21/04/2008

Cherche Robinson

« Papa, à l’école madame a dit que tu pouvais t’inscrire sur la liste Robinson pour ne plus avoir de publicité et garder des arbres sur la terre ». « Gamin, quand il n’y aura plus d’arbres dans les rues, il n’y aura plus de pigeon qui chient dans les arbres quand je passe en dessous ». « Papa, je sais bien que tu n’aimes pas madame depuis le jour où elle t’a dit Salaud, pas devant les enfants mais Rafaël, le papy de Luka, dis que s’inscrire sur la liste Robinson ça marche ». « Qui c’est celui-là ? ». « Papa, il y a eu une journée portes ouvertes à l’école et tu n’es pas venu. Il était là, lui ». « Gamin, je t’ai dit que je ne vais jamais à des journées portes ouvertes parce que j’ai horreur des courants d’air ». « C’était qui Robinson, papa ». « C’est l’idiot du village, gamin. Dans tout village il y a un idiot. Comme il est seul dans son village, c’est lui l’idiot du village ». « Pourquoi il est seul, papa ? ». « C’est un allergicomane à la publicité. Alors il colle des papiers ‘Pas de pub, svp’ sur sa boîte aux lettres, sur son front, dans son slip, partout. Il ne sait pas que maintenant il y a des sudokus gratuits dans les magazines toutes-boîtes. Non, mais, tu imagines une boîte aux lettres marquée Robinson Pas de pub, svp. Sur une île déserte ». « Papa, tu racontes des couilles. Si Robinson vit sur une île déserte, l’île n’est plus déserte puisqu’il y a Robinson ». « Heuuu ».

19/04/2008

Cherche Poldeu

« Gamin, c’est quoi cette saloperie de journal de classe ? ». « J’ai renversé de la limonade dessus, papa ». « On ne sait plus lire. C’est malin, ça ». « Papa, toi, un jour, tu as renversé ta tasse de café sur le clavier de l’ordinateur. C’est sûrement congénital ». « Heuuu. Et là, c’est quoi ? Poldeu ? ». « Je me rappelle, papa. Tu dois m’aider pour écrire des choses sur Poldeu ». « Heuuu, ah bon. Poldeu ? Poldeu ? C’est malin, ça. Quel Poldeu ? Léo ou Jean ? ».

18/04/2008

Cherche l'urinoir à filles

« Dis, papa, Cédric m’a dit que les filles ça ne pisse pas comme nous dans l’évier ». « Heuuu. Ah bon ». « C’est vrai, papa ? ». « Les raviolis, tu les préfères nature avec la sauce tomate de la boîte ou avec du fromage rapé ? ». « Les deux, papa, sauce tomate et du fromage qui fait des fils. C’est idiot, hein, les filles, papa ? ». « Heuuu. Gamin, j’ai entendu dire à la radio ce matin qu’après dissipation des brûmes matinales le ciel sera couvert avec de belles éclaircies ». « Je m’en fiche. Comment elles font pour pisser, alors ? ». « Il y aura toutefois un risque d’averses sur la moitié sud du pays ». « Je m’en fiche, je resterai à l’intérieur. Papa, reprenons depuis le début. Cédric m’a dit que les filles ça ne pisse pas comme nous dans l’évier, ça pisse où, alors ? ». « Gamin, pour les deux prochains jours : même type de temps. Et maintenant, à tâââble ». « Mais les raviolis ne sont pas encore chauds, papa ». « Tu crois peut-être que les navetteurs arrivent sur le quai quand le train arrive ? Non, gamin, les navetteurs, c’est comme les convoyeurs, ils attendent le train. A tâââble ». « Je suis à table, papa, j’attends le train. Et ça fait comment les filles, papa ? ». « Gamin, tu es un gamin bien élevé. Chez les gens bien élevés, on ne parle pas à table. Sauf pour s’excuser si on pète ou si on rote. Tu dois péter ? Non. Tu dois roter ? Non. Donc tu te tais. Il faut que j’arrive à ouvrir cette saloperie de putain de vacherie de boîte de raviolis à la con ».

15/04/2008

Cherche à mettre la carte

« Papa, c’est quoi, laxatif ? ». « Chiasse ». « Papa, arrête de parler à ton marteau. C’est quoi, laxatif ? ». « Chiasse ». « Papa, tu tiens le clou à l’envers, tu vas abîmer le mur. C’est quoi, laxatif ? ». « Chiasse ». « Papa, si tu employais du papier collant pour coller la carte de vacances de Gérard, ce serait plus simple, non. Dis, c’est quoi, laxatif ». « Chiasse ». « J’en ai marre de chez marre, papa. Je réclame des parents modernes, à l’écoute de leur progéniture dans un dialogue partagé et constructif. Quand tu seras vieux, qui choisiras ta maison de retraite, hein ? Bon, j’essaye une dernière fois. Papa, c’est quoi, laxatif ? ». « Chiasse ». « Papa, si tu continues à vouloir fixer au mur la carte de vacances de Gérard on va avoir un passe-plats entre la cuisine et les toilettes ». « Gamin, arrête de me distraire , nous devons dialoguer comme dit ta maîtresse d’école, mais si tu me distrais pendant que je travaille et que je dialogue avec cette saloperie de merde de clou pour immortaliser la première carte que ce con de débile de Gérard m’envoie de ses vacances et qui représente une femme bien fournie qui se baigne à poil avec une étoile de mer sur la foufounette, je serai distrait et je vais me taper sur les doigts.. Gamin, dialogue avec toi tout seul, je dialoguerai plus tard ». « Papa, et si tu mettais la carte de vacances de Gérard sur ta table de nuit, hein ? ». « Gamin, tu es un génie. Tu es bien le fils de ton père. Ah, je vais pouvoir m’endormir en rêvant d’étoiles de mer. Merci, gamin ».

14/04/2008

Cherche le bon langage

« Papa, j’ai un devoir sur les animaux. Tu m’aides ? ». « Avec plaisir, gamin. Je vais partager ma culture avec toi. Et, retiens bien ceci, la culture, c’est comme la confiture, moins on en a et plus on l’étale. « Papa, mon devoir c’est sur le cri des animaux. J’ai déjà coincoin le canard ». « Bien, gamin. Bon, heuuu, voyons, ah oui. Ecrit : il y a deux sortes de stalag, comme chez nous les flamands et les wallons. D’un côté de la frontière linguistique, les stalags titent et, de l’autre, les stalags mitent. Mais ce sont tous des stalags, simplement il y en a qui pendouillent et d’autres qui sont en érection ». « C’est trop long à écrire, papa. Tu n’as pas un autre exemple de cri d’animal ? ». « Les fourmis, gamin ». « Elles font quoi, les fourmis, papa ? ». « Les fourmis cro-ondent, gamin ».

13/04/2008

Cherche la domotique idéale

« Papa, c’est quoi la domotique ? ». « C’est simple, gamin, ça vient de domo et de tique mais ne me demande pas pourquoi ». « Et c’est quoi, papa ? ». « Ben, heuuu, c’est comme la télévision. Quand c’est une émission politique, tu pousses sur un bouton et, hop, tu te retrouves dans une émission sur le jardinage ». « Mais c’est vieux, ça, papa ». « Oui, gamin, mais on fait mieux aujourd’hui. Par exemple : tu éternues et hop, le tiroir avec les mouchoirs en papier s’ouvre ». « Tu fais de la domotique, toi, papa ? ». « Oui, gamin, je me lance ». « Ah ». « J’ai mis un post-it sur la casserole à pommes de terre sur lequel j’ai inscrit ‘Si tu te mets à bouillir, appelle moi, j’arrive’ ». « Et ça marche ta télécommande à patates ? ». « Non, gamin, ce n’est pas encore au point, ça continue à déborder ».

12/04/2008

Cherche le morpion

« Papa, c’est quoi un morpion ? ». « Heuuu. Un quoi ? ». « Un morpion, papa ». « Heuuu. Disons que, heuuu, ça dépend comment tu l’écris. Un mort pion ça peut être un surveillant de cours de récréation qui s’est fait descendre à coups de boules de neige ». « « C’est une petite bête, papa ». « Ah, un morpion. Heuuu, comment dire, heuuu, gamin, connais-tu le hanneton ? ». « Oui, papa, le hanneton est un insecte ». « Hanneton, prend sa faucille, larirette, larirè-ètte, hanneton, prend sa faucille, pour aller, couper des joncs ». « Papa, c’est quoi un morpion ? Le hanneton, lui, c’est un coléoptère ». « Oui, gamin. Et bien, le morpion, c’est un collé au cul. T’es content ? ».

11/04/2008

Cherche le bon contrepet

« Papa, un contrepet, c’est quoi ? ». « Ah, gamin, tu sonnes à la bonne porte. Un contrepet n’a rien à voir avec une proute mouillée. Ce sont les voyelles, ou les consonnes, ou encore les syllabes qui ne sont pas à la bonne place. Comme, par exemple : Excumez-zoi, ma fourche a langué ». « Un autre, papa ». « Heuuu, à l’auberge du con bouché au lieu de l’auberge du bon coucher ». « Un autre, papa ». « Celui-ci c’est un long. Ecoute bien. Cherche moi les contrepets à faire dans : Tout confus sur ce divan, je t’offre une pierre fine ». « Je ne trouve pas, papa ». « C’est normal, gamin, il faut être tordu pour faire des contrepets ». « Et c’est quoi, alors, papa ». C’est : Fous ton cul sur ce divan, je t’offre une fière pine ». « C’est rigolo, papa. Tu veux bien me l’écrire pour que je le dise demain à madame à l’école ». « Heuuu ».

08/04/2008

Cherche à répondre à Rafaël (2)

Rafaël, sur http://carpe-diem-lbsp.skyblogs.be/post/5718949/du-tag-au-tag , m’a mis au défi. Voir son message et le règlement du tag sur son blog le premier avril. Voici ma réponse. Tu tûûût, pousse-toi dans l’ascenseur, Gérard, et relève ton pantalon, on voit ton slip. Ah, si maman me voyait ! Gérard, c’est promis, je t’aiderai dans ton jardin pendant les vacances si on arrive à bourrer le caddy du supermarché dans cette espèce de toilette qui fait yoyo. Elle est bonne, hein, Gérard, mon idée de poisson d’avril pour le gamin : mettre Kiki et Pipette, ses hamsters dans un caddy. Je suis un papa génial, hein. Gérard, l’ascenseur va être trop petit, on va être paequés comme des moules. Heuuu, je cherche une solution. J’ai trouvé : assieds-toi dans le caddy sans écraser les raviolis. Tu seras près des boutons et si, au cinquième, on tombe sur la voisine de palier, on redescend en catastrophe.

06/04/2008

Cherche les bienfaits de la mer

« Gamin, depuis notre séjour à la mer j’ai grandi ». « Ha. Tu vas pouvoir mettre des ampoules qui fonctionnent dans la salle à manger sans devoir monter sur un tabouret, alors, papa ? ». « J’ai grandi des pieds, gamin. Tu sais, la croissance, on sait par quel bout ça commence mais on ne sait pas où ça finit. Chez moi, c’est par les pieds. Mes chaussures sont devenues trop petites ». « J’ai eu ça aussi, papa, mais maintenant c’est fini ». « Ah bon ? Que s’est-il passé, gamin ? ». « J’ai secoué mes chaussures pour enlever le sable, papa ». « Heuuu ».

05/04/2008

Cherche à dire la vérité

« Gamin, je te dois la vérité sur la mer ». « Et ça vaut combien d’euros, papa ? ». « Non, hein, gamin, je t’ai suffisamment payé pour que tu n’ailles pas dire que je croyais qu’on attrapait les crevettes avec une canne à pêche ni que j’en ai acheté qui n’étaient pas déplumées ». « C’est quoi, alors, la vérité, papa ? ». « Vois-tu, gamin, quand je me trompe, ce qui est très rare, et que je dis quelque chose de faux et que je crois que c’est vrai, je ne dois pas te dire ce qui est vrai puisque pour moi le faux est le vrai. Tu me suis, gamin ? ». « On va où, papa ? ». « Est-ce que tu suis mon raisonnement ? ». « Non ». « Je recommence. Dire vrai, c’est dire la vérité. En tant que père responsable je te dois de dire vrai. Arrête de rire, gamin, je vais perdre le fil de l’aiguille ». « Tu vas recoudre les boutons de mon imper qui s’est coincé dans la porte de l’ascenseur, papa ? ». « Gamin, à la mer je me suis trompé, aujourd’hui je le sais et je te dois la vérité ». « Comme quand tu m’as montré des tourterelles sur la plage et que je t’ai appris que ces coquillages s’appelaient des tourelles, papa ? ». « Heuuu, gamin, sur la plage, je t’ai montré des os de seiche, hein ? ». « Oui, papa, je t’ai même dit qu’on dirait des savonnettes usées jusqu’à la corde tellement elles sont plates ». « C’est ça, gamin. Je t’ai même montré un os de seiche géant. Tu te rappelles ? ». « Oui, papa, même que tu as dit que le coffre de l’auto était trop petit, sinon tu l’aurais pris pour le montrer à ton copain Gérard ». « Et bien, tiens-toi bien, gamin ». « Oui, papa ». « Ce n’était pas un os de seiche géant. J’ai décrit la chose à Gérard et il m’a dit que c’était une planche de surf ».

Cherche le silence

« Papa, c’était bien la semaine à la mer du nord, mais on n’a pas vu une seule crevette ». « Gamin, comment oses-tu ? Et le ravier d’un kilo que je nous ai acheté, hein ? ». « Mais, papa, tu n’as jamais su enlever la carapace, même pas en tapant dessus avec le talon de ta chaussure, même que tu as du laisser la caution de l’appartement parce qu’il y en avait plein les murs ». « Gamin, tout ceci doit rester entre nous, hein. Pas un mot de ça à Papy et Mamy ni à ta mère, pas un mot à ta madame à l’école. Si tu respectes notre accord, aux grandes vacances, nous irons à la pêche aux cuisses de grenouille ».

04/04/2008

Cherche à attendre

« Dis, papa, tes salades plein le balcon, c’est joli mais je n’ai pas encore vu le moindre escargot dessus. Est-ce que tu en as mis, pour ton élevage ? ». « J’en ai cherché au supermarché mais ils sont tous à l’ail et ils n’ont plus l’air très vivants ». « Tu fais quoi avec les salades, alors, papa ». « J’attends, gamin. Vois-tu, que font les pêcheurs pour obtenir des asticots ? Ils laissent traîner un bout de viande et les vers poussent comme par enchantement. Rappelle-toi, gamin, chaque fois que j’achète des bananes et que j’oublie de les manger, hop, il y a plein de mouches dans l’appartement. C’est un cadeau de la nature, c’est de la génération spontanée. Et, gamin, dans la vie il faut être spontané ». « Comme les papas et les maman qui font un bébé, papa ? ». « Heuuu, je ne vois pas le rapport, gamin ». « Pour la génération spontanée, papa ». « Heuuu, oui. Et aussi pour savoir attendre. Neuf mois ! ». « Tu vas attendre neuf mois avec toutes ces salades sur le balcon, papa ? ». « Quand il faut il faut, gamin ».

03/04/2008

Cherche à me recycler

« Gamin, je change de boulot ». « On t’a mis à la porte, papa ? ». « Non, gamin, mais j’ai envie de faire autre chose. Tu sais, que des photocopies à faire, ça me déprime parce que ça me fait penser à un charcutier qui débite des tranches de jambon à longueur de journée. La différence, gamin, c’est que lui voit la vue en rose et moi, en noir et blanc ». « C’est pour ça qu’il y a des salades plein le balcon, papa ? ». « Oui, gamin. Sur le balcon, elles restent au frais ». « Tu vas vendre des salades aux dés de gésier de canard, aux pignons de pin, aux raisins de Corinthe, avec des copeaux de parmesan et un jet de vinaigre balsamique, papa ? ». « Je n’ai rien compris, gamin ». « Mais c’est bon, tu sais, papa ». « J’ai l’impression que tu me racontes des salades, gamin ». « C’est pour donner une note printanière et champêtre au balcon, papa ? ». « De l’élevage, gamin ». « Papa, si c’est pour activer Kiki et Pipette, tu dois savoir que les hamsters ne doivent pas trop manger de crudités ». « Gamin, tu me connais, je suis un calme, je suis incapable de courir après des bestioles qui filent plus vite que moi ». « Tu vas élever quoi, papa, sur le balcon ? ». « Des escargots, gamin ».

31/03/2008

Cherche le cochon qui sommeille

« Papa, ça veut dire quoi quand on dit qu’en tout homme il y a un cochon qui sommeille ? ». « Heuuu, qui t’as appris cette cochonnerie, gamin ? ». « Papy, quand il a été surpris par Mamy alors qu’il était sur des blogs cochon ». « Et bien, ça alors. Je connais les fous des chats, des chiens, des araignées, voire des poules au moment de Pâques, mais un blog sur les cochons je n’en connais pas ». « Papa, ne fais pas l’idiot, un blog cochon, c’est un blog avec des femmes à poil. C’est Mamy qui l’a dit à Papy. Texto elle a dit : gros cochon, tu regardes des femmes à poil, chez toi c’est un cochon qui sommeille et qui vient de se réveiller en sursaut. Encore une fois et je découpe tes pantoufles avec les ciseaux ». « Ha, ha, pourvu qu’il y aille encore ». « Tu dis quoi, papa ? ». « Heuuu, rien gamin. J’imaginais ton Papy sans ses pantoufles. Et aussi ta Mamy sans son corset et sans ses baleines ». « C’est quoi les baleines à Mamy, papa ? ». « Heuuu. Comment dire ? Heuuu, gamin, tu as déjà vu les melons de Mamy, hein ? ». « Oui, papa ». «  Et bien, tu imagines que les melons sont ronds parce qu’il y a des fils d’acier dedans. Sans les baleines, les fils d’acier, les melons seraient comme des gants de toilette, tout plats et pendants jusqu’au nombril ». « C’est pour ça que Papy ne tripote plus Mamy, papa ? ». « Heuuu. Merci pour l’info, gamin ».

30/03/2008

Cherche la bonne sole

« Gamin, tu as vu des soles, toi ? ». Là, papa ». « Jamais je ne mettrai ces saloperies à mes pieds ». « Mais c’est pour cuire, papa, avec un peu de beurre, et du citron, et du persil ». « Gamin, je ne suis pas aveugle, hein, j’entends bien, c’est écrit tong sur l’écriteau qui traverse les tongs. En plus, c’est dégueulasse de piquer dans les tongs. Tu imagines : un plat de préservatifs troués par un écriteau où il est inscrit capotes ». « Papa, enfin, en flamand sole se dit tong. On est en Flandres ici. Tu dois le dire à tes amis français, suisses, canadiens et wallons unilingues ». « Ah bon, tu suis des cours de néerlandais, toi. Tu connais Lille Rijsel, Mons Bergen et Tournai Doornik, toi ? J’oubliais Moussecroune pour Rafaël ». « Papa, tu achètes des soles ? ». « Tu as vu les yeux, gamin. C’est horrible ». « Papa, la dame va couper la tête, pas de problème ». « Mais, c’est un crime contre l’humanité, ça. Pourquoi pas la queue, tant qu’on y est, hein ». « La queue aussi, papa ». « Gamin, on est à la mer, d’accord, on n’est pas figurants dans un film d’horreur ». « Papa, achète des soles, je te les cuisinerai comme Mamy le fait si tu achètes un citron ». « Ne parle pas de malheur, gamin, les femmes à barbe ce n’est pas mon style ». « Je te les cuisinerai comme je sais faire, papa ». « Madame, deux tongs, s’il vous plait. Pas de panique, je ne m’enfuis pas. Je vais simplement faire pipi contre la palissade A vendre Vendu de l’immeuble d’à côté et je reviens quand vous aurez fini de transformer les deux anomalies maritimes en fish-sticks ».

29/03/2008

Cherche une recette de sole

Hé, je suis à la mer, avec le gamin mais sans ordi. Je suis entré dans un cybercafé pour commander une limonade et une trappiste et j’ai trouvé une connexion. J’ai tapé mon code, rien que des 5 mais, pas con, je ne vous dirai pas dans quel ordre et hop, coucou, me voilà. Gérard, il dit caca, me voilou ou caca, c’est mou au lieu de coucou, c’est moi. Ah, ça fait du bien, quelques jours sans Gérard. Avec le gamin, j’adore, c’est moi le plus fort. Et le plus malin. Enfin, pas toujours. Hier il m’a dit « Papa, demain on mange des soles ». « Mais, gamin, sais-tu comment c’est une sole ? ». « C’est tout plat et c’est délicieux, papa. Si mamy sait en cuire, tu dois savoir en cuire ». Alors, là, il m’a piqué au vif l’express. Rogntudju. S’il utilise des arguments piscicologiques, je suis fichu. Help, aïlle nîd seume bodi, help. J’ai besoin de toute urgence d’une recette pour sole. Merci de venir me l’apporter. Je serai à côté du poste de secours, sur la plage. Ne venez pas tout de suite, le poste de secours est à deux kilomètres. Ne venez pas trop tard non plus, le vent se lève et j’ai l’impression qu’il va pleuvoir. D’avance je vous en remercie et vous exprime l’expression de mes salutations distinguées.

28/03/2008

Cherche 500 collaborateurs

«  Papa, quand on sera à la mer, tu feras quoi pour aller lire les blogs de tes copains ? ». «  Bonne question, gamin, ne m’y fait pas penser. Pour moi ce sera carême. Carême après Pâques ! Tu sais, gamin, il y a des cyclistes qui doivent suivre un régime sans selle. Et bien, je devrai suivre un régime sans blog ». «  Et pour les visites, papa ? ». « Voyons, gamin, nous n’avons pas de visites quand nous sommes là, pourquoi aurions des visites quand nous ne sommes pas là ? ». « Des visites sur ton blog, papa. Et pour ton compteur de visites ». « Heuuu, ah oui ». « Tu n’y avais pas pensé, hein, papa ». « J’ai une idée, gamin. Je vais demandé à 500 blogueurs de faire le relevé des visites tous les jours ». « Pourquoi 500, papa ? ». « Pour avoir 500 visiteurs en plus par jour, gamin ».

27/03/2008

Cherche à construire un château

« Papa, c’est vrai, hein, on va à la mer une semaine ? ». « Oui, gamin. D’ailleurs, regarde, j’ai acheté trois kilos de fromage blanc. Quand le petit seau sera vide, il sera pour toi, pour jouer sur la plage ». « Et toi, papa, tu auras quoi pour construire un château ? ». « Gamin, à la mer on trouve tout ce qu’il faut. Je louerai une brouette, si possible, une à moteur ». « Ah, oui ? ». « Je louerai aussi une bétonnière ». « c’est quoi, papa ? ». « C’est comme une immense casserole qui tourne et qui rend le sable dur ». Tu veux faire quoi, papa, avec le sable dur ? ». « Un immense château fort, indestructible ». « Pourquoi indestructible, papa ? ». « Tu sais, gamin, à la mer, la nuit, il y a des papas jaloux qui ont du jus de carotte au lieu d’huile de bras et qui donnent des coups de pied dans les châteaux des autres papas ». « Et alors, papa ? ». « Alors, gamin ! Avec leurs tongs, ils vont s’écraser les orteils sur notre château ». « Et comment tu verras que des papas sont venus pour casser le château, papa ? ». « Facile, gamin. Le lendemain, sur la digue, nous espionnerons ceux qui crient ouille ouille ouille en marchant et ceux qui ont les orteils bleus ».

22/03/2008

Cherche le printemps

Roucoule, roucoule, roucoule. « Gamin, écoute, c’est le printemps ». Roucoule, roucoule, roucoule. « Gamin, ah, c’est chouette ». Roucoule, roucoule, roucoule ». « Je devrais dire que c’est pigeon, hein, gamin. Ah, je me sens poète aujourd’hui ». Roucoule, roucoule, roucoule. « Je suis poète, pouèt pouèt, je suis poète, pouèt pouèt. Y a d’la joie, bonjour bonjour les six rondelles, y a d’la joie ». Roucoule, roucoule, roucoule. « T’es où, gamin ? ». « Sur le balcon, papa. C’est comique. Il y a madame Gonzalez, la portugaise du troisième qui aide son mari à rentrer leur nouvelle voiture en marche arrière dans leur garage. Elle n’arrête pas de crier roucoule, roucoule, roucoule ». « Heuuu ».

18/03/2008

Cherche où est le changement

« Papa, je trouve que tu as changé depuis ton anniversaire ». « Ah, tu l’as remarqué ? Je cuisine mieux, hein ? ». « Disons qu’en ce domaine tu fais du vol stationnaire, et pas très haut ». « Heuuu. Changé comment, alors ? Mon physique ? Je n’ai pas accouché d’un nouveau nez, que je sache ». « Non, hein, papa, toi tu n’as pas l’entrée de l’usine à fabriquer des bébés puisque toi tu as le camion citerne qui apporte les matières premières ». « Oh, on dirait un poème de Mimi. J’ai changé quoi, alors, gamin ». « Tu es plus intelligent, papa ». « Et bien, ça alors, tu es perspicace, toi. Tu es le premier qui me le dit. Tu as remarqué ça comment, gamin ? ». « A tes pantoufles, papa ». « Mes pantoufles ? Elles t’ont parlé, mes pantoufles ? ». « Non, papa. Avant, tu les mettais au pied du lit et, pour les enfiler, tu devais faire quatre pas à pieds nus. Maintenant tu les mets à côté de toi et, le matin, tu peux sauter dedans. Comme moi. ». « Heuuu ».

17/03/2008

Cherche à mettre le paquet

« Gamin, cette année, je mets le paquet ». « Ah bon. Tu as pris de bonnes résolutions le jour de ton anniversaire, il y a une semaine ? ». « Heuuu ». « Tu as décidé de te raser chaque matin ? Si c’est ça, tu as déjà raté quelques jours, papa ». « Gamin, nous sommes dans le millénaire des économies. Alors, le matin, quand j’allume la radio et que j’apprends qu’il y a grève des trains, je ne quitte pas mon pyjama ». « Pourquoi il y a grève des trains, papa ? ». « Parce que les voyageurs s’en prennent à d’autres qui ne payent pas leur train ». « Qui ça, papa ». « Les accompagnateurs de train, gamin. Ils ne payent pas leurs trajets et les gens sont fâchés ». « Papa, tu crois peut-être que les chauffeurs de taxi paient pour conduire leur taxi ? ». « Heuuu ». « Gamin, Françoise Dolto a écrit que l’important ce n’était pas la qualité ni l’exactitude de la réponse d’un papa à son gamin qui est important mais le fait de répondre ».  « Papa, tu lis des bêtises. J’ai essayé à l’école, tu sais, de répondre n’importe quoi. Et bien, crois moi, ça ne plait pas à madame ». « Heuuu ». « Papa, ça va être l’heure de nickelodéon à la télé, quel paquet vas-tu mettre ? ». « Vois-tu, gamin, mettre le paquet, c’est en mettre moins ». « Mais non, papa, quand on met le paquet, on en met plus, je t’assure ». « Pas toujours, gamin. Paquet, c’est un diminutif, comme quand on dit mon petit biquet, maigrelet, garçonnet ». « Chevalet, tabouret, bidet, ticket ». « Gamin, ne te moque pas, hein. Tous les diminutifs ne sont pas petits. Le diminutif de Charles de Gaule est plus grand que Sarkozy ». « Et ton paquet, c’est quoi, papa ? ». « Vois-tu, gamin, cette année, avec les économies de carburant et le prix grimpant des matières premières, dont le maïs concassé pour poules, le colis de Pâques sera un petit paquet ». « … ». « Où es-tu, gamin ? ». « Devant la télé, papa ».

07/03/2008

Cherche à cacher la télé

« Papa, papa, on a volé la télé ». « Heuuu, mais non, gamin. Heuuu, disons que j’ai réorganisé notre univers familial ». « T’as fait quoi, papa ? ». « Ben, heuuu, j’ai lu dans un magazine, chez le coiffeur, qu’il ne fallait pas rester figé dans un même univers. Alors j’ai changé la télé de place ». « Elle est où ? ». « Dans les toilettes ». « Pourquoi, papa ? ». « Ben, heuuu, le soir il y a parfois des films qui, heuuu, que, heuuu, que tu dois rester au lit et dormir pour être en forme le lendemain à l’école. Tu n’entendras pas la télé si elle est dans les toilettes ». « C’est parce qu’il y a des gangsters qui font panpan, papa ? ». « Oui, gamin, des gens qui tirent leurs coups ».

06/03/2008

Cherche le pourquoi des oeufs

« Papa, tu ne dis plus heuuu depuis quelques jours. Tu es malade ? ». « Non, gamin, va voir dans le frigo ». « Horreur. Tu fais de l’élevage, papa ? ». « Ben, non ». « Tu prépares une fête de quartier avec une omelette géante ? ». « Ben, non, gamin. C’est la faute à la crémière ». « T’as un rencart, papa ? ». « Non, gamin, c’est quand je vais à la crèmerie pour du fromage ». « Allonge-toi, papa, et dis moi tout ». « Oui, gamin. C’est un drame qui m’arrive, monsieur. Je ne sais pas pourquoi la crémière m’intimide mais, quand elle demande ’ Et pour vous, joli monsieur ? ‘ je réponds ‘ Heuuu ‘. Elle met une boîte de six œufs sur le comptoir et elle ajoute ‘ Et avec ça, joli monsieur ‘. Et moi : ‘ Heuuu ‘. Paf, une deuxième boîte sur le comptoir. Et paf, une troisième ». « Et alors, papa ? ». « Ben, heuuu, je m’en tire en faisant essuie-glace avec mes deux bras pour dire stop. Je vous dois combien, docteur ? ». « Où est le problème, papa ? C’est bon une omelette ». « Je n’ai jamais appris à casser des œufs, docteur, j’en mets plus sur le plan de travail et par terre que dans le bol ».

05/03/2008

Cherche l'explication de la bretelle

« Papa, explique moi ». « Tout ce que tu veux, gamin, je suis une encyclopédie ». « C’est quoi une encyclopédie, papa ? ». « C’est quand tu peux faire le tour de la question à vélo, gamin ». « Pourquoi à vélo, papa ? ». « C’est dans le mot, gamin. Cyclo, ça veut dire bicyclette. Tu connais, hein, bicyclette. Je descends de la montagne en bicyclette, pouèt pouèt. Tu descends de la montagne en bicyclette, pouèt pouèt. Descends de la montagne, descends de la montagne en bicyclette, pouèt pouèt ». « Tu n’as pas répondu à ma question, papa ». « C’est normal, gamin, j’étais parti faire un tour à vélo. Heuuu, tu avais une question ? ». « Papa, descends de ton vélo imaginaire et dis-moi : autour des villes, pour les autos, il y a des ceintures, hein ? ». « Heuuu, oui ». « Pour aller sur la ceinture il faut prendre une bretelle, hein ? ». « Heuuu, oui ». « Je trouve que bretelle et ceinture ça fait double usage ». « Heuuu ».

04/03/2008

Cherche un vrai coiffeur

« T’as fait quoi aujourd’hui, papa ? ». « Ben, heuuu, j’ai lu un magazine, chez le coiffeur ». « Tu es allé chez le coiffeur, papa ? ». « Ben, oui, gamin ». « Ah. Il était fermé ? ». « Heuuu ».

06:45 Écrit par Fanny dans petites annonces | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : coiffeur, papa, gamin, heuuu |  Facebook |

29/02/2008

Cherche le 29 février

« Papa, papa, nous sommes le 29 février ». « Oui, gamin ». « Et c’est aussi le jour où tu dois aller acheter de la limonade ». « Ah bon, j’ai noté ça ? ». « Ben non, papa, il n’y a pas de 29 février sur ton calendrier ». « Ah bon, ça alors. Sûrement un éditeur à la con. Tu sais, gamin, sur terre, il y a beaucoup de gens stupides, des distraits, des mal comprenants. Maintenant on dit mal comprenant parce qu’on ne peut plus dire con. C’est comme les sourds et les aveugles, il faut dire mal entendant et mal voyant ». « Papa ». « Oui, gamin ». « Je ne veux pas dire que tu es un mal comprenant mais tu utilises un calendrier de 1993 ». « Heuuu ».

24/02/2008

Cherche l'avenir du gamin

« Gamin, je suis soucieux de ton avenir ». « Oui, papa. Et ça veut dire quoi ? ». « Ce que tu vas faire plus tard, gamin, quand tu seras grand ». « Je ferais quoi, papa ? ». « Je te conseille de travailler aux chemins de fer, dans les trains ». « Pourquoi dans les trains, papa ? ». « Parce que tu n’es jamais à l’heure quand c’est le moment de manger ».

23/02/2008

Cherche une femme

« Tu as l’air déprimé, papa ». « Non, gamin, je n’ai pas l’air déprimé. Je suis déprimé ». « C’est à cause de toutes ces lettres ? ». « Oui, gamin ». « Ce sont des factures ? ». « Non, gamin ». « C’est quoi, papa ? ». « Ce sont des réponses, gamin ». « Tu avais posé une question, papa ? ». « Non. Heuuu, comment t’expliquer. Vois-tu, gamin, il est bon dans la vie de manger autre chose que des raviolis en boîte ou de la chipolata, il est bon d’avoir quelqu’un qui te dise que c’est le jour de changer de slip, il est bon d’avoir des chaussettes propres qui sentent bon la lavande ». « Tu as demandé de la documentation sur les chaussettes à la lavande, papa ? ». « Mais non, gamin. Réfléchis. Si j’ai su le faire, tu peux le faire. Qui peut nettoyer une salade, hein ? Qui peut ne pas se tromper dans les 30, 60, 90 degrés des lessives pour ne pas avoir des vêtements de schtroumpf parce qu’ils sont cuits, hein ? Qui peut me faire, heuuu, bon, passons, qui peut ». « Papa, j’ai compris, tu cherches une femme de ménage ». « Gamin, tu dois encore grandir, ta réponse est à moitié bonne. J’ai mis une annonce disant que je cherchais une femme, pas de ménage, ça, ça viendra après, non, une femme tout court ». « Une femme tout court Une femme cul-de-jatte, papa ? ». « Gamin, on ne rigole pas avec ça. Une femme cul-de-jatte c’est impossible. Comment veux-tu que je pousse à la fois sa chaise et le caddy au supermarché, hein ? ». « Tu vas te remarier, papa ? ». « Je dois d’abord tester, du latin testicoularé. On verra après ». « Tu dois être heureux, papa, d’avoir eu des kilos de réponses ». « Ben, heuuu, non, gamin. Ce sont des hommes qui m’ont répondu ». « Ils écrivent quoi, papa ? ». « Ben, heuuu, ils écrivent tous : tu peux avoir la mienne ».

17/02/2008

Cherche le nom du bateau

« Papa, papa, regarde, le beau bateau ». « Gamin, ce n’est pas un bateau, c’est un yacht ». « Ah. Tu écris ça comment, papa ». « Heuuu, tu as raison, gamin, c’est un bateau ».