16/03/2010

Cherche le 16 mai

Connaissez-vous le Far West wallon ? L’onglet à l’échalote ? La saucisse de Morteau ?  L’accent de là-bas (pas de Morteau, celui d’Evregnies) ? Les rognons à la moutarde à l’ancienne ? Aimeriez-vous passer un moment agréable avec quelques « grands » des blogs ? Chadou, Jilou, l’énigmatophile du jeudi Rafaël, Libra et son sosie Arbil, Jicé, g2mup, le poilu, le père spirituel (enfin, qui essaye de l’être) de Ginette de http://lejardindegerard.skynetblogs.be , les « chatsleureusement » et d’autres qui vont s’inscrire. Venez respirer l’air pagne de la campure dans deux mois, le 16 mai 2010 exactement. Il est temps de bloquer cette date dans votre agenda et de signaler votre intention (confirmation demandée fin avril, le temps d’éplucher les échalotes et d’aller à Morteau chercher la saucisse) à Jolily sur  http://rencontredesbloggeurs.skynetblogs.be . Je vous le garanti (mais, chuuut, c’est une surprise) vous aurez le nez rouge. Avant d’envoyer ce post on me signale trois à quatre places disponibles (selon dimensions des passagers) dans une Citroën Albert Longo couleur sable bivouac ( ! ) au départ du parking de la gare de Soignies.

01/09/2009

Cherche des chars de 14-18

Je n'étais pas né en 14-19. Le gamin non plus. Pourtant, quand je suis allé le réinscrire à l'école, j'ai rencontré sa future institutrice qui, elle non plus, n'était pas née en 14-18. Il n'y a que les rectangles bruns de poisson du capitaine igloo qui étaient panés en 14-18. Cette dame, à la carroserie élégante (elle roule en Citroën Albert Lingo, comme moi) m'a glissé à l'oreille qu'un des premiers devoirs du gamin sera consacré à la guerre de 14-18 et que les parents pourront aider. Elle aurait mieux fait de me glisser autre chose autre part, parole de zouave. " Je vous ai vu faire le tour de ma voiture cinq fois " m'a-t-elle dit. " Ah, madame l'institutrice ", lui ai-je répondu en affichant le sourire de Michel Daerden (ministre belge wallon qui a déferlé sur you tube et qui boit beaucoup mais qui a la correction de ne jamais citer de marque de bière) " vous avez un véhicule de rêve ". " C'est parce que j'ai trois grands chiens que je mets derrière plus un petit qui vient à côté de moi ". Zut, zut et reflute, pour une fois que je tombe sur une institutrice qui, comment dirais-je, me fait bander à la première rencontre, elle a quatre chiens. Mais c'est qu'il faut les nourrir, ces bêtes là. Et ce n'est pas donné chez Tom et Jerry, parfois Tom and Co ou Tom et Jéricho, comme les trompettes. " Puisque vous aimez les véhicules, je vous vois bien aider votre fils à rédiger un dossier sur les chars de 14-18 ", m'a-t-elle dit ". " Heuuu ", ai-je répondu, " Ah bon. Ils avaient des chars. Comme les romains pour aller faire leurs courses ? ". " Ah, les courses de chars. Dites donc, vous avez de l'humour, vous ". " Je fais ce que je peux, madame l'institutrice, pour que le gamin reçoive de beaux points ". "Je vous l'ai dit, 14-18, les chars ". " Heuuu, oui ". Quelqu'un aurait-il autre chose que ce que j'ai trouvé comme photo de chars de 14-18. D'avance merci.

3732042948_ecd243ffbc[1]

25/06/2009

Enigme N° 7

Le gamin est devant, au centre, faisant de la pub pour de la restauration rapide. Au centre, madame Chanterelle, l'animatrice de la chorale. Derrière, Arine et Oline, les soeurs jumelles qui ont eu un petit ami commun qui passait d'une à l'autre. Il était parfois l'amant d'Arine et parfois l'amant d'Oline. Quand il avait de pépins avec la première il jouait une sérénade à la seconde. Le type, à l'arrière droit, avec un bicorne, a été deux fois cocu. Devant lui, ce n'est pas Albert Deux, C'est Albert Meuh, l'éleveur de vaches. Il va bien. Aux dernières nouvelles il va de pis en pis chaque jour. A l'avant-plan, à gauche, Marie-Christine, qui boude et tourne le dos à Rafaël, le grand gaillard à droite, le gars qui publie une énigme chaque jeudi sur http://carpe-diem-lbsp.skynetblogs.be (N'allez pas voir, ou alors demain, pour me laisser une chance. Merci pour votre compréhension. L'énigme du jour : où est Mimi ?

177

25/05/2009

Cherche à louanger le Roi

« Papa, c’est vrai que les facteurs suivent des cours par correspondance ? C’est le papa de Cédric qui le dit ». « Et oui, gamin, ça ne fait pas un pli, cachet de la Poste faisant foi ». « Mais, ils sont timbrés, alors, les facteurs, papa ? ». « Il ya pire, gamin. Bébert, le bon Bébert, notre roi qu’on voit en portrait sur les timbres, on lui lèche le cul, on le retourne et paf, en plein dans la gueule, pour que le timbre colle. Moi je n’ose pas, par respect. C’est pourquoi j’attache le timbre avec un trombone. La machine à timbrer tape sur le trombone, n’atteint pas le timbre et hop, mon correspondant reçoit ma lettre, un trombone et un timbre tout neuf ». « Mais, papa, c’est de la fraude ». « Non, gamin. C’est le respect. Je l’appelle Bébert parce que, lorsqu’il a du succéder à Baudouin, son frère adoré de tous, le palais lui a dit : ‘Majesté, il va falloir remplacer tous les sièges du palais marqués du B de Baudouin et faire broder la A de Albert’ et Albert a répondu : ‘Pas de dépenses inutiles, je signerai Bébert’. On me l’a dit au bureau, donc c’est vrai ».  (voor de nederlanstalige, Albert heeft gezegd : k’zal Beertje tekenen). Alors j’invite tous les belges à attacher leurs timbres à l’effigie du Roi avec un trombone. Vous ferez ainsi un cadeau à la planète : moins de papier, moins de colle, moins de salive, et les trombones sont recyclables de timbre en timbre.

18/10/2007

Cherche à faire des économies (4)

« Monsieur, monsieur, vous oubliez votre botte de poireaux ». « Ils ne sont pas bons, vos poireaux ». « Mais, pourquoi les avez vous achetés, alors ? ». « Monsieur le marchand de fruits et légumes, par mon acte d’achat, je veux soutenir les petits artisans indépendants face à l’invasion déferlante des grandes surfaces ». « Attendez, j’appelle mon associé : Albert, Albeeert, viens voir monsieur, c’est celui qui nous a fait le coup de la botte de poireaux hier ». « Ah bon ! Heuuu, je suis déjà venu ? ». « Oui, monsieur, avec le même sac de poux ». « Quel sac ? J’ai oublié un sac ? ». « Là, le petit mal coiffé. C’est votre fils, je suppose ». « Ben oui, je n’en ai qu’un ». « Déguerpissez ou je vous oblige à manger les poireaux crus ». « Heuuu, c’est bon ? ». « Attention, je compte, un, deux ». « Au revoir, monsieur ». … … … « Papa, c’est toi qui a besoin de vitamines, pour tes trous de mémoire ».

17/10/2007

Cherche à faire des économies (3)

« Monsieur, monsieur, vous oubliez votre botte de poireaux ». « Ils ne sont pas bons, vos poireaux ». « Mais, pourquoi les avez vous achetés, alors ? ». « Monsieur le marchand de fruits et légumes, par mon acte d’achat, je veux soutenir les petits artisans indépendants face à l’invasion déferlante des grandes surfaces ». « Attendez, j’appelle mon associé : Albert, Albeeert, viens voir monsieur, il nous soutient dans la défense de notre commerce face à l’envahissement, comment avez-vous dit ? ». « face à l’invasion déferlante des grandes surfaces ». « Merveilleux, écrivez-le ici, je mettrai un panneau. C’est votre fils, là ? Que veux-tu, bonhomme, une banane, quelques fraises, deux kiwis, une orange ? ». « Un peu de tout. Papa me fera une salade de fruits ». … … … « Tu vois, gamin, tu vas pouvoir faire une cure de vitamines pour le prix d’une botte de poireaux ».

17/09/2007

Cherche à nourrir mes amis

« Allo, le supermarché ? ». « Oui, monsieur, je vous écoute ». « Passez moi la poissonnerie ». « Un instant, monsieur ». « La poissonnerie, j’écoute ». « Bonjour, madame, ici Biglodion, client fidèle ». « Que puis-je pour vous, monsieur. ». « Passez moi la dame âgée qui est devant les scampis en promotion ». « Il n’y a pas de dame âgée ici, monsieur ». « Je m’en doutais. En fait, c’est maman. Je parie qu’elle a rencontré une copine et qu’elle papote ». « Monsieur, que puis-je pour vous ? ». « Quand elle arrive, dites lui de prendre 4 scampis en plus ». « Mais, monsieur ! ». « Si, si, c’est important, ce soir il y a Gérard et Nathalie et Albert et Josette qui viennent manger ».