30/05/2008

Cherche à décrire mon travail

« Papa, le papa de Cédric travaille dans le pétrole. Et toi, tu travailles dans quoi ? ». « Je travaille dans un bureau ». « Tu fais quoi ? ». « Tout. Surtout les photocopies ». « C’est difficile ? ». « Ah oui, je dois vérifier que la machine a bien recopié le papier que j’ai mis dedans ». « Tu fais ça comment ? ». « Tu te rappelles quand on a acheté du jambon, les tranches qui sortaient de la machine ». « Oui, papa ». « Et bien, je fais la même chose, sauf que c’est blanc au lieu d’être rose et que c’est du papier et pas du jambon ». « Et tu fais quoi d’autre ? ». « Tout, je te dis. Je suis l’homme à tout faire ». « Et tu fais madame café ? ». « Non. J’ai été remplacé par une machine ». « Et c’est toi qui conduis l’ascenseur ? ». « Non, hein, gamin, c’est fini, ça ». « Et c’est toi qui fais passer les visites médicales ? ». « Ben, non, mais je vais demander si je peux le faire ». « Et c’est toi qui fais les repas de midi ? ». « Non, hein, gamin, j’ai beaucoup d’idées, surtout pour les raviolis, mais il y a trop de bouches à nourrir ». « Et c’est toi qui fais les poussières ? ». « C’est une firme extérieure, gamin ». « Et c’est toi qui ouvre le courrier ? ». « Non, hein, gamin ? C’est réservé à un chef, un chef qui collectionne les timbres ». « Tu fais madame pipi dans les toilettes ? ». « Heureusement non, gamin, dans ma firme les dons en liquide sont gratuits ». « Papa, tu as vite fini ton boulot si tu ne fais que des photocopies ». « Ne crois pas ça, gamin. Chez nous, avant de jeter un vieux document, il faut en prendre une photocopie ». « Mais, papa, un jour tu n’auras plus de vieux documents à photocopier ». « Non, hein, gamin. Les photocopies que je fais, je les remets dans la pile des vieux documents à photocopier avant de jeter ». 

29/05/2008

Cheche à joindre l'école du gamin

« Allo, c’est l’école du gamin ? ». « Bonjour, veuillez vous identifier à l’aide du numéro à six chiffres que vous avez choisi en début d’année scolaire et qui figure sur tous les documents fournis par l’école. Appuyez ensuite sur le petit carré ». « Oui, madame, pour moi c’est facile, c’est 4 – 4 – 4 – 7 – 1 – 9. Petit carré, hop ». « Pour mentir au sujet de l’absence de votre enfant, appuyez sur 1. Pour tenter d’expliquer pourquoi le devoir n’est pas fait, tapez sur 2. Pour vous plaindre de la direction de l’école, faites le 3. Pour demander la démission d’un enseignant, composez le 4. Pour vous plaindre d’une claque donnée à votre enfant alors que vous auriez dû le faire vous-même, appuyez sur 5. Pour demander pourquoi vous n’avez pas reçu la lettre de convocation incluse dans l’enveloppe qui vous a été remise avec accusé de réception, faites le 6. Pour vous plaindre des bus, tapez 7. Pour vous plaindre de la cantine, tapez  8. Pour demander pourquoi votre enfant a déjà changé de classe trois fois cette année, formez le 9. Pour écouter à nouveau la liste des possibilités, faites le 0 ». « Allo, l’école ? ». « Pour mettre fin à cette conversation, raccrochez ». « Allo, ici le quat’ quat’ quat’ sept un neuf, dites au gamin qu’il n’y a plus de ketchup, qu’il demande des sous à madame et qu’il en ramène de la superette. Il n’a qu’à acheter le pot qu’il veut, je ne bouffe pas cette saloperie. A propos de nourriture, dites au gamin de prendre aussi un pot de mayonnaise, ou deux si, comme la semaine dernière, on reçoit un petit pot de sauce andalouse à l’achat de deux pots de mayonnaise. Ah oui, important : aux œufs, la mayonnaise, pas au citron. Suis-je clair ? ». Tûûût, tûûût, tûûût.

24/05/2008

Cherche à bien parler

« Quoi, que vois-je, tu as reçu une punition, gamin ». « C’est de ta faute, papa ». « Mais je ne vais pas à l’école, moi ». « J’ai dit comme toi au repas de midi ». « Gamin, tu as dit merde, c’est cramé ? ». « Non, papa ». « Tu as dit profites en, les raviolis sont en promotion ? ». « Non, papa ». « Gamin, c’est insupportable, qu’as-tu dit ? ». « Ben, papa, tu sais, les cré bordel de saloperie de spirale de ». « Stop, gamin. Pas de gros mot ici. Tu veux parler de la chipolata ? ». « Ben, oui, papa, on en a eu ce midi et j’ai dit comme toi quand madame a dit : que veux-tu petit ange ». « Tu, tu as dit quoi ? ». « Chipote la moi ». « Heuuu ».

23/05/2008

Cherche la relaxation

« Papa, as-tu des relaxations sexuelles ? ». « Des quoi ? ». « Des relaxations sexuelles ». « Ben, heuuu, des relaxations, oui ». « Oui mais des sé que su elles ? ». « Ben, heuuu, c’est quoi, ça ? ». « A l’école on a appris comment les escargots font des petits. Et toi, tu fais comment ? ». « Gamin, allons, voyons, m’as-tu déjà vu en train de baver en rampant par terre avec deux antennes sur la tête et une boîte de conserve sur le dos, hein ? ». « Pourquoi pas, papa ». « Gamin, tu te rappelles du splendide chapeau de paille que tu m’as offert avec l’argent que je t’avais donné lors de ton dernier voyage scolaire ? ». « Oui, papa ». « Pour les antennes de l’escargot, il faut trouer deux fois le chapeau, ce serait moche, hein ». « Oui, papa ». « Tu comprends pourquoi je ne fais pas l’escargot ? ». « J’ai compris, papa ».

22/05/2008

Cherche comment annoncer la tuile

« Gamin, j’ai une mauvaise nouvelle pour toi. Minou, le chat de Mamy, est mort ». « Ouiiin, papa, mon Minou, mon Minou. Pourquoi tu me le dis si brutalement ? ». « Ben, heuuu ». « Papa, tu devais me dire que Minou avait grimpé le long du lierre, sur la façade, qu’il s’était accroché à la corniche, et que, quand il était arrivé dessus, la corniche a cédé. Papa, c’est horrible, Minou est mort. Mamy doit être triste ». « Ben, heuuu, gamin, Mamy a grimpé le long du lierre, sur la façade, elle s’est accrochée à la corniche et, quand elle est arrivée dessus, la corniche a cédé ». « Mamy est morte ? ». « Ben, heuuu, oui ». « C’est normal, papa, la corniche a cédé ».

21/05/2008

Cherche à ne plus boucher l'évier

« Papa, pourquoi tu perds tes cheveux et que tu bouches l’évier ? ». « Ben, heuuu, gamin, il paraît que c’est normal. Je suis allé consulter un dermatologue ». « Papa, c’est quoi, un déramatologue ? ». « Ben, heuuu, c’est un spécialiste des cheveux qui tombent et qui bouchent l’évier, que tu payes très cher et qui te dit que c’est normal de perdre ses cheveux quand on réfléchit et qu’on se gratte la tête pour trouver une solution à un problème ». « Papa, tu as beaucoup de problèmes ? ». « Gamin, j’ai un gamin, ça me suffit comme problème, hein ». « Papa, si je comprends bien, tu cherches la solution de mes devoirs pour l’école ». « Heuuu ».

20/05/2008

Cherche une soupe verte à boulettes

« Houhou, Papa ». « Gamin, tu es rentré de l’école ? ». « Papa, il y a une catastrophe dans la rue ». « Une catastrophe ! Quoi ? Le boucher a fait faillite ? Monsieur Gonzalez essaye de parler français ? On a installé un casse-vitesse ? ». « Pire que ça, papa, le trottoir est devenu orange en dessous de chez nous. Comme si un charter bourré de limaces s’était écrasé ». « Meeerde ». « Quoi, papa ? ». « J’avais acheté un potiron, énorme. Quand j’ai dit au marchand que je vivais à un et demi, il m’a dit que nous aurons de la soupe tout l’hiver. Le potiron n’est plus sur le balcon. Gamin, un seau, deux cuillères, on va récupérer les rescapés ». « Mais, papa, tout le monde a marché dedans ». « Mais, c’est dégueu, ma soupe, ma future soupe, un hiver de soupe, j’ai travaillé toute ma vie pour avoir une soupe au potiron, et maintenant, que vais-je faire, et maintenant, que sera ma vie ». « Gilbert Bécaud, papa ». « Gamin, je me fiche de tes copains de l’école, compris ». « Papa ». « Quoi encore, gamin ». « La soupe verte, avec des boulettes, je veux bien en manger ».

18/05/2008

Cherche à faire l'omelette

« Mais, papa, pourquoi fais-tu l’omelette par terre ? ». « Heuuu, j’ai glissé, gamin ».

06:45 Écrit par Fanny dans petites annonces | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : papa, gamin, omelette, heuuu |  Facebook |

17/05/2008

Cherche la brosse sans manche

« Papa, papa, regarde, dans le jardin de ton copain Gérard, il y a une brosse qui marche ». « Gamin, t’as bu quoi comme apéritif ? ». « De la citronnade, papa ». « Où elle est, ta brosse qui marche ? ». « Là, papa, là, regarde, elle marche ». « Ah, oui, je vois. N’aie pas peur, gamin, ce n’est pas une brosse, il n’y a pas de manche. Attends. Gérard, houhou, Gérard, petit cachottier, tu ne nous as pas dit que tu élevais des oursins dans ton jardin, gros salaud ». « Où ça ? ». « Ben, heuuu, là, la brosse sans manche qui marche ». « Dis donc, tu n’as jamais vu un hérisson, toi ? ».

16/05/2008

Cherche à lâcher

« Vas-y, papa, lâche ». « Heuuu, non, hein, gamin, pas sur monsieur le curé ». « Là, papa, deux vieux ». « Non, hein, gamin, ils vont avoir un nain fractus ». « Papa, papa, ma maîtresse d’école, vas y, vite ». « Heuuu, elle sait que tu habites ici ? ». « Je crois, papa ». « Alors, non, hein, gamin ». « Mais papa, si tu ne lâches pas du cinquième étage le ballon à gonfler que tu as rempli de farine parce que tu t’es trompé et que tu croyais que c’était du sucre en poudre, je ne m’amuse pas ». « Attends, gamin, là, regarde, un policier qui me met une contravention parce que je n’ai pas mis le disque de stationnement derrière le pare-brise. Lui, il ne me connaît pas. Envoyéééé ». 

15/05/2008

Cherche à la retourner

« Papa, attention, il y a un serpent tout gras qui rampe par terre ». « Heuuu, c’est la chipolata, gamin. J’ai vu faire ça un jour. Je m’étais trompé de salon. Je croyais être au salon de la décoration et c’était les Arts Ménagers. Je me suis dit que si une bête bonne femme pouvait le faire, je pouvais le faire aussi ». « Elle faisait quoi, papa ? ». « Elle faisait sauter la poêle et, hop, retourné ». « Et tu n’as pas su le faire, papa ? ». « Si, à moitié. Le premier problème, c’est qu’ici c’est bas de plafond. Et puis je vais te dire une chose, gamin. Elle avait facile, elle faisait ça avec des crêpes et les crêpes, ça ne déroule pas en plein vol ».

14/05/2008

Cherche à voir le Lido

« Papa, pour mon anniversaire, je veux aller voir le Lido de Paris ». « Excellente idée, gamin. J’irai avec toi. Mais, heuuu, comment connais-tu le Lido de Paris ? ». « Je veux être dur, papa. J’ai entendu le papa de Cédric dire qu’au Lido de Paris il était devenu dur. Même qu’il savait soulever la table ». « Je le comprends, gamin. Ah, le Lido de Paris. Moi, c’est dans la cuisine que j’y pense. Chaque fois que, pour cuire, j’utilise Fama poêle ».

30/04/2008

Cherche cinq pampers vierges

« Papa, papa, je n’ai plus de slip propre ». « Ce n’est pas grave, gamin, prends un des miens dans l’armoire ». « Papa, papa, ce ne sont pas des slips que tu as, ce sont des parachutes, ils sont trop grands. Je peux me mettre trois fois dedans ». « Fais des nœuds aux jambes et autour de la taille, gamin, pour qu’il tienne ». « Papa, on fait comment ? ». « Ecoute, gamin, Léonard de Vinci a inventé l’hélicoptère mais il n’a jamais volé dedans. C’est ça le génie. C’est comme moi. Je te donne la solution et toi tu l’appliques ». « Papa, papa, j’ai essayé avec les nœuds mais il reste de la place pour cinq pampers, sur l’arrière ». « T’inquiète, gamin, je mets une annonce ». Urgent, cherche cinq pampers non encore utilisés.

26/04/2008

Cherch à expliquer les chiens

« Papa, papa, regarde le chien sur l’autre chien. On dirait qu’il fait de la mobylette ». « Heuuu, oui, gamin, il fait de la mobylette ». « Mais papa, le chien qui est au dessus, il est tout essoufflé. Ce n’est pas normal ». « Si, gamin. Peut-être n’y a-t-il plus d’essence dans la mobylette. Alors il doit la pousser ».

25/04/2008

Cherche à me souvenir du Papy

« Papa, In Vino Veritas. C’est quoi ? ». « Un coureur cycliste italien, gamin. Enfin, je suppose. Ou un espagnol. A Bruxelles, Veritas c’est pour les boutons ». « L’acné juvénile, papa ? ». « Tu as déjà ça, toi ? ». « Non, c’est Papy qui dit que je serai un homme quand j’en aurai ». « Et, heuuu, il en a, lui, le vieux schnok ? ». « Non, papa ». « J’ai toujours dit que ce n’était pas un homme. C’est une lavette. Les patates. Oui, bobonne, je les épluche. Pourquoi la télé est allumée, on n’est pas le soir. Mais, bobonne, il y a un débat. Je n’ai plus d’oignons, file à la superette. Mais, bobonne, c’est intéressant, si le plancher des prix monte et que le plafond de la retraite ne bouge pas, le lustre va être écrasé. Alors, les oignons, ils sont où ? Je suis presque revenu, bobonne, j’ai un nœud dans mes lacets, saloperie. Tu parles tout seul, maintenant ? Non, bobonne, j’ai un dialogue intéressant avec mes lacets. Mais, tu as pété, gros salaud. Bobonne, tu sais bien que c’est tout le temps comme ça quand je me penche. C’est ton ventre qui prend trop de place, ça fait pression sur tes gaz, supprime tes bières du soir, fais carême. Oui, bobonne. Ramène aussi des carottes. Tes carottes, tu te les ficheras où je pense. Tu parles encore tout seul, tu te prends pour un politicien, où sont les oignons ? A la superette, bobonne, j’y vais. Et pas de causette avec Norbert, compris, sinon, tu feras grève de la faim ». « Dis, papa, on dirait que tu connais bien Papy ». « Hé, gamin, avant que ta mère ne parte, j’étais souvent chez papy et Mamy ». «  Et alors, papa ? ». « Ah, je regrette ce temps là. C’était à chaque fois Au Théâtre ce soir, même à midi ».

21/04/2008

Cherche Robinson

« Papa, à l’école madame a dit que tu pouvais t’inscrire sur la liste Robinson pour ne plus avoir de publicité et garder des arbres sur la terre ». « Gamin, quand il n’y aura plus d’arbres dans les rues, il n’y aura plus de pigeon qui chient dans les arbres quand je passe en dessous ». « Papa, je sais bien que tu n’aimes pas madame depuis le jour où elle t’a dit Salaud, pas devant les enfants mais Rafaël, le papy de Luka, dis que s’inscrire sur la liste Robinson ça marche ». « Qui c’est celui-là ? ». « Papa, il y a eu une journée portes ouvertes à l’école et tu n’es pas venu. Il était là, lui ». « Gamin, je t’ai dit que je ne vais jamais à des journées portes ouvertes parce que j’ai horreur des courants d’air ». « C’était qui Robinson, papa ». « C’est l’idiot du village, gamin. Dans tout village il y a un idiot. Comme il est seul dans son village, c’est lui l’idiot du village ». « Pourquoi il est seul, papa ? ». « C’est un allergicomane à la publicité. Alors il colle des papiers ‘Pas de pub, svp’ sur sa boîte aux lettres, sur son front, dans son slip, partout. Il ne sait pas que maintenant il y a des sudokus gratuits dans les magazines toutes-boîtes. Non, mais, tu imagines une boîte aux lettres marquée Robinson Pas de pub, svp. Sur une île déserte ». « Papa, tu racontes des couilles. Si Robinson vit sur une île déserte, l’île n’est plus déserte puisqu’il y a Robinson ». « Heuuu ».

19/04/2008

Cherche Poldeu

« Gamin, c’est quoi cette saloperie de journal de classe ? ». « J’ai renversé de la limonade dessus, papa ». « On ne sait plus lire. C’est malin, ça ». « Papa, toi, un jour, tu as renversé ta tasse de café sur le clavier de l’ordinateur. C’est sûrement congénital ». « Heuuu. Et là, c’est quoi ? Poldeu ? ». « Je me rappelle, papa. Tu dois m’aider pour écrire des choses sur Poldeu ». « Heuuu, ah bon. Poldeu ? Poldeu ? C’est malin, ça. Quel Poldeu ? Léo ou Jean ? ».

18/04/2008

Cherche l'urinoir à filles

« Dis, papa, Cédric m’a dit que les filles ça ne pisse pas comme nous dans l’évier ». « Heuuu. Ah bon ». « C’est vrai, papa ? ». « Les raviolis, tu les préfères nature avec la sauce tomate de la boîte ou avec du fromage rapé ? ». « Les deux, papa, sauce tomate et du fromage qui fait des fils. C’est idiot, hein, les filles, papa ? ». « Heuuu. Gamin, j’ai entendu dire à la radio ce matin qu’après dissipation des brûmes matinales le ciel sera couvert avec de belles éclaircies ». « Je m’en fiche. Comment elles font pour pisser, alors ? ». « Il y aura toutefois un risque d’averses sur la moitié sud du pays ». « Je m’en fiche, je resterai à l’intérieur. Papa, reprenons depuis le début. Cédric m’a dit que les filles ça ne pisse pas comme nous dans l’évier, ça pisse où, alors ? ». « Gamin, pour les deux prochains jours : même type de temps. Et maintenant, à tâââble ». « Mais les raviolis ne sont pas encore chauds, papa ». « Tu crois peut-être que les navetteurs arrivent sur le quai quand le train arrive ? Non, gamin, les navetteurs, c’est comme les convoyeurs, ils attendent le train. A tâââble ». « Je suis à table, papa, j’attends le train. Et ça fait comment les filles, papa ? ». « Gamin, tu es un gamin bien élevé. Chez les gens bien élevés, on ne parle pas à table. Sauf pour s’excuser si on pète ou si on rote. Tu dois péter ? Non. Tu dois roter ? Non. Donc tu te tais. Il faut que j’arrive à ouvrir cette saloperie de putain de vacherie de boîte de raviolis à la con ».

15/04/2008

Cherche à mettre la carte

« Papa, c’est quoi, laxatif ? ». « Chiasse ». « Papa, arrête de parler à ton marteau. C’est quoi, laxatif ? ». « Chiasse ». « Papa, tu tiens le clou à l’envers, tu vas abîmer le mur. C’est quoi, laxatif ? ». « Chiasse ». « Papa, si tu employais du papier collant pour coller la carte de vacances de Gérard, ce serait plus simple, non. Dis, c’est quoi, laxatif ». « Chiasse ». « J’en ai marre de chez marre, papa. Je réclame des parents modernes, à l’écoute de leur progéniture dans un dialogue partagé et constructif. Quand tu seras vieux, qui choisiras ta maison de retraite, hein ? Bon, j’essaye une dernière fois. Papa, c’est quoi, laxatif ? ». « Chiasse ». « Papa, si tu continues à vouloir fixer au mur la carte de vacances de Gérard on va avoir un passe-plats entre la cuisine et les toilettes ». « Gamin, arrête de me distraire , nous devons dialoguer comme dit ta maîtresse d’école, mais si tu me distrais pendant que je travaille et que je dialogue avec cette saloperie de merde de clou pour immortaliser la première carte que ce con de débile de Gérard m’envoie de ses vacances et qui représente une femme bien fournie qui se baigne à poil avec une étoile de mer sur la foufounette, je serai distrait et je vais me taper sur les doigts.. Gamin, dialogue avec toi tout seul, je dialoguerai plus tard ». « Papa, et si tu mettais la carte de vacances de Gérard sur ta table de nuit, hein ? ». « Gamin, tu es un génie. Tu es bien le fils de ton père. Ah, je vais pouvoir m’endormir en rêvant d’étoiles de mer. Merci, gamin ».

14/04/2008

Cherche le bon langage

« Papa, j’ai un devoir sur les animaux. Tu m’aides ? ». « Avec plaisir, gamin. Je vais partager ma culture avec toi. Et, retiens bien ceci, la culture, c’est comme la confiture, moins on en a et plus on l’étale. « Papa, mon devoir c’est sur le cri des animaux. J’ai déjà coincoin le canard ». « Bien, gamin. Bon, heuuu, voyons, ah oui. Ecrit : il y a deux sortes de stalag, comme chez nous les flamands et les wallons. D’un côté de la frontière linguistique, les stalags titent et, de l’autre, les stalags mitent. Mais ce sont tous des stalags, simplement il y en a qui pendouillent et d’autres qui sont en érection ». « C’est trop long à écrire, papa. Tu n’as pas un autre exemple de cri d’animal ? ». « Les fourmis, gamin ». « Elles font quoi, les fourmis, papa ? ». « Les fourmis cro-ondent, gamin ».

13/04/2008

Cherche la domotique idéale

« Papa, c’est quoi la domotique ? ». « C’est simple, gamin, ça vient de domo et de tique mais ne me demande pas pourquoi ». « Et c’est quoi, papa ? ». « Ben, heuuu, c’est comme la télévision. Quand c’est une émission politique, tu pousses sur un bouton et, hop, tu te retrouves dans une émission sur le jardinage ». « Mais c’est vieux, ça, papa ». « Oui, gamin, mais on fait mieux aujourd’hui. Par exemple : tu éternues et hop, le tiroir avec les mouchoirs en papier s’ouvre ». « Tu fais de la domotique, toi, papa ? ». « Oui, gamin, je me lance ». « Ah ». « J’ai mis un post-it sur la casserole à pommes de terre sur lequel j’ai inscrit ‘Si tu te mets à bouillir, appelle moi, j’arrive’ ». « Et ça marche ta télécommande à patates ? ». « Non, gamin, ce n’est pas encore au point, ça continue à déborder ».

12/04/2008

Cherche le morpion

« Papa, c’est quoi un morpion ? ». « Heuuu. Un quoi ? ». « Un morpion, papa ». « Heuuu. Disons que, heuuu, ça dépend comment tu l’écris. Un mort pion ça peut être un surveillant de cours de récréation qui s’est fait descendre à coups de boules de neige ». « « C’est une petite bête, papa ». « Ah, un morpion. Heuuu, comment dire, heuuu, gamin, connais-tu le hanneton ? ». « Oui, papa, le hanneton est un insecte ». « Hanneton, prend sa faucille, larirette, larirè-ètte, hanneton, prend sa faucille, pour aller, couper des joncs ». « Papa, c’est quoi un morpion ? Le hanneton, lui, c’est un coléoptère ». « Oui, gamin. Et bien, le morpion, c’est un collé au cul. T’es content ? ».

09/04/2008

Le gamin répond à Rafaêl

« Allo, le supermarché ? ». « Oui, heuuu, madame ou mademoiselle ». « Non, non. Ici, c’est le gamin, le gamin de maman et papa ». « Que désirez-vous, jeune homme ? ». « Je vous téléphone parce que c’est coincé dans les toilettes ». « Tu es coincé dans les toilettes, bonhomme ? ». « Non, non, pas moi, c’est le caddy qui est coincé. Je devais faire pipi et je suis allé aux toilettes avec le caddy. J’ai su sortir mais lui il a pas voulu ». « Et, elle est où, ta maman ? ». « Chez son nouveau copain, un barbu qui pique ». « Tu es venu avec ton papa, alors ? ». « Oui, mais il est reparti quand il a vu que c’était la folle du micro qui était à l’accueil. C’est ce qu’il m’a dit ». « Personne ne peut venir t’aider ? ». « J’ai téléphoné à Gérard, c’est l’ami de papa, mais son répondeur dit qu’il est en vacances dans son jardin. Je cherchede l’aide pour ramener le caddy parce que, dedans, il y a le poisson et les moules de la voisine de palier, les raviolis et un slip pour mon papa et les pistaches pour Kiki ». « C’est qui, Kiki ? Pourquoi ne lui as-tu pas téléphoné ? ». « Kiki, pas Kikiki. Kiki et Pipette, ce sont mes hamsters. Papa ne veut pas qu’ils jouent avec le téléphone parce que ce sont des rongeurs. Un jour qu’ils s’étaient échappés parce que j’avais laissé la porte de la cage ouverte, et bien, au téléphone, il n’y avait plus personne au bout du fil ». « Ecoute, bonhomme, tout ça ne me regarde pas. D’où téléphones-tu ? ». « Du cinquième étage, chez moi. Mais je n’ai plus le temps d’aller au supermarché, je dois aller jouer chez Cédric et je ne peux pas rater l’ascenseur de 16 heures 23 ». Tûûût, tûûût, tûûût.

Pour plus de renseigements, voir : http://carpe-diem-lbsp.skyblogs.be et son post du premier avril "du tag au tag".

08/04/2008

Cherche à répondre à Rafaël (2)

Rafaël, sur http://carpe-diem-lbsp.skyblogs.be/post/5718949/du-tag-au-tag , m’a mis au défi. Voir son message et le règlement du tag sur son blog le premier avril. Voici ma réponse. Tu tûûût, pousse-toi dans l’ascenseur, Gérard, et relève ton pantalon, on voit ton slip. Ah, si maman me voyait ! Gérard, c’est promis, je t’aiderai dans ton jardin pendant les vacances si on arrive à bourrer le caddy du supermarché dans cette espèce de toilette qui fait yoyo. Elle est bonne, hein, Gérard, mon idée de poisson d’avril pour le gamin : mettre Kiki et Pipette, ses hamsters dans un caddy. Je suis un papa génial, hein. Gérard, l’ascenseur va être trop petit, on va être paequés comme des moules. Heuuu, je cherche une solution. J’ai trouvé : assieds-toi dans le caddy sans écraser les raviolis. Tu seras près des boutons et si, au cinquième, on tombe sur la voisine de palier, on redescend en catastrophe.

06/04/2008

Cherche les bienfaits de la mer

« Gamin, depuis notre séjour à la mer j’ai grandi ». « Ha. Tu vas pouvoir mettre des ampoules qui fonctionnent dans la salle à manger sans devoir monter sur un tabouret, alors, papa ? ». « J’ai grandi des pieds, gamin. Tu sais, la croissance, on sait par quel bout ça commence mais on ne sait pas où ça finit. Chez moi, c’est par les pieds. Mes chaussures sont devenues trop petites ». « J’ai eu ça aussi, papa, mais maintenant c’est fini ». « Ah bon ? Que s’est-il passé, gamin ? ». « J’ai secoué mes chaussures pour enlever le sable, papa ». « Heuuu ».

05/04/2008

Cherche à dire la vérité

« Gamin, je te dois la vérité sur la mer ». « Et ça vaut combien d’euros, papa ? ». « Non, hein, gamin, je t’ai suffisamment payé pour que tu n’ailles pas dire que je croyais qu’on attrapait les crevettes avec une canne à pêche ni que j’en ai acheté qui n’étaient pas déplumées ». « C’est quoi, alors, la vérité, papa ? ». « Vois-tu, gamin, quand je me trompe, ce qui est très rare, et que je dis quelque chose de faux et que je crois que c’est vrai, je ne dois pas te dire ce qui est vrai puisque pour moi le faux est le vrai. Tu me suis, gamin ? ». « On va où, papa ? ». « Est-ce que tu suis mon raisonnement ? ». « Non ». « Je recommence. Dire vrai, c’est dire la vérité. En tant que père responsable je te dois de dire vrai. Arrête de rire, gamin, je vais perdre le fil de l’aiguille ». « Tu vas recoudre les boutons de mon imper qui s’est coincé dans la porte de l’ascenseur, papa ? ». « Gamin, à la mer je me suis trompé, aujourd’hui je le sais et je te dois la vérité ». « Comme quand tu m’as montré des tourterelles sur la plage et que je t’ai appris que ces coquillages s’appelaient des tourelles, papa ? ». « Heuuu, gamin, sur la plage, je t’ai montré des os de seiche, hein ? ». « Oui, papa, je t’ai même dit qu’on dirait des savonnettes usées jusqu’à la corde tellement elles sont plates ». « C’est ça, gamin. Je t’ai même montré un os de seiche géant. Tu te rappelles ? ». « Oui, papa, même que tu as dit que le coffre de l’auto était trop petit, sinon tu l’aurais pris pour le montrer à ton copain Gérard ». « Et bien, tiens-toi bien, gamin ». « Oui, papa ». « Ce n’était pas un os de seiche géant. J’ai décrit la chose à Gérard et il m’a dit que c’était une planche de surf ».

Cherche le silence

« Papa, c’était bien la semaine à la mer du nord, mais on n’a pas vu une seule crevette ». « Gamin, comment oses-tu ? Et le ravier d’un kilo que je nous ai acheté, hein ? ». « Mais, papa, tu n’as jamais su enlever la carapace, même pas en tapant dessus avec le talon de ta chaussure, même que tu as du laisser la caution de l’appartement parce qu’il y en avait plein les murs ». « Gamin, tout ceci doit rester entre nous, hein. Pas un mot de ça à Papy et Mamy ni à ta mère, pas un mot à ta madame à l’école. Si tu respectes notre accord, aux grandes vacances, nous irons à la pêche aux cuisses de grenouille ».

04/04/2008

Cherche à attendre

« Dis, papa, tes salades plein le balcon, c’est joli mais je n’ai pas encore vu le moindre escargot dessus. Est-ce que tu en as mis, pour ton élevage ? ». « J’en ai cherché au supermarché mais ils sont tous à l’ail et ils n’ont plus l’air très vivants ». « Tu fais quoi avec les salades, alors, papa ». « J’attends, gamin. Vois-tu, que font les pêcheurs pour obtenir des asticots ? Ils laissent traîner un bout de viande et les vers poussent comme par enchantement. Rappelle-toi, gamin, chaque fois que j’achète des bananes et que j’oublie de les manger, hop, il y a plein de mouches dans l’appartement. C’est un cadeau de la nature, c’est de la génération spontanée. Et, gamin, dans la vie il faut être spontané ». « Comme les papas et les maman qui font un bébé, papa ? ». « Heuuu, je ne vois pas le rapport, gamin ». « Pour la génération spontanée, papa ». « Heuuu, oui. Et aussi pour savoir attendre. Neuf mois ! ». « Tu vas attendre neuf mois avec toutes ces salades sur le balcon, papa ? ». « Quand il faut il faut, gamin ».

03/04/2008

Cherche à me recycler

« Gamin, je change de boulot ». « On t’a mis à la porte, papa ? ». « Non, gamin, mais j’ai envie de faire autre chose. Tu sais, que des photocopies à faire, ça me déprime parce que ça me fait penser à un charcutier qui débite des tranches de jambon à longueur de journée. La différence, gamin, c’est que lui voit la vue en rose et moi, en noir et blanc ». « C’est pour ça qu’il y a des salades plein le balcon, papa ? ». « Oui, gamin. Sur le balcon, elles restent au frais ». « Tu vas vendre des salades aux dés de gésier de canard, aux pignons de pin, aux raisins de Corinthe, avec des copeaux de parmesan et un jet de vinaigre balsamique, papa ? ». « Je n’ai rien compris, gamin ». « Mais c’est bon, tu sais, papa ». « J’ai l’impression que tu me racontes des salades, gamin ». « C’est pour donner une note printanière et champêtre au balcon, papa ? ». « De l’élevage, gamin ». « Papa, si c’est pour activer Kiki et Pipette, tu dois savoir que les hamsters ne doivent pas trop manger de crudités ». « Gamin, tu me connais, je suis un calme, je suis incapable de courir après des bestioles qui filent plus vite que moi ». « Tu vas élever quoi, papa, sur le balcon ? ». « Des escargots, gamin ».

31/03/2008

Cherche le cochon qui sommeille

« Papa, ça veut dire quoi quand on dit qu’en tout homme il y a un cochon qui sommeille ? ». « Heuuu, qui t’as appris cette cochonnerie, gamin ? ». « Papy, quand il a été surpris par Mamy alors qu’il était sur des blogs cochon ». « Et bien, ça alors. Je connais les fous des chats, des chiens, des araignées, voire des poules au moment de Pâques, mais un blog sur les cochons je n’en connais pas ». « Papa, ne fais pas l’idiot, un blog cochon, c’est un blog avec des femmes à poil. C’est Mamy qui l’a dit à Papy. Texto elle a dit : gros cochon, tu regardes des femmes à poil, chez toi c’est un cochon qui sommeille et qui vient de se réveiller en sursaut. Encore une fois et je découpe tes pantoufles avec les ciseaux ». « Ha, ha, pourvu qu’il y aille encore ». « Tu dis quoi, papa ? ». « Heuuu, rien gamin. J’imaginais ton Papy sans ses pantoufles. Et aussi ta Mamy sans son corset et sans ses baleines ». « C’est quoi les baleines à Mamy, papa ? ». « Heuuu. Comment dire ? Heuuu, gamin, tu as déjà vu les melons de Mamy, hein ? ». « Oui, papa ». «  Et bien, tu imagines que les melons sont ronds parce qu’il y a des fils d’acier dedans. Sans les baleines, les fils d’acier, les melons seraient comme des gants de toilette, tout plats et pendants jusqu’au nombril ». « C’est pour ça que Papy ne tripote plus Mamy, papa ? ». « Heuuu. Merci pour l’info, gamin ».