09/11/2007

Cherche Nawagouzouk

« Papa, j’ai un problème ». « Gamin, je suis ton père, je suis là. La mi-temps du match de foot est finie, descends de mon fauteuil. Je t’écoute dès que nous avons gagné ». « J’aime pas le foot, papa ». « Meeerde, je n’ai plus de bière. Gamin, prends l’ascenseur et la clef de la cave, tu m’en ramènes six, il y aura peut-être des prolongations ». « Papa, j’ai un problème ». « Un nègre, et maintenant un italien, il va marquer, non, si, il ose, meeerde. Gamin, à propos de saloperie, vas surveiller les raviolis ». « Papa, ils sont collés ». « Qui est collé, les italiens ? ». « Les raviolis, papa ». « Di dju, mais que font Zwglq et Nawagazouk, nos joueurs belges. La honte, gamin, nous allons être battus par des étrangers de pas de chez nous ». « Papa, j’ai mal au ventre, c’est la faim ». « Ce n’est pas la fin, gamin, décapsuleur, vite, oui, oui, oui, aaaaah, oooh, sur la latte ». « Papa ». « C’est gai, hein, gamin, de faire du sport ensemble, nous deux ».

08/11/2007

Cherche un gamin sans problème

« Papa, j’ai un problème ». « Gamin, je suis ton père, je suis là. Le match de foot vient de commencer à la télé. Dès qu’il est fini, je t’écouterai ». « J’aime pas le foot, papa ». « Attends, oui, oui, non, ah le con, meeerde, sur le poteau ». « Papa, j’ai un problème ». « Salaud, non, fils de pute, il s’est laissé tomber, y a pas penalty, y a pas, simulateur, gamin, y a penalty, viens voir ». « J’aime pas le foot, papa, c’est plein de gros mots ». « Un nègre, non, retourne bouffer tes bananes, t’as jamais vu un ballon, il ose, il a osé, il a marqué, non, gamin, viens voir, c’est un nègre, tu entends, un nègre qui a marqué contre nous ». « Papa, j’aime pas le foot, c’est plein de racistes ». « C’est la mi-temps, gamin, on est mené 1 à 0 ». « Papa, j’ai un problème ». « Oui, gamin, je suis ton père, je suis là. Une minute, faut que j’aille pisser. Surveille les raviolis, faut pas qu’ils collent. Aaah, le foot, c’est bon pour la vessie ».

06/11/2007

Cherche une école de musique

« Papa, comment tu fais la musique quand tu es à la toilette ? ». « C’est de l’aérophagie, gamin ». « Et ça vient d’où ? ». « Heuuu, ce sont sûrement les grecs qui ont inventé ça, heuuu, aéro, comme, heuuu ». « Aréoport, papa ? ». « Aéro, gamin, pas aréo. Heuuu, oui, si tu veux. Et phagie, comme, heuuu ». « Cul en trompette, papa ? ». « Heuuu, c’est sûrement quelque chose comme ça ». « La musique, tu le fais exprès, papa ? ». « Non, ça vient tout seul ». « Tu as un don, alors, comme les gitans qui jouent de la guitare sans savoir qu’ils font de la musique ? ». « Heuuu, c’est plutôt gênant, comme don ». « Pourquoi, papa ? ». « Ben, ça m’arrive souvent dans l’ascenseur, au bureau ». « Et alors, papa ? ». « Ben, heuuu, les collègues me connaissent. Alors, j’ai l’ascenseur pour moi tout seul ». « Papa, tu devrais suivre des cours de musique ».

04/11/2007

Cherche les couillez

« Papa, tu as une couille qui dépasse ». « Oui, oui. Heuuu, ajoutez 100 ml de lait. Tchû, 100 ml, c’est combien de litres, ça ? ». « Papa, tu as une couille qui dépasse ». « Je prépare la sauce, gamin. Que se passe-t-il ? ». « Tu as une couille qui dépasse, papa ». « Une couille ? Où ça, où ça ? ». « Ben, là, de ton short ». « Et merde. Tu vois, gamin, j’ai maigri et je mets des bretelles à mon short, alors il remonte ». « Papa, ça sert à quoi, les couilles ? ». « Heuuu, heuuuuu ». « C’est comme les cloches des vaches suisses ? ». « Oui, oui, c’est ça ». « Tu arrives à les faire sonner ? ». « Attends, mélangez avec énergie en réduisant le gaz. Merde, comment on fait avec une cuisinière électrique ? ». « Papa, joue moi un air de carillon ». « Gamin, je dois rester zen, si ça réussi tu auras des raviolis à la sauce. Tu sais, il faut varier son alimentation, c’est important ». « Papa, fais moi la vache suisse ». « Meuuuh ».

30/10/2007

Cherche à mettre les doigts

« Papa, c’est quoi cette caisse pleine de doigts en plastique ». « Hé, hé, gamin, tu te rappelles quand j’avais collé cinq doigts au bord de la porte de l’ascenseur et que la voisine de palier s’était évanouie en les voyant ? ». « Oui, papa, j’ai même cru que tu étais tombé amoureux quand tu l’as retenue dans tes bras ». « Hé, ho, gamin, ça, jamais ». « Mais pourquoi toute cette caisse de doigts, papa ? ». « Gamin, on se lèvera tôt pour être les premiers au cimetière. Tu m’aideras à les coller sur les tombes ».

25/10/2007

Cherche Halloween sans pluie

« Papa, c’est pour qui toutes ces boîtes de soupe au potiron ? ». « C’est pour nous, gamin, pour fêter Halloween ». « Avec de la soupe ! Je veux un masque de potiron, moi ». « Tu l’aura, gamin. Tu te rappelles quand Gérard est venu, le velouté aux asperges qu’on a du manger au couteau et à la fourchette parce que j’avais mis trop de maïzena ». « Tu lui a dit que c’était du flan, hein, papa ». « On va faire le même avec la soupe orange : quand elle sera tiède et encore un peu liquide, on s’en mettra partout. Nous aurons le plus beau masque ». « Mais, papa, les potirons n’ont pas d’oreille, nous oui ». « J’ai tout prévu, gamin : un bâtonnet à bout d’ouate dans chaque oreille, plusieurs couches de soupe et, quand elle est presque dure, on enlève le bâtonnet ». « Et si on rencontre Gérard à la fête ? ». « Gamin, personne ne nous reconnaîtra, voyons, sauf s’il pleut ».

22/10/2007

Cherche à faire se laver le gamin

« Gamin, ça ne va pas, ce n’est pas ça se laver ». « Mais, papa, il faut économiser l’eau, madame l’a dit ». « Tu te laves comme un chat, gamin. T’arrives à te laver avec une goutte d’eau. ». « C’est la politique énergétique globale adaptée aux particuliers, a dit madame ». « Heuuu, elle a dit ça, ta madame ? Et tu l’as retenu ! Et ici, tu ne sais même pas où sont tes slips et tes chaussettes ». « Papa, avec une goutte d’eau on peut faire des miracles » ? « Gamin, tu me rappelles quelqu’un, il y a deux mille ans, il marchait sur l’eau et il multipliait les petits pains. Toi, tu fais l’inverse : tu ne salis pas l’eau et, avant-hier, tu as marché sur le sac de petits pains ». « T’es marrant, toi, papa ». « File te laver, gamin, et que j’entende l’eau couler ».

21/10/2007

Cherche des convoyeurs

« Papa, à la radio ils ont dit ‘les convoyeurs attendent’, pourquoi ? ». « Bien fait pour eux s’ils sont pigeons ». « Mais, papa, ça veut dire quoi ‘les convoyeurs attendent’ ? ». « Ce sont des cons voyeurs qui se branlent dans leurs fauteuils en attendant le film porno sur leur télé à péage ». « Papa, c’est quoi un film porno ». « Heuuu, et merde ». « Tu t’es coupé en ouvrant la boîte de raviolis, papa ? ». « Non, non ». « Alors, dis, c’est quoi ? ». « Ben, heuuu, c’est une abréviation. Tu sais, on dit aller au ciné mais en fait c’est cinéma, et même cinématographe ». « Et porno, c’est pornographe, c’est ça ? ». « Heuuu, non, non, c’est du liégeois. Au lieu de dire ‘pour nous’ les liégeois disent ‘por nos aût’ ou ‘pornozôt’. C’est devenu ‘c’est un film por no’ ». « Papa, ma madame à l’école, elle est liégeoise, je vais lui demander si elle regarde souvent des films por no ». « Heuuu ».

11/10/2007

Cherche le look

« Waw, papa, quel look ». « Quelle louque, quelle louque, que veux-tu dire, gamin ? ». « Ben, avec le taille basse ». « Gamin, voyons, je n’ai pas de taille basse à ma Citroën Berlingo ». « Papa, je parle de tes fesses ». « Qu’ont-elles, mes fesses ? Elles ne sont pas roses ? ». « Si papa, je les vois. Quel look, le pantalon taille basse ». « Heuuu, gamin, dans la vie tout le monde peut craquer un jour ou l’autre, hein. Ce matin, c’est ma ceinture qui a craqué, compris ».

06/10/2007

Cherche Téfal au zoo

Nous sommes allé au zoo. « Papa, regarde, là, c’est Téfal ». « T’as vu une poêle quelque part, toi, gamin ». « Mais Non, non, regarde, là, le phoque, c’est Téfal ». « Tu le connais ? Tu es déjà venu au zoo avec l’école ? ». « Non, non, je le connais pas mais il chante wok, wok, wok comme toi dans la cuisine quand tu fais du chinois dans ta Téfal ».

05/10/2007

Cherche àvoir la vie en rose

« Gamin, c’est quoi les petits canards roses dessinés sur les murs et sur la glace de la salle de bain ? ». « A l’école madame a dit que nous devions rendre plus rose la vie de papa et maman ». « Avec des canards ? Peints ? Sur la glace ? C’est quoi cette peinture, on dirait de la graisse de bœuf ». « Ben, c’est un rouge à lèvre que maman ne voulait plus ». « Tu me prends pour la poubelle de ta mère ? ». « Mais non, papa, chez toi tout est triste. Même le bonzaï ne veut pas grandir. La seule musique qu’on entend c’est cri cri, cri cri, la roulette de Kiki le hamster ». « Heuuu. C’est très joli, les petits canards. Tu sais quoi ? ». « Non, papa ». « Demain, quand tu seras à l’école, j’irais acheter des graines roses, pour les canards ».

04/10/2007

Cherche le gros lot

Prenez votre ticket. Attendez l’appel. « Gamin, c’est quoi ce truc ? ». « Papa, il y a ça partout maintenant, dans les pharmacies, dans les boucheries ». « C’est comme une tombola ? ». « Tu dois attendre qu’on appelle le numéro 62 ». « Heuuu. Ah bon. Attendons, alors ». Ding, dong, on sert le numéro 62 . « C’est moi, c’est moi, c’est moi, bonjour madame, voilà mon billet ». « C’est pour quoi, monsieur ? ». « Je viens chercher ce que j’ai gagné, mon lot c’est le 62. C’est quoi ? ». Ding  dong, on sert le numéro 63.

02/10/2007

Cherche l'érection matinale

« Dis, papa, c’est quoi la masturbation ». « Heuuu, tu vois, gamin, quand on a des outils, il faut les aiguiser de temps en temps. C’est mon copain Gérard qui dit ça ». « Je le connais ? ». « Tu l’as vu une fois, c’est celui qui a démoli ses vélos en les rentrant dans son garage ». « Comment papa ? ». « Il avait oublié de retirer les vélos du toit de sa voiture ». « Et une érection matinale, papa, c’est quoi, j’ai pas compris madame, à l’école ». « Heuuu. Madame a ça ? ». « Les garçons, papa, qu’elle a dit, quand on est plus grand ». « Heuuu. Dans ta chambre, gamin, tu as un réveil qui ne fait pas dring mais coucou, hein. Et zouuu, le petit oiseau sort ». « C’est normal, papa, c’est l’heure de se lever ». « Quand on n’a pas de réveil avec un zozio qui sort, tout d’un coup, on rêve qu’on est un voilier et que le mât ne passera pas en dessous du pont et on se réveille. C’est comme le zozio, mais verticalement. Tu as compris ? ». « Oui, papa. Demain, je le dirai à madame parce que je pense qu’elle n’a jamais vu un voilier ». « Heuuu ».

28/09/2007

L'anniversaire de Kiki

« Kiki, bon anniversaire, gentil gentil petit hamster à papa. Tu sais, j’ai eu un mal de chien pour faire tenir la bougie sur la pistache. Mais, arrête de manger la bougie, Kiki, je dois encore l’allumer. Kiki, si tu enlevais ton manteau de fourrure, hein, je n’ai pas envie d’avoir le feu dans ta cage. Tu comprends ou tu rigoles, hein ? Ca veut dire quoi quand tu remues tes moustaches ? Quoi ! Une autre bougie ! On n’est pas dans une église, hein. Tu sais quoi, à propos d’église, tu vas venir dans ma poche et on va y aller. Il y là une énorme bougie, un cierge. Il s’appelle Pascal. Tu grignoteras ce que tu voudras, sauf la ficelle au milieu ».

27/09/2007

L'anniversaire de maman

« Allo, maman, bon anniversaire ». « Hé bé, tu es six mois à l’avance ou tu as six mois de retard ? ». « Heuuu, ben, heuuu, quand on aime on ne compte pas, na ». « Fils d’imbécile, que veux-tu ? ». « Aimes-tu les champignons ? ». « C’est ta question ? ». « Ben, heuuu, oui ». « Ne m’apporte surtout pas des champignons que tu as cuisiné ». « Ben, heuuu, non. C’est en ravier, cette semaine le troisième est gratuit au supermarché. Ce sont des beaux, ronds, blancs. Mais c’est difficile de jouer au golf dans l’appartement, ils ne roulent pas bien ». « C’est franchement du n’importe quoi ! Et le persil, tu t’en remplis les oreilles et les narines ? ». « Heuuu, non, pourquoi ? ». « Idiot. Ton parcours de golf, tu le délimites avec des frites ? ». « Heuuu, oui, des surgelées. Comment le sais-tu ? ». « Enfin ! Une lueur d’intelligence. Des frites cuites et grasses te feraient glisser et tomber. Et les trous, tu les fais dans le carrelage ? ». « Ben, non, hein, maman. Je prends une boîte de raviolis vide et je mets une planche à pain comme tremplin ». « C’est stupide. Et alors ? ». « Ben, heuuu, quand la porte vitrée du balcon est fermée, paf, beldjioum ziro, il faut que je pense à fermer la bouche ». « Vas dormir ». Tûûût tûûût tûûût.

26/09/2007

L'anniversaire de papa

« Allo, maman ». « Ah, c’est toi, fils d’idiot ». « Heuuu, oui. Maman, aujourd’hui c’est la date anniversaire de papa ». « J’espère qu’il est bouffé par les vers, celui-là ». « Heuuu, maman, je compte aller porter des fleurs au cimetière, je me disais qu’on pourrait partager les frais, couper la poire en deux ». « La poire, la poire, non mais, j’ai été sa poire assez longtemps. C’est pour ça que tu me téléphones ? ». « Ben, heuuu, oui ». Tûûût tûûût tûûût.

21/09/2007

C'est l'anniversaire du gamin

« Alors, gamin, tu es prêt pour la promenade du quartier ? ». « Oui, papa ». « Si tu te perds dans les prés, tu sais comment tu t’appelles ? ». « Oui, papa ». « C’est le 21 septembre, hein, gamin, c’est ton anniversaire, alors je veux être fier de toi ». « Oui, papa ». « Tu connais encore la chanson que tu vas interpréter durant la marche ? ». « Oui, papa ». « Allez, gamin, chante la moi avant le départ ». « Cols chique dans les prés, fleurisse, fleurisse, Cols chique dans les prés, c’est la fin de l’été »

16/09/2007

Cherche la salope

« Papa, je n’ai plus mes règles ». « Quoi, gamin, tu es enceinte ? De qui ? ». « On m’a chipé ma latte et mes règles à l’école ? ». « Di dju, c’est cette salope d’institutrice qui t’a mis enceinte ». « Papa ». « Quoi, gamin ? ». « C’est quoi, une salope ? ». « Ben, heuuu, c’est, heuuu, comment dire, une salopette c’est un petit tablier ; une salope, c’est un grand tablier ». « Papa, demain, je dirai à madame qu’elle est une grande salope ». « Non, non, gamin, ne dis pas ça, surtout pas, ça doit rester entre nous, hein, gamin, di ju, tu m’écoutes, oui ? ». « Oui, papa ». « Répète ce que j’ai dit, alors ». « T’as dis que la grande salope de ma madame peut pas savoir qu’on sait que c’est qu’elle est une grande salope ». « Bien, gamin. Si tu as des contractions, tu m’appelles, hein ».

13/09/2007

Cherche à boucher un trou

« Tu fais des crêpes, papa ? ». « Mais non, gamin, je fais de la pâte pour boucher un trou ». « Ah ! ». « Ben oui, hein, gamin, tu as vu que j’ai pendu un tableau dans le séjour ». « Il n’est pas beau, le tableau, papa ». « Je l’ai gagné à une tombola, alors j’y tiens, compris, petit bonhomme ». « Papa, il y a un trou dans le tableau ? ». « Non, non, gamin, j’ai mis le clou pour pendre le tableau trop près de la porte, alors il dépasse et chaque fois que j’ouvre la porte, paf, aïe, je reçois le tableau dans la tronche ». « Moi pas, papa ». « Normal, gamin, toi, tu passes en dessous ». « Pourquoi tu fais de la pâte, papa ». « Pour reboucher le trou du clou du tableau, gamin ». « Pourquoi tu mets de l’eau dans la pâte, papa ? ». « Parce que la pâte est trop dure ». « Papa, pourquoi tu mets de la poudre ? ». « Parce que la pâte est devenue trop liquide, gamin ». « Papa, pourquoi tu remets de l’eau ? ». « Parce que j’ai mis trop de poudre, gamin ». « Papa, je ne veux pas t’énerver mais pourquoi tu mets encore de l’eau ? ». « Parce que la pâte a durci, gamin ». « Papa, pourquoi tu mets encore de la poudre ? ». « J’ai mis trop d’eau, on dirait de la soupe aux asperges ». « Papa, pourquoi t’as pas lu le mode d’emploi ? ».

11/09/2007

Cherche un livre sur les vitamines

« Papa, il y a des bacs sur le balcon avec des saloperies qui poussent dedans, je peux les jeter ? ». « Stop, stop, stop, gamin, c’est du persil, j’ai semé du persil ». « Mais, papa, du persil, c’est de la lessive, non ? ». « Gamin, je t’explique : le persil, heuuu, c’est pour les omelettes, hein, les petits points verts dans les omelettes, ce n’est pas dans les œufs des poules, c’est du persil ». « Berk, berk, berk, j’aime pas les points verts dans les omelettes ». « Gamin, j’ai vu une émission à la télé et j’ai retenu que le persil, c’est plein de fer, de vitamines et de zoligo éléments ». « Bof, c’est dégueu l’omelette aux points verts ». « Gamin, le boucher, hein, que met-il dans les oreilles de la tête de cochon qu’il met dans sa vitrine, hein, du persil ». « Tu vas te mettre du persil dans les oreilles, papa ? ». « Fils d’imbécile, pourquoi pas des macaronis cuits dans les cheveux, pour faire geisha japonaise, hein. Gamin, tu boufferas du persil, compris, c’est pour ta croissance ». « Veux pas croissanter ». Je cherche un livre sur les vitamines, à usage des enfants.

10/09/2007

Cherche des slips extensibles

« Papa, mes slips sont devenus trop petits ». « Des fesses ou de devant, gamin ? ». « Des fesses, papa, pourquoi ? ». « Ouf, j’aime mieux ça, les fesses, je peux expliquer ». « Quoi, devant on grossit aussi ? ». « Heuuu, plus tard, gamin, plus tard ». « Papa, on grossit comment, devant ? ». « Gamin, tu grandis, tu fais du sport à l’école, tu muscles tes fesses, elles grossissent, c’est normal et tes slips, eux, ils ne grandissent pas ». « Grossir devant, papa, c’est pas normal ? ». « Heuuu, comment dire, si, si tu avais des fesses devant mais tu es normal, hein, tu as les fesses derrière ». Ouf, le gamin ne dit plus rien mais je cherche des slips extensibles, de l’arrière.

09/09/2007

Cherche petite armoire avec une clef

« Papa, c’est quoi ces pilules bleues ? ». « Gamin, touche pas, c’est dangereux ». « Mais c’est quoi, papa ? ». « Heuuu, c’est du via, du viaaa, heuuu, du viano ». « C’est quoi, papa, du viano ? ». « Heuuu, du viano c’est de l’engrais ». « Et ça fait quoi, papa, l’engrais ? ». « Heuuu, ça fait pousser ». « Papa, je peux mettre une pilule bleue au bonzaï ». « Non, non, gamin, surtout pas, si tu en mets au bonzaï, on va avoir un baobab et l’appartement sera trop petit, allez, rends moi la boîte, je vais la ranger ». Je cherche une petite armoire, style pharmacie, qui ferme à clef. Et aussi un clou, planté très haut, pour y pendre la clef.

08/09/2007

Cherche des moules du terroir

« Papa, c’est quoi les produits du tiroir ? » ? « Heuuu, et bien, gamin, ce sont les couteaux, les fourchettes, le décapsuleur, le tire-bouchon ». « Mais non, papa, des produits du tiroir qui se mangent. Madame a donné l’exemple de Walter Zouille ». « Walter Zouille, gamin, c’est l’inventeur de la soupe avec des morceaux de poulets. Mais je ne mets jamais de la soupe dans le tiroir de la cuisine. Ta madame, à l’école, elle avait bu ? ». « Mais non, papa, elle demande cinq exemples de recettes du tiroir ». « Du terroir, gamin, du terroir, j’avais compris du tiroir. Comme les moules nature, les moules au vin blanc, les moules à, à, à ». Je cherche des recettes de moules du terroir. Pas du tiroir, j’ai tout ce qu’il faut dedans, sauf les moules.

06/09/2007

Cherche une jante de vélo sans rayon

« Papa, pourquoi tu as plié mon houla hop ? ». « Gamin, c’est stupide, je faisais du houla hop dans le parc, en tournant sur moi-même, parce que je me cramponnais à lui, et hop, plouf, dans l’étang ». « Pourquoi tu l’as plié, papa ? ». « Ce n’est pas moi, gamin, ce sont les pompiers quand il ont tiré sur ton houla hop pour me sortir de l’étang ». « Tu allais te noyer ? ». « Non, non, hein, gamin, j’avais pied, je me suis même mis à genou dans l’étang, non je n’avais de l’eau que jusqu’aux couil…, jusqu’à la ceinture ». « Pourquoi t’as fait ça, papa ? ». « Pour toi, gamin, juste en face il y avait une jeune dame avec sa fille qui criait : tenez bon, tenez bon. Tu n’aimerais pas avoir une petite copine ? ». « Elle est comment ? ». « Blonde, avec de gros s…, de grosses joues, je veux dire que la mère est blonde, la petite je ne l’ai pas bien vue ». « Papa, je préfère un train électrique ». « T’auras un houla hop en fer forgé, gamin, parlons d’autre chose, t’as fait tes devoirs ? ».

05/09/2007

Cherche mon billet de courses

« Gamin, je vais à la superette ». « Attends, papa, tu as un post-it collé sur le front ». « Ah oui. Merci, gamin ». « Pourquoi tu t’es collé un post-it sur le front, papa ? ». « Pour ne pas oublier d’aller chercher des raviolis pour ce midi ». « Papa, t’as écrit quoi sur le post-it ? ». « Heuuu, j’ai écrit : ‘Enlever le post-it avant de sortir dans la rue’ ». « Heureusement que je l’ai vu, hein, papa ». « Gamin, tu es un gamin formidable ».

04/09/2007

Cherche le repos des pieds

« Papa, il y a plein de sable dans la baignoire ». « C’est normal, gamin, je suis rentré de vacances la semaine dernière, je viens de prendre un bain parce que j’avais mal aux pieds, c’était à cause du sable collé aux orteils ».

03/09/2007

Cherche un pain coupé

« Papa ». « Appelle moi Zinzin, Minmin ». « Mais c’est cucul, ça. Pourquoi Zinzin, papa ». « C’est Zizinne la voisine qui a commencé. Elle dit Pinpin à son lapin et Zazaï à notre bonzaï. T’as compris pourquoi ? ». « Ben oui, de la tata c’est de la chipolata et du lili des raviolis ». « J’ai l’impression que la boulangère va rigoler si je lui demande un pinpin grigris pépé ». « Pourquoi pépé, papa ? ». « Tu vois, les ennuis commencent, l’incompréhension s’installe. Pépé parce que si je dois couper le pain moi-même j’aurai plus de miettes que de tartines ».

31/08/2007

Cherche à ne pas être sur écoute

« Allo ». « Je vous ai reconnu ». « Passez moi le gamin ». « Vous ne savez plus dire bonjour ? ». « Bonjour, passez moi le gamin ». … « Oui ». « Gamin ». « Papa. T’étais où ? ». « Dans les palmiers ». « T’es monté tout en haut d’un palmier ? ». « Non, non, j’étais sur le sol ». « C’était où ? ». « Je ne sais pas, je n’ai pas bien vu la route, l’avion volait trop haut ». « Wèèè, tu es allé dans un avion. T’as eu peur ? ». « Pas du tout, pas du tout. Tu sais, un avion, c’est comme un gros autocar mais plus confortable : il n’y a pas de route, donc pas de trou et on est moins secoué ». « T’as fait quoi ? ». « Un peu de tout, même des jeux. J’ai été troisième au concours de lancer de crêpes ». « Vous étiez combien ? ». « Heuuu, trois. Gamin, j’entends ton grand-père qui rigole comme une baleine, tu as mis le haut-parleur ? ». « C’est lui qui l’a mis ». « Je te raconterai le reste quand tu reviendras ».

05/07/2007

Cherche à m'instruire en jardinage

" Regarde, gamin, là, un monsieur qui plante de petits arbres ". " C'est quoi, comme arbre, papa ? ". " Reste ici, je vais lui demander ". " Bonjour, monsieur, c'est joli ce que vous faites et c'est bien de renouveler la nature. C'est quoi, les arbres ? ". " Ce sont des poireaux ". " Ah, des poireaux ". " Ben oui, des poireaux, pour la soupe ". " Aaaah ". " Alors, papa, il fait quoi le monsieur ". " Ben, heuuu, il dit qu'il fait de la soupe ".

26/06/2007

Cherche à faire étudier le gamin.

« Gamin ». « Oui, papa ». « Si tu travailles bien à l’école tu auras un chien ». « Chouette ». « Un petit, hein ». « Petit comment, papa ? ». « Six, sept centimètres ». « C’est un quoi, le chien ». « Un Saint-Bernard ». « C’est comment, un Saint-Bernard ? ». « Blanc et noir, avec un tonneau en dessous du cou ». « On l’aura quand, papa, le chien ? ». « Après tes examens. Tu pourras le pendre toi-même ». « Hein, où le pendre, papa ? ». « Au rétroviseur de l’auto ».