31/01/2011

Bientôt la Saint Valentin

Bientôt le 14 février

 

Le 14 février ? Mais oui, la Saint Valentin. Alors en voici quelques unes :

 

« Avant tu me caressais le menton ». « Oui, mais maintenant tu en as deux ».

 

Il lui avait offert un « Bon pour deux heures de sexe inoubliable ». Elle l’a embrassé et a couru vers la porte en criant «  A dans deux heures ».

 

« Chéri, j’ai révé que tu m’offrais un collier de perles pour la Saint Valentin. A ton avis, qu’est-ce que ça veut dire ? ». « Tu le sauras ce soir ». Et le soir le chéri offre un livre intitulé « L’interprétation des rêves ».

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

30/01/2011

Conjugaison

« Gamin, révision, viens ici illico tout de suite immédiatement pronto ». « Amaï, amaï,amaï ». « C’est quoi ce cri, gamin ? Tu apprends les zoonomatopées des animaux ? ». « J’ai un nouveau voisin de classe, papa. Jef, c’est un flamand de Flandres. Il dit toujours ça quand la maîtresse lui pose une question ». « Un rose, j’espère ». « Un rose quoi, papa ». « Laisse tomber, boum, gamin. J’adore la Flandre, les bouviers de Flandres, la Bourgogne de Flandres, les babeluttes. Stop, gamin, aujourd’hui c’est révision. Conjugue-moi le verbe boire au présent ». « Je bois, papa ». « Bien. Au passé composé, gamin ». « J’ai bu, papa ». « Bien, gamin. Au plus que parfait du subjonctif ». « Je n’ai plus soif, papa ». « Heuuu ».

07:30 Écrit par Fanny dans petites annonces | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

29/01/2011

Cherche Kiki

Kiki, c’est le hamster du gamin. Il n’est plus dans sa cage. Drame. Après avoir tapé au marteau sur la bosse du bout de moquette que je venais de remplacer j’ai eu peur. Kiki ? Pas Kiki ? Que dire au gamin ? Un suicide au marteau d’un hamster ça ne s’est jamais vu. L’enterrer ou l’incinérer ? L’enterrer, ce n’est pas possible, j’habite au cinquième et si je l’enterre il va atterrir au quatrième. Si je vise bien pour le trou ce sera dans les toilettes du quatrième mais si je vise mal ce sera dans leur soupière en plein repas. Ploutch. Horreur. La vision de la famille du quatrième avec les visages pleins de soupe me donne faim. Quel gaspillage de vitamines, de fibres et de sels minéraux. L’enterrer en grandes pompes ? Impossible, je ne connais personne qui chausse du 47 ou plus. Moi, je chausse du 42 et demi. Croyez-moi, du 42 il y en a partout. C’est le demi qui est difficile à trouver. Ah oui, où en étais-je ? Et si c’était Kiki ? Alternative : l’incinérer. Jamais. Un professionnel de l’incinération facture la redingote en bois de palette de récupération au prix du chêne. Fumée, pollution, cendres pour éliminer la mousse dans la pelouse. Je n’ai pas de pelouse, j’habite au cinquième, voyons. Non, je ne m’énerve pas, je cherche une solution. Si tu n’es pas content vas lire un autre blog. Merde à la fin. J’ai un problème et je suis désespéré parce que, sous l’ex-bosse de la moquette, il y a peut-être Kiki. Il y a de quoi être énervé, non ? Je ne vois qu’une solution : le four à micro-ondes. J’ai cherché sur tous les blogs de cuisine : pas un mot sur l’incinération via le four à micro-ondes. Pourtant c’est une belle invention. Sauf pour chauffer du fromage frais de chèvre surmonté de miel et de thym, ça explose et il y en a partout. Quand je cuisine pour moi tout seul, je rentre ma tête dans le four et je lèche les parois. Avec des invités ce n’est pas possible. En plus on s’en met plein les cheveux. Si tu vas sur ton balcon, dix minutes après tu es déguisé en ruche. Bziiii, bziiii, bonjour les abeilles. Non, non, pas dans les oreilles, j’y fais ma propre production de cire humaine. Stop, où en suis-je ? Kiki, pas Kiki ? Je n’ose pas soulever la moquette. Avant je voudrais avoir connaissance de votre expérience : combien de temps pour incinérer un hamster au four à micro-ondes ? D’avance grand merci pour vos solutions.

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

28/01/2011

Parking difficile

« Bonjour, papa ». « Bonjour, gamin ». « Pourquoi as-tu mis ton écharpe et un passe-montagne ? Il fait bon dans l’appartement ». « Je vais m’asseoir dans l’auto, gamin ». « Et tu vas où, papa ? ». « Nulle part, gamin ». « Et que vas-tu y faire, papa ? ». « Je vais abaisser ma vitre et attendre ». « Attendre quoi, papa ? ». « Gamin, tu connais les problèmes de parking dans la rue, hein. Alors, je vais compter combien d’automobilistes vont s’arrêter pour me demander ‘ Vous partez ? ‘ ». « Et tu vas répondre quoi, papa ? ». « N’importe quoi, gamin. Par exemple : non, j’ai une fuite de gaz dans l’appartement et j’ai encore une bougie de Noël allumée, alors j’attends ici. Ou : Ma femme vient de me quitter, ma bagnole est tout ce qui me reste. Vous n’auriez pas un sandwich. Ou encore : J’ai fait une bêtise hier soir. J’ai ramené une femme à l’appartement. J’attends qu’elle parte. Ou, mieux : J’attends que le gamin finisse de ranger sa chambre ». « Je vais le faire tout de suite, papa ». Qu’est-ce qu’il ne faut pas faire pour éduquer un gamin !

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

27/01/2011

Mon papa est énigmatique

Ici, le gamin. Papa vient de prendre l’ascenseur et me laisse seul devant mon bol de céréales. Ce matin, mon papa était couvert d’une écharpe et d’un passe-montagne. Il m’a dit qu’il allait dans son auto. Quand je lui demande où il va il me répond qu'il ne va nulle part. Ouiiiin, snif, j’ai un papa énigmatique. Qui peut m’aider à le comprendre ?

09:38 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Erreur

Suite à une erreur de programmation l'énigme du jour, pourtant prépostée, ne vous est pas parvenue. Non, non, ce n'est pas l'énigme du jour. Pour moi, oui. Donc j'entreprends des couilles furieuses, pardon, des fouilles curieuses, et je reviens quand j'aurai répéré.

09:15 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

26/01/2011

Paroles misogynes

Spécial « Hommes ». Chères compagnes et amies, si vous voulez le rester ne lisez pas.

(de Coluche) Dieu a crée l’alcool pour que les femmes moches baisent quand même

(de Anatole France) Une femme sans poitrine c’est un lit sans oreiller

Suffit pour aujourd’hui.

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

25/01/2011

Le cidre

" Dieu a fait pousser les pommiers en Normandie parce qu'il savait que c'est là qu'on boit le plus de cidre ". Depuis deux jours je cherche à comprendre. Dieu a-t-il fait pousser l'herbe à Camembert pour que les vaches, créées la veille, y broutent et paissent parce qu'il savait que leur lait allait permettre de fabriquer ce fromage du même nom ? D'accord, il l'a fait. Mais pour le lapin sauce grand-mère ? Moi il me faut deux semaines pour comprendre la recette. Au début j'ai même vainement cherché de la grand-mère en poudre au supermarché. Et les frites, hein, les frites. Créer la pomme de terre, c'est facile pour lui. Mais la friteuse ! Le pire, pour moi, c'est comprendre la création du procès-verbal, le P.V. Que de démarches de création : la roue, le moteur à explosion, le pneu, le volant, le permis de conduire, le panneau Stop, la priorité de droite, l'alcool, le ballon dans lequel on doit souffler, le képi, le sifflet, la maquillage pour permettre aux femmes d'essayer d'éviter la contravention et l'argent pour payer la contredanse. Quel parcours ! Mais les voies du seigneur sont impénétrables. C'est mieux ainsi.

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

24/01/2011

Vieille connaissance inconnue

Pour récompenser les acheteurs de mon œuvrette « Petites annonces », pour leur peaufiner l’ouvrage (qui a dit faut piner ?) et pour qu’ils aient aussi un souvenir de ma plus belle écriture je numérote moi-même les exemplaires à la main. Pour ce faire j’appose cette bonne vieille connaissance, cette grande inconnue souvenir de nos cours d’algèbre, c’est-à-dire un grand X. C’est le gamin qui m’a suggéré de faire ça pour qu’il n’y ait pas de jaloux. Merci gamin.

07:31 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

23/01/2011

Pensées d'ivrognes

Je n’ai bu qu’un verre, je l’ai simplement rempli plusieurs fois.

L’alcool ne résout pas les problèmes. Et alors ? L’eau, le lait, les limonades non plus.

L’eau est un produit dangereusement corrosif. Une seule goutte suffit à troubler le pastis.

L’alcool est un ennemi mais fuir devant l’ennemi est de la lâcheté.

Les brunes, rousses et blondes s’apprécient mieux dans un verre adéquat qu’en robe de nuit le soir dans la chambre.

Moi, la pression, je ne la subis pas, je la bois.

Dans le vin il y a de la sagesse, dans la bière il y a de la liberté, dans l’eau il y a des bactéries.

A votre santé.

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

22/01/2011

Le stress positif ?

« Le stress positif n’existe pas, c’est une invention des patrons pour augmenter la rentabilité du personnel en lui faisant peur afin de donner plus d’argent aux actionnaires. Dès qu’il y a stress notre organisme se coince, on a mal au ventre et certains vont jusqu’à se jeter par la fenêtre. On peut donner un coup de pouce, un coup de pied au cul, un coup de main mais jamais du stress puisque tout stress nous fait du tort. Le rire, la camaraderie et la bonne humeur sont les meilleurs stimulants de la croissance, que ce soit celle de l’économie ou celle des enfants ». « Gamin, c’est de qui ce texte ? ». « C’est mon devoir pour demain à l’école, papa ». « Et tu as trouvé ça où ? ». « Dans ma tête, papa ». « Gamin, si tu n’as pas 10 sur 10 pour ton devoir je te jure que je vais aller stresser ta madame à l’école ».

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

21/01/2011

L'écusson de la Suisse

Pas de bol (peau de balle) si vous n’aimez pas les suçons de la cuisse, nous sommes encore en période de contrepèteries.

Voici les solutions d’hier. Bravo pour les bonnes réponses proposées.

Du va-t-y quand : intervertir un P et un C

Une rurale : intervertir B et M

Une autre rurale : OIRE et INE

Médical : trop facile, non ! Le chirurgien enjambe …

En croisière : M et B

J’adore celle-ci : intervertir MO et KA

Au resto, au garçon de salle : des couilles en or, évidemment

En finale : devinez où était le gros salaud

Vous trouverez ou avez déjà trouvé facilement les quatre dernières.

Demain, sérieux. Le gamin sera là.

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

20/01/2011

Et encore, et encore !

C’est l’énigme des contrepets de ce jeudi. Qui trouvera tout ?

(du va-t-y quand) : Les laborieuses populations du Cap

(une rurale) : Le berger montre sa bête à la miss

(une autre rurale) : Votre poire à un petit goût de terrine

(médical) : Le chirurgien ampute une jambe

(en croisière) : la femme du capitaine ma fait mander à bord

(j’adore celle-ci) : Le client a laissé son moka dans l’auto kabyle

(au resto, au garçon de salle) : Avez-vous des nouilles encore ?

(en finale) : La mariée partit avec un gros salut à la noce

Je laisse, j’ai du tracas jusqu’au cou, ma voisine de palier s’est tordu l’humérus. Et pendant ce temps-là, en l’air, les culottes s’empilent.

Au fond, un contrepet, est-ce parce que le vent siffle dans la rue du quai ?

Stop, ne cherchez plus à partir d’ici, normalement il n’y a de contrepets. Par contre, ci-dessus, c’est comme les huitres, il y a la douzaine.

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

19/01/2011

Essuie ça vite et bien !

Paf, déjà un contrepet dans le titre du post. Pendant ce temps la fermière a une poule qui mue. Son adresse ? Rue de la Paix. Elle a déploré la foule. C’est parce qu’elle s’en fout que son mari est mort. Son mari, c’est à l’ami qu’il offrait son vin. Hé oui, il faut détester nos ridicules.

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

18/01/2011

Les parasites me brouillent l'écoute.

Encore des contrepets, déjà dans le titre. Evidemment, dans les contrepets, (.)ouille est souvent présent. Il faut donc savoir compter ses douilles, comme le champion les jette avec puissance. Quelle bouille, ce champion. Pas de bol pour moi.

07:34 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

17/01/2011

C'est long comme lacune !

Hé oui, les contrepets c’est con comme la lune. Comme les porte-mines. Ou le chauffeur qui a brûlé la pente. Ou la noce de la russe. Ou les piles de boîtes.

Poème : Au bord de champs le paysan regarde les épis pousser.

Déjà cinq contrepets sans compter celui du titre !

Une de mes phrases préférées qui en contient deux :

Tout confus sur ce divan je t’offre une pierre fine.

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

16/01/2011

On y retourne

Où ça ? Aux contrepets, bien sûr, puisque, chaque matin, la poule pondait quelque part et, qu’à la banque, le maniement constant des fonds entraîne la multiplication des mouvements des caisses. Les banquiers racolent des fonds véreux. Où sont-ils ces contrepets ?

08:55 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

15/01/2011

Vous en redemandez, si, si.

Hier vous avez eu la solution du menu d’avant-hier (à lire avant hier si vous ne l’avez pas lu). Voici un piège du contrepet : où est celui-ci ?

La jeune violoniste invite les censeurs à admirer son joli don.

Vous avez intervertit un C et un D ? Si oui, bravo. Peut-être avez-vous oublié que le C de censeurs se prononce S et que la bonne phrase est : La jeune violoniste invite les danseurs à admirer son joli son. Je parie qu’il y a des cons dans la salle. Levez le doigt. Bien.

Il ne faut pas confondre contrepet et parapet. Ethylmologiquement le para-pet est un calle-son, un slip. Le contrepet vient du grec qui signifie ‘pet que l’on croyait venteux et qui laisse des traces de freinage dans le slip’. J’adore la culture et j’aime vous en faire profiter. Un contrepet par jour, en forme toujours.

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

14/01/2011

Le menu corrigé

Beaucoup ont trouvé, j’en suis sûr. Peut-être pas tout. Voici le bon texte :

La Berge du Ravin, son admirable beauté de site et Le Bon Coucher et ses chambres au mois

Rillettes en fut, topinambours, tourte de cailles, escalope sur une belle salade, riz Condé, poire à la fine (j’espère que la Fine est sans déPôt !), côtes du cru et vieux marc très doux.

« Et bien, gamin, dans ce resto la cuvette doit être pleine de bouillon ». « J’ai trouvé, papa. La buvette doit être pleine de couillons ». « Bien, gamin ». Pffff, un resto où on peut tremper sa botte dans leur citerne ! Quel gâchis pour du Sauternes.

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

13/01/2011

Le menu

« Gamin, c’est quoi cette cochonnerie ? ». « C’est mon devoir pour l’école, papa, je dois écrire sans faute le menu qui contient des fautes ». « Dis donc, gamin, c’est qui La Verge du Rabbin ? ». « C’est le nom du restaurant à la campagne. Madame a dit que le bon nom est La Berge du Ravin ». « Et tout est du même acabit ? ». « Lis, papa ». « Heuuu, je vois qu’ils font aussi hôtel Au Con Bouché. Donnes-moi ça que je comprenne ».

La Verge du Rabbin, son admirable sauté de bite et Le Con Bouché et ses membres au choix

Fillettes en rut, pine à tambour, tarte de couilles, escalade sur une belle salope, con ridé, foire à la pine, crottes du cul et vieux dard très mou.

« Gamin, je ne trouve pas tout ». « T’as qu’à en faire ton énigme du jeudi, papa ». « Heuuu ».

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

12/01/2011

Les poules

« Papa, papa, relèves-toi, vite, papa ». « Celui-ci est vide, gamin ». « Papa, papa, je n’ai pas envie de t’appeler moquette ou ketchup ». « Celui-ci est vide aussi, gamin ». « Papa, papa, pourquoi tu fais ça ? ». « Gamin, à la radio ils ont dit que la nationale est remplie de nids de poule. Tu imagines l’économie si on ramène douze œufs ».

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

11/01/2011

La vengeance des fées

Chères fées, vous connaissez votre vie :

La vie d'une femme est un vrai conte de fées : Fée le ménage, Fée la vaisselle, Fée à manger, Fée les courses, Fée la belle, Fée les comptes, Fée pas la gueule ... Et surtout Fée pas chier !

Il y a maintenant la vie de rat pour les hommes :
 
Rat masse tes chaussettes, Rat bats le siège, Rat mène des sous à la maison, Rat pelle ta mère, Rat conte pas de conneries, Rat tisse le jardin, n'en Rat joute pas, Rat vive la flamme... et surtout Rat mène pas ta gueule !

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

10/01/2011

Blagues ENA pour femmes et hommes

Dieu a créé l’homme parce qu’un vibromasseur ne sait pas tondre le gazon.

 

Quelle est la différence entre un divan et un homme qui regarde un match de foot à la télé ? Le divan n’appelle pas toutes les dix minutes pour qu’on lui apporte une bière.

 

Comment faire pour qu’un homme arrête de toujours vouloir faire l’amour ? L’épouser.

 

En voiture : « Chérie, c’est vert ». « Heu ». « Chérie, je te dis que c’est vert ». « Heu ». « Mildju d’bouc, je te dis que c’est vert ». « Heu, je sais pas. Une grenouille ? ». 

 

L’argent n’a pas d’odeur mais la femme a du flair.

 

La virginité c’est comme une mouche sur le dos d’une vache : un coup de queue et oups.

 

Les filles c’est les spaghettis : plus on les chauffe et plus ça colle.

 

« Chérie, tu as entendu la télé ? Ils disent que la police recherche deux violeurs arabes ». « Et oui, c’est toujours aux mêmes qu’on offre du travail ».

 

Si les hommes adorent les femmes en robe de cuir c’est parce qu’elles sentent la bagnole neuve.

 

Les hommes les plus constipés sont souvent les plus chiants.

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

08/01/2011

Une place dans le bus

« Papa ». « Oui, gamin ». « Papa, je n’ai plus envie d’aller en bus à l’école ». « Ah bon, c’est nouveau, ça. Pourquoi, gamin ? ». « C’est que ça pue et que c’est bourré, papa ». « Explique-moi, gamin ». « Comme je suis petit, papa, dans le bus, j’ai le nez à la hauteur des foufounettes des madames et comme le bus est bourré j’ai le nez dedans ». « Je comprends, gamin. Tousse. Tousse et surtout ne mets pas ta main devant ta bouche ». « Et ça va servir à quoi, papa ? ». « Attends, gamin, je n’ai pas fini. Tu tousses et tu dis : Et zut, j’ai attrapé la grippe du cochon mexicain de papa. Tu auras de la place, gamin, garanti ». « Papa, tu es génial ». « Je le sais, gamin, merci de me le rappeler ». « Mais, papa, ça va marcher demain. Après-demain je fais quoi ? ». « Gamin, après-demain tu tousses et tu dis : Flute, j’ai chopé la rubéole de mon petit frère. Si tu veux je te ferai des points rouges au marqueur sur la figure ». « Génial, papa ». « Je sais, gamin ». « Papa, après après-demain, je fais quoi ? ». « T’inquiètes pas, gamin, avec le Dictionnaire des Maladies, tu vas avoir de la place longtemps ».     

09:13 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

07/01/2011

Rouge

L’énigme d’hier était de découvrir la couleur du petit pois, seul, dans un bocal, soit le singulier de l’expression culinaire « Dans les bocaux les petits pois sont verts ».

Au singulier, il fallait répondre rouge : « Dans le bocal le petit poisson rouge ».

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

06/01/2011

L'énigme de la couleur

« Dans les bocaux les petits pois sont verts »

Mais, de quelle couleur devient le petit pois quand il n’y a qu’un bocal ?

A vos neurones. La solution demain.

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

05/01/2011

Mon dieu, quelle erreur

Je suis allé à un enterrement. Je me suis trompé d’heure. Trop tôt. Comme on ne peut pas fumer dans une église j’ai fumé dehors près de la porte d’entrée. « Tiens, me dis-je, le curé a imité certains restaurants, il a mis des cendriers sur chaque pilier à l’entrée ». Et bien non, c’étaient des bénitiers. C’est quand j’ai vu les amis du mort se signer et se retrouver avec une croix noire sur le front que j’ai compris. Le curé en a été tout bouleversé. Il s’est même trompé d’homélie, il a lu des textes pour le mercredi des cendres. En plus il me fixait du regard : j’étais le seul qui n’avait pas sa croix noire sur le front. J’ai eu peur. J’en ai bafouillé « Mais ça coule pas, mais ça coule pas, mais ça maxima coule pas » à un mauvais moment. Les deux enfants de chœur n’auraient pas du se regarder, ils ont éclaté de rire. Quel enterrement ! Heureusement je me rappelais qu’à un moment donné on joue à faire la file comme au supermarché pour déposer sa carte de visite et recevoir en retour celle du mort avec sa photo qui nous souhaite de venir le rejoindre au plus vite. Pour ne pas être reconnu je marchais en regardant mes chaussures. Zut, une brune et une noire. Et pas de cirage en vue. En fait c’étais moi qui était dans le cirage aujourd’hui. C’est en fouillant dans les poches de ma veste qui me servent de fourre-tout que j’ai cru en trouver une. Pourtant je le sais bien que les boîtes de cirage sont rondes et plates et pas sphériques. La gaffe : le croquemort qui tenait le panier en osier a été pris de tremblements quand il a vu que je déposais un nez rouge qui me restait de la nouvelle année. Il essayait de ne pas rire. C’est vrai, non, on n’a jamais vu un croquemort avec un nez rouge ou avec un bonnet rouge à pompon blanc. On les paye pour faire sérieux, grave et silencieux. Bref, lors d’une des nombreuses répliques du tremblement initial toutes les cartes déjà déposées ont volé par terre. Quelle journée, mais quelle journée. Je m’en veux car j’ai fait un chômeur en plus. Que faire ? Arrêter de fumer ou ne plus aller à des enterrements ? C’est ma grande question du jour. Amen.

07:34 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

04/01/2011

Encore des blagues ENA (5)

Mardi : le jour des suggestions d’historiettes et de blagounettes corsées à se raconter en soirée.

 

Un homme faisant l’amour est comme un feuilleton à la télé : quand ça devient intéressant c’est la fin de l’épisode et il faut attendre une semaine pour avoir la suite.

 

Si les femmes ont les pieds plus petits que ceux des hommes c’est pour être plus près de l’évier pour faire la vaisselle.

 

Le dernier message reçu de la navette Challenger avant qu’elle n’explose était « Touche pas à ça, connasse ».

 

Il faut toujours vérifier les bas de votre conquête avant de lui dire que les siens font des plis.

 

Certaines femmes sont comme des cigarettes : tu l’allumes, tu la tires et tu la jettes.

 

« Tu sais que ta femme ne porte pas de culotte ? ». « Qui te l’a dit ? ». « Mon petit doigt ».

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

03/01/2011

Encore pour les femmes, hé, hé

Les hommes sont comme des carreaux de carrelage : s’ils sont bien posés dès le début on peut leur marcher dessus le reste de sa vie.

 

Un homme célibataire qui veut prendre un bain à bulles le soir s’ouvre une boîte de haricot à midi.

 

Comment appelle-t-on la masse graisseuse qui se trouve à la base du pénis ? Un homme.

 

La beauté intérieure est un concept inventé par les femmes moches pour pouvoir se reproduire.

 

Le masochisme est une forme de politesse, c’est frapper avant d’entrer.

 

Les hommes intelligents sont comme les dinosaures : ce sont deux races éteintes.

 

Les préliminaires pour un homme c’est ouvrir la fermeture éclair de son pantalon.

 

Combien de maris faut-il pour changer une ampoule électrique ? On le saura quand l’un d’eux aura soulevé son cul du divan pour le faire.

 

Un homme qui a perdu son intelligence s’appelle un veuf.

 

Les hommes sont comme les toilettes publiques : soit ils sont occupés, soit ils sont pleins soit ils sont hors service.

 

Dieu a créé l’homme parce qu’un vibromasseur ne sait pas tondre le gazon.

07:21 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

02/01/2011

Avec un peu de retard

Bonne année à toutes et à tous. Ici je glisse et je dois me tenir tenir aux meubles.

Hier c'est le gamin qui s'est occupé des Jacques Ouskis. Ah, le con. il voulait faire des toasts pâté de faisan surmontés d'une queue d'écrevisse.

Dur, dur, le deux janvier. Faut ramasser les bouts de papier d'emballage des cadeaux qui traînent partout. Mon cinquième étage ressemble à un bidonville après une semaine de grève des éboueurs. Tout le bloc de foie gras avec morceaux a disparu mais il reste du pâté de faisan (Ingrédients : viande de porc 29 %; gras de porc 12 %, farine 5 %, protéines de petits pois (?) 3 %, faisan 2 %) et deux tomates cerise. Ici on dirait qu'il a verglacé, je dois me tenir aux meubles pour ne pas glisser mais, à mon avis, je pense que ce sont deux ou trois toasts qui ont du se faire écraser en traversant l'appartement. Par terre il y a de quoi nourrir une centaine de familles de souris émigrées musulmanes qui vont crever de faim quand elles sauront qu'il y a du porc dans le pâté de faisan.

Dur, dur, un deux janvier !

Bonne année à toutes et à tous.

08:37 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |