30/11/2010

Blagues ENA (1à

C’est la période des fêtes et des bonnes petites histoires. En voici quelques unes pour agrémenter vos soirées. A mardi prochain pour en lire d’autres.

 

Quand une femme s’en va ce n’est pas au manque de sexe qu’on le voit, c’est à la vaisselle qui s’empile.

 

Si les blondes préfèrent la pilule au préservatif c’est parce que c’est plus facile à avaler.

 

Les moches et les pantoufles, c’est la même chose : on est bien dedans mais on n’ose pas sortir avec.

 

L’homme à sa femme : « L’alcool te rend belle ». Elle : « Mais je n’ai rien bu ». Lui : « Moi si ».

 

Si les films de cul s’appellent « X » c’est parce que le premier a été tourné avec une blonde et qu’elle a signé « X ».

 

Deux blondes en voiture. Un oiseau chie sur le pare-brise. « Et merde, il va falloir l’essuyer », dit l’une. Et l’autre répond : « Trop tard, il est déjà trop loin ».

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

29/11/2010

Femmes et tortues

« Papa, sais-tu que les femmes sont comme les tortues ? ». « « Et toi, gamin, tu le sais ? ». « Oui, papa, mais je n’ai pas compris ». « Je suppose que c’est le papa de Cédric qui t’a raconté ça, gamin ». « Oui, papa ». « Bon. Gamin, je suis ton père et, comme a dit Françoise Dolto, psychomachinchouette et mère de Carlos, mon devoir paternel m’impose de t’écouter. Donc, je t’écoute, coûte que coûte ». « Et bien, papa, en fait il n’y a pas de différence. « J’aime mieux ça, gamin. Passons à autre chose ». « Papa, non, je veux savoir pourquoi les femmes sont comme les tortues parce que, si on les retourne, elles agitent leurs jambes. Je n’ai pas compris, papa ». « Moi non plus, gamin. Peut-être qu’un lecteur ou une lectrice va éclairer notre lanterne ».

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

28/11/2010

Un regard lubrique !

« Bonjour, papa ». « Bonjour, gamin. Tu as bien dormi ? ». « Oui, papa. Dis, c’est quoi un regard lubrique ? ». « Gamin, ça vient sûrement du grec , lubrique, lubrifiant. Pourquoi, gamin ? ». « Madame à l’école a dit que quand tu venais me conduire tu avais un regard lubrique ». « Ah bon ! Moi ? Un regard lubrique ! C’est pour ça, son sourire, je comprends. Demain je vais la lubriquer encore plus profondément ».

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

27/11/2010

Ventre affamé

« Papa ». « Oui, gamin ». « Papa, je me pose une question ». « . Moi aussi, gamin. Il n’y a plus de corn flaskes aux pépites de chocolat light enrichis aux omégas 3. Pour le p’tit déj’ on fait quoi ? ». « Papa, ma question n’est pas alimentaire ». « Gamin, un corps bien nourri donne un esprit bien nourri ». « J’ai une question, papa ». « Si tu t’en fiche de bouffer, je m’en fiche aussi. Ventre affamé n’a pas d’oreille ». « Papa, ça coûte cher de se marier ? ». « Gamin, n’y pense pas, je suis encore en train de payer ».

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

26/11/2010

Ah, le ravioli !

Hier l’énigme était de comprendre et de traduire ce que mon gamin, fils d’idiot, avait écrit pour sa dictée. J’ai vu sa madame de l’école, toujours aussi appétissante. Elle m’a regardé les yeux dans les yeux. J’avais les miens ailleurs. Voici ce qu’il fallait reconstituer :

Dans la cuisine du vieux chalet.
Un ravioli, au fond d'un petit poêlon, réchauffe. Et il dore sous une couche de gruyère râpé. Le vieux chalet est bien tranquille. Pour le dîner, tout sera grillé, appétissant, fondant ! Le fromage est posé sur un plat ravissant. Sans doute, et d'une bouchée, il sera avalé ! Le saucisson, gras et bien tendre, sera coupé en rondelles. Et, servi sur un plateau, le chocolat bout. Le verser sera délicat et dangereux ! D'un seul coup, il écume et gorge le chalet d'un bon et tranquille parfum

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

25/11/2010

Gloup

« Papa, sais-tu que les femmes sont comme les tortues ? ». « « Et toi, gamin, tu le sais ? ». « Oui, papa, mais je n’ai pas compris ». « Je suppose que c’est le papa de Cédric qui t’a raconté ça, gamin ». « Oui, papa ». « Bon. Gamin, je suis ton père et, comme a dit Françoise Dolto, psychomachinchouette et mère de Carlos, mon devoir paternel m’impose de t’écouter. Donc, je t’écoute, coûte que coûte ». « Et bien, papa, en fait il n’y a pas de différence. « J’aime mieux ça, gamin. Passons à autre chose ». « Papa, non, je veux savoir pourquoi les femmes sont comme les tortues parce que, si on les retourne, elles agitent leurs jambes. Je n’ai pas compris, papa ». « Moi non plus, gamin. Peut-être qu’un lecteur ou une lectrice va éclairer notre lanterne ».

17:06 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

La dictée du gamin

Le gamin et revenu avec sa dictée. Je n’y comprends rien Pouvez-vous m’aider en la reconstituant. Je vais aller à l’école voir la madame du gamin et lui demander ce qu’elle a vraiment dicté. Je vous dirai quoi demain. Voici le texte écrit par le gamin :

Dans la cuisine du vieux chat laid.
Un rat vit au lit, au fond d'un petit poêle long. Réchauffé, il dort sous une couche de gruyère râpé. Le vieux chat laid est bien tranquille : pour le dîner, tout ce rat, gris et appétissant, fond dans le fromage. Et posé sur un plat, ravi, sans s'en douter, d'une bouchée, il sera avalé ! Le sot, si son gras est bien tendre, sera coupé en rondelles et servi sur un plat. Oh ! le choc ! holà ! Bouleversé ce rat délicat est dangereux ! D'un seul coup, il écume, égorge le chat laid d'un bond et tranquille, part. Fin.

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

24/11/2010

Saint Nicolas

« Bouyour, haha ». « Bouyour, hahin. Bien dormi ? ». « J’ai rêvé de Saint Nicolas, papa ». « Oh merde. Il va encore me coûter cher celui-là ». « Papa, j’hésite, au premier abord j’ai d’abord pensé à une Barbie ». « Ah non. Pas de paix des races ici. C’était ton premier ras bord. Quel est ton deuxième, gamin ? ». Un Tampax , papa ». « C’est quoi ça, gamin ?». J'en sais rien, papa mais à la télé, ils disent qu'on peut aller à la plage tous les jours, aller à vélo, faire du cheval, danser, aller en boîte, courir, faire un tas de choses sympa, et le meilleur... sans que tu t’en aperçoives ». « Heuuu ? ». Appel à toutes les unités : ça coûte combien ce truc ?.

07:25 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

23/11/2010

C'est quoi la pauvreté ?

« Boujour, gamin ». « Boujour, papa. La nuit te fut bonne ? ». « Pas d’incontinence, pas d’insomnie, pas de cauchemar, gamin. Et toi ? ». « Je me suis endormi en me posant des questions et je n’ai pas reçu la réponse, papa ». « Pas des problèmes de robinets qui s’évaporent j’espère ». « . Non, papa. Je me suis demandé quelle était la différence entre la richesse et la pauvreté ». « Heuuu. Disons que la richesse, c'est le caviar, le Champagne, le foie gras aux truffes, une Porsche, une Rolex et des femmes ». « Et la pauvreté, papa ? ». « La pauvreté, gamin. Comment dire.  C'est les sardines, l’eau du robinet, les raviolis sauce tomate, une Citroën Albert Lingot, une montre reçue des Trois Suisses avec une commande et ta mère ». 


07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

22/11/2010

C'est lundi pour tout le monde

Voila de quoi vous poursuivre la semaine entière :

 

 

« Si l’oxygène n’a été découvert qu’au 18ième siècle, que respiraient nos ancêtres les gaulois ? ».

 

« Faut-il acheter un lit très robuste quand on a le sommeil lourd ou de plomb ? ».

 

« Que devient le marchand de bougies s’il a vendu la mèche ? ».

 

« Tous les culs ne sont pas égaux. Ne dit-on pas que lorsqu’ on voit celui du train c’est qu’on l’a raté ? ».

 

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

21/11/2010

Elle est terrible !

Quand je dis ‘Elle est terrible’ je parle de ma voisine de palier. Hier, elle : « J’ai une envie folle de sortir, de me souler et de faire l’amour toute la nuit. Etes-vous occupé ce soir ? ». Moi, qui passait vite en revue dans ma tête l’état de ma garde-robe (chaussettes sans trous, slip propre, …) : « Heuuu. Non, non ». Elle : « Alors, pourriez-vous garder mon chien ? ». « Heuuu ».

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

20/11/2010

Le gamin d'avant-hier (souvenirs)

« Tu as mangé quoi ce midi, gamin ? ». « De la viande et des petits pois, papa ». « Et avec quoi, gamin ? ». « Ben, avec ma fourchette, papa ».

« Gamin, je lis dans ton journal de classe que tu as appris le triangle. Dis-moi ce que c’est ». « C’est un carré pointu, papa ».

« Gamin, il n’y a rien d’écrit dans ton journal de classe. « C’est normal, gamin ? ». « Ma madame elle a la grève, papa ».

« Qu’as-tu fait aujourd’hui à l’école, gamin ? ». « Du coloriage, du piquetage et du bavardage, papa ».

« Dis-moi, gamin, tu fais une sieste à l’école ? ». « Moi pas, papa, j’y vais pour apprendre à dessiner et a colorier. Dormir je sais déjà ».

 « Alors, gamin, tu aimes toujours aller à l’école ? ». « Oh oui, papa. J’aime y aller et aussi en revenir. C’est ce qu’il y a entre les deux que j’aime moins ».

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

19/11/2010

Grosses bièsses

Hier il a neigé sur les champs de Gustave et Gédéon. L’énigme était de savoir pourquoi il y avait deux fois plus de neige sur le champ de Gustave alors que le champ de Gédéon est juste à côté dans le même village. Ce n’est pas un phénomène extraterrestre, c’est normal puisque le champ de Gustave est deux fois plus grand que celui de Gédéon. Pigé ?

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

18/11/2010

Incroyable !

Gustave et Gédéon, les Gégé comme on les appelle dans leur village, possèdent chacun un champ. Leurs champs se situent côte à côte. La nuit dernière il a neigé. Surprise au petit matin : il y a deux fois plus de neige sur le champ de Gustave que sur le champ de Gédéon. C’est une énigme. Celle du jeudi. A demain pour la solution.

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

17/11/2010

Les toilettes sèches (suite)

Hier je vous parlais de l’installation prochaine de toilettes sèches à base de feuilles dans mon appartement au cinquième. Parce que j’avais vu une émission écologique sur les gaz à effet de serre. Je n’imaginais pas qu’en pétant je trouais la couche d’ozone. Je me sens responsable mais je ne peux pas stocker mes gaz ailleurs. Tant pis. Pendant l’émission j’ai du m’absenter, justement pour une autre émission, personnelle et gazeuse, et je n’ai pas vu comment le démonstrateur des toilettes sèches s’essuyait. Avec les feuilles mortes ? Si vous avez enregistré ce moment critique du mode d’emploi des toilettes à feuilles mortes, pouvez-vous m’envoyer une copie de votre enregistrement. D’avance merci.

Ah, oui, j’oubliais. Il faut remplacer la couche de feuilles mortes des toilettes sèches de temps en temps. D’accord. Pas de problème pour s’en débarrasser durant l’automne et l’hiver puisque j’habite au cinquième étage. La fenêtre et hop, un coup de vent, ni vu ni connu. Mais en été ça va paraître louche. Et je ne dispose pas de la place nécessaire pour installer un tas de compost. En plus, dans mon appartement au cinquième je n’ai pas de brouette. Logique. Que ferait un chauve avec un peigne ? Je cherche quelqu’un, passionné de jardin et composteur dans l’âme, à qui je donnerais mes feuilles usagées.

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

16/11/2010

Besoin de feuilles. Merci

Il fait préserver l’eau de la planète. C’est le gamin qui me l’a dit parce que madame l’a dit à l’école et, ce que madame à dit, c’est sacré. J’ai vu une émission sur les toilettes sèches à base de feuilles. J’ai d’abord pensé m’en installer une dans le parc communal. J’ai même trouvé un endroit au milieu d’arbustes à feuillage persistant. Mais, ai-je pensé, en hiver je vais me les geler. Alors, comme dit Laurette, application du plan B : installation des toilettes sèches chez moi, dans l’appartement au cinquième étage. Après tout, n’est-ce pas chez soi qu’on peut le mieux chier en paix, en feuilletant son magazine préféré. Rien de tel que d’être dans ses meubles. Quand je pars en voyage c’est toujours deux demi-vacances : constipé au début et tourista pour la suite. Au cinquième mon seul arbre est le bonzaï sur le balcon. En plus ce nabot est un conifère. S’asseoir sur des aiguilles de sapin, jamais. C’est pourquoi je fais appel à votre solidarité pour m’apporter des feuilles mortes. Si je suis absent vous pouvez les introduire dans ma boîte aux lettres ainsi que dans celle de ma voisine de palier, ça me donnera une bonne raison de lui parler. D’avance merci.

15/11/2010

Les questions du lundi

 

Le vendredi c'est le jour du bain. Le lundi celui des questions qui m'ont empêché de faire ma sieste le dimanche. Voici celles d'hier :

 

« L’humour déjanté doit-il être l’apanage des seuls cyclistes ? ».

 

« Un pâtissier a-t-il le droit de se taper une religieuse en un éclair ? ».

 

« Je n’ai jamais vu un flic sur un tracteur. Qu’a voulu dire ma collègue Colette dire par poulet fermier ? ».

 

« Pourquoi, à force de vouloir arrondir les angles, mon opinion n’était plus carrée ? ».

 

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

14/11/2010

Idée carotte

« Papa, c’est quoi le repas ce midi ? ». « Soupe de carotte, gamin ». « Et après, papa ? ». « En entrée des carottes râpées, gamin ». « Ah ! Une entrée ! Et la sortie, papa ? ». « Cake aux carottes, gamin ». « Papa, tu aurais pu nous faire des merguez à la carottes, non ? Ou, en dessert, un sorbet au jus de carottes, non ». « Bonne idée, gamin. J’ai profité de la promotion chez Carrefour et j’ai acheté tout le rayon. Il m’en reste six kilos ». « Papa, et si on s’offrait un lapin nain ? On a déjà sa nourriture pour quelques semaines ». « Heuuu ».

07:35 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

13/11/2010

La boucherie du supermarché

« La commande 567 est prête à la boucherie ». « Papa, ça commence à faire long ». « Gamin, patience, à chacun son tour ». « Les commandes 568 et 569 sont prêtes à la boucherie ». « Papa, j’ai faim de voir toute cette viande ». « Gamin peut-être n’y avait-il plus de chipolata pour notre commande et ils doivent en refaire. Et ça prend du temps : hacher la viande pour 20 centimètres, sortir 20 centimètres de boyau et un entonnoir, farcir le boyau avec la viande hachée, emballer ». « La commande 570 est prête à la boucherie ». « Mais, papa, il y a au moins trois kilomètres de chipolata déjà prête dans la vitrine. Il suffit de couper 20 centimètres ». « La commande 571 est prête à la boucherie ». « Papa, pousse un coup de gueule, réclame ta commande, fais le fâché qui a faim et qui va sauter dans la vitrine pour dévorer une côte à l’os crue, saute dans la vitrine et rapporte-moi six rondelles de saucisson de jambon. J’ai faim ». « Gamin, je veux bien mais je n’ai pas assez de recul pour mon élan ». « Les commandes 572, 573 et 574 sont prêtes à la boucherie ». « Papa, ta commande, c’est quel numéro ? ». « Attends, je regarde. 167, gamin ». « Papa, si tu ne donnes pas ton de commande tu ne seras jamais servi ». « Heuuu ». 

12/11/2010

La suite du lapin

« Papa, as-tu trouvé le lapin idéal qui ne meurt pas et qui ne disparaît que s’il s’envole ? ». « J’en ai trouvé plusieurs, gamin, certains n’étaient pas assez longs ». « Assez longs ? ». « J’hésite à en prendre un avec de longs poils, ça doit tenir plus chaud l’hiver, gamin ». « Tu as peur qu’il mette des poils partout, papa ». « Non, gamin, les poils doivent tenir car ils disent qu’il est lavable en machine ». « Mais c’est interdit, ça, papa, tu vas avoir tous les tordus de la S.P.A. à tes trousses ». « Gamin, je vais encore perdre des lectrices à chacha et à chienchien avec tes conneries animalières ». Mais c’est toi qui ne veut pas de chat ni de chien dans l’appartement, papa ». « Gamin, je n’ai pas les moyens d’acheter une laisse longue de plus de cinq étages pour que le toutou ou le pâté de volaille aille faire sa crotte sur le trottoir ». « Papa, sérieusement, parce qu’il me semble que tu allonges la sauce. C’est quoi cette histoire de lapin à longs poils lavable en machine ? ». « Un boudin, gamin, un boudin avec des poils et une des oreilles façon lapin pour mettre en dessous de la porte-fenêtre du balcon parce que le froid pénètre quand il y a du vent ». « Papa, aujourd’hui c’est à moi de dire ‘ Heuuu ‘ ».

11/11/2010

Le lapin

« Tu fais quoi, papa ? ». « Gamin, je suis en train de comparer des sites pour acheter un lapin ». « Youpie. Cette fois je l’appellerai Pinpin car, rappelles-toi, quand nous vivions dans le lotissement avec maman, j’avais laissé s’échapper le lapin que j’avais appeler Panpan. Les gens du lotissement ont cru que j’étais un fils de gangster ». « Je m’en rappelle, gamin. Celui-ci, tu l’appelleras comme bon te semble car il ne bougera pas beaucoup ». « Quoi, papa ! Tu vas acheter un lapin vieux comme toi ? A peine acheté et hop, déjà enterré. Avec une croix réalisée avec deux carottes je suppose ! ». « Gamin, tu as l’imagination trop fertile. Pourquoi pas la tête du petit jésus avec un oignon et deux clous de girofle, hein ? ». « Ben oui, papa, pourquoi pas ? ». « Parce qu’il ne disparaîtra que s’il s’envole, gamin ». « Què c’est co soula pou enne affére, popa ? ». « Je t’en dirai plus demain, gamin, c’est l’énigme de ce jeudi ».

07:21 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

10/11/2010

Tris en un

Imaginez une réunion où tout le monde sourit et organisée par le pote Rafaël. Ce sera le 28 novembre 2010 dès 11 heures (du matin !)

Et de 1. Parce que c’est une réunion apéritive

Et de 2. Parce que le bénéfice sert à améliorer la vie de personnes bien de chez nous atteintes de la sclérose en plaques qui ont, eux aussi et peut-être plus que les autres, besoin de petites attentions non remboursées par la mutuelle

Et de 3. Parce qu’on ne sonnera pas à votre porte : les apéros y sont à un prix raisonnable et la tombola où tout le monde gagne fait partie du plaisir de la rencontre

Voici le lien avec date, heure, plan et le numéro de compte si les kilomètres vous empêchent de rejoindre la cités des Hurlus (Mouscron) :

http://carpe-diem-lbsp.skynetblogs.be/archive/2010/11/02/...

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

09/11/2010

Chanson

« Papa, chante-moi la chanson ‘ Ah, caleçon ‘ ». « Oula, gamin, je ne m’en rappelle plus ». « Si, hein, papa, c’est de Henri Comassiasse ». « Aaah oui, gamin, je m’en souviens. Trois, quatre. Ah caleçon jolie les fiiilles de mooon pays, laï laï laï laï lala, laï laï la¨la ». « Bof, il y a mieux, papa ». « Oui, mais je ne m’en souviens pas, gamin ». « Les p’tits trous, les p’tits trous, toujours les p’tits trous, de mémoire papa, avant qu’on ne te mette dans un grand trou ». Gamin, ce soir je t’invite à regarder la télé. Ils passent ‘ La guerre de boutons ‘ ». « Ah non, papa, je ne fais pas dans l’archéologie cinématographique. Tout est scratch maintenant : les chaussures à scratche, la veste à scratch, mon cartable à scratch ». « Gamin, tu oublies les chemises ». « Mais je n’ai pas de chemise, papa. Je subodore que tu n’as pas envie de me les fermer ». « Tu subodores, gamin ! Heuuu, ça veut dire quoi ? ». « Renifler en-dessous des aisselles, papa ». « Heuuu ».

08/11/2010

Je suis en retard

Aujourd'hui je suis en retard car, depuis 05h38, je cherche la solution à mes questionnements au lieu de le poster et ce, sans résultat. J'envoie un appel à l'aide.

 

« Pour quoi les journalistes disent que les affaires vont bon train dans le conflit entre les grévistes des chemins de fer et la direction ? »

 

« Je subodore autre chose des femmes qui, à la nouvelle année, vont embrasser sous le Guy ».

 

« Taper sur le haricot c’est vraiment con. Non ? Des tomates qu’on cassé, oui, des haricots, non ».

 

« Pourquoi Pierre-Paul Rubens n’a-t-il pas été traité de raciste par les bougnouls quand il a peint ses remarquables Têtes de Nègres ? ».

15:20 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

07/11/2010

Pourquoi tu souris ?

« Pourquoi tu souris, papa ». « Je pense à une collègue, gamin ». « Et ça te fait sourire, papa ? ». « Oui, gamin, je viens de comprendre pourquoi on la surnomme la molaire ». « Pourquoi, papa ? ». « Parce que c’est la grosse du fond, gamin ».

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

06/11/2010

Pourquoi tu pleures ?

« Gamin, pourquoi tu pleures ? Dis-moi, ça n’a pas été à l’école ? ». « C’est dans le bus, papa ». « Dans le bus ? ». « Oui, papa ». « J’étais assis en face d’une vieille dame qui pleurait tout le temps. Alors, comme tu me l’as déjà dit, j’ai engagé la conversation pour la soulager ». « Et alors, gamin ? ». « La dame m’a giflé et, quand je me suis levé, elle m’a donné des coups avec sa canne ». « Mais, que lui avais-tu dit, gamin ? ». « Je lui avais demandé si elle pleurait parce qu’elle était moche ». « Heuuu ».

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

05/11/2010

La solution du tonneau

L’énoncé est simple : Un tonneau gradué est rempli de 9 litres d’eau. Que manque-t-il pour n’avoir plus que 5 litres. « Alors, gamin, c’est quoi ce qui manque ». « Pense à tes chaussettes, papa ». « Des trous dans le fond, comme à mes caleçons ». « Tu as aussi des trous dans tes caleçons, papa ? ». Non, gamin, c’est pour la rime ».

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

04/11/2010

L'énigme du tonneau

« Papa, à l’école on a appris une table qui n’a pas de pieds. Tu as jusque demain pour trouver ». « La table de multiplication, gamin ». « Zut et flute et crotte de crotte, tu la connais ». « Je suis aussi allé à l’école, gamin ». « Une autre alors, papa : qu’est-ce qui peut réveiller tout le monde quand il se lève sans faire de bruit ? ». « Je penche pour le soleil, gamin ». « Rezut de rezut de recrotte de recrotte. Deux coups dans l’eau. Pas de sous-marin coulé. Une dernière tentative. Papa ». « Oui, gamin ». « Tu as un tonneau gradué rempli de 9 litres d’eau ». « Disons que oui, gamin. J’imagine ». « Papa, que dois-tu ajouter pour ne plus avoir que 5 litres ». « Je coince, gamin ». « A demain pour la solution, papa ».

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

03/11/2010

En retard

Voici, en retard, les questionnements du lundi.

 

 

« Le sel de bain convient-t-il pour un bain-marie ? ».

 

« Salut, Pierre. Alors, toujours malheureux comme les pierres ? ».

 

« Celui qui prend une veste est-il sûr de prendre la sienne ? ».

 

« Peut-on y mettre son grain de sel si on ne veut pas faire rater le potage ? ».

 

 

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

02/11/2010

Mon fils à moi

Je suis de plus en plus fier du gamin. Il me ressemble. Ce matin je l’ai entendu téléphoner à son école. Dans son effervescence il n’avait pas coupé le haut-parleur. « Allo, madame la maîtresse ? ». « Je suis la directrice. De quoi s’agit-il ? ». « Je vous téléphone pour dire que le gamin est malade et qu’il ne pourra pas venir à l’école aujourd’hui ». « J’en prends bonne note. Qui êtes-vous ? ». « C’est mon papa ».

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |