24/10/2007

Cherche la bonne tranche

« Monsieur, bonjour, je voudrais du jambon, vous pouvez découper ». « Quel jambon, monsieur, à l’os, braisé, de York, d’Ardennes ? ». « Du jambon de cochon, s’il vous plait ». « Montrez moi avec votre doigt, ce sera plus simple ». « Là, celui-là, il a l’air sympathique, allez y, coupez ». Dziiiiit, dziiiiit, dziiiiit, dziiiiit ; « Alors, monsieur, ça vous va ? ». « Encore, encore, coupez ». Dziiiiit, dziiiiit, dziiiiit, dziiiiit, dziiiiit. « Voilà, monsieur, ça ira comme ça ? ». « Encore, encore, coupez, coupez ». Dziiiiit, dziiiiit, dziiiiit, dziiiiit, dziiiiit, dziiiiit ». « Stop, celle-là ». « Quoi, celle-là ? ». « Je vais prendre cette tranche là ». « Et les autres ? ». « Monsieur, je n’ai qu’un chicon, il est splendide, je veux la plus belle tranche pour cuisiner mon chicon au gratin ».

23/10/2007

Cherche un tabouret à frein

Un copain est venu avec son tabouret de piano m’aider à changer les ampoules électriques. Pourquoi un tabouret à piano, me direz-vous. Hé, ho, pas con, le tabouret à piano a un pied en forme de vis, quand tu tournes dans le sens des aiguilles d’une montre, le siège du tabouret monte, quand tu dévisses, il descend. C’est fait pour les pianistes, les pianistes à petits bras doivent monter leur derrière plus haut pour arriver aux touches. C’est merveilleux, la musique. Comme j’ai le vertige, j’avais besoin d’un copain qui ne l’a pas. « OK, je tiens l’ampoule, descend moi ». Je dévisse et, comme un patineur artistique, mon copain tourne, tourne, tourne. « Stop, j’ai l’ampoule ». « Tiens, voilà la nouvelle ». Et je visse, et mon copain tourne, tourne, tourne jusqu’à ce que paf, boum, aïe, le copain se pète le crâne au plafond. Je cherche un tabouret de piano avec frein car il reste trois ampoules à remplacer.

11/10/2007

Cherche le look

« Waw, papa, quel look ». « Quelle louque, quelle louque, que veux-tu dire, gamin ? ». « Ben, avec le taille basse ». « Gamin, voyons, je n’ai pas de taille basse à ma Citroën Berlingo ». « Papa, je parle de tes fesses ». « Qu’ont-elles, mes fesses ? Elles ne sont pas roses ? ». « Si papa, je les vois. Quel look, le pantalon taille basse ». « Heuuu, gamin, dans la vie tout le monde peut craquer un jour ou l’autre, hein. Ce matin, c’est ma ceinture qui a craqué, compris ».

30/09/2007

Cherche l'appétit

« Gamin, c’est quoi ce truc hideux ? ». « C’est ma copine Louisa ». « Et comment elle est arrivée ici ? ». « Par l’ascenseur, papa ». « Gamin, n’énerve pas mes nerfs énervés. Mil dju d’bouc, qu’est-ce que ce chiffon fait ici ? Haaaaaaa, gamin, t’as entendu, il y a quelqu’un dans les toilettes. Viens, on va l’assommer avec la poêle à crêpes ». « Non, non, papa, Non, non, c’est la maman de Louisa, elle m’a ramené de l’école, elle avait pipi et je lui ai dit de monter ». « Heuuu, jeee, heuuu, bonjour madame, enchanté de vous connaître, Biglodion, je suis Biglodion, et vous, votre petit nom, c’est comment ? ». « Viens, Louisa, on doit encore passer chez Carrefour et papa nous attend ». « Vous avez une splendide petite fille, madame, elle est mignonne, comme sa maman ». « Louisa, tu viens, ne touche à rien, c’est plein de poussières ici ». « Heuuu ». … « Papa, on mange quoi ? ». « Mange ce que tu veux, gamin, moi je n’ai pas faim ».

15/07/2007

Cherche à placer les hamsters

« Vous ici, mon ex beau-fils, quelle surprise. Entrez ». « Je ne suis pas seul ». « Ah, vous allez vous remarier ». « Non, hein ». « Je me disais aussi, c’est impossible, ha ha ». « Heuuu ». « Alors, c’est qui ? ». « Kiki ». « Qui qui ? Quoi qui qui ? ». « Kiki ». « Hé, ça ne s’arrange pas, vous ». « Mais, Kiki, quoi. Kiki ». « Dites, vous passez l’émission en boucle ? ». « Kiki et Pipette, les hamsters du gamin ». « Ah, Kiki. Vous êtes lent à la détente, hein, vous n’avez pas changé ». « Heuuu, yé souis comme Roulio Essuiglace, yé né pas sanzé ». « Arrêtez vos conneries, je fais quoi avec les rats ». « Des hamsters, ex beau-papa, ce sont des hamsters, je suis content de vous apprendre quelque chose, na ». « Et ça pisse partout, ça ? ». « Non, non, c’est très propre, et ils tournent dans la roulette même que, quand Pipette est devant et Kiki derrière et que, si Pipette s’arrête Kiki lui fonce dedans et après il y a des petits » ; « C’est comme ça que vous avez fait avec ma fille ? ». « Non, non. C’était sur votre fauteuil à bascule quand vous étiez parti vous acheter des cigarettes ». « J’ai tout compris, vous basculiez, le pied du fauteuil a cassé et je suis devenu grand-père ». « Heuuu ». « Vos trucs, je les plante à combien de profondeur ? ». « Il ne faut pas les planter, ce sont des hamsters, il faut les garder pendant les vacances ». « Ils sont des vêtements de rechange ? ». « Heuuu, bè non, j’ai mis un sac de graines et des cacahuètes pour quand ils sont sages. Le gamin vous expliquera ». « Le gamin ! Il est au camp. Sa mère n’a pas le temps de s’en occuper. Elle travaille ». « Ah. Heuuu ».

04/07/2007

Cherche la bonne pommade.

« Mais vous êtes tout rouge ! ». « Oui, docteur, c’est mon nez. Je me suis fais un nez rouge avec la saloperie qui entoure la saloperie de fromage fondu qu’on vend en petites boulettes aplaties ». « Vous achetez ça, vous ? ». « Non, docteur, je n’achète jamais ça, mais j’ai succombé à la tentation, on pouvait gagner une corde à sauter ». « Vous sautez à la corde, vous ? ». « Heuuu, non. Jamais, mais peut-on savoir, peut-être qu’un jour, si je rencontre quelqu’un, si elle veut se faire sauter, elle aura la corde ». « C’est votre derrière qui est tout rouge ».. « Ah, heuuu, mon derrière, docteur, je comprends tout, je me suis allongé le cul en l’air et je vous parle de mon nez. Suis-je bête ! ». « Qu’avez-vous vous fait ? ». « J’ai pris un bain, docteur ». « Un bain ! Dans quoi ? ». « Heuuu, j’ai pris un bain de soleil, docteur. Je me suis endormi dehors et j’avais abaissé mon pantalon parce que j’avais trop chaud, vous savez, docteur, les fesses à l’air, ça rafraîchit ». « Mais vous êtes brûlé au troisième degré ». « M’en fous, j’habite au cinquième ». « Je vous prescris de la pommade, vous l’étalerez bien partout  ». « Heuuu, sur les tartines ? ». « Non, là où ça fait clap clap clap quand je tape dessus ». « Aïe, aïe, aïe, j’ai compris, docteur ».

26/06/2007

Cherche à faire étudier le gamin.

« Gamin ». « Oui, papa ». « Si tu travailles bien à l’école tu auras un chien ». « Chouette ». « Un petit, hein ». « Petit comment, papa ? ». « Six, sept centimètres ». « C’est un quoi, le chien ». « Un Saint-Bernard ». « C’est comment, un Saint-Bernard ? ». « Blanc et noir, avec un tonneau en dessous du cou ». « On l’aura quand, papa, le chien ? ». « Après tes examens. Tu pourras le pendre toi-même ». « Hein, où le pendre, papa ? ». « Au rétroviseur de l’auto ».

25/06/2007

Cherche à inculquer l'histoire au gamin

Le cheval Bayard promenait les quatre fils de Raymond. « Gamin, c’est quoi cette histoire de cheval ». « C’est mon devoir, papa. On a appris Godefroid le Brouillon, le cheval Bayard, les croisières ». « Zâââde, gamin, les croisaaades. Et c’est qui, ce Raymond ? ». « C’est l’inventeur de l’autocar scolaire ». « Ha ha, pourquoi pas de la locomotive, hein, qui sait, le cheval, c’était peut-être un cheval-vapeur. Gamin, Bayard, ce n’est pas un cheval, c’est un rocher, à Dinant ». « A Dinant, c’est les couques, papa ». « Sèlècouque, Sèlècouque, c’est qui Sèlècouque ». « Mais, papa, rappelle toi mon voyage scolaire à Dinant, je t’ai rapporté une couque ». « Haaa, oui, la mini-pizza brune et toute dure, c’est une couque ! ». « Ben oui ». « Dis, gamin, tu connais le prénom de monsieur Namuralanagessèpadelatarte ». « Non, papa ». « Ferdinand ».

24/06/2007

Cherche à ne pas ouvrir

« Papa, pourquoi tu rampes ? ». « Vite, vite, gamin, couche toi par terre, allez, fais toi tout petit ». « Mais, papa, on a sonné ». « Justement, gamin, il faut se cacher, ce sont peut-être des témoins de jéhovah, ils ne faut pas qu’ils nous voient par la fenêtre ». « Mais, papa, on habite au cinquième étage ». « Gamin, reste allongé, ne respire plus, ne pète surtout pas, ils pourraient t’entendre ». « Papa, c’est quoi des témoins de véhoja ? ». « Des fous, gamin, des fous. Ils sonnent, tu ouvres, ils ne veulent pas entrer, ils restent plantés devant la porte avec une splendide mallette noire, tu leur demandes combien coûte la mallette parce que tu la trouves belle, ils te parlent de la fin du monde, tu leur redemandes combien pour la mallette, c’est normal, non, s’ils venaient avec une lessiveuse tu leur demanderais combien coûte la lessiveuse, logique, non ? ». « Papa, ça ne sonne plus ». « Attends, gamin, je vais ramper jusqu’au balcon et jeter un œil ». « Jette aussi le sac de la poubelle à pédale de la cuisine, papa » « Heuuu ».

22/06/2007

Cherche toilettes en urgence

« Bonjour, maman ». « Ah, c’est toi, idiot, il est temps ». « Heuuu ». « Tu sais, la fête des mères, c’était il y a plus d’un mois ». « Heuuu ». « Tu viens parce que tu as oublié d’acheter des œufs et que tu veux te faire une omelette, c’est ça ? ». « Heuuu, je viens pour une urgence, maman ». « Une urgence, laisse moi rire ». « C’est urgent, maman ». « C’est ça, tes raviolis sont en train de brûler et tu viens me demander comment éteindre la cuisinière ? ». « Heuuu, maman, les toilettes sont bouchées et je, heuuu, c’est urgent ». « Tu reviendras quand tu te seras soulagé ». Vlan. Je cherche une toilette en urgence, pas occupée si possible.

21/06/2007

Cherche à fêter l'été

Quand j'étais chez mon pèèère, apprenti pastouriau. Il m'a mis dans les landes, pour garder les troupiaux. Troupiaux, troupiaux, je n'en avais guèèère, troupiaux, troupiaux, je n'en avais biaux.

 

Blogueuses, blogueurs,

Nous sommes le 21 juin,

Houhou, c’est l’été,

Ouvrez vos fenêtres

Et chantons tous en chœur :

 

Quand j'étais chez mon pèèère, apprenti pastouriau. Il m'a mis dans les landes, pour garder les troupiaux. Troupiaux, troupiaux, je n'en avais guèèère, troupiaux, troupiaux, je n'en avais biaux.

20/06/2007

Cherche une alternative aux poum poum

 « L'homme de crôôô, l'homme de mâââ, l'homme de gnooon, l'homme de cromagnon, poum, l'homme de cro de magnon ce n'est pas du bidon l'homme de cromagnon, poum poum, l'homme de cro de magnon, ce n'est pas du bidon, l'homme de cromagnon, poum poum, poum poum, poum poum, poum poum, poum. ». « Biglodion, stop, vous n’êtes pas ici pour faire le singe en criant poum poum et en vous tapant sur la poitrine ». « Bien, chef ». « L'homme de crôôô, l'homme de mâââ, l'homme de gnooon, l'homme de cromagnon, poum, ». « Biglodion, je vous entends ». « L'homme de crôôô, l'homme de mâââ, l'homme de gnooon, l'homme de cromagnon, poum ».    « Biglodion, ça suffit, vos poum poum, poum poum, si vous continuez vous finirez par vous gratter les couilles d’une main et le dessous de bras de l’autre ». « Je peux le faire, chef, si vous voulez ». « Non, non et non, nom de nom de nom de nom ». « Oui, oui, chef, oui de oui de chez oui ». « Sortez ». « Dehors, chef ? ». « Sortez de mon bureau et, promettez-moi, plus de ploum ploum, hein ».

19/06/2007

Cherche la nostalgie silencieuse

Hier, triste affaire : je suis tombé, j’ai pris une pelle, la pelle du 18 juin « Que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaîîître ». Ah, Charles, (Le grand Charles, hein, pas Aznavour), nous étions à l’école ensemble : moi assis sur le banc, en courte culotte, et toi tu avais ta photo dans le livre d’histoire, en général. Bom bom bom bom. Non, non, ce n’est mon cœur qui s’emballe, c’est ici Londres, bom bom bom bom, les français parlent aux français, bom bom bom bom. « Hé, la-haut, c’est pas fini de taper sur la cloison ». « Excusez-moi, c’est la nostalgie, l’appel du 18 juin ». « N’avez qu’à faire une minute de silence ».

18/06/2007

Cherche un mode d'emploi à clou

Si j’avais un marteau, boum boum,

Je cognerais le jour, aïe,

Je cognerais la nouille ouille ouille

J’y mettrais tout mon cœur, et zut,

Je bâtirais une CLINCH PAF,

Et j’y mettrais mon pèèère,

Ma mère, mes frères zé meeerde,

Oh, oh, ce serait le bonheur.

Bon. Réfléchissons. Peu mais bien. Je pense qu’il serait souhaitable de commencer par enfoncer le clou et puis de pendre le tableau plutôt que de taper sur le tableau pour enfoncer le clou que je tiens entre le tableau et le mur. Ca m’apprendra d’acheter des clous bon marché, il n’y a pas de mode d’emploi.

17/06/2007

Cherche du sidol

« Regarde, Gérard, j’ai des tubes en or ». « C’est du cuivre, idiot ». « Heuuu, ah bon. Merde, faut que je trouve du sidol »

16/06/2007

Cherche deux moutons, pas plus

« Papa, je veux des moutons ». « Gamin, enfin, voyons, tu es fou ou quoi, des moutons, dans l’appartement au cinquième étage, ils vont brouter la moquette ». « Papa, je veux des moutons ». « Tu auras une écharpe en laine, gamin. La laine, c’est du mouton ». « Papa, t’as vendu Ham, Stram, Gram, Piképi, Kéco, Légram, les petits hamsters, je veux des moutons ». « Heuuu, gamin, faisons un compromis. D’accord pour deux moutons, deux jours, pas plus, les 24 et 25 décembre, pour faire une crèche vivante pour Noël si, condition signée canonne, on arrive à faire monter un âne et un bœuf dans l’ascenseur ». Je cherche deux moutons pour les 24 et 25 décembre.

15/06/2007

Cherche un fax grosse épaisseur

J’ai trouvé pour me débarrasser de confier à des personnes aimant les animaux, Ham, Stram, Gram, Piképi, Kéco, Légram, six petits hamsters amitieux et plein de poils. Au début, je pensais les mettre dans des boîtes de la Poste mais je me suis dis, en moi-même, avec les cure-dents pour faire les trous respiratoires, je risque de les blesser. Avec la foreuse aussi. Je vais donc vous les envoyer par fax. Hop, ni vu ni connu, pas de TVA, pas de taxe à l’exportation, un fax et hop, le hamster est chez vous. ET, C’EST IMPORTANT, il n’est plus chez moi. Mon problème : j’ai essayé de mettre Piképi dans ma photocopieuse – imprimante – fax et il fait kîîîî-kîîîî. J’ai peur de l’écraser. J’ai déjà une descente de lit en peau de mouton, je n’ai pas besoin d’une descente de lit en hamster. Il n’y aurait pas place pour un seul pied. Je cherche un fax grosse épaisseur.

14/06/2007

Cherche l'idée de demain

« Papa, viens voir les petits hamsters, Ham, Stram, Gram, Piképi, Kéco, Légram, il y a Gram et Légram qui ont grossi plus que les autres ». « Pas de problème, gamin, on les appellera Kilogram et Lékilogram ». « Mais, papa, Ham, Stram, Kilogram, Piképi, Kéco, Lékilogram, ça ne veut plus rien dire ». « Et Prof, Timide, Atchoum et les autres petits cons, tu crois que ça veux dire quelque chose, hein ? ». « Mais c’est Blanche Neige, papa ». « Appelle moi

Zwarte Piet, Père Fouettard pour les francophones, si tu veux, mais ces scampis à pattes et à poil qui sortent de la cage, je n’en veux plus. Il y en a un qui m’a bouffé les poils du nez la nuit dernière ». « C’est que c’est bon, papa ». « Hé, ho, gamin, ne t’approche pas de moi avec un couteau et une fourchette, hein, mon nez j’y tiens ». « Papa, t’es fou ». « Un nez, c’est un nez, demande à Cirano ». « C’est qui, papa ? ». « Un type de Bergerac qui a vécu au Moyen Age et qui avait un nez long comme une piste de saut à ski ». « Papa, on fait quoi avec les petits ? ». « Gamin, attends demain, j’aurai une idée ».

13/06/2007

Cherche à confier des hamsters

Kiki, le monsieur hamster, et Pipette, l’hamster dame, ont eu six petits, Ham, Stram, Gram, Piképi, Kéco, Légram. Le problème est multiple : un, ils ont grandi ; deux, ils savent se mettre debout sur leurs pattes de derrière ; trois, ils passent à travers des barreaux de la cage. J’en retrouve partout. Hier, plein de farine par terre, ils avaient éventré mon kilo de truc à crêpe ; aujourd’hui, plus de télé, le câble a été sectionné. Ils ont même réussi à faire un trou dans mon pantalon là où il ne faut pas. Non mais, si ça continue mon papier toilette sera transformé en confettis, ils vont boire mes canettes de bière, ils vont faire du scrapbooking dans mes albums photos, ils vont transformer mes rideaux en dentelles de Bruges, au secours, je fais des cauchemars. Je cherche à confier six ridicules petits hamsters gentils, gentils, gentils.

12/06/2007

Cherche la chaleur corporelle

« Papa, papa, Pipette, que tu appelles hamster dame, m’a mordu ». « Elle t’a mordu quoi, gamin ? ». « Le doigt, papa ». « Ah, bon ». « Mais elle m’a mordu, papa ». « Je parie que tu as joué avec les petits, Ham, Stram, Gram, Piképi, Kéco, Légram, hein ». « Non, papa, j’ai voulu les habiller pour qu’ils n’aient pas froid ». « Les habiller ! Mais, gamin, tu as déjà vu un hamster en smoking ? Un lapin en scooter ? Un éléphant en bikini ? Un mille-pattes en chaussettes ? Hein ? T’es stupide ou quoi ? ». « Papa, toi, t’as un caleçon molletonné, une chemisette électrique, une chemise épaisseur triple, deux paires de chaussettes, un pull à col roulé, un passe-montagne, et, dessus, un bonnet rouge de père Noël. Eux, ils n’ont rien ». « Gamin, écoute, si j’ai deux paires de chaussettes c’est parce qu’il y a des trous dans mes pantoufles. Eux, ils ont des poils partout, même dans les oreilles ». « Mais, papa ». « Stupide gamin ».

11/06/2007

Cherche le pourquoi du bronzage

« Papa, regarde, Ham, Stram, Gram, Piképi, Kéco, Légram, les six petits hamsters, sont allés à la mer pendant la nuit ». « Quoi, ils ont piqué les clefs de l’auto ? ». « J’sais pas, papa, mais hier ils étaient roses et aujourd’hui ils sont tout bronzés ». « Heuuu, attends gamin, je vais voir s’ils ont bien garé la voiture ». « Mais papa, c’est pas possible, enfin, ils n’ont pas le permis ». « Heuuu, mais c’est vrai qu’ils sont bronzés ». « Qu’est-ce qu’ils disent sur Internet, papa ? ». « Je cherche, gamin. Ah, voilà. Ils disent que les petits naissent sans poil. C’était donc ça, ils attrapent des poils. C’est beau la nature, hein. Tu sais quoi ? ». « Non, papa ». « On va leur chanter une petite chanson. Trois. Quatre. A poil, tout le monde à poil, les petits les grands, les bons les méchants. A poil, tout le monde à poil, … ».

10/06/2007

Cherche des noms de hamster

« Papa, les six petits hamsters, on va les appeler comment ? ». « Heuuu, ah, bé, cé, dé, euh, effe ». « C’est idiot, papa ». « C’est vrai, gamin ». Heuuu, s’il y en avait eu sept, on avait les noms des sept nains ». « Ouais, si on en avait eu douze, on avait les mois de l’année, hein, papa ». « Bien, gamin, et avec 40, on avait les copains d’Ali Baba, hein ». « Mais cherche, c’est toi le papa, ici ». « J’ai trouvé : Piképi, Légram, Ham, Kéco, Gram, Stram ». « Mais ça ne veut rien dire, papa ». « Non, gamin, mais ce sera facile pour les appeler tous ensemble : Ham, Stram, Gram, Piképi, Kéco, Légram ».

09/06/2007

Cherche conseils en hamster

« Papa, viens voir les hamsters, Pipette a eu six petits, c’est un record, hein, papa ». « Mais non, mais non, gamin, Blanche Neige a eu sept nains ». « Papa, on dirait des scampis qui bougent ». « Gamin, avec six scampis on ne sait pas inviter beaucoup de gens, hein ». « Quoi, tu veux les manger ? ». « Mais non, gamin, c’était pour rire, hein ». « On fait quoi, papa ». « Heuuu ». « Je n’aurai jamais assez d’argent de poche pour nourrir les huit ». « Heuuu, demain j’irai voir l’assistante sociale pour faire augmenter les allocations familiales ».

08/06/2007

Cherche un livre d'éducation sexuelle

« Papa, pour les hamsters, hein, tu m’as dit que Kiki et Pipette tournaient dans la roulette, Pipette était devant et Kiki derrière, que Pipette oscillait du cul, ce qui excitait Kiki, que Pipette a freiné sans prévenir et qu’ils se sont télescopés et que Pipette attend des petits, c’est comme ça que tu m’as fait avec maman ? ». « Gamin, je n’ai jamais mis les pieds dans une roulette de hamster ». « Mais alors, papa, tu m’as fait comment ? ». « Heuuu, comme Kiki et Pipette, mais sans la roulette ». « Tu tournais dans quoi, alors, dans la machine à laver ? ». Je cherche un livre d’éducation sexuelle, et vite.

07/06/2007

Cherche une garderie pour petits Kiki

« Papa, viens voir les hamsters, Pipette est deux fois plus grosse que Kiki ». « Ah, gamin, je crois que Pipette attend des petits ». « Comment ils ont fait les petits, papa ? ». « Heuuu, à mon avis, ils tournaient dans la roulette, Pipette était devant et Kiki derrière, Pipette oscillait du cul, ce qui excitait Kiki, Pipette a freiné sans prévenir et Kiki lui est rentré dans le, heuuu, dans, heuuu, bref, ils se sont télescopés, et hop ». « Qu’est-ce qu’on fait, papa ? ». « Je cherche une garderie pour les petits ».

06/06/2007

Cherche des têtards

« Gamin, t’es fou, on ne sèche pas un hamster qui est tombé dans la cuvette des WC avec un sèche-cheveux. Tu vas le noyer d’air chaud. Mets le dans un essuie. Non, non, gamin, pas de chewing gum à un hamster. Il va faire des bulles plus grosses que lui. Heuuu, gamin, arrête avec Kiki, va le mettre près de Pipette, sa madame, elle va le lécher, plus si affinité ». « Papa, j’ai envie d’élever des têtards ». Heuuu, qui c’est qui pourrait me céder quelques têtards. Promis, ils n’iront pas dans la cuvette des WC.

05/06/2007

Cherche une toute petite échelle

« Papa, t’as une échelle, une petite ? ». « Gamin, nous habitons au cinquième et il y a un ascenseur, que veux-tu que je fasse avec une échelle, hein ? ». « Mais une toute petite, papa ». « Prends un tabouret si tu veux t’envoyer en l’air ». « C’est pas pour moi, papa, c’est pour Kiki, le hamster ». « Dis, gamin, Kiki a assez avec sa roulette, hein ». « Mais, papa, Kiki est tombé dans la cuvette des WC ». « Hé bé, hé bé, hé bé, tu l’as encore laissé courir dans l’appartement. Dis gamin, il est de quelle couleur, Kiki, hein ? Il est brun. S’il avait été vert, comme une grenouille, d’accord pour la petite échelle. Quand je serais allé sur le pot, il serait venu me chatouiller les couilles les fesses avec ses moustaches, allez, bon, je le repêche ».

04/06/2007

Cherche mes étrennes en mai

« Maman, quelle surprise ! Et ça a été pour prendre l’ascenseur ? ». « Idiot, tu sais que je suis championne du presse-bouton ». « Et comment t’es arrivée jusqu’à l’ascenseur ? ». « En caddy, un voisin m’a poussé. Ce n’est pas toi qui l’aurait fait, n’est-ce pas ». « Heuuu, si, mais déguisé en Père Noël qui dépose du brol dans les cheminées ». « Du brol, c’est comme ça que tu appelles ta mère, fils indigne ». « Heuuu, t’es venue pourquoi ? ». « Te souhaiter la bonne année, fils indigne, puisque tu n’es pas venu ». « Heuuu, aaaah, ah bon, pas venu ? Mais je t’ai envoyé une carte, petite maman chérie ». « Salaud, fils de salaud, t’es pire que ton père, appelle un taxi, je repars ». « « Et mes étrennes, maman ? ».

03/06/2007

Cherche à me concentrer

« Papa, c’est quoi une perzamotoïde ? ». « Bèèè, heuuu, c’est une bèbète qui monte, qui monte, qui monte ». « Elle monte où, papa ? ». « Bèèè, heuuu, elle monte au grenier, gamin ». « Papa, c’est quoi un grenier ? ». « Bèèè, heuuu, nous, avec l’appartement, nous avons une cave. Ceux qui ont une maison ont une cave au dessus, ça s’appelle un grenier ». « Elle fait quoi au grenier ? ». « Qui ? ». « La permazotoîde ». « Pfffff, elle regarde la Star’ac ». « Papa, ceux qui ont un grenier ont une télé dedans ? ». « Heuuu, fous moi la paix, gamin, tu vois bien que je fais un sudoku ». « Papa ». « Quoi, gamin ? ». « Tu sues du cul ? ». « Gamin, mange tes raviolis ». « Papa, ils sont froids ». « Quoi, les spermatozoïdes ? ».

02/06/2007

Cherche une invitation pour la fête de l'école

« Papa, pourquoi t’as écrit caleçon ? ». « Gamin, je vais à une soirée et tout le monde devra chanter. ». « Tu vas chanter avec un caleçon sur la tête ? ». « Non, gamin, pour ne pas oublier le titre de la chanson que je vais chanter, je l’ai noté ». « C’est quoi ? ». « Un, deux, ah caleçon jolies les filles de mooon pays, poï poï poï poï, poï poï, poï poï poï poï, ah caleçon jolies les filles de mooon pays ». « T’es sûr que c’est le bon titre, papa ? ». « Eh oh, gamin, ce n’est quand même pas : ah slip jolies les filles de mooon pays, hein ». « Fais gaffe, papa, tu as été ridicule à la fête de l’école quand tu as voulu chanter les tétons. ». « Les tétons, j’ai chanté les tétons ? ». « Ben oui, papa, tu as chanté : Les tétons, petit naviiire, les tétons, petit naviiire ». « C’est quand la fête de l’école, gamin ? ». « L’institutrice ne veut pas que je te donne une invitation ».