28/02/2011

Encore elles !

Un couple se promène en ville, au moment de passer devant une bijouterie, la femme demande au mari : « mon amour, tu ne m'achèterais pas un collier ? ». « Pourquoi, tu en as marre de te promener en liberté ? ».

 

« Les nouveaux voisins sont tellement amoureux, s'exclame la femme à son mari, il l'embrasse, la caresse, la prend dans ses bras, pourquoi, ne fais tu pas la même chose ? ». « Parce que je ne connais pas la voisine ».

 

 Pendant le petit déjeuner, la femme dit à son mari: "cette nuit pendant que tu dormais, tu m'insultais ». « Le mari, qui te dit que je dormais? ».

 

La femme dit à son mari : « Albert, tu n'as jamais pensé à m'acheter des fleurs ».

Pourquoi? tu n'es pas morte !

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

27/02/2011

Les belges (5)

Un belge entre dans un magasin et demande au commerçant : « Je voudrais du papier toilette ».  Le commerçant demande alors : « Du rose ou de blanc ? ».  Le belge répond : « Du rose, c'est moins salissant ».


C'est un belge qui a rendez-vous à New York pour les affaires.  Mais comme il s'est perdu, il appelle la secrétaire de l’homme d’affaires avec qui il a rendez-vous : « Est-ce que vous pouvez m'aider, je crois que je suis perdu! ».  « Certainement Monsieur, où vous trouvez-vous ? ».  « Je suis à l'angle de la rue "Walk" et "Don't Walk" »

 

Un accident de bus en Belgique a fait 40 morts : 20 dans l'accident et 20 dans la reconstitution.

 

C’est une femme belge dont le mari est routier international et elle confie à une amie qu’elle est en manque. Il te suffit d’aller à Sluis (aux Pays-Bas (Holland), juste après la frontière, ville réputée pour ses sex-shops). Elle y va et tombe amoureuse d’un vibromasseur (sexytoy). Elle demande au vendeur : « Et ça s’utilise comment ? ». « Comme avec votre mari, madame ». Elle a perdu tous ses plombages.

 

A demain. Voici les blagounettes d'hier pour les absents :

 

Dans un train des voyageurs tuent le temps. L’un dit : « Je vais vous raconter une bonne blague belge ». Un autre répond : « Ah non, hein. Je suis belge ». L’autre répond : « Ce n’est pas grave, je vais la raconter lentement ».

 

Un touriste français en Belgique, demande s'il est bien à Bruxelles.  « Oui, vous êtes bien à Bruxelles-xelles ! ».  Le français surpris : « Pourquoi rajoutez-vous ‘xelles’ ? ».  « Hé bien une fois en France, j'ai demandé si j'étais bien à Tarascon et on m'a toujours dit : ‘Tu es à Tarascon-con’ ! ». 

 

Un belge fait le trajet Paris - Lyon en voiture, et il prend une auto-stoppeuse en minijupe.  Celle-ci commence à lui faire du charme.  À l'entrée de Lyon le belge lui frôle la jambe par mégarde en changeant de vitesse. La nana le regarde droit dans les yeux et lui dit : « Tu peux aller plus loin tu sais ? ».  Et le Belge continue jusqu'à Marseille

 

L’agent de police belge : « Et alors, fieu, on n’a pas vu le feu rouge ? ». « Si, si, ça est vous que j’a pas vu ».

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : belge, belgique |  Facebook |

26/02/2011

Carême 10

 

Pourquoi ai-je rêvé de bœufs dansant le slow joug contre joug ?

 

Une police d’assurance c’est comme un nudiste : beaucoup de choses ne sont pas couvertes.

.

 

 

Les belges (4)

Dans un train des voyageurs tuent le temps. L’un dit : « Je vais vous raconter une bonne blague belge ». Un autre répond : « Ah non, hein. Je suis belge ». L’autre répond : « Ce n’est pas grave, je vais la raconter lentement ».

 

Un touriste français en Belgique, demande s'il est bien à Bruxelles.  « Oui, vous êtes bien à Bruxelles-xelles ! ».  Le français surpris : « Pourquoi rajoutez-vous ‘xelles’ ? ».  « Hé bien une fois en France, j'ai demandé si j'étais bien à Tarascon et on m'a toujours dit : ‘Tu es à Tarascon-con’ ! ».

 

Un belge fait le trajet Paris - Lyon en voiture, et il prend une auto-stoppeuse en minijupe.  Celle-ci commence à lui faire du charme.  À l'entrée de Lyon le belge lui frôle la jambe par mégarde en changeant de vitesse. La nana le regarde droit dans les yeux et lui dit : « Tu peux aller plus loin tu sais ? ».  Et le Belge continue jusqu'à Marseille

 

L’agent de police belge : « Et alors, fieu, on n’a pas vu le feu rouge ? ». « Si, si, ça est vous que j’a pas vu ».

 

A demain.

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

25/02/2011

La souris (suite)

« Gamin ». « Oui, papa ». « Bonjour ». « Bonjour, papa ». « Bisou, gamin ». « Bisou, papa ». « Mais arrête de répéter tout ce que je dis, bordel de putain de vacherie ». « Houla, papa, calmos, prends une tisane à la camomille au lieu de ton breuvage à la caféine ». « Excuse-moi, gamin mais suite à ta devinette d’hier j’ai compté des souris au lieu de compter des moutons avant de m’endormir et je n’y suis jamais arrivé. J’en voyais partout : dans ta boîte de céréales, entrant dans le sachet d’emmenthal râpé qui pourtant se trouve dans le frigo dont la porte est fermée, dans mes pantoufles, grignotant mes chaussettes au pied du lit, dans le lustre s’amusant à faire le clignoteur en tournant autour de l’ampoule. Gamin, comment veux-tu dormir alors qu’il y a un clignoteur dans ta tête, hein. Pour l’énigme je donne ma langue au chat ». « Papa, fais un effort. A un mot près tu as la solution ». « Rien, gamin, je ne trouve rien ». « Papa, le biscuit préféré des souris est la langue de chat ». « Heuuu ».

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : énigme |  Facebook |

24/02/2011

La souris

« Papa, j’en ai une. Devine ». « Heuuu. Tu as dit une, donc c’est féminin. Jusque là j’ai bon. Voyons, voyons. Tu as, tu as, une punition à l’école ? ». « Hé, hé, non non, papounet » « Si je te dis que tu as une petite amie, est-ce que tu rougis ? ». « Non, papa, je suis le digne fils de mon père, j’en ai des dizaines ». « Heuuu, pourquoi dis-tu ça, gamin ? ». « Ben, papa, tu m’as déjà raconté que, lorsque tu étais jeune, je veux dire moins vieux, tu partageais un cornet de frites avec Marie-Thérèse, tu te promenais avec Raymonde, tu te secouais sur le siège arrière d’une 2 chevaux qui faisait ressort mieux que le fauteuil de ton pépé, tu jouais à qui se touchera le popotin avec Olga, mais j’arrête parce que j’ai entendu du bruit et je pense que la connasse de voisine palier est derrière la porte et que cette salope va encore laisser des traces de sa cire d’oreille sur la garniture de la serrure. Papa, voyons, nous sommes jeudi et j’aimerais te poser la question du jour ». « Vas-y, gamin, je suis toutou oui ». « Papa. Quel est le biscuit préféré des souris ? ». « Heuuu. Gamin, tu m’aurais demandé l’appareil électroménager préféré des souris je t’aurais répondu l’ordinateur. Mais le biscuit ! ». « Je file à l’école, papa. A demain pour la réponse ».

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : énigme, souris, gamin |  Facebook |

23/02/2011

Les belges (3)

Un belge a écrit à sa compagnie d’assurance : « En regagnant mon domicile je me suis trompé de maison et j’ai rencontré un arbre qui ne m’appartient pas ».

 

Un fonctionnaire de la région wallonne a été victime d’un accident de travail pendant qu’il faisait la sieste sous un pommier. Un autre s’est brisé le nez contre une porte vitrée lors de la journée « Portes ouvertes ».

 

« Dites une fois, monsieur, est-ce que j’ai quelque chose dans la main droite ? ». « Mais non ». « Ah. Dites-moi, monsieur, est-ce que j’ai quelque chose dans la main gauche ? ». « Mais non ». « Zut, j’ai fait pipi dans mon pantalon ».

 

Quand on dit à un belge qu’il doit trouver la marche à suivre il se met désespérément à la recherche d’un escalier.

 

Demain, j’en tremble, c’est jeudi le jour de l’énigme. Pour la suite des belges, à samedi.

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : belge |  Facebook |

22/02/2011

Les belges (2)

Comme promis hier, voici quelques blagounettes du seul pays au monde dont la capitale est paralysée un jour entier parce qu’un conducteur de transport en commun pète les plombs. Surréalisme !

 

« Mais pourquoi tu pleures, petit garçon ? ». « J’ai perdu mon compas ». « Alleï, faut pas pleurer pour ça, petit garçon, ton père n’est quand même pas méchant ». « Oh si, oh si ». « Alleï, raconte-moi une fois ». « Et ben, un jour mon papa a tabassé ma sœur parce qu’elle n’avait plus ses règles ».

 

Un belge se rend chez son médecin : « Docteur, quand je touche mon front j’ai mal, quand je touche ma cuisse j’ai mal, quand je touche mon ventre j’ai mal ». Le médecin : « Je vois ce que c’est, vous avez le doigt cassé ».

 

Un gars rend visite à un de ses amis belge qui vient juste d'être papa. Le gars, voyant le jeune dans son berceau tombe en admiration. « Comme il est beau. Et ça lui fait quel âge ? ». « 15 jours, répond le belge ». « Et comment s'appelle-t-il ? ». « Ben ça on ne sait pas sais-tu, il ne parle pas encore ».

 

« Dis, j’ai l’impression que mon clignoteur droit ne va plus. Veux-tu descendre de la voiture et me dire quoi ». L’autre belge descend, regarde et dit : « Oui, non, oui, non, oui, non, oui, non ».

 

A demain.

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : belge |  Facebook |

21/02/2011

Les belges (1)

Pour nos amis français, suisses, québequois et autres francophones du monde entier, voici quelques blagounettes qui circulent sur les belges. A noter qu’en Belgique les wallons remplacent « belges » par « flamands » et réciproquement.

 

Un belge a battu le record du 100 mètres ! Il a couru 102 mètres …


Pourquoi les pièces de monnaie belge ont sur une face le dessin d’une pince à épiler et sur l’autre, une gomme ?  Parce que vois-tu une fois, d’un côté ça épile et de l’autre ça est face !


Ce sont deux belges à la chasse, ils voient passer un deltaplane. Le premier belge épaule et tire : « Bah tu l'as raté !! ». « Oui mais il a lâché sa proie ».

 

Dans un cirque, un ventriloque fait parler sa marionnette « Et maintenant on va rire, voici une blagues sur les belges ». Un belge dans la salle se lève » : « Ah non, j’en ai assez d’entendre des blagues sur les belges, une fois ». Le ventriloque s’adresse alors directement au belge : « Mais, monsieur, c’est de l’humour ». Alors, le belge : « Toi, ta gueule, c’est au petit que je parle ».

 

A demain pour la suite.

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

20/02/2011

Souvenir avec le gamin

Je me rappelle du gamin, quand je vivais avec sa maman, qui a entrouvert la porte de notre chambre et qui est parti en secouant la tête et en murmurant « Dire qu’ils veulent que j’aille chez un psy parce que je suce mon pouce ».

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

19/02/2011

Ma voisine de palier

Je voudrais donner un coup de pouce à ma voisine de palier, et plus si affinité. C’est pourquoi je reproduis ici une annonce qu’elle a publiée dans un toutes-boîtes de la région. Si vous êtes amateur, dites-le moi que j’aie une porte d’entrée ouverte chez elle. Voici sa petite annonce : « A vendre robe de mariée utilisée une seule fois par erreur ».

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

18/02/2011

Les gardiens de phares (suite)

Le gamin n’est pas là. Il est encore sur le pot. Uniquement pour avoir lu les ingrédients sur la boîte de raviolis prévue pour notre repas. Alors je vous donne la réponse. En fait, au cours de leur carrière connaissaient trois types de phares : les phares isolés en pleine mer, surnommés l’enfer ; les phares érigés sur une île, soit le purgatoire, et, les phares en pleine terre qu’ils surnommaient le paradis. J’ai un collègue nudiste qui, en vacance dans son camp, s’amuse lors des soirées à faire le phare. Il tourne sur lui-même et il dit : « Tu le vois, tu le vois pas, tu le vois, tu le vois pas, … ». Il a voulu le faire au bureau mais le chef n’a pas voulu.

08:49 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Les gardiens de phares (suite)

Le gamin n’est pas là. Il est encore sur le pot. Uniquement pour avoir lu les ingrédients sur la boîte de raviolis prévue pour notre repas. Alors je vous donne la réponse. En fait, au cours de leur carrière connaissaient trois types de phares : les phares isolés en pleine mer, surnommés l’enfer ; les phares érigés sur une île, soit le purgatoire, et, les phares en pleine terre qu’ils surnommaient le paradis. J’ai un collègue nudiste qui, en vacance dans son camp, s’amuse lors des soirées à faire le phare. Il tourne sur lui-même et il dit : « Tu le vois, tu le vois pas, tu le vois, tu le vois pas, … ». Il a voulu le faire au bureau mais le chef n’a pas voulu.

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

17/02/2011

Les gardiens de phares

« Gamin, j’en connais une dure ». « Tu parles de quoi, papa ? ». « On est jeudi, gamin. « Toute la journée, papa. Et alors ? ». « Mil d’ju d’bouc, gamin, jeudi. Djeudaï, entre mercredaï et vendredaï, le jour des énigmes ». « Excuse-moi, papa, mon bol de céréales améliorées en fer, en vitamines C, en oméga 3, en goût chocolat, en calcium, n’a pas encore fait ses effets ». Je t’excuse, gamin. Heureusement que tu n’as pas lu la liste détaillée en tout petits caractères au dos de la boîte avec la liste de colorants, d’exhausteurs de goût et de conservateurs ». « Papa, tu me coupes l’appétit. Quelle est ton énigme ? ». « Gamin, pourquoi dit-on que les gardiens de phare connaissent l’enfer, le purgatoire et le paradis ». « Papa, je n’ai pas le temps de chercher. Je sens que les conservateurs ne se conservent pas en moi et cherchent à sortir. Je file aux toilettes et ensuite à l’école ». « A demain pour la réponse, gamin. Pense à prendre un rouleau de papier Q dans ton cartable. On ne sait jamais ».

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

16/02/2011

Tourisme deux en un + souvenir

Vous êtes touriste aimant les sensations : je vous propose ceci : prenez un transport en commun, allez jusqu'en bout de ligne, sortez en murmurant du coran, des injures et en ayez le regard mitraillant par la porte de devant, près du conducteur. Quand la porte s'ouvre, si elle s'ouvre avant que vous ne soyez tabassé (il est plus prudent d'attendre que la porte soit ouverte) repérez la caméra de surveillance? C'est pour vous retrouver dans la presse le lendemain. Avouez que c'est un beau souvenir. Laissez-vous tabasser par le conducteur qui sera sorti de ses gonds et de son siège. Dose selon votre envie et vos éventuelles tendances masochistes. Répliquez, c'est ça le tourisme, répliquez en ayant soin d'avoir repérer les sorties possibles. En principe un conducteur de métro c'est comme un pilote de ligne, il ne peut pas quitter son appareil en plein vol. Deuxième côté touristique : le lendemain vous aurez une ville entière bloquée, c'est déjà un spectacle, mais aussi la possibilité de visiter le centre de la ville à l'aise, à pied. Seul inconvénient : les vapeurs d'essence. Aucun tour operator ne vous proposera un tel city-trip. J'ai entendu dire que la capitale de l'Europe est un bon endroit pour les embouteillages spontanés. Bonnes aventures. 

09:55 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

15/02/2011

Ail

L'ail est bon pour la santé. Le saviez-vous ? Il suffit de placer des éclats d'ail détachées d'une gousse dans un petit récipient rempli d'eau pour voir l'ail germer. Les germes, les tiges vertes pour les non-comprenants, coupées très finement agrémentent le fromage blanc. Idéal pour des toasts. Personne ne devinera ce que vous présentez en zakouski. A condition de ne pas avoir adopté un petit cochon omnivore. Comme moi. Grouin-grouin, c'est son nom, a bouffé tous mes germes d'ail. et les éclats d'ail aussi. Zut, ça va puer l'ail dans mon auto quand je l'aurai cuit pour qu'il serve d'antivol pendu au rétroviseur.

 

014.JPG

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

14/02/2011

Trop mignon

Il me fend le coeur, Grouin-grouin, mon petit cochon. Il fait des bisous à tout le monde : à la boîte à rires comme sur la photo, à mes oreilles quand je le prends dans mon lit, au bocal de Maurice le poisson rouge du gamin, au téléphone même qu'il arrive à former des numéros au hazard avec son grouin et qu'il répond grouin grouin. Si on vous appelle et qu'on vous dit grouin grouin, c'est lui, c'est Grouin-grouin. Je lui donne souvent le téléphone et je mets le haut-parleur pour entendre les réactions. A pisser de rire. J'ai su me retenir mais c'était juste à temps. Trop mignon, mon Grouin-grouin.

 

013.JPG

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

13/02/2011

Omnivore !

Ah le con. Grouin-grouin, mon petit cochon, est omnivore. Heureusement que ça s'écrit sans " h" devant sinon il me manquerait des orteils. Voila qu'il se met à bouffer ma décoration de fleurs sèchées et de faux citrons en plastique. Les citrons, c'était pour apporter une touche jaune. Je ne sais pas vous montrer les citrons puisque Grouin-grouin les as déjà bouffés. Et demain ? Il va bouffer mes pantoufles ? Ouvrir le frigo et bouffer le ketchup du gamin ? Mes slips ? Un pied de la table de la cuisine ? Je pense qu'il n'arrivera pas à bouffer le lustre, c'est déjà ça de sauvé. Nom di dju, j'y pense, le fil électrique de mon ordi. Si je mets le fil électrique dans le frigo et qu'il ouvre le frigo va-t-il bouffer le ketchup du gamin ou le fil électrique de mon ordi ? Soyons positif : l'évier est en inox, il n'y touchera pas. Kiki, le hamster du gamin, est dans une cage, il n'y touchera pas. Les couverts, idem. Comme la friteuse et mon chausse-pied en métal. Mais le petit tambour du gamin en peau de porc ? Les cochons sont-ils cannibales comme les nègres, ce que j'ai appris à l'école ? Et le boudin qui est aussi dans le frigo ? Je pense qu je vais le cuire au plus vite.

 

012.JPG

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

12/02/2011

Grouin-grouin, la suite

Grouin-grouin, mon cochonnet et futur antivol de voiture à pendre au rétroviseur quand je l'aurai cuit au four, en pleine action d'élimination des plantes vertes stupides à arroser constamment alors que j'ai d'autres choses à faire. Quand le gamin a vu qu'il ne restait que des pots vides il a cru à un tsunami. Voyons, un tsunami au cinquième étage. Ah, le sot. Heureusement Grouin-grouin ne sait pas nager. En fait je n'en sais rien mais il regarde avec envie Maurice, le poisson rouge du gamin. Peut-être manque-t-il d'oméga trois ? Ou de graisse polyinsaturée ? C'est plus que dilemne, c'est au moins douze ou treize. Faut-il que je mette Grouin-grouin dans le bocal à Maurice ? Qui va bouffer qui ? Si Maurice mord la petite queue de Grouin-grouin celui-ci va crier grouin grouin et se noyer la bouche ouverte. Comment aller le repêcher puisqu'il ne mordra plus à un hameçon ? Si Grouin-grouin sait nager et qu'il bouffe les oméga trois, il va grossir et faire exploser le bocal de feu Maurice. Si vous avez une idée aidez-moi. Je n'en dors plus.

 

011.JPG

 

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

11/02/2011

La charade d'hier

Alors ? Trouvé ? A voir dans les commentaires d’hier.

Si oui, félicitations.

Pour les fainéants je reproduis la charade : « Si mon premier est ce qu’on fait en marchant, que mon deuxième est un animal rongeur et que mon troisième mouille, qui suis-je ? ». Voici la solution.

Je chante en tournant autour de la table : « Au pas, camarade, au pas, au pas, au pas ». C’est mon premier.

Pour mon deuxième c’est plus difficile. Il y a beaucoup d’animaux rongeurs. Le pire est l’inspecteur des impôts. C’est un rat, ce type.

Et ce qui mouille ? La douche évidemment. Mais paradouche ça n’existe pas. Parafoufounette non plus. Soyons simple, regardons le ciel et le petit nuage qui fait pluie pluie.

J’étais le parapluie. Merci pour votre fidélité.

07:33 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

10/02/2011

Cherche la charade

Aujourd’hui une devinette du gamin : « Si mon premier est ce qu’on fait en marchant, que mon deuxième est un animal rongeur et que mon troisième mouille, qui suis-je ? ». A demain.

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

09/02/2011

Grouin-grouin, mon nouvel ami.

Si, si, je l'ai lu, le cochon est omnivore, il mange tout. Grâce à Grouin-grouin, mon cochonnet, ma poubelle de déchets ménagers (pelures de pommes de terre, de carottes, de potiron, de panais, les restes de repas, les verts de poireaux) se désespère de se remplir. Je le dis à tous les pères célibataires, surtout à ceux qui habitent le cinquième étage, ou un autre, et qui ne peuvent pas faire un tas de compost : adoptez un petit cochon. Avec l'économie sur les sacs poubelles vous pourrez vous acheter de bonnes petites bières. Attention toutefois : vos plantes vertes vont disparaître. C'est aussi tout bénéfice, il ne faut plus arroser.

 

010.JPG

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

08/02/2011

Antivol

J'ai acheté un antivol pur porc à pendre à mon rétroviseur. Avant de le cuire au four pour le désècher je le laisse gambader dans mon appartement au cinquième étage. Il s'appelle Grouin-grouin. Je le prends dans mes bras quand le téléphone sonne. Je décroche le téléphone, je chatouille Grouin-grouin sous le menton, Grouin-grouin est content. Alors c'est lui qui répond : grouin grouin. " Suis-je bien chez monsieur Cols ? ". " Grouin grouin ". " Allo, monsieur Cols ". " Grouin grouin ". " Je pense qu'il y a erreur ". Moi : " Non, non, c'est bien ici mais je ne suis pas là alors c'est mon cochon qui répond. Laissez votre message après le bip sonore ". Tûûût tûûût tûûût.

 

008.JPG

 

 

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

07/02/2011

De mieux en mieux mais flou

" Papa, papa ". " Oui, gamin, quoi donc ? ". " Le poisson-sudoku, papa ".

 

004.JPG

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

06/02/2011

Nouveau poisson

" Papa ". " Oui, gamin ". " Regarde, papa. Tu connais le poisson-chat, voici le poisson-tigre ". " Magnifique, gamin. Tu as beaucoup d'idées comme ça ?. " Tu verras la suite demain, papa ".

 

003.JPG

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

05/02/2011

Saint Valentin le 14

" Bonjour, papa ". " Bonjour, gamin ". " Alors, papa, tu as la pèche ? ". " Pourquoi me demandes-tu ça, gamin ? ". " Ce sera bientôt la Saint Valentin ". " Bon, si on parlait d'autre chose, gamin ". " Oui, papa. peut-être qu'à défaut tu as la banane ". " Pourquoi dis-tu ça, gamin ". " Parce que, papa, pour égayer notre univers monotome, je me suis permis de décorer la cuisine ". " Ah bon. Où ça ? ". " Là, papa ".

 

001.JPG

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

04/02/2011

Triste réalité

Le temps arrange bien des choses, dit-on. Pourquoi tant de temps ? Donner du temps au temps ! Oh, temps, emporte le vent. Revenons à hier et les femmes énigmatiques. La bonne phrase, venant de Pierre Belfond, est : « Chez bien des femmes les pensées s’élèvent quand les seins tombent ». Triste réalité. Les hommes n’attendent pas que leur zizi indique le centre de gravité de la terre pour avoir des pensées intelligentes, sur le football, sur la politique, sur les jantes du dernier modèle de Porsche, sur les femmes sauf sur la leur, sur leur femme pour lui signaler qu’elle cuisine moins bien que sa mère à lui. Je me rappelle du couple d’écossais rencontré à Paris devant une vitrine de fine lingerie et d’elle, en admiration devant les soutiens-gorge. Lui, voyant le prix, lui a dit « Viens, Bobonne, laisse tomber ».

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

03/02/2011

Les femmes énigmatiques

Jeudi, le jour des énigmes. Quoi de plus énigmatique que les femmes. Pour les hommes ! Parce que les femmes, elles, elles se comprennent. Comprenne qui pourra. Dire que le créateur à fabriqué Eve avec un morceau d’Adam. Mais quel morceau nous a-t-il enlevé pour que nous, les hommes, soyons si beaux, si forts, si intelligents ? Et si humbles.

L’énigme du jour est simple, il suffit de trouver les deux mots manquants dans cette citation : « Chez bien des femmes les … s’élèvent quand les … tombent ». A vos commentaires et à demain.

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

02/02/2011

Gérard

J’ai reçu un coup de fil de Gérard. Vous le connaissez, c’est un collègue. Ma devinette favorite au bureau est : ‘ Quel est le prénom de Menpissédroidanlurinoir ‘ ou de ‘ Menbézé ‘ ou encore de ‘ Mandibule ‘ (celle-là les blondes du bureau n’ont jamais trouvé qu’il s’agissait de Gérard) ou de ‘ Menféproute ‘. Il m’a téléphoné. « Allo ». « Oui, Gérard, je t’ai reconnu. C’est normal, hein, il n’y a que toi qui me téléphones». « Dis, as-tu mis le petit jésus dans la crèche à Noël ? ». « Et bien, ça va te surprendre, Gérard, mais j'ai mis le petit jésus dans la crèche et j’en suis très heureux ». « Ah bon. Puis-je savoir avec qui ? ». « Avec l’âne et le bœuf, Gérard ». « Ha, ha, ha ». « Heuuu ».

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

01/02/2011

Fin de mois

Fin de mois, fin des soldes en Belgique et, bientôt, le 14, la fête des amoureux.

 

Tout change, tout évolue, maintenant on s'envoit des mots d'amour par gsm - portable - cellulaire (Tippexez les mentions inutiles).

 

C'est ainsi qu'eut lieu la " conversation " suivante par message écrit :

 

(elle) :

 

si tu es en train de dormir, envoies-moi tes rêves,

si tu es en train de rire, envoies-moi tes sourires,

si tu es en train de pleurer, envoies-moi tes larmes.

Je t'aime.

 

(sa réponse à lui) :

Je suis aux chiottes, je t'envoie quelque chose ?

 

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |