05/01/2011

Mon dieu, quelle erreur

Je suis allé à un enterrement. Je me suis trompé d’heure. Trop tôt. Comme on ne peut pas fumer dans une église j’ai fumé dehors près de la porte d’entrée. « Tiens, me dis-je, le curé a imité certains restaurants, il a mis des cendriers sur chaque pilier à l’entrée ». Et bien non, c’étaient des bénitiers. C’est quand j’ai vu les amis du mort se signer et se retrouver avec une croix noire sur le front que j’ai compris. Le curé en a été tout bouleversé. Il s’est même trompé d’homélie, il a lu des textes pour le mercredi des cendres. En plus il me fixait du regard : j’étais le seul qui n’avait pas sa croix noire sur le front. J’ai eu peur. J’en ai bafouillé « Mais ça coule pas, mais ça coule pas, mais ça maxima coule pas » à un mauvais moment. Les deux enfants de chœur n’auraient pas du se regarder, ils ont éclaté de rire. Quel enterrement ! Heureusement je me rappelais qu’à un moment donné on joue à faire la file comme au supermarché pour déposer sa carte de visite et recevoir en retour celle du mort avec sa photo qui nous souhaite de venir le rejoindre au plus vite. Pour ne pas être reconnu je marchais en regardant mes chaussures. Zut, une brune et une noire. Et pas de cirage en vue. En fait c’étais moi qui était dans le cirage aujourd’hui. C’est en fouillant dans les poches de ma veste qui me servent de fourre-tout que j’ai cru en trouver une. Pourtant je le sais bien que les boîtes de cirage sont rondes et plates et pas sphériques. La gaffe : le croquemort qui tenait le panier en osier a été pris de tremblements quand il a vu que je déposais un nez rouge qui me restait de la nouvelle année. Il essayait de ne pas rire. C’est vrai, non, on n’a jamais vu un croquemort avec un nez rouge ou avec un bonnet rouge à pompon blanc. On les paye pour faire sérieux, grave et silencieux. Bref, lors d’une des nombreuses répliques du tremblement initial toutes les cartes déjà déposées ont volé par terre. Quelle journée, mais quelle journée. Je m’en veux car j’ai fait un chômeur en plus. Que faire ? Arrêter de fumer ou ne plus aller à des enterrements ? C’est ma grande question du jour. Amen.

07:34 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Errare humanum est !

C'est le grand patron là-haut qui a dû se marrer.

Ad majorem Dei gloriam, ne change rien.

ABUSUS NON TOLLIT USUM !

Écrit par : Rafaël | 05/01/2011

j'ai cessé d'aller aux enterrements ... pourtant à celui-là j'aurais aimé assister .
amitié .

Écrit par : marie-claude | 05/01/2011

Les commentaires sont fermés.