04/03/2009

Cherche la différence

« Alors, gamin, tu as été sage chez Cédric ? Qu’as-tu mangé au repas du soir ? Tu étais au lit à quelle heure ? Elle est toujours blonde, la maman de Cédric ? ». « Hé, ho, stop, papa. Une à la fois. Je me suis bien amusé. Mais il faudra que tu m’expliques ». « Quoi, gamin ? ». « Au lieu de lire dans le lit on a écouté à la porte de la chambre ». « Ce n’est pas bien, ça, gamin. Tu as entendu des gémissements ? ». « Non, papa. Il y avait des copains aux parents de Cédric qui se racontaient des blagues dans le salon et ils rigolaient beaucoup ». « Ah bon. J’aime mieux ça parce qu’un film porno sans les images. C’est comme la Poste un jour de grève ». « Papa, j’ai retenu celle-ci. Quelle est la différence entre 69 et 51 ? Tu m’expliques ? ». « Facile, gamin, 69 moins 51 ça fait dix-huit ». « Et bien non, papa. La différence c’est que 51 sent l’anis. Tu m’expliques, papa ? ». « Heuuu ».

07:49 Écrit par Fanny dans petites annonces | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : papa, gamin, 69, blague, cedric |  Facebook |

03/03/2009

Cherche la grossesse

« Papa, explique-moi ce qu’est une grossesse ». « Heuuu, une grossesse, heuuu. Disons qu’une négresse est la femme d’un nègre et que la grossesse est la femme d’un gros. Vas jouer, gamin, je dois terminer mon sudoku avant de réchauffer la boîte de raviolis ». « Papa, demain il y a interrogation à l’école. Aujourd’hui on a appris les perzamotoïdes qui jaillissent en feu d’artifice pour faire le marathon, qui rament avec leurs queues pour gagner l’euromillion et dont le premier aura la grossesse. C’est Cédric qui a dit ça. Demain, c’est à moi d’expliquer la grossesse, papa ». « Téléphone à ta mère, gamin, mais ne dit pas que c’est moi qui te l’ai dit ».   

08:14 Écrit par Fanny dans petites annonces | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : papa, ecole, gamin, grossesse |  Facebook |

24/02/2009

Cherche à expliquer les sapins

« Gamin, regarde, là, une forêt de petits sapins ». « Ce sont des carottes, monsieur ». « Heuuu, gamin, tu as vu les sapins. Monsieur dit que ce sont des sapins carottes. Je t’explique. Sur les pins il y a des pommes, des pommes de pin. Et sur les sapins il y a des carottes, des carottes de sapin ». « Monsieur, ce sont des carottes carottes, point ». « Elles bégayent ? Des carottes carottes de sapin pinpin ? ». « Des carottes, des carottes, des carottes, pas des pinpins ». « Monsieur, calmez-vous. J’explique la nature au gamin. Si vous continuez à sauter comme ça vous allez écraser tous vos sapins ».

07:15 Écrit par Fanny dans petites annonces | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : sapin, pinpin, gamin, foret, pin, pomme, carotte |  Facebook |

23/02/2009

Cherche une gomme

« Papa, on n’a pas épuisé le sujet sur le castor ». « Gamin, épuiser le sujet ce n’est pas toujours facile. J’ai souvent essayé avec ta mère mais elle était aussi impénétrable qu’une porte de frigo. Gamin, pose ta question et qu’on en finisse, j’ai un sudoku avec trois 9 dans un même carré et ce n’est pas compatible. J’ai besoin de ta gomme ». « Papa, si tu étais castor chez les louveteaux, tu savais nager à l’époque ». « Gamin, si le lustre, qui n’éclaire plus parce qu’il ne tient plus qu’à fil, me tombe sur la tête et que je meurs, retiens de ton papa qu’il te dit qu’il faut être prudent dans la vie. Si j’avais été nager avec ma grande queue et si j’avais eu une crampe dans la queue, j’aurais tourné en rond et je me serais noyé. Gamin, je n’ai jamais mis mon tuba dans une piscine pour être encore près de toi aujourd’hui ». « Merci, papa ». « C’est normal, gamin. Dis, elle est où, ta gomme ».

07:15 Écrit par Fanny dans petites annonces | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : gamin, papa, castor, louveteau, gomme |  Facebook |

22/02/2009

Cherche à comprendre le pdr du gamin

« Papa, permets-moi de revenir sur le sujet d’hier. C’est parce Rafaël se pose une question en rapport avec le castor ». « Gamin ! Mais tu commences à bien parler. Tu pourras bientôt te préparer pour faire ta communion ». « Chouette, des cadeaux, des cadeaux ». « Gamin, si tu fais ta communion pour avoir tes cadeaux, tu feras ta communion incognito dans les catacombes ». « Mais, papa ». « Il n’y a pas de mais papa, compris ». « Mais, papa, pourquoi étais-tu castor chez les louveteaux ? ». « Parce que j’avais une grande queue, gamin ». « Ah bon ! ». « Oui, gamin : à l’avant une tranche d’osso bucco sans la viande pour tenir mon foulard et, à l’arrière, une queue de castor ». « Dis, papa. C’était pas chez les louveteaux que tu étais, c’était dans un cirque ». « Gamin, les louveteaux c’est comme ça ». « Mais c’est ridicule, papa ». « Gamin, imagine si mon papa et ma maman à moi m’avaient envoyé chez les majorettes, dzim boum et que ça saute ». « Je comprends, papa, toi, en majorette avec ta grande queue, tu aurais fait fuir les enfants ». « Heuuu, bon, passons ». « Papa, j’ai sommeil, je vais dormir. Si je pdr tu m’excuseras ». « C’est quoi ça, pédé erre ? ». « Pdr, papa, c’est pisser de rire, et je vais m’endormir en t’imaginant en majorette à longue queue ». « Heuuu ».

 

07:31 Écrit par Fanny dans petites annonces | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : gamin, papa, louveteau, castor |  Facebook |

21/02/2009

Cherche à expliquer le castor

« Tu vois, gamin, quand j’avais ton âge, j’étais castor ». « Et tu construisais des barrages en bois sur les rivières ? ». « Heuuu, non non. C’était chez les louveteaux. Ils m’avaient appelé Castor parce que j’avais deux grandes dents au milieu des autres ». « Aaah, ah, ah. Aaah, ah, ah ». « Gamin, un peu de respect, veux tu ». « Aaah, ah, ah. Et tu ne savais pas siffler, alors ? ». « Si, mais avec un sifflet. Je devais le mettre sur le côté pour qu’il fonctionne ». « Papa, ils auraient du t’appeler Popeye ». « Heuuu ».

07:36 Écrit par Fanny dans petites annonces | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : papa, castor, heuuu, gamin |  Facebook |

19/02/2009

Cherche à me concentrer

« Papa, regarde, quand une mouche fait du cheval, elle fait du cheval sur une autre mouche ». « Gamin, répète, lentement, je n’ai pas compris ». « Regarde, papa, il y a une mouche qui fait bzzzzzzz sur une autre mouche. Tu crois qu’elles copulent ? ». « Qu’elles quoi ? ». « Elles vous nous faire d’autres mouches ». « Gamin, reprends tout depuis le début, je n’ai pas tout suivi, je suis en train de nous cuire de la chipolata mais cette sale bête s’enroule et ça ne cuit que sur un côté ». « Papa, tu m’énerves avec la chipolata, si tu n’as pas le mode d’emploi fais autre chose à manger, les mouches, elles font des petits, tu en veux combien ? ». « Vingt-cinq centimètres ». « Quoi, papa ? ». «  Mais, gamin, est-ce que tu m’écoutes quand je te parle. Je te dis que j’ai des ennuis avec la chipolata qui ne veut cuire que de deux côtés et pas des quatre et toi, tu me parles deuuu, deuuu ... Gamin, tu parles de quoi ? ». « Rien, papa, tu les verras demain ».

07:45 Écrit par Fanny dans petites annonces | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : gamin, papa, mouche, chipolata |  Facebook |

04/02/2009

Cherche à comprendre la mamy du gamin

« Papa, Mamy a dit à maman qu’elle voulait se faire incinérer, comme les bronzes ». « Ta mamy, incinérer ! Je rigole, c’est une dure à cuire. Au prix actuel du combustible, l’héritage va y passer ». « Papa, Mamy a dit aussi qu’elle voulait qu’on disperse ses cendres ». « C’est bien ta mamy, ça. Continuer à polluer après sa mort. Elle a de la suite dans les idées ». « Papa, Mamy a aussi dit qu’il fallait disperser ses cendres sur le parking de Aldi ». « M’en fiche, gamin, je n’y vais jamais. Pour une idée de vieille folle, c’est bien une idée de vielle folle. Elle n’a pas changé ». « Papa, Mamy a dit que, si elle est dispersée sur le parking de Aldi, ses enfants viendront lui rendre visite une fois par semaine ». « Gamin, elle est moins folle que je ne le pense, ta mamy ».

03/02/2009

Cherche à fêter la Chandeleur

« Papa, tu as oublié la Chandeleur. Tu sais bien que j’adore les crêpes ». « Mais non, gamin, je n’ai pas oublié. Regarde le plafond ».

16/01/2009

Buggy à vendre, cuicui en bon état

C’est pour faire plaisir au gamin qui trouve que ses étrennes ne couvriront pas ses dépenses. Il vend son buggy, bleu, avec le cuicui qui fonctionne encore. Quelques traces de dents dans le caoutchouc. C’est normal, c’est grâce à son buggy que le gamin a fait ses dents et m’a fichu la paix la nuit, enfin, certaines nuits, quand il était petit. A vue de nez le buggy dégage une légère odeur de vanille. C’est son grand-père maternel, chez qui le gamin l’a reçu, qui l’a appelé buggy. Ce vieux fou a avoué un jour avoir confondu avec bugs bunny. C’est idiot parce qu’un lapin ce n’est pas bleu.  Faire offre.

06/01/2009

Cherche l'utilité du bonnet

« Papa, je ne veux plus aller à l’école ». « Gamin, mon fils à moi qu’ouis-je, qu’entends-je, qu’acoustiquai-je ? Si tu ne vas pas à l’école tu devras faire de la politique et tu seras la honte de moi ». « Papa, je ne veux plus aller à l’école avec le stupide bonnet tricoté surmonté d’une ridicule boule de laine ». « Gamin, tu devrais avoir honte. C’est un bijou de famille. C’est ma maman à moi qui l’a tricoté, avec ses mains, au lieu de regarder la télé bêtement ». « Papa, tu m’as toujours dit que ta maman n’a jamais eu la télé ». « Heuuu, oui, mais elle aurait pu faire du french cancan, du scrapbooking, nourrir des chats et elle fait quoi, hein ? Un bonnet, un bobo, un pinnemouche, avec le pompon ». « M’en fous. Je ne vais plus à l’école avec ça ». « Ah bon. Et tu vas mettre quoi sur ta tête ? ». « Un casque ». « Un casque ? Tu veux un casque ! ». « Oui. Et aussi la mobylette ». « Heuuu ».

05/01/2009

Cherche à conseiller le gamin

« Gamin ». « Oui, papa ». « J’ai deux choses à te dire ». « Oui, papa ». « Premio : quand tu fais pipi le soir dans la rue depuis le cinquième étage tu dois éteindre la lumière qui est derrière toi. Deuxièmo : quand le sol est gelé comme maintenant et que tu veux créer une patinoire sur le trottoir, fais pipi de travers, soit devant l’immeuble de gauche, soit devant l’immeuble de droite et sans changer d’avis durant ton arrosage. Cadeau : troisio, dis-moi quand tu fais la patinoire, je viendrai t’aider ». « Oui, papa ».

04/01/2009

Cherche des rimes

Proutch, proutch, proutch. « Tu fais quoi, papa ? Tu manges une pomme ? ». « Mais non, gamin, je marche dans la neige. Ecoute : proutch proutch proutch ». « Splatch, splatch ». « Ben, gamin, que fais-tu ? ». « Je saute dans la neige qui fond, papa ». « Mais, gamin, nous sommes dans la salle à manger. Il n’y a pas de neige ». « Et toi, alors ? Tu marches dans quoi ? ». « Gamin, je rédige un poème et je cherche des rimes ». « C’est quoi ton poème, papa ? ». « Je n’ai encore que le début : L’hiver est là, il arrive à grands pas, proutch proutch proutch. La neige recouvre les toits, proutch proutch proutch ». « Papa, tu te prends pour le Père Noël, tu marches sur les toits ? ». « Heuuu ».

31/12/2008

Cherche où est papa

Maman est partie se faire baiser par son nouveau copain italien, papy et mamy se tapent une crise de foie à eux deux et mon papa, il cherche une vraie cuisinière pour moi et je sens qu'il va se faire éjecter d'un bar à putes. Mais ça va changer. Le jour où j'aurai des poils sur les couilles, je vais dire ce que je pense. Tout haut. Parce que si papa veut que je lui offre un bel hospice plus tard, il faut qu'il soit gentil avec moi, maintenant. Bonne année.

30/12/2008

Cherche à m'amuser

Je suis le gamin de Biglodion qui est parti en randonnée me chercher quelqu'un qui sait faire la cuisine. Je m'emmerde. Alors j'ai ouvert la cage de Kiki et Pipette, les hamsters. Incroyable, ça bouffe tout, ces machins, les pantoufles de papa, les fils électiques de papa, la moquette de papa, l'agenda de papa avec ses adresses, les factures de papa. Heureusement que papa n'est pas là.

28/12/2008

Cherche à être absent

Je serai absent durant quinze jours, soit du vingt-huit au quarante-trois. Mais le gamin vous donnera des nouvelles car, si je suis absentéiste, c'est pour lui faire plaisir. Pour ses fêtes il veut que je lui ramène à la maison quelqu'un qui sache faire à manger. Le gamin m'a fait une liste de recommandations : pas de pute, pas de travesti, pas avec de grands ongles de feignasse, pas d'institutrice, pas d'infirmière qui fait des piqûres. Quelle époque, doux jésus, jamais je n'aurais osé écrire ça à mon père. Bonjour, papa, ça va, là-haut.

25/12/2008

Cherche Noël

« Papa, houhou, papa, il est midi, jésus est né ». « Oufti ». « Papa, papa, père Noël a passé des capsules de bière dans mes chaussures, c’est normal ? ». « Oufti ». « Papa, papa, je sais que père Noël est passé, la porte du frigo est restée grande ouverte ». « Oufti ». « Papa, papa, le foie gras pour le nouvel-an a disparu ». « Oufti, quel salaud le père Noël ». « Papa, papa, monsieur Gonzales dit que t’as dégueulé plein son balcon ». « A cause du vent, gamin, à cause du vent ». « Papa, dis-moi, c’était quoi Noël, avant ? ». « Demande à ta mère, gamin, et laisse-moi dormir ».

11/12/2008

Cherche encore

C’est encore moi, pour la crèche vivante pour le gamin. C’est vache, mais le bœuf au cinquième étage, ça n’ira pas parce qu’un bœuf ça bouse beaucoup, surtout en quinze jours. J’ai pensé au vide-ordures qui ne fonctionne plus mais son arrivée, dans le plafond au sous-sol, se trouve au dessus de l’emplacement actuel de la voiture de monsieur Gonzalez. J’imagine la tête du pauvre type. Chaque fois que je le rencontre il me dit que sa voiture c’est une merde. Il va être servi. Que faire ?

07:15 Écrit par Fanny dans petites annonces | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : creche, gamin, ascenseur, gonzalez |  Facebook |

10/12/2008

Cherche un ascenseur d'hopital

Noël approche. Pour réaliser une crèche vivante pour le gamin, j’ai un problème de taille : la taille de l’ascenseur pour amener le bœuf au cinquième étage. Qui pourrait me prêter un grand ascenseur le 22 décembre pour le trajet aller, c-à-d la montée, et le 4 janvier pour le retour, c-à-d la descente.

07:15 Écrit par Fanny dans petites annonces | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : noel, creche, gamin, ascenseur, boeuf |  Facebook |

07/12/2008

Cherche ce que fait St Nicolas

« Papa, pourquoi Saint Nicolas ne travaille que quelques jours par an ? Le reste de l’année il pourrait aider les mamans à torcher les culs des plus petits, tenir la main des enfants quand ils traversent sur un passage pour piétons, aider les papas à manœuvrer avec leurs caddys remplis de casiers de bière pour ne pas tout renverser dans un virage comme toi la semaine dernière ». « Mais, gamin, pourquoi cette question ? ». « Je dois faire une rédaction sur ce que fait Saint Nicolas durant l’année ». « Et dire qu’on paye des institutrices pour avoir de telles idées ! ». « Tu dis quoi, papa ? ». « Je dis que, si tu ne parles pas du caddy, tes idées sont excellentes, géniales ». « C’est pour ça que je suis ton gamin, hein, papa ». « Heuuu ».

07:15 Écrit par Fanny dans petites annonces | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : gamin, papa, cul, enfant, biere, redaction, caddy |  Facebook |

05/12/2008

Cherche à faire des économies

Papa, cette année tu dois faire des économies ». « Ah bon. Mais, gamin, ce sera bientôt la Saint Nicolas ». « C’est pour ça que je te le dis, papa. Restriction pour tout le monde ». « Que veux-tu dire, gamin ? ». « L’année dernière, le cadeau que j’ai reçu chez toi de Saint Nicolas ne valait même pas la moitié du prix des bières que tu lui avais mises et qu’il a bu quand il est passé ». « Heuuu ».

28/11/2008

Cherche à expliquer le pourquoi

« Un jour, il y a longtemps et même plus, un coq, Rico Coco,  quelque peu éméché et roulant sans casque sur sa mobylette, lors d’un contrôle d’identité, a déclaré s’appeler Coco Rico. C’est en son hommage que, depuis, les coqs font cocorico ». « Si j’arrive à te comprendre, papa, avant, les poules faisaient toc, toc ». « Logiquement oui, gamin ». « Continue ta sieste, papa, je vais me débrouiller tout seul avec mon devoir ».

27/11/2008

Cherche les baguettes

« Papa, on mange quoi ? ». « C’est un grand jour, gamin, aujourd’hui ». « Ah, à l’école madame a dit que les jours diminuent, papa ». « Gamin, aujourd’hui on mange chinois, avec des baguettes ». « Comme les chefs d’orchestre, papa ? ». « Pas tout à fait, pour ne pas expédier de la nourriture sur les murs ». « Papa, sais-tu qu’avant, les chefs d’orchestre tapaient la mesure avec un gros bâton ? ». « Je le sais depuis hier, gamin. Depuis un certain Lilû. Lilû. Lilû ». « Tu te trompes, papa, Lilû c’est l’inventeur de la sirène des camions de pompiers ». « Et bien, ça, ça va en boucher un coin à Rafaël ». Plus d’infos sur http://carpe-diem-lbsp.skynetblogs.be/post/6475533/pourquoi-25

23/10/2008

Cherche le fromage à tête pressée

« Papa, c’est quoi un fromage à pâte pressée ? ». « Heuuu, c’est quand tu l’as laissé tomber et que tu as marché dessus ». « Papa, ce n’est pas gentil ce que tu dis. Ce n’est arrivé qu’une fois la semaine dernière et c’est toi qui as marché dedans ». « Moi, moi ton père, tu oses me dire ça ». « Rappelle-toi, papa. Quand tu as glissé, j’ai juste eu le temps d’ouvrir la porte du palier, d’ouvrir celle de l’ascenseur, de pousser sur zéro et tu t’es engouffré dedans et tu as disparu ». « Heuuu, c’était à cause du fromage à tête pressée que je me suis retrouvé au rez-de-chaussée nez à nez avec la dame du deuxième ? Enfin, quand je dis nez à nez ce n’est pas tout à fait ça puisque j’ai su lire la marque de sa petite culotte ». « Et tu as fait quoi, papa ? ». « Je me suis accroché à la jupe de la dame pour me relever ». « Et alors, papa ? ». « Elle a craqué ». « T’as une touche alors, papa ». « Non, gamin, pas la dame, c’est sa jupe qui a craqué ». « Et alors, papa ? ». « Tu sais, gamin, on ne reçoit jamais une tuile à la fois, on reçoit toute la toiture. Monsieur Gonzales est arrivé ». « Et alors, papa ? ». « Tu me connais, hein, gamin. Devant l’adversité je fonce. J’ai vite empoigné la veste de la dame pour me relever, elle a craqué. Puis son chemisier, il a craqué. Puis son soutien-gorge, il a tenu grâce aux bretelles mais flop, flop, sein gauche, sein droit, je tenais debout mais j’avais deux obus devant moi ». « Tu as fait quoi, papa ? ». « Tu sais, gamin, des obus, il faut les désamorcer ». « Tu as désamorcé comment, papa ? ». « C’est monsieur Gonzales qui s’en est chargé ». « Et alors, papa ? ». « On a reçu l’autre pan de toiture sur la tête, madame Gonzales est rentrée d’avoir été faire ses courses. Tu peux voir les traces sur mon crâne, gamin, ce sont ses coups de poireaux pour que j’arrête d’étrangler monsieur Gonzales ». « Papa, tu es un héros ». « Je le sais, gamin ». 

22/10/2008

Cherche une chatte nue

Je me suis fait passer pour une enquêtrice du chômage au téléphone, pour connaître le nombre de personnes à charge : madame Gonzales, du troisième étage, n’a pas un chat laid mais une laide chatte. Je n’ai pas eu le temps de la voir quand je l’ai découpée au ciseau pour récupérer l’autocollant que mon gamin, ce fils d’imbécile, avait collé sur le flanc gauche. Malheureusement j’ai oublié de l’asphyxier pendant quelques minutes pour faire rase campagne. J’aurais du lui coincer la tête dans la porte de l’ascenseur mais j’ai une âme sensible, j’aime les animaux. J’avais presque fini de tondre la chatte de madame Gonzalez quand elle m’a griffé, la salope. Stupide réflexe, j’ai arrêté de l’étrangler et elle a bondi par la fenêtre du balcon qui était ouverte. Cinq étages.  Je pense que son atterrissage a du se produire sur la toile de la remorque d’un camion car, descendu quatre à quatre à la vitesse d’un ascenseur, je n’ai pas trouvé de trace de l’autocollant ni de badauds extasiés devant un fait divers. Je cherche une chatte nue avec un autocollant.

21/10/2008

Cherche échange autocollants Panini (2)

Comme promis hier, voici la liste des autocollants qui manquent au gamin : de 1 à 16, 18, 19, 20, 21, 22, 23, 25, 26, 29, 30, 31, 32 et la suite. Le 32 vous étonne puisque, hier, je l’ai proposé en échange. C’est parce que le gamin l’a collé sur la porte du frigo. Je ne vois pas comment je pourrais coller une porte de frigo de 52 centimètres x 94 centimètres dans un album de 30 sur 21. Grosse récompense à qui retrouvera le chat des Gonzales.

20/10/2008

Cherche échange autocollants Panini (1)

J’échange des autocollants Panini, numéros 17, 24 (deux fois), 27 (légèrement déchiré à cause de Kiki, le hamster du gamin,  28 (il manque les bords, on dirait un timbre-poste), 32 (mais il faut également prendre la porte du frigo parce que je n’arrive pas à le décoller. J’ai vu aussi que le gamin en avait collé un sur le chat des Gonzales du troisième mais je n‘arrive pas à lire le numéro. Cette sale bête veut me griffer. Pour ne pas faire long, je dirai demain ce qu'il manque au gamin pour pouvoir comprendre l'histoire.

17/10/2008

Cherche une autre vitrine

Celle-là, il faut que je vous la raconte. Profitant de ce que le gamin était chez sa mère, moi en congé le lendemain, j’en ai profité pour en voir de toutes les couleurs. Je parle des vitrines derrière lesquelles de jolies dames invitent à aller prendre un verre. Evidemment, pas de tarif affiché. Mais, ça, on ne me la fait pas, celle-là. Alors j’ai tambouriné très fort sur la vitre, en faisant sous avec mes doigts et j’ai crié « C’est combien ? ». La dame, peu vêtue : « 250 euros ». Moi, en pleine débandade : « Oufti, c’est cher ». La dame, qui commençait à jouer des ailes de papillon avec ses jambes, cria alors : « Oui, mais c’est du double vitrage ».

25/09/2008

Cherche à cacher ma honte

« Allo, c’est toi ? ». « Ben, oui, Gérard, c’est moi, ce n’est quand même pas Maurice le poisson rouge, voyons ». « Dis, je te téléphone parce que, bizarrement, je n’ai pas de nouvelle depuis plusieurs jours. Tu n’es pas malade, au moins ? ». « Je suis tout rouge, Gérard ».  « Je vois, une maladie d’enfant. C’est normal avec toi ». « Non, Gérard, je suis rouge de honte ». « Je vois, tu avais oublié de mettre ton slip et ton pantalon avant de prendre l’ascenseur. C’est normal avec toi ». « Mais non, Gérard. La honte, je te dis ». « Je vois, tu t’es endormi sur le caddy au supermarché et tout s’est renversé. C’est normal avec toi ». « Mais non, Gérard. J’ai été vu et j’ai honte ». « Alors, là, je ne vois pas. C’est normal avec toi ». « Gérard, je vais être soupçonné de faire du tourisme sexuel ». « Toi, du tourisme sexuel ! Alors, là, je ne vois plus rien du tout ». « On m’a vu et reconnu, Gérard, c’est ça le drame ». « Qui ça ? ». « La jeune institutrice du gamin ». « Ah ah, elle fait aussi du tourisme sexuel, cette petite madame. Dis-moi quand tu seras malade, j’irai rechercher ton gamin à l’école ». « Mais non, Gérard, elle, c’est normal. C’est moi qui me suis trompé. Au lieu de tourner à droite vers le rayon des pantalons, j’ai tourné à gauche et je me suis retrouvé dans le rayon des sous-vêtements féminins ».

20/09/2008

Cherche aui a cafté

« Papa, quelqu’un m’a dit que si tu me donnes toujours des raviolis à manger quand je viens chez toi, la ligue des droits de l’homme va te retirer ton droit de visite ». « Gamin, c’est ta mamy qui a dit ça ? ». « Je ne peux rien dire, papa. J’ai promis ». « Heuuu, c’est papy, alors, hein, gamin, c’est lui, c’est ce vieux con d’ex beau-père ? Ecoute, gamin. On va parier. Je parie que c’est ton papy et, si tu dis oui, tu as gagné. D’accord ? ». « Non, papa. Je sais que si je gagne le premier prix sera une boîte de raviolis. Quelqu’un m’a dit t’avoir vu au supermarché avec un caddy rempli de six caisses de douze boîtes de raviolis ». « J’en suis sûr, c’est lui, c’est le monstre. Ce n’est pas la vieille. Impossible. Elle ne sort plus, elle ne baise plus, elle ne nettoie plus, elle a une femme d’ouvrage, une technicienne de surface. Pour nettoyer les petites surfaces, petites comme son cervelet. Parce que, dans les grandes surfaces, elle n’ose plus y aller. Elle a peur qu’en s’appuyant sur la poignée du caddy celui-ci ne fasse un looping et qu’elle se retrouve enfermée dedans. Je donnerais cinq minutes de ma vie pour la voir dans l’allée centrale du supermarché, le caddy sur elle. Je lui donnerais des cacahuètes en criant : m’sieurs, dames, venez, c’est pour animaux sans frontières. Mais elle ne sort plus. Dommage, oublions cet instant de plénitude. Donc c’est le vieux, hein, gamin ». « Je ne peux rien dire, papa ». « Gamin, ceci n’est pas une punition, ça s’appelle une bonne gestion de la rotation des stocks, ce midi ce sera raviolis ».