09/02/2011

Grouin-grouin, mon nouvel ami.

Si, si, je l'ai lu, le cochon est omnivore, il mange tout. Grâce à Grouin-grouin, mon cochonnet, ma poubelle de déchets ménagers (pelures de pommes de terre, de carottes, de potiron, de panais, les restes de repas, les verts de poireaux) se désespère de se remplir. Je le dis à tous les pères célibataires, surtout à ceux qui habitent le cinquième étage, ou un autre, et qui ne peuvent pas faire un tas de compost : adoptez un petit cochon. Avec l'économie sur les sacs poubelles vous pourrez vous acheter de bonnes petites bières. Attention toutefois : vos plantes vertes vont disparaître. C'est aussi tout bénéfice, il ne faut plus arroser.

 

010.JPG

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

08/02/2011

Antivol

J'ai acheté un antivol pur porc à pendre à mon rétroviseur. Avant de le cuire au four pour le désècher je le laisse gambader dans mon appartement au cinquième étage. Il s'appelle Grouin-grouin. Je le prends dans mes bras quand le téléphone sonne. Je décroche le téléphone, je chatouille Grouin-grouin sous le menton, Grouin-grouin est content. Alors c'est lui qui répond : grouin grouin. " Suis-je bien chez monsieur Cols ? ". " Grouin grouin ". " Allo, monsieur Cols ". " Grouin grouin ". " Je pense qu'il y a erreur ". Moi : " Non, non, c'est bien ici mais je ne suis pas là alors c'est mon cochon qui répond. Laissez votre message après le bip sonore ". Tûûût tûûût tûûût.

 

008.JPG

 

 

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

07/02/2011

De mieux en mieux mais flou

" Papa, papa ". " Oui, gamin, quoi donc ? ". " Le poisson-sudoku, papa ".

 

004.JPG

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

06/02/2011

Nouveau poisson

" Papa ". " Oui, gamin ". " Regarde, papa. Tu connais le poisson-chat, voici le poisson-tigre ". " Magnifique, gamin. Tu as beaucoup d'idées comme ça ?. " Tu verras la suite demain, papa ".

 

003.JPG

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

05/02/2011

Saint Valentin le 14

" Bonjour, papa ". " Bonjour, gamin ". " Alors, papa, tu as la pèche ? ". " Pourquoi me demandes-tu ça, gamin ? ". " Ce sera bientôt la Saint Valentin ". " Bon, si on parlait d'autre chose, gamin ". " Oui, papa. peut-être qu'à défaut tu as la banane ". " Pourquoi dis-tu ça, gamin ". " Parce que, papa, pour égayer notre univers monotome, je me suis permis de décorer la cuisine ". " Ah bon. Où ça ? ". " Là, papa ".

 

001.JPG

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

04/02/2011

Triste réalité

Le temps arrange bien des choses, dit-on. Pourquoi tant de temps ? Donner du temps au temps ! Oh, temps, emporte le vent. Revenons à hier et les femmes énigmatiques. La bonne phrase, venant de Pierre Belfond, est : « Chez bien des femmes les pensées s’élèvent quand les seins tombent ». Triste réalité. Les hommes n’attendent pas que leur zizi indique le centre de gravité de la terre pour avoir des pensées intelligentes, sur le football, sur la politique, sur les jantes du dernier modèle de Porsche, sur les femmes sauf sur la leur, sur leur femme pour lui signaler qu’elle cuisine moins bien que sa mère à lui. Je me rappelle du couple d’écossais rencontré à Paris devant une vitrine de fine lingerie et d’elle, en admiration devant les soutiens-gorge. Lui, voyant le prix, lui a dit « Viens, Bobonne, laisse tomber ».

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

03/02/2011

Les femmes énigmatiques

Jeudi, le jour des énigmes. Quoi de plus énigmatique que les femmes. Pour les hommes ! Parce que les femmes, elles, elles se comprennent. Comprenne qui pourra. Dire que le créateur à fabriqué Eve avec un morceau d’Adam. Mais quel morceau nous a-t-il enlevé pour que nous, les hommes, soyons si beaux, si forts, si intelligents ? Et si humbles.

L’énigme du jour est simple, il suffit de trouver les deux mots manquants dans cette citation : « Chez bien des femmes les … s’élèvent quand les … tombent ». A vos commentaires et à demain.

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

02/02/2011

Gérard

J’ai reçu un coup de fil de Gérard. Vous le connaissez, c’est un collègue. Ma devinette favorite au bureau est : ‘ Quel est le prénom de Menpissédroidanlurinoir ‘ ou de ‘ Menbézé ‘ ou encore de ‘ Mandibule ‘ (celle-là les blondes du bureau n’ont jamais trouvé qu’il s’agissait de Gérard) ou de ‘ Menféproute ‘. Il m’a téléphoné. « Allo ». « Oui, Gérard, je t’ai reconnu. C’est normal, hein, il n’y a que toi qui me téléphones». « Dis, as-tu mis le petit jésus dans la crèche à Noël ? ». « Et bien, ça va te surprendre, Gérard, mais j'ai mis le petit jésus dans la crèche et j’en suis très heureux ». « Ah bon. Puis-je savoir avec qui ? ». « Avec l’âne et le bœuf, Gérard ». « Ha, ha, ha ». « Heuuu ».

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

01/02/2011

Fin de mois

Fin de mois, fin des soldes en Belgique et, bientôt, le 14, la fête des amoureux.

 

Tout change, tout évolue, maintenant on s'envoit des mots d'amour par gsm - portable - cellulaire (Tippexez les mentions inutiles).

 

C'est ainsi qu'eut lieu la " conversation " suivante par message écrit :

 

(elle) :

 

si tu es en train de dormir, envoies-moi tes rêves,

si tu es en train de rire, envoies-moi tes sourires,

si tu es en train de pleurer, envoies-moi tes larmes.

Je t'aime.

 

(sa réponse à lui) :

Je suis aux chiottes, je t'envoie quelque chose ?

 

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

31/01/2011

Bientôt la Saint Valentin

Bientôt le 14 février

 

Le 14 février ? Mais oui, la Saint Valentin. Alors en voici quelques unes :

 

« Avant tu me caressais le menton ». « Oui, mais maintenant tu en as deux ».

 

Il lui avait offert un « Bon pour deux heures de sexe inoubliable ». Elle l’a embrassé et a couru vers la porte en criant «  A dans deux heures ».

 

« Chéri, j’ai révé que tu m’offrais un collier de perles pour la Saint Valentin. A ton avis, qu’est-ce que ça veut dire ? ». « Tu le sauras ce soir ». Et le soir le chéri offre un livre intitulé « L’interprétation des rêves ».

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

30/01/2011

Conjugaison

« Gamin, révision, viens ici illico tout de suite immédiatement pronto ». « Amaï, amaï,amaï ». « C’est quoi ce cri, gamin ? Tu apprends les zoonomatopées des animaux ? ». « J’ai un nouveau voisin de classe, papa. Jef, c’est un flamand de Flandres. Il dit toujours ça quand la maîtresse lui pose une question ». « Un rose, j’espère ». « Un rose quoi, papa ». « Laisse tomber, boum, gamin. J’adore la Flandre, les bouviers de Flandres, la Bourgogne de Flandres, les babeluttes. Stop, gamin, aujourd’hui c’est révision. Conjugue-moi le verbe boire au présent ». « Je bois, papa ». « Bien. Au passé composé, gamin ». « J’ai bu, papa ». « Bien, gamin. Au plus que parfait du subjonctif ». « Je n’ai plus soif, papa ». « Heuuu ».

07:30 Écrit par Fanny dans petites annonces | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

29/01/2011

Cherche Kiki

Kiki, c’est le hamster du gamin. Il n’est plus dans sa cage. Drame. Après avoir tapé au marteau sur la bosse du bout de moquette que je venais de remplacer j’ai eu peur. Kiki ? Pas Kiki ? Que dire au gamin ? Un suicide au marteau d’un hamster ça ne s’est jamais vu. L’enterrer ou l’incinérer ? L’enterrer, ce n’est pas possible, j’habite au cinquième et si je l’enterre il va atterrir au quatrième. Si je vise bien pour le trou ce sera dans les toilettes du quatrième mais si je vise mal ce sera dans leur soupière en plein repas. Ploutch. Horreur. La vision de la famille du quatrième avec les visages pleins de soupe me donne faim. Quel gaspillage de vitamines, de fibres et de sels minéraux. L’enterrer en grandes pompes ? Impossible, je ne connais personne qui chausse du 47 ou plus. Moi, je chausse du 42 et demi. Croyez-moi, du 42 il y en a partout. C’est le demi qui est difficile à trouver. Ah oui, où en étais-je ? Et si c’était Kiki ? Alternative : l’incinérer. Jamais. Un professionnel de l’incinération facture la redingote en bois de palette de récupération au prix du chêne. Fumée, pollution, cendres pour éliminer la mousse dans la pelouse. Je n’ai pas de pelouse, j’habite au cinquième, voyons. Non, je ne m’énerve pas, je cherche une solution. Si tu n’es pas content vas lire un autre blog. Merde à la fin. J’ai un problème et je suis désespéré parce que, sous l’ex-bosse de la moquette, il y a peut-être Kiki. Il y a de quoi être énervé, non ? Je ne vois qu’une solution : le four à micro-ondes. J’ai cherché sur tous les blogs de cuisine : pas un mot sur l’incinération via le four à micro-ondes. Pourtant c’est une belle invention. Sauf pour chauffer du fromage frais de chèvre surmonté de miel et de thym, ça explose et il y en a partout. Quand je cuisine pour moi tout seul, je rentre ma tête dans le four et je lèche les parois. Avec des invités ce n’est pas possible. En plus on s’en met plein les cheveux. Si tu vas sur ton balcon, dix minutes après tu es déguisé en ruche. Bziiii, bziiii, bonjour les abeilles. Non, non, pas dans les oreilles, j’y fais ma propre production de cire humaine. Stop, où en suis-je ? Kiki, pas Kiki ? Je n’ose pas soulever la moquette. Avant je voudrais avoir connaissance de votre expérience : combien de temps pour incinérer un hamster au four à micro-ondes ? D’avance grand merci pour vos solutions.

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

28/01/2011

Parking difficile

« Bonjour, papa ». « Bonjour, gamin ». « Pourquoi as-tu mis ton écharpe et un passe-montagne ? Il fait bon dans l’appartement ». « Je vais m’asseoir dans l’auto, gamin ». « Et tu vas où, papa ? ». « Nulle part, gamin ». « Et que vas-tu y faire, papa ? ». « Je vais abaisser ma vitre et attendre ». « Attendre quoi, papa ? ». « Gamin, tu connais les problèmes de parking dans la rue, hein. Alors, je vais compter combien d’automobilistes vont s’arrêter pour me demander ‘ Vous partez ? ‘ ». « Et tu vas répondre quoi, papa ? ». « N’importe quoi, gamin. Par exemple : non, j’ai une fuite de gaz dans l’appartement et j’ai encore une bougie de Noël allumée, alors j’attends ici. Ou : Ma femme vient de me quitter, ma bagnole est tout ce qui me reste. Vous n’auriez pas un sandwich. Ou encore : J’ai fait une bêtise hier soir. J’ai ramené une femme à l’appartement. J’attends qu’elle parte. Ou, mieux : J’attends que le gamin finisse de ranger sa chambre ». « Je vais le faire tout de suite, papa ». Qu’est-ce qu’il ne faut pas faire pour éduquer un gamin !

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

27/01/2011

Mon papa est énigmatique

Ici, le gamin. Papa vient de prendre l’ascenseur et me laisse seul devant mon bol de céréales. Ce matin, mon papa était couvert d’une écharpe et d’un passe-montagne. Il m’a dit qu’il allait dans son auto. Quand je lui demande où il va il me répond qu'il ne va nulle part. Ouiiiin, snif, j’ai un papa énigmatique. Qui peut m’aider à le comprendre ?

09:38 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Erreur

Suite à une erreur de programmation l'énigme du jour, pourtant prépostée, ne vous est pas parvenue. Non, non, ce n'est pas l'énigme du jour. Pour moi, oui. Donc j'entreprends des couilles furieuses, pardon, des fouilles curieuses, et je reviens quand j'aurai répéré.

09:15 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

26/01/2011

Paroles misogynes

Spécial « Hommes ». Chères compagnes et amies, si vous voulez le rester ne lisez pas.

(de Coluche) Dieu a crée l’alcool pour que les femmes moches baisent quand même

(de Anatole France) Une femme sans poitrine c’est un lit sans oreiller

Suffit pour aujourd’hui.

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

25/01/2011

Le cidre

" Dieu a fait pousser les pommiers en Normandie parce qu'il savait que c'est là qu'on boit le plus de cidre ". Depuis deux jours je cherche à comprendre. Dieu a-t-il fait pousser l'herbe à Camembert pour que les vaches, créées la veille, y broutent et paissent parce qu'il savait que leur lait allait permettre de fabriquer ce fromage du même nom ? D'accord, il l'a fait. Mais pour le lapin sauce grand-mère ? Moi il me faut deux semaines pour comprendre la recette. Au début j'ai même vainement cherché de la grand-mère en poudre au supermarché. Et les frites, hein, les frites. Créer la pomme de terre, c'est facile pour lui. Mais la friteuse ! Le pire, pour moi, c'est comprendre la création du procès-verbal, le P.V. Que de démarches de création : la roue, le moteur à explosion, le pneu, le volant, le permis de conduire, le panneau Stop, la priorité de droite, l'alcool, le ballon dans lequel on doit souffler, le képi, le sifflet, la maquillage pour permettre aux femmes d'essayer d'éviter la contravention et l'argent pour payer la contredanse. Quel parcours ! Mais les voies du seigneur sont impénétrables. C'est mieux ainsi.

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

24/01/2011

Vieille connaissance inconnue

Pour récompenser les acheteurs de mon œuvrette « Petites annonces », pour leur peaufiner l’ouvrage (qui a dit faut piner ?) et pour qu’ils aient aussi un souvenir de ma plus belle écriture je numérote moi-même les exemplaires à la main. Pour ce faire j’appose cette bonne vieille connaissance, cette grande inconnue souvenir de nos cours d’algèbre, c’est-à-dire un grand X. C’est le gamin qui m’a suggéré de faire ça pour qu’il n’y ait pas de jaloux. Merci gamin.

07:31 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

23/01/2011

Pensées d'ivrognes

Je n’ai bu qu’un verre, je l’ai simplement rempli plusieurs fois.

L’alcool ne résout pas les problèmes. Et alors ? L’eau, le lait, les limonades non plus.

L’eau est un produit dangereusement corrosif. Une seule goutte suffit à troubler le pastis.

L’alcool est un ennemi mais fuir devant l’ennemi est de la lâcheté.

Les brunes, rousses et blondes s’apprécient mieux dans un verre adéquat qu’en robe de nuit le soir dans la chambre.

Moi, la pression, je ne la subis pas, je la bois.

Dans le vin il y a de la sagesse, dans la bière il y a de la liberté, dans l’eau il y a des bactéries.

A votre santé.

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

22/01/2011

Le stress positif ?

« Le stress positif n’existe pas, c’est une invention des patrons pour augmenter la rentabilité du personnel en lui faisant peur afin de donner plus d’argent aux actionnaires. Dès qu’il y a stress notre organisme se coince, on a mal au ventre et certains vont jusqu’à se jeter par la fenêtre. On peut donner un coup de pouce, un coup de pied au cul, un coup de main mais jamais du stress puisque tout stress nous fait du tort. Le rire, la camaraderie et la bonne humeur sont les meilleurs stimulants de la croissance, que ce soit celle de l’économie ou celle des enfants ». « Gamin, c’est de qui ce texte ? ». « C’est mon devoir pour demain à l’école, papa ». « Et tu as trouvé ça où ? ». « Dans ma tête, papa ». « Gamin, si tu n’as pas 10 sur 10 pour ton devoir je te jure que je vais aller stresser ta madame à l’école ».

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

21/01/2011

L'écusson de la Suisse

Pas de bol (peau de balle) si vous n’aimez pas les suçons de la cuisse, nous sommes encore en période de contrepèteries.

Voici les solutions d’hier. Bravo pour les bonnes réponses proposées.

Du va-t-y quand : intervertir un P et un C

Une rurale : intervertir B et M

Une autre rurale : OIRE et INE

Médical : trop facile, non ! Le chirurgien enjambe …

En croisière : M et B

J’adore celle-ci : intervertir MO et KA

Au resto, au garçon de salle : des couilles en or, évidemment

En finale : devinez où était le gros salaud

Vous trouverez ou avez déjà trouvé facilement les quatre dernières.

Demain, sérieux. Le gamin sera là.

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

20/01/2011

Et encore, et encore !

C’est l’énigme des contrepets de ce jeudi. Qui trouvera tout ?

(du va-t-y quand) : Les laborieuses populations du Cap

(une rurale) : Le berger montre sa bête à la miss

(une autre rurale) : Votre poire à un petit goût de terrine

(médical) : Le chirurgien ampute une jambe

(en croisière) : la femme du capitaine ma fait mander à bord

(j’adore celle-ci) : Le client a laissé son moka dans l’auto kabyle

(au resto, au garçon de salle) : Avez-vous des nouilles encore ?

(en finale) : La mariée partit avec un gros salut à la noce

Je laisse, j’ai du tracas jusqu’au cou, ma voisine de palier s’est tordu l’humérus. Et pendant ce temps-là, en l’air, les culottes s’empilent.

Au fond, un contrepet, est-ce parce que le vent siffle dans la rue du quai ?

Stop, ne cherchez plus à partir d’ici, normalement il n’y a de contrepets. Par contre, ci-dessus, c’est comme les huitres, il y a la douzaine.

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

19/01/2011

Essuie ça vite et bien !

Paf, déjà un contrepet dans le titre du post. Pendant ce temps la fermière a une poule qui mue. Son adresse ? Rue de la Paix. Elle a déploré la foule. C’est parce qu’elle s’en fout que son mari est mort. Son mari, c’est à l’ami qu’il offrait son vin. Hé oui, il faut détester nos ridicules.

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

18/01/2011

Les parasites me brouillent l'écoute.

Encore des contrepets, déjà dans le titre. Evidemment, dans les contrepets, (.)ouille est souvent présent. Il faut donc savoir compter ses douilles, comme le champion les jette avec puissance. Quelle bouille, ce champion. Pas de bol pour moi.

07:34 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

17/01/2011

C'est long comme lacune !

Hé oui, les contrepets c’est con comme la lune. Comme les porte-mines. Ou le chauffeur qui a brûlé la pente. Ou la noce de la russe. Ou les piles de boîtes.

Poème : Au bord de champs le paysan regarde les épis pousser.

Déjà cinq contrepets sans compter celui du titre !

Une de mes phrases préférées qui en contient deux :

Tout confus sur ce divan je t’offre une pierre fine.

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

16/01/2011

On y retourne

Où ça ? Aux contrepets, bien sûr, puisque, chaque matin, la poule pondait quelque part et, qu’à la banque, le maniement constant des fonds entraîne la multiplication des mouvements des caisses. Les banquiers racolent des fonds véreux. Où sont-ils ces contrepets ?

08:55 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

15/01/2011

Vous en redemandez, si, si.

Hier vous avez eu la solution du menu d’avant-hier (à lire avant hier si vous ne l’avez pas lu). Voici un piège du contrepet : où est celui-ci ?

La jeune violoniste invite les censeurs à admirer son joli don.

Vous avez intervertit un C et un D ? Si oui, bravo. Peut-être avez-vous oublié que le C de censeurs se prononce S et que la bonne phrase est : La jeune violoniste invite les danseurs à admirer son joli son. Je parie qu’il y a des cons dans la salle. Levez le doigt. Bien.

Il ne faut pas confondre contrepet et parapet. Ethylmologiquement le para-pet est un calle-son, un slip. Le contrepet vient du grec qui signifie ‘pet que l’on croyait venteux et qui laisse des traces de freinage dans le slip’. J’adore la culture et j’aime vous en faire profiter. Un contrepet par jour, en forme toujours.

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

14/01/2011

Le menu corrigé

Beaucoup ont trouvé, j’en suis sûr. Peut-être pas tout. Voici le bon texte :

La Berge du Ravin, son admirable beauté de site et Le Bon Coucher et ses chambres au mois

Rillettes en fut, topinambours, tourte de cailles, escalope sur une belle salade, riz Condé, poire à la fine (j’espère que la Fine est sans déPôt !), côtes du cru et vieux marc très doux.

« Et bien, gamin, dans ce resto la cuvette doit être pleine de bouillon ». « J’ai trouvé, papa. La buvette doit être pleine de couillons ». « Bien, gamin ». Pffff, un resto où on peut tremper sa botte dans leur citerne ! Quel gâchis pour du Sauternes.

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

13/01/2011

Le menu

« Gamin, c’est quoi cette cochonnerie ? ». « C’est mon devoir pour l’école, papa, je dois écrire sans faute le menu qui contient des fautes ». « Dis donc, gamin, c’est qui La Verge du Rabbin ? ». « C’est le nom du restaurant à la campagne. Madame a dit que le bon nom est La Berge du Ravin ». « Et tout est du même acabit ? ». « Lis, papa ». « Heuuu, je vois qu’ils font aussi hôtel Au Con Bouché. Donnes-moi ça que je comprenne ».

La Verge du Rabbin, son admirable sauté de bite et Le Con Bouché et ses membres au choix

Fillettes en rut, pine à tambour, tarte de couilles, escalade sur une belle salope, con ridé, foire à la pine, crottes du cul et vieux dard très mou.

« Gamin, je ne trouve pas tout ». « T’as qu’à en faire ton énigme du jeudi, papa ». « Heuuu ».

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

12/01/2011

Les poules

« Papa, papa, relèves-toi, vite, papa ». « Celui-ci est vide, gamin ». « Papa, papa, je n’ai pas envie de t’appeler moquette ou ketchup ». « Celui-ci est vide aussi, gamin ». « Papa, papa, pourquoi tu fais ça ? ». « Gamin, à la radio ils ont dit que la nationale est remplie de nids de poule. Tu imagines l’économie si on ramène douze œufs ».

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |