11/07/2009

Cherche le nom de l'oiseau

" Gamin, prends le gros dictionnaire de la pile de droite, monte dessus pour atteindre le sommet de la pile de gauche, prends le livre du dessus, descends avec le livre, dépose le sur la table de nuit, remonte sur le dictionnaire, prends le bouquin suivant et fais lui suivre la même trajectoire jusqu'à la table de nuit, respire par le nez à cause des poussières, non ce n'est pas fini, remonte sur le dictionnaire, redescends, avec le livre du dessus de la pile, remonte, comment ça tu n'as plus besoin de monter sur le dictionnaire, ah bon, alors vas y à pied, normalement tu vas arriver à un livre sur les oiseaux intitulé Le Livre des Oiseaux, c'est facile à trouver, il y a des oiseaux sur la couverture, non, gamin, ce n'est pas encore l'heure de ton quatre heures, soit bien content que je joue avec toi, et je ne veux plus t'entendre dire que je te fais chier, non mais, tu te crois chez tes grands-parents maternels, alors, tu l'as le livre sur les oiseaux, je sais gamin mais aujourd'hui tu auras un quatre heures et demie au lieu d'un quatre heures, dans la vie il faut varier les plaisirs, non, pas celui-là, tu vois bien qu'il y a une omelette sur la couverture, c'est le livre ABC de la Cuisine pour Débutants, quoi, lequel, les suceuses en chaleur, non, laisse tomber, gamin tu veux bien le ramasser, laisse tomber est une expression française, j'ai l'impression que tu apprends plus avec moi qu'à l'école, ah, tu l'as, tu es sûr, avec une hirondelle et un rouge-gorge, youpie. Gamin, nous allons jouer aux explorateurs. Cherche les oiseaux à bec rouge dans le livre. Je vais te montrer une photo d'oiseau que j'ai prise et nous devons retrouver son nom. Regarde :

2009-07-06 033

07/07/2009

Cherche la bonne explication

« Papa, papa ». « Oui, gamin ». « Papa, Kiki et Pipette, les hamsters, ils font l’amour comment ? ». « Heuuu ». « Dis-moi, papa, comment ils font l’amour Kiki et Pipette ? ». « Heuuu ». « Le papa de Cédric, hier, il nous a dit que les abeilles font l’amour dard-dard ». « Quel con, ce type ». « Tu es jaloux de sa belle femme, hein, papa ? ». « Gamin, je te dis tout. Avant de faire l’amour tes hamsters jouent à la roulette et, s’ils font 69, il n’a pas de petits hamsters. Demain tu demanderas pourquoi au papa de Cédric ».

01/07/2009

Venez nombreux à ma brocante

Il va y avoir une grande brocante et foire du terroir dans ma rue, des deux côtés. J’ai loué la moitié de la façade de l’immeuble. L’autre moitié, c’est monsieur Gonzalez, le portugais du troisième, qui présentera des spécialités de son pays. Pendant qu’il fera foire du terroir je ferai foire du tiroir. Venez nombreux. Je suis facile à trouver : je serai au seul emplacement où il n’y aura rien car j’expose tout sur le balcon, au cinquième. L’ascenseur est gratuit mais, dedans, j’aurai mis le gamin qui acceptera volontiers quelques piécettes pour se constituer un pécule de vacances et aussi, très important, pour que vous entriez à la bonne porte au cinquième parce que ma voisine de palier a un sale caractère. Ambiance assurée. Venez nombreux.

26/06/2009

Cherche à disculper le gamin

« Alors, gamin, as-tu reçu tes résultats scolaires ? ». « Oui, papa ». « Et alors ? ». « J’ai un échec en religion ». « En religion ! Mais je t’avais fait répéter : Jésus, Marie, Joseph, l’âne et le bœuf, les bergers et les moutons. Tu as eu un trou de mémoire ? ». « C’est à cause des autres, papa ». « Quels autres, gamin ? ». « Les rois mages, papa ». « Mais, gamin, je t’avais dit d’écrire leurs noms à l’intérieur de la ceinture de ton pantalon ». « Je l’ai fait, papa, même que ce n’était pas facile de relire les noms pendant que madame interrogeait ». « Explique-moi, gamin ». « Le premier, c’était Gaspard ». « Et alors, gamin ? ». « Madame était contente de ma réponse. Le deuxième, j’ai lu Balthazar dans mon pantalon et j’ai dit Balthazar à madame ». « Et alors, gamin ? ». « Madame était contente. Pour le troisième j’ai lu dans mon pantalon et j’ai répondu Benetton. Madame n’a pas été contente ». « Gamin, j’irai dire à madame que j’ai eu une mauvaise idée ».  

24/06/2009

Cherche un ange Mickey

J'avais donné un truc infaillible au gamin pour amuser ses copains en classe : prendre une règle plate (une latte en français de Vallonie. Et toc !), en coincer deux ou trois centimètres sur le bord du banc avec une main, faire vibrer la règle (traduction simultanée : latte) avec l'autre main et faire remonter le bidule afin de raccourcir sa longueur et, par conséquent de faire vibrer le machin avec un son de plus en plus aïgu. Dzoooooiiiiiiiiiing. Je l'ai fait des centaines de fois, même au bureau, sans jamais me faire prendre. Le gamin, lui, s'est fait avoir par son institutrice au premier dzoooooiiiiiiiiiiing. Résultat des courses : une rédaction sur Mickey l'ange. Pour qui ? Pour papa, le gamin a vendu la mèche, la foreuse et l'allonge électrique. A mon âge, une rédaction sur Mickey l'ange. J'ai honte, je n'aurais pas du vous le dire. Peut-être avez-vous des indications, des dessins, des images de ce Mickey. D'avance merci.

20/06/2009

Cherche une carabine

 La photo d'hier a été prise sur le même manège mais plus tôt.

" Allo, le manège Tournesol ? Je suis celui qui tourne sur votre manège pour la deuxième fois sans savoir décoller. Dites, vous portez bien votre nom, vous ! " Ah oui, monsieur, chez nous ça tourne ". " Mais ça ne quitte pas le sol ". " Que voulez-vous, monsieur ? ". " Une carabine à bouchon. J'en ai vu au stand à côté de votre manège sur lequel je suis. Allez m'en chercher une ". " Une carabine à bouchon ! Pour faire quoi, monsieur ? ". " Tout à l'heure, j'étais derrière un string avec une jeune dame dedans et maintenant je suis derrière un gros con en short trop court. Je vois ses couilles qui dépassent de chaque côté. Mon gamin me regarde tourner en rond et je ne veux pas qu'il voit ce que je vois s'il regarde en l'air ".

133 (2)

19/06/2009

Cherche à décoller

La photo d'hier a été prise à Crupet, un des plus beaux villages de Wallonie. 

" Fixe-toi un objectif et ne le quitte pas des yeux " a dit le philosophe. C'est ce que j'ai fait. Je fixais le cul de la conasse à la jupe frivole et au string ficélien qui s'envoyait en l'air au manège de la fête foraine alors que moi, je tournais sur le manège, certes, mais au ras des pâquettes. Pas moyen de quitter le plancher des vaches. A chaque tour le gamin criait : " Coucou, papa ". Au sixième tour, il m'a crié " Tire sur la manette, papa, t'es ridicule en bas ". Au tour suivant il a hurlé " Monte, papa, c'est le même prix ". Puis " Ma madame de l'école te regarde ". J'étais hypnotisé par le string, là-haut, devant moi. Je tripotais la manette de haut en bas et de bas en haut, nerveusement, Tout à coup, alors que je n'avais touché à rien, le manège a ralenti et s'est arrêté. J'ai attendu sur mon engin. " Ticket ". " Mais, monsieur, je vous l'ai donné au tour précédent ". " Il faut un ticket à chaque fois, monsieur ". " Mais je n'ai pas décollé, ça ne compte pas ". " Monsieur, chacun choisit son altitude ". Je me suis fait virer du manège. Mais j'y retournerai. Je cherche comment faire pour décoller.

132

16/06/2009

Cherche un grand balcon

 Pour faire plaisir au gamin, j'ai acheté sur e-Bay une maquette grandeur nature du vaisseau spacial Soyouz et, si le mode d'assemblage est précis, j'espère avoir monté le vaisseau spacial pour le jour où il reviendra se l'école avec un bon bulletin de réussite de son année scolaire. Pour que la surprise soit complète je cherche sur e-Bay un casque rouge avec le marteau et la faucille dessinés dessus. Pour faire plus vrai. Quand le gamin reviendra de l'école avec son bulletin, je serai sous le casque aux commandes du vaisseau spacial et je crierai "Ici, l'espace, bonjour la terre. Le gros problème est que, d'après l'annonce, la maquette du vaisseau spacial est cinq fois plus longue que la longueur du balcon, seul endroit disponible de l'appartement si je rentre le bonzaï à l'intérieur. Je cherche un balcon, très long, que je pourrais fixer au mien, trop petit, pour y construire la maquette de vaisseau spacial qui va m'être livrée. Voici le descriptif de mon achat. Il y a urgence, on me le livre demain sur le trottoir.

009 (2)

04/06/2009

Cherche une autre histoire

Quand le gamin était petit il adorait l'histoire de St Nicolas qui avait recollé les morceaux d'un enfant découpé par un méchant boucher. A tel point que j'ai du remplacer l'enfant par les sept nains pour faire durer l'histoire. Après ce furent les quarante voleurs d'Ali Baba que St Nicolas devait recoller. J'ai du arrêter l'histoire quand le gamin m'a dit qu'en fait le boucher avait exterminé l'armée chinoise. Je cherche une autre histoire, plus courte.

02/06/2009

Cherche les yeux dans les yeux

« Gamin, regarde-moi dans les yeux, bien droit, comme tu le faisais avant ». « Papa, si je te regarde bien droit dans les yeux je vois ton front ». « Je m’en doutais. Tu as grandi, gamin ».

07:30 Écrit par Fanny dans petites annonces | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : papa, gamin, yeux |  Facebook |

01/06/2009

Cherche un menu à deux plats

« Papa, aujourd’hui c’est le jour de la tarte aux pommes. C’est chouette, non ? ». « Gamin, depuis quand crois-tu que c’est toi qui vas composer le menu ici ? Aujourd’hui on mange italien. En entrée, l’antipasti, c’est raviolis nature, et, en plat principal, raviolis à la sauce. Comme je n’ai que des boîtes de raviolis en sauce je vais en laver quelques uns pour préparer l’entrée. Gamin, j’espère que tu accepteras que nous n’ayons qu’une seule assiette pour tout le repas. Ils l’ont dit à la télévision : il faut économiser l’eau. C’est pour ça que, sur le balcon, j’aurais préféré planter un platane parce que c’est plein d’oiseaux, mais je me contente d’un bonzaï en pot. Pour les toilettes et pour la vaisselle c’est la même chose, il faut économiser l’eau et, pour la vaisselle, en plus, il faut économiser les gestes inutiles. C’est grâce aux économies que je peux t’offrir des vacances de deux fois un demi-jour à la plaine de jeux. Je résume : gamin, aujourd’hui journée italienne, deux plats, une assiette ». « Papa, tu peux supprimer l’entrée, je n’aurai pas fort faim car je dois garder une place dans mon estomac pour la tarte aux pommes. Papy et Mamy me l’ont dit ». « Pourquoi t’ont-ils dit ça, ces vieux schnocks, gamin ? ». « Parce que, papa, normalement, après les raviolis et avant ta sieste, il est prévu que tu me conduises chez eux ». « Gamin, tu veux faire la révolution ? Non seulement tu décides de mon repas mais tu veux gérer mon emploi du temps ! ». « Papa, si tu es sage maintenant, quand tu seras à l’hospice j’irai te porter des bonbons qui ne collent pas à ton dentier ». « Heuuu ».

30/05/2009

Cherche une punition exemplaire

J'ai surpris le gamin en train de fumer un cigare de la main gauche. " C'est un tout petit, papa " disait-il de la main droite. Il a osé ajouter : " Tu devrais avoir peur, papa, je suis le potiron masqué et je vais cracher tous mes pépins ". "D'accord, gamin, mais fais-le par la fenêtre. A l'intérieur ça ne poussera pas sur la moquette ". " D'accord, papa, mais j'exige une rançon ". " Tu sais ce qu'est une rançon ! ". " Oui, papa, et je suis déterminé à combattre pour mes revendications ". " " De mieux en mieux. Quelle est la rançon ? ". " J'exige, ce midi, une vraie soupe faite avec des légumes du marché, des poireaux, des oignons, des épinards à la crême à la place d'une soupe en poudre dans un sachet. Une soupe rouge, avec des boulettes ". " Et oui, rouge, j'aurais du m'en douter ".

2007 octobre 094 - Copie

26/05/2009

Cherche à avoir un beau bonzaï

« Gamin ». « Oui, papa ». « Gamin, si tu vas faire pipi sur le balcon du cinquième étage, fais le du côté des Demeulemeester parce que, du côté des Naessens, j’ai mis le bonzaï et il ne faut pas lui donner trop d’engrais liquide ». « Oui, papa ». « Merci, gamin ».

24/05/2009

Cherche la fête des pères

« Papa, c’est bientôt la fête des pères. Tu veux quoi comme cadeau ? Madame, à l’école, demande des idées ». « Un pot de yaourt vide avec des confettis collés dessus, Grâce à ton institutrice j’ai commencé une collection de pots de yaourt. Quand tu auras quarante ans je m’achèterai une planche que je fixerai au mur pour exposer tous tes chefs-d’œuvre. Le musée du pot de yaourt à travers le temps. A York il y a le musée du jambon. A Agen c’est le musée du pruneau. A Garenne celui du lapin. A Compote celui du boudin. Ici, ce sera le musée du pot de yaourt ». « Papa, tu m’achèteras une casquette marquée Guide ». « Gamin, j’espère qu’à quarante ans tu feras autre chose que d’attendre des autocars de japonais  venus photographier un mètre cinquante de pots de yaourt, ça va coincer dans l’ascenseur pour les faire monter au cinquième étage ». « Je t’offre quoi, alors, papa ? ». « Du persil, du vrai, du vivant. Je n’en ai jamais vu mais ce n’est pas cher. Il parait que c’est bon pour la santé, pour avoir une biloute qui se lève devant les dames, que c’est plein de fer comme les chemins qui supportent les trains ». « Papa, je fais quoi avec le pot de yaourt que madame m’a confié pour ta fête ? ». « Heuuu ».

Lhistoire du plâtre est terminée. Retrouvez-la dans le colonne de droite à partie du 14 mai 2009. Bonne lecture.

20/05/2009

Cherche à éviter la fête

« Papa, j’ai raconté à l’école ce que tu m’as dit hier. Ils ont ri tellement bruyamment que le directeur est venu voir ce qui se passait parce qu’on dérangeait les autres classes. A la récré on a essayé de faire ce que tu as dit en faisant le bras cassé et en retirant nos pantalons et le directeur s’est fâché. Mais toi tu es devenu un héros ». « Pour ton institutrice aussi ? ». « Je sais pas, papa. Mes copains demandent que tu viennes mimer comment tu fais à une main dans les toilettes ». « Ah, gamin, ce sont des moments de grande solitude, surtout quand on s’aperçoit trop tard qu’il n’y a plus de papier ». « Tu viendras, papa ? On te donnera une chaise percée de l’école gardienne». « Non, gamin, non, pas à cul tout nul devant ton institutrice ». « Tu n’as qu’à garder ton slip, papa. Madame a dit que si c’était comique on te demanderas de le faire sur scène à la fête de l’école ». « Pourquoi pas à la starac tant que tu y es. Je chanterais ‘Viens, viens, ma brûûûne’ a capella. Et puis, j’espère bien que je n’aurai plus de plâtre le jour de la fête de l’école. Si c’est le cas, je demande qu’on me plafonne le reste et je fais don de mon corps au musée Grévin. Donc, c’est non ». « Et qu’est-ce que je vais dire à madame, papa ? ». « Tu n’as qu’à lui dire que j’ai dit que ce n’est pas par le derrière que nous ferons plus ample connaissance ».    

19/05/2009

Cherche à décrire ma siruation

« Papa, tu peux m’aider ? Pour l’école je dois écrire sur une grande difficulté qu’on peut rencontrer dans la vie ». « Heuuu, je ne sais pas, moi. Heuuu, arriver à pousser sur le bouton de l’ascenseur et puis sur le bouton de l’étage quand on a un sac de provisions dans chaque bras avec les verts de poireau qui dépassent et qui chatouillent le nez et qu’on ne sait pas si ce qui coule dans un sac sont des tomates écrasées ou des œufs cassés ? ». « Pas ça, papa. Madame a dit : une grande difficulté ». « Gamin, prends de quoi écrire, je tiens le sujet. Titre : Comment enfiler un pantalon quand on a un orteil bleu d’un côté et le bras dans le plâtre de l’autre ». « Papa, tu es sûr que c’est une grande difficulté ? ». « Une heure et demi pour y arriver, gamin, c’est une grande difficulté, je peux aller faire la démonstration devant ton institutrice. Ecris ». « Oui, papa ». « Petita : comprendre que vouloir le faire debout, c’est se casser la gueule une deuxième fois. Petibé : s’asseoir sur le bord du lit et enlever son pantalon de pyjama à une main. Peticé : se relever en prenant appui sur le pied qui ne fait pas mal, sinon, ouille, on retombe sur le lit, et ça parce qu’on a oublié de prendre son pantalon. Petidé : s’asseoir à nouveau mais pas sur le pantalon jeté sur le lit sinon on retourne une case en arrière. Petiheu :  glisser prudemment le pied endolori dans la bonne jambe du pantalon jusqu’à ce que le pied dépasse. Petiteffe : c’est là que ça se corse car un pantalon ce sont deux jambes et une partie commune, là où il y la braguette et la ceinture. Impossible de faire entrer l’autre jambe dans un pantalon remonté jusqu’au dessus. Donc redescendre, à une main, la jambe du pantalon sans qu’elle ne sorte de la jambe, la vraie, celle au pied à l’orteil bleu. Petigé : essayer de faire entrer l’autre jambe dans l’autre jambe du pantalon jusqu’à ce que le pied dépasse. Petihache : remonter le tout, à une main, une fois côté gauche, une fois côté droit, sinon ça coince ». « C’est long, papa ». « Attends, gamin, ce n’est pas fini. Jusqu’ici ça ne fait que trois quarts d’heure. Il faut recommencer toute la procédure parce que tu viens de t’apercevoir que tu as oublié de mettre ton slip ».

17/05/2009

Cherche à passer un bon dimanche

« Papa, c’est dimanche. Je peux aller sur le balcon jouer au golf miniature que les cloches m’ont apporté à Pâques ? ». « Gamin, je te répondrai quand tu auras rangé l’aspirateur et son tuyau ». « Pourquoi, papa ? Tu veux inviter ma madame de l’école ? ». « Gamin, tu lis dans les pensées, maintenant ? Si oui, dis-moi ce que tu vois dans mes yeux ». « Je vois la grosse paire de lolos de madame ». « Gamin, tu te trompes, c’est sur le frigo que j’ai mis des tas de nénettes aux gros nénés. Même que, lorsque j’ouvre le frigo, je ne sais plus ce que j’allais y chercher ». « Papa, tu devras t’en séparer si ma madame vient ». « Pourquoi viendrait-elle, ton institutrice, gamin ? ». « Elle nous a dit qu’il faut aider les pauvres d’esprit, les esseulés et les grabataires et que, avec ton bras dans le plâtre, tu étais un bon exemple parce que tu fais partie des trois catégories ». « Heuuu. Elle compte venir quand, ta madame, gamin ? ». « Je ne sais pas, papa, mais elle a dit que le vrai don c’est quand l’autre ne s’y attend pas ». « Gamin, range l’aspirateur, descend les assiettes et les casseroles qui sont dans l’évier à la cave, tire la chasse dans les toilettes et utilise ce que tu appelles le changement de vitesse pour brosser la cuvette, ramasse le paquet de pâtes qui s’est ouvert quand je l’ai sorti de l’armoire, fais un tas avec toutes les factures et mets le tout sous mon oreiller, change l’eau de Maurice le poisson rouge et la litière des hamsters, mets du savon de vaisselle dans les soucoupes des plantes pour parfumer l’appartement au citron. Pendant ce temps-là je vais me raser, m’extraire de mon pyjama pour enfiler une tenue décente et me mettre du spray à la lavande sous les aisselles. Gamin, si ta madame débarque à l’improviste dans son rôle de bonne sœur, il faut que tu sois digne de ton papa. Compris. Exécution ».

16/05/2009

Cherche l'institutrice du gamin

« Papa, on a parlé de toi à l’école ». « Gamin, je la connais. Un ardoisier est venu parler de son métier, c’est ça ? ». « Pourquoi tu dis ça, papa ? ». « Parce qu’un ardoisier parle de toit. Je le sais depuis mon service militaire. Je me suis fait avoir par des copains de chambrée. Alors, pour bien me faire voir de l’adjudant-chef, je lui ai dit – On a parlé de vous, chef. – Ah bon. Qui ça. – L’ardoisier, chef ». « Et alors, papa ? ». « J’ai été de corvée épluchage des patates pendant une semaine. Mais pourquoi a-t-on parlé de moi à l’école, gamin ? ». « Tu as été cité en exemple, papa ». « Ah, enfin, mes qualités sont reconnues par ton institutrice ». « En exemple à ne pas suivre, papa ». « Comment ça, gamin ? ». « A la question ‘Que fais votre papa ?’ j’ai dis que tu avais fait un vol plané en trébuchant sur le tuyau de l’aspirateur ». « Et alors, gamin, je me suis relevé, non ! C’est de l’héroïsme ». « Madame a dit que tu étais un bel exemple de malpropre qui laisse traîner ses affaires et qui s’en mord les doigts ». « Gamin, c’est quand la prochaine réunion de parents ? ».

14/05/2009

Cherche du viagra

J’ai du m’absenter des blogs suite à un dérapage non contrôlé sur le tuyau de l’aspirateur dérangé, c-à-d non rangé. J’ai toujours le gros orteil bleu. Le gamin me nargue en chantant « Quand on a les pieds bleus c’est qu’on est amoureux ». Le pire, c’est écrire. A cause du plâtre au bras gauche. Surtout les majuscules parce qu’il faut souvent les deux mains. J’ai trouvé le truc : j’utilise les pilules de viagra achetées un jour par curiosité et que je n’ai jamais utilisées par manque d’occasion malgré mes nombreuses tentatives. J’ai un problème : l’effet du viagra s’évapore en plein milieu d’une phrase, sans prévenir. alors je fais appel aux veuves récentes. mesdames, tout d’abord je vous présente mes condoléances. si, en fouillant dans les tiroirs secrets de feu votre homme, vous retrouvez des pilules de viagra, vous pouvez me les envoyer. j’en ferai un usage honnête. d’avance merci.  

30/04/2009

Cherche l'énigme

« Docteur, pour les séances de divan, faites-vous des abonnements à prix réduit ? ». « Non, pourquoi ? ». « Je crois que ça va être long avec moi, docteur. Je suis une énigme pour moi-même ». « Qu’est-ce qui vous turlupine aujourd’hui ». « Je n’aime pas ce mot, docteur. Je n’ai plus turlupiné depuis des années-lumière. Il n’y a plus de lumière, docteur. Quelqu’un a du couper le courant ». « Avez-vous des indices sur l’origine ». « Quelqu’un m’a dit que je faisais une obsession sur les raviolis ». « Ah bon ! Je ne vois pas le rapport ». « Vous voyez, docteur, vous ne voyez rien non plus. Pas de rapport, c’est ça qui me turlupine ». « Mais ! ». « Docteur, moi je peux le dire. Je paye pour le dire ». « Sans vouloir vous demander le prix d’une séance, expliquez-moi comment vous préparez les raviolis ». « En ouvrant une boîte, docteur ». « Bien, bien. Ensuite ? ». « Quand c’est chaud j’appelle le gamin pour qu’il vienne à table ». « Je veux dire : entre les deux que faites-vous ? ». « J’allume le gaz. Le gamin n’aime pas les raviolis froids ». « Bien. Racontez-moi. Que mettez-vous sur les raviolis, du gruyère, du parmesan, du persil de la ciboulette ? ». « C’est quoi ça, de la ciboulette, docteur ? ». « Ce sont de fines herbes qu’il faut couper en tout petits morceau ». « C’est trop dangereux la ciboulette, docteur ». « Mais non, c’est bourré de vitamines ». « Je veux dire que c’est dangereux pour moi si je dois la couper en petits morceaux, docteur. Je n’ai déjà pas facile pour ouvrir la boîte, j’en mets partout, d’ailleurs je ne mets plus les raviolis dans une casserole, ça fait trop de vaisselle, je chauffe la boîte ». « Mais il n’y a pas de manche à une boîte ! ». « Je sais ». « Et alors ? ». « J’attends que ça refroidisse. Une expérience m’a suffit. Pas con, hein, docteur ». « Ce sera tout pour aujourd’hui. Vous restez une énigme pour moi ». « A propos, docteur ». « Oui ». « Pour la prochaine fois mettez plus de coussins sur le divan ».

09/04/2009

Cherche à vous distraire de le l'énigme

Je suis parti à Rome pour la révision des cloches et ne pourrai participer à l'énigme de ce jour. En bon joueur j'espère que personne ne trouvera d'ici mon retour. voici de quoi vous distraire.

-  -  -  - 

« Gamin, tu aimes les bateaux ? ». « Oui, papa, je veux être mousse à Hyon, près de Mons ». « Tu sais, gamin, quand j’avais ton âge, je croyais que le sextant du marin c’était le sexe tendu marin ». « A cause des bittes d’amarrage, papa. Tu sais que le bateau du capitaine Iglou a coulé, papa ? ». « Je sais, gamin, j’avais oublié de rebrancher le surgélateur ». « Mais non, papa, pas le poisson, le bateau. Il a coulé parce qu’il a fait iglou iglou iglou ». « Ah, ah, gamin, tu es bien le fils de ton père. Voici un problème de marin, gamin. Une échelle de corde de 3,5 mètres pend à un bateau. La marée monte de cinq centimètres par heure. Dans combien de temps la marée aura-t-elle atteint le sommet de l’échelle ? ». « Papa, je laisse chercher les autres, je fatigue ». « C’est ce que je disais. Tu es bien le fils de ton père ». Amis blogueurs, après combien de temps … ?

08/04/2009

Cherche celui qui ne mange pas de viande

« Gamin, c’est quoi ces points dans ton bulletin ? ». « C’est à cause de Maurice, papa ». « Quel Maurice, gamin ? Pas ton poisson rouge, je suppose. Ni Maurice de Titine et Chacha, il a l’œil pétillant mais je le vois mal en courtes culottes sur un banc d’école ». « Maurice, celui dont le papa est boucher ». « Si le père est bouché, c’est normal que le fils le soit aussi, gamin, c’est ce qu’on appelle du bouchon de culture. C’est l’inverse d’ici ». « Madame m’a demandé comment on appelle celui qui ne mange pas de viande et Maurice m’a soufflé la réponse ». « Et qu’a-t-il dit ? Un oeusophage ? ». « Non, papa, c’est un mauvais client. Et c’est ce que j’ai répondu à madame ».

03/04/2009

Cherche à comprendre la faille

« Papa, prêtes-moi dix euros ». « Oui, gamin, pourquoi ? Tu veux acheter un pot de peinture pour repeindre le W.C. sur les murs duquel tu as écrit que tu étais un fils de con ? Tu veux me faire des toasts au foie gras pour mon anniversaire que tu as oublié ? Tu vas acheter un pétard que tu vas fiche dans le cul de ton grand-père maternel pendant sa sieste ?». « Papa, si tu avais su gérer ton argent, nous mangerions autre chose que des raviolis sauce tomate qui tachent mon bavoir et ta chemise. Ou ta chemisette quand t’es en congé, que t’es pas rasé et que tu déambules en chemisette et en slip avec les poils qui dépassent ». « Gamin, je t’interdis de raconter ma vie privée ». « Papa, c’est tellement privé ici qu’il n’y a même pas une femme pour nettoyer, lessiver, remplacer les ampoules électriques pétées, détartrer la cuvette du W.C., descendre les six sacs poubelles, cuire des carottes sans les brûler ». « Gamin, ma vie privée, c’est comme les toilettes quand je suis dedans et que je mets trois heures pour résoudre un mot-croisé de Rafaël, c’est privé, privé, privé ». « Papa, tu me prêtes dix euros ? « Oui, gamin ». « Papa, tu ne m’en donnes que cinq. Comme ça, tu m’en dois cinq. Et moi aussi. Et nous sommes quitte ». « Heuuu ».   

02/04/2009

Cherche à prévenir le gamin

« Allo, l’école ? ». « Oui, monsieur ». « Je suis le papa du gamin. Passez-le moi ». « Mais, monsieur, votre fils est en classe, je ne peux pas le déranger ». « C’est pour une urgence ». « Dites-moi tout et je l’aviserai lors de la récréation ». « C’est personnel, monsieur ». « Racontez-moi et j’estimerai si c’est urgent ». « Voila. Ce matin il a laissé tomber le tube de dentifrice. Ouvert. Il ne l’a pas ramassé avant d’aller à l’école. Devinez qui a marché dessus, hein. Moi. Et qui a glissé, hein. Moi. Et qui s’est encastré la tête dans l’armoire en dessous de l’évier et se l’est coincée dans le syphon, hein. Moi ». « Monsieur, on va vous envoyer du secours ». « Attendez, je n’ai pas fini. Dans les tentatives de dégagement la couture arrière de mon pantalon a cédé. Comme je n’avais plus de slip propre je me suis mis le maillot avec une grosse tête de lion imprimée sur le derrière et j’ai peur que le gamin soit effrayé en rentrant de l’école. Passez-le moi, on va rigoler. Soyez rassuré, après, je lui dirai poisson d’avril ». « Monsieur, c’est une honte. Vous m’avez dérangé pour une bêtise pareille ! En plus, le premier avril est passé, monsieur ». « Je sais. Mais, hier, je l’ai envoyé chercher du ressort à boudin à la boucherie ». Tûûût, tûûût, tûûût.

31/03/2009

Cherche un boudin à ressort

Cette année, pour ses Pâques, le gamin recevra un boomerang. C’est un jouet économique puisqu’il revient toujours. J’entends déjà le gamin : « Papa, viens voir ce que la cloche a passé (il sera surpris un jour de savoir que ce qu’il appelle la cloche, c’est moi. Il faudra que je parle préventivement de ce futur traumatisme filial à ma psy. J’attends qu’il fasse plus chaud, à cause de ses décolletés plongeants. Hé, c’est sans supplément, faut en profiter. En plus, quand je lui fais pouêt pouêt elle me donne des jours de congé pour cause de surmenage. Je ne sais pas imiter beaucoup de personnes, a part Johnny aqueux aqueux, mais j’imite bien le surmenage. En plus c’est avec les mains et pouêt pouêt se dit pouêt pouêt en ch’ti, en wallon ou en marseillais. Même en braille si on n’est pas muet. Je ferme la parenthèse). Le gamin va certainement ajouter : « Et ça sert à quoi ? Où met-on les piles ? On reçoit ça en achetant quoi ? C’est une réplique du chapeau de Napoléon passée au rouleau compresseur ? Je parie que le papa de Cédric sait s’en servir ». J’ai donc décidé de savoir m’en servir. Après dix lancers j’ai arrêté. J’avais parcouru un vingtième de marathon, grimpé dans cinq arbres pour récupérer l’engin, déchiré mon pantalon lors de la cinquième descente et pris mon pied trois fois dans une taupinière. La bouse de vache, ça glisse. Il y avait déjà des pissenlits. Ce n’est pas mauvais. Une fois relevé j’ai eu une idée : essayer verticalement. Il faut courir moins loin. Le principal est de ne pas éternuer à cause du soleil quand il retombe, ça fait mal, je le sais. Jamais à court d’idée je vais tester le boomerang verticalement mais vers le bas, chez moi, à partir du cinquième étage. Pour étudier son aérodynamisme. J’ai l’impression qu’il ne va pas remonter tout seul et je n’ai pas envie de me taper un abonnement all-in dans l’ascenseur. Je cherche quelqu’un qui disposerait d’un boudin à ressort et qui ne mangerait que le boudin. Je partage les frais, l’un prenant le boudin au prix de la viande et moi le ressort, au prix de la ferraille.

30/03/2009

Cherche le mode d'emploi

Paf……Paf……………. Paf…………..Paf,paf………..Paf….Paf,paf,paf………….…Paf,paf…………………Paf, paf, paf, paf, paf, paf, paf, paf, paf, paf. « Gamin, au secours. Fouille dans la poubelle et trouve-moi le sachet de popcorn à griller soi-même. J’ai un besoin urgent de lire le mode d’emploi ». « Et si tu mettais le couvercle sur la casserole, papa ? ». « Heuuu ».

07:30 Écrit par Fanny dans petites annonces | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : papa, gamin, popcorn, paf, paf paf |  Facebook |

29/03/2009

Cherche à me souvenir

« Gamin, tu te rappelles lorsque tu venais t’asseoir sur mes genoux ? ». « Maintenant c’es devenu impossible, papa ». « Impossible ! Pourquoi, gamin ? ». « Ton ventre prend toute la place ».

07:30 Écrit par Fanny dans petites annonces | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : gamin, papa, souvenir |  Facebook |

28/03/2009

Cherche le joli teint

« Papa, vas te voir dans un miroir, tu as les joues toutes rouges. Tu as bu trop de bière hier soir ». « Non,non, gamin. Quand je bois trop de bières j’ai le nez rouge, pas les joues. En fait je me suis tapé sur les joues avec de l’eau froide ». « C’est bien ce que je pensais, papa, tu étais encore saoul en te rasant. Jamais tu ne touches de l’eau froide ». « Gamin, je soignes mon teint, même si cela me demande un effort sur une main ». « Ben, dans ton cas, c’est sur deux mains, hein, papa. Parce que tu as les deux joues rouges ». « Gamin, c’est un truc des femmes japonaises que j’ai entendu à la radio. Pour avoir un joli teint pour aller au travail, le matin, elles se tapent cent cinquante fois les joues avec de l’eau froide ». « Tu as fait ça, papa ? ». « Pas tout à fait, gamin, j’ai arrêté de me taper les joues après dix-sept fois. A mon avis je devais me taper trop fort ».

07:30 Écrit par Fanny dans petites annonces | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : cherche, teint, papa, gamin, eau |  Facebook |

15/03/2009

Cherche à le faire sortir

« Boum, boum, boum ». « Occupé, papa ». « Sors de là, gamin, j’ai une urgence ». « Je fais ma crotte, papa ». « Gamin, tu n’es pas tout seul. Je parie que tu fais ta crotte avec ta game boy ». « Heuuu, oui, papa ». « Sors de là, gamin, l’urgence se précise ». « J’ai pas fini, papa ». « T’as pas fini ta crotte ou t’as pas fini ta partie, gamin ». « Papa, je vais avoir un et cinq zéro derrière en points ». « Gamin, pitié, je serre les fesses, tu peux pas savoir. Je sens que je vais lâcher le paquet ». « Va sur le balcon, papa ». « Gamin, t’es fou. La nuit, d’accord, mais pas en plein jour. Pense qu’un livreur de pizza pourrait passer ». « T’as commandé une pizza, papa ? ». « Heuuu, si je dis oui, tu sors tout de suite des toilettes ? ». « Oui, papa ». « Promis, juré, craché comme les scouts ? ». « Oui, papa ». « Gamin, changement de menu. Exceptionnellement, et vu la crise dans les boîtes, les raviolis seront remplacés par une pizza ».  « Papa, tu es un papa formidable ».

09/03/2009

Cherche à faire pisser le gamin

« Papa, j’ai pipi ». « Hé, ho, gamin, tu es assez grand pour faire pipi tout seul, non ? ». « Ben non. Toi, quand tu dois pisser et que je suis à la toilette, tu pisses dans l’évier. Moi, je suis trop petit, j’arrive juste dans le tiroir avec les couverts ». « Gamin, file à la toilette, tu vois bien que je n’y suis pas ». « Papa, quand j’essaye d’ouvrir la porte, une voix me dit que c’est occupé ». « Ah, oui, zut, j’avais oublié, c’est la voisine de palier, elle est bouchée ». « Tu m’as toujours dit qu’elle était bouchée, la voisine, hein, papa ». « Chuuut, gamin, ne parle pas si haut, j’ai dit qu’elle a un problème d’évacuation, alors elle vient ici ». « J’espère qu’elle va évacuer bien vite parce que ça urge. Ou alors, c’est le tiroir avec les couverts, hein, papa, pour une fois, je peux ? ». « Non, gamin, pas dans le tiroir. Tu as de la chance, il pleut. Vas pisser sur le balcon ».