblait vaguement au savetier et promenèrent cette effigie dans les rues de la ville, tout en criant et en riant très fort, si bien qu’un véritable cortège finit par se joindre à la petite troupe.  Quelques jours plus tard, la bande brûla le mannequin accroché à une fenêtre.

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |