05/09/2010

L'ami de Robert

« Salut, Robert ». « Saluuut ». « Ben dis donc, ce n’est pas la pèche, toi ». « Non ». « Tu sais, tu n’es pas le seul qui est à l’hosto. Sais-tu qui je viens de rencontrer ? ». «  Non, mais je vais le savoir ». «  Ton ami Francis ». « Francis, le ferrailleur, celui qui a une nana terrible, une spitante comme on dit chez nous, un corps de rêve habité par une jalouse ? ». « Oui, Robert. Il est méconnaissable ». « Ah, il a bronzé ? ». « Pire que ça, Robert. Tu connais la petite sirène ? ». « Pourquoi changes-tu de conversation ? ». « Robert, la petite sirène a un corps de femme et une queue de poisson, non ? ». « Oui, et les bouteilles de bière ont une capsule sur la tête. Alors ? ». « Quand tu vois Francis tu dirais un homme avec une tête de momie, tellement il a de bandages autour du crâne ». « Pauvre homme. En clinique. Sa femme doit lui manquer ». « En tous cas elle ne l’a pas raté ».

19/08/2010

Pourquoi vais-je voir Robert ?

Robert Bouchez n’est pas vraiment un ami, c’est, disons, un collègue que, s’il meurt, j’aurai peut-être sa place. C’est pour ça que je vais le voir tous les jours. Il est responsable du remplacement des cartouches d’encre des photocopieuses couleurs et moi du remplacement des cartouches des photocopieuses noir et blanc. Vous ne le savez sans doute pas, vous, mais il n’y a qu’une cartouche d’encre dans une photocopieuse noir et blanc, une cartouche d’encre noire. En fait, quand on imprime blanc on n’imprime pas. Si on met du papier rose, on imprime rose quand on n’imprime pas en noir. Je sais de quoi je parle, je suis le responsable du remplacement des cartouches d’encre des imprimantes noir et blanc. Ou noir et rose mais il faut le mentionner sur le bon de commande et je mets des feuilles de papier roses dans l’imprimante. Vous pensez certainement, et avec raison, que c’est un métier difficile mais, avec mon expérience et ma faculté de concentration mentale, j’y arrive. S’il arrivait malheur à Robert je passerai peut-être à la couleur ? Youppie.

http://carpe-diem-lbsp.skynetblogs.be

N'oubliez pas l'énigme de Rafaël !

03/08/2010

Jeanne et Gisèle

Un ami et collègue, Robert, a du se faire hospitaliser pour une affaire de tuyauterie. Dans une polyclinique. « Chouette » m’a-t-il dit «Une clinique polie ça me changera de mon quartier où pétaradent des adolescents attardés sur leurs moustiques à deux roues. Enfin je quitte un milieu inhospitalier pour un milieu hospitalier ». Le pauvre, il n’y a pas plus inhospitalier qu’un milieu hospitalier. Robert, au guichet : « Bonjour, madame, je viens retirer mon lot. J’ai le billet 273 ». « Vos papiers ». « Permis de conduire ? Carte grise ? ». « Monsieur, une fois dans votre chambre, vous laisserez votre humour au vestiaire ». « Oui, madame. Mais quel papier ? Je pensais que le papier cul était fourni ». « Gisèle, veux-tu t’occuper de monsieur, je vais prendre un calmant ». « Oui, Jeanne ». « Et bien, mademoiselle Gisèle, si Jeanne Calmant avait été aussi nerveuse elle ne serait jamais devenue centenaire ». « Chambre 203, vous prenez à gauche une fois, vous prenez à gauche deux fois et ». « Trois fois, adjugé ». Quelle femme énergique, cette Gisèle !

02/08/2010

Le gastéropode de Robert

J’ai conduit Robert, un ami victime d’une querelle intestine quoique stomacale, chez un gastéropode. Il sait conduire mais je l’ai conduit parce qu’il ne sait conduire qu’à l’aller parce que, au retour, endormi par Agnès Tésie, que je suppose être l’assistante du gastéropode, il aurait conduit à tombeau ouvert. Ce serait bête de mourir après avoir payé la consultation. Je lui ai servi de taxi au retour également. Je n’ai jamais autant paniqué de ma vie : j’ai cru que ma voiture rendait l’âme, qu’elle allait exploser. Un bruit de moteur horrible.  C’était Robert qui ronflait. A l’arrivée, impossible de le sortir de l’auto. J’ai du me farcir toute la septième symphonie sur France Musique dans l’auto avant qu’il ne me demande si on était arrivé à la plage. Résultat : Robert doit se faire hospitaliser.

27/10/2009

Cherche à atteindre le 3ième palier

« Vous arrivez au troisième palier. En ce moment, vous pouvez empocher 500 euros, faire appel à l’équipe, appeler un ami ou continuer ». « Je continue, c’est mon dernier mot ». « Vous êtes sûr ? ». « Si je te le dis, bouffi, c’est que j’en suis sûr ». « Vous êtes prêt pour le troisième palier ? ». « C’est plus haut, je sais, mais je dois y arriver ». « Voici la question. Petit A : Coincoin. Petit B : Meumeuh. Petit C : Proutproute. Petit D : Mioumiou. Voulez-vous que je vous rappelle la question ? ». « Non, non, la question ne me gêne pas. C’est la réponse qui me fait chier ».  « Je vous rappelle que vous êtes sur antenne ». «  Et moi je vous rappelle que j’ai déjà atteint le premier palier, que je suis arrivé péniblement au deuxième palier, que je suis en train de gravir les marches qui me mènent au troisième palier,  que la poignée du sac que je tiens à la main gauche est en train de lâcher et que si ce n’est pas la poignée qui lâche c’est moi qui vais la lâcher ».  « Biloudionne ! Tou parle tout chol, tou choliloque, tou rouchpète pach’que l’achencheur il est  en réparachionne ». « Gonzales, monsieur Gonzalez, vous êtes mon sauveur portugais. Aidez-moi ». « Yé tout entendou, Biloudionne, yé souis la même émichion à la télévichion ». « Monsieur Gonzales, je sais qu’avec vous je peux faire appel à un ami ». « Biloudionne, yé vous diche tout. La bonne ch’est la pétite Bé, meumeuh ». « Heuuu ».

25/08/2009

Port de plaisance

 Hier je vous ai montré ce qu'un collègue et néanmoins ami réalisait dans son jardin : la forêt ardennaise belge avec Rochehaut, les méandres de la Semois et les choux de Bruxelles. Si vous cherchez bien sur son blog http://lejardindegerard.skynetblogs.be vous découvrirez notamment une photo de pieds jaconds, plante que je ne connaissais pas. Avant Rochehaut il a réalisé un port de plaisance en miniature. Personnellement je n'aime pas les ports de plaisance vu que je n'ai ni bateau ni barquette. Pourtant on devrait se sentir bien dans un port de plaisance puisque dans le mot plaisance il y a aisance. On se sent bien dans un lieu d'aisance, non ? Parfois on peut s'y faire chier, je sais, surtout si rien ne se passe. Rien de tel dans ce cas qu'un crayon, une gomme et un carnet de sudoku. Ce collègue a du arrêter son projet parce que l'eau gratuite ou presque n'existe plus. Plus il pleut en Belgique et plus l'eau est chère. Cherchez l'erreur. Pourtant j'aime bien les ruines de ce port avec la luxuriance des plantes trop picales qui retombent sur la promenade des anglais, avec les quais, biens alignés et le yacht d'un milliardaire qui a invité des filles et où il doit se paser des choses.

027

24/08/2009

Rochehaut, le Tombeau du Géant

 Il y a des cinglés qui fabriquent des trains électriques, qui peignent au pinceau à un poil des petites voitures, qui mettent des nains de jardin miniatures dans leurs plantes d'appartement, qui brodent la dernière cène au fil de soie sur une trame de 20 x 8 centimètres, qui bronzent le colosse de Rhodes dans un mètre cinquante de frigolite, qui collectionnent les manneken pis avec un tire-bouchon. Moi, j'ai un collègue et néanmoins ami qui cherche à représenter Rochehaut (Ardennes belges), le Tombeau du géant et les méandres de la Semois (rivière méandreuse qui, avant de se jeter dans la Meuse en France, change d'identité à la frontière et s'appelle la Semoy). Ah ça, on voit bien les méandres de la Semois et le Tombeau du Géant. Pour la forêt ardennaise, mon collègue dit qu'il faut attendre que ça pousse. Mais, ce n'est qu'un exemple, dans le bas, au centre, on distingue, en vert clair, un chêne centenaire entouré de sapins, en gris-bleu. Pour représenter les sapins il a utilisé des plants de choux de Bruxelles, pour la couleur. Pour son anniversaire je vais me cotiser pour lui acheter un géant miniature qu'il pourra enterrer dans le tombeau, ça fera encore plus réaliste. Ce jardin existe. Mon collègue aussi. Il a un blog qui s'appelle  http://lejardindegerard.skynetblogs.be

020

21/06/2009

Cherche un bon barbecue

Le dimanche c'est creux, pas beaucoup de lecteurs. C'est normal, c'est barbecue chez vous ou chez des amis. Le barbecue, la joie des bouchers. Hop, les viandes avariées, hop, dans une marinade avec des herbes réhydratées et avec de l'huile, hop, promotion, hop, brochettes, hop, bénéfice. Seul investissement : une baguette en bois. " C'est le vin rosé qui m'a rendu(e) malade ". Non, non, c'est la brochette de boeuf faite avec des morceaux d'une entrecôte qu'une dame est venue rapporté parce qu'elle n'avait pas commandé une entrecôte aux champignons. " Prends quelques spare ribs ". " C'est quoi ? ". " Des côtes d'agneaux ". " Elle est où, la viande ? ". " Tu dois ronger l'os ". " Ouaf, ouaf, j'ai pipi, c'est sur quel arbre que je peux lever la patte ?. " Où as-tu trouvé des merguez orange, il ont du se tromper dans les doses de colorants. Tu as l'étiquette avec la composition ? ". " Non, c'était en promotion, en vrac, au kilo, vente rapide, à consommer le jour même, ne pas congeler ". "Dis, il y a quoi pour manger. J'ai faim ". Je cherche un bon barbecue. Si nécessaire j'apporterai une bouteille de rosé. 

05/05/2009

A donner : téléviseur d'extérieur

Magnifique objet de décoration : téléviseur transformable en clapier à lapins, en four de jardin (les grilles sont livrées démontées - voir photo), en maison de repos pour nains de jardin sdf. Incroyale : quand on se met sur le dos et qu'on rentre sa tête dedans (après avoir ouvert la porte) on voit le ciel par la buse du dessus et même les étoiles, la nuit. De jour c'est plus difficile. Evitez de le faire d'un endroit où vos voisins peuvent vous voir, je l'ai fait et les voisins m'ont envoyé les pompiers croyant que je me suicidais au gaz dans ma cuisinière. Cadeau idéal pour des amis dont on veut se défaire. Je donne cet objet pour une croûte de pain. La croûte de pain, c'est pour nourrir les petits oiseaux.

plan appart1 005

06/03/2009

Echange rouleau en urgence

Ceci est une urgence. Des amis sont chez moi, cinq, dont un dans les toilettes. Il vient d’hurler « Papier, papier ». « Pas de panique » lui répondais-je « J’en ai acheté ce matin. Je te passe le paquet de douze rouleaux. C’était en promotion.  C’est mieux que de te le passer feuille par feuille, non. Entrouvre la porte, protège ton nez, je te balance le colis ». « Idiot, c’est de l’essuie-tout ». Pour garder un ami j’ai besoin en urgence d’avoir un rouleau de papier toilette. J’échange exceptionnellement à un contre un. J’habite au cinquième.

07:30 Écrit par Fanny dans petites annonces | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : echange, urgence, rouleau, ami, toilette |  Facebook |

20/12/2008

Cherche des laxatifs instantanés périmés

Je ne peux pas dire le nom, Machin Instant, mais c’est génial. Si on est constipé, on en prend un et hop, pas le temps d’arriver sur le pot. J’en cherche des périmés. Pour ne pas polluer la planète en les jetant dans vos toilettes sans vous en être servi, confiez-les-moi.  C’est pour une bonne action. Voici ma méthode : je fais des boulettes de viande hachée en promotion et hop, un déconstipant instantané à l’intérieur. Cinquante boulettes plus tard je me rends sur la Grand-Place et, comme si j’étais le Père Noël des animaux, j’en donne une à chaque chien, Médor, Pupuce, Chouchou à sa mémère, que je rencontre. Moins de dix minutes plus tard la Grand-Place est transformée en patinoire géante. Quelle joie pour les enfants dont les parents, travailleurs sans emploi d’entreprises anciennement bien connues, ne peuvent plus leur offrir Plaisir d’Hiver. Amies, amis, rendez-vous utiles, venez sur la Grand-Place avec votre chien. Je serai samedi à Mouscron, dimanche à Tournai, lundi à Mons, mardi Place Saint Lambert à Liège. Après, ce sera en fonction des promotions sur la viande hachée parce que, moi aussi, j’ai des contraintes budgétaires. Amies, amis, diffusez ce message de l’amitié autour de vous. J’ai besoin de laxatifs instantanés, de viande hachée, de boudin aux raisins périmé pour offrir des patinoires gratuites à nos enfants. Merci.

15/12/2008

Cherche une belle crèche pour Noël

« Bonjour monsieur l’artisan charcutier, faites-vous l’andouille ? ». « A merveille, monsieur ». « Très bien. Etes-vous libre le soir de Noël ? ». « Je vois, vous allez faire un buffet pour des amis. Combien serez-vous ? ». « Non, non, c’est pour faire l’andouille dans une crèche vivante ».

07:15 Écrit par Fanny dans petites annonces | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : noel, creche, artisan, buffet, ami |  Facebook |

24/10/2008

Cherche une foreuse à cuillère

Chez des amis j’ai été ridicule quand je me suis mis plein de potage orange halloween sur le pantalon. Je n’avais pas vu qu’on m’avait mis une cuillère avec un trou. Depuis lors, chaque jour de travail, je reviens chez moi avec la cuillère à soupe du restaurant d’entreprise. Pas bête, hein, le bol de soupe dans ma boîte coûte moins cher qu’une cuillère chez Ikea. Je veux remonter le moral de mes collègues qui prennent du potage à midi. J’ai un problème : le trou. Je cherche une foreuse à cuillère à prêter. Si vous êtes un de mes collègues, ne vendez pas la mèche. Merci.

12/10/2008

Cherche à éviter les mélanges

Je suis à nouveau au salon de l’alimentation de Bruxelles. Je ne sais plus si j’y suis venu hier. Il n’est même pas dix heures du matin et j’en ai déjà fait tout le tour. Et dire que le premier jour je trouvais le salon immense, comme un supermarché des dégustations. C’est vrai, j’ai déjà trouvé des dégustations gratuites, mais jamais à déguster assis, avec une fourchette et un couteau, une serviette en papier et un verre de rouge pour mettre le salami en situation réelle. Si on reconnaît un bon ami dans le besoin, on reconnaît un bon salami quand il est accompagné d’un verre de rouge ou d’une bonne trappiste. Il faut que ça se marie, tous les gastropodes les plus diplômés le diront. Essayez du salami ail, fines herbes, armagnac et fumé sous la cendre avec une limonade à l’orange ! Ici, la limonade gratuite est à côté du salami, le maïs tendre et croquant à dix mètres du chocolat artisanal, la crème légère tomate méditerranée à deux pas de la compote potagère pomme chou rouge qui, selon le dépliant publicitaire accompagnera à merveille une simple saucisse mais aussi vos préparations élaborées comme la biche, le chevreuil et le marcassin. Biche, oh ma biche, je connais mais j’ai du me faire expliquer les deux autres, d’autant plus que je croyais qu’une paire de marcassins c’étaient des godasses. J’ai décidé qu’aujourd’hui je ne mangeais pas. Par contre j’ai soif. J’ai repéré qu’il y avait plus de stands de bières que de stands de vins. C’est décidé : ce sera la bière.

22/09/2008

Tûûût 25. Cherche une couronne

« Allo, bonjour monsieur, je suis bien chez le fleuriste ? ». « Bonjour, oui monsieur, vous êtes bien au Jardin d’Eden ». « Heuuu, excusez-moi, bonjour madame. C’est quoi, de Dédenne ? ». « C’est le nom du magasin, monsieur ». « Ah bon, je recommence, allo, le jardin de Dédenne. Est-ce que vous vendez des fleurs ? ». « Nous ne faisons que ça, monsieur ». « Ah bon, mais la nuit, vous dormez ? ». « Mais ça ne vous regarde pas, monsieur ». « C’est de l’humour, madame Dédenne. Nous sommes bien d’accord, le jour vous vendez des fleurs et la nuit vous dormez ».  « Que désirez-vous, monsieur ? ». « Une couronne ». « Bien. Que désirez-vous comme texte ? ». « Quoi ? Quel texte ? ». « Avec une couronne, on met un texte, en lettres d’or sur un ruban mauve ». « Ah bon. On peut mettre n’importe quoi ? ». « A ma chère et tendre ? ». « Heuuu, non ». « A la femme de ma vie ? ». « Heuuu, non ». « C’est un ou une collègue ? ». « Heuuu, non ». « Qui est décédé, monsieur ? ». « Heuuu, personne, pourquoi, il faut un mort pour envoyer des fleurs ? ». « Pour le texte, que faut-il écrire ? ». « Heuuu, écrivez ‘A mon meilleur ami’ ». « Il faut mettre une dédicace, pour dire que les fleurs sont envoyées par vous ? ». « Non, non, c’est pour moi, j’ai envie de m’envoyer des fleurs, mais sans les tiges. Je n’ai pas de vase ». Tûûût, tûûût, tûûût.  

07:15 Écrit par Fanny dans petites annonces | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : allo, tuuut, couronne, jardin, fleurs, ami |  Facebook |

20/04/2008

Cherche à me débiner

« Allo, môcheu Billy Oudionne ? ». « Heuuu, qui ? Ici, c’est Biglodion, en chair, en os et en pyjama ». « Asse que je souis bienne chaise môcheu Biglouhion ? ». « Oui. Qu’asse qué tou mé voulvoul ? ». « Vosse aimez la vinne do bordo, yesse souis soure què oui. « Gérard, arrête tes conneries, tu es ridicule avec cette voix de femme ». « Si, môcheu. Yé oune sourprise de vosse amis. Oune cadeau ». « Ah, oune cadeau ! Dé qui ? ». « Oune ami dé vous qui va vous faire proufiter d’oune offre esseptionnelle sour la vinne do bordo ». « Heuuu, quel ami ? ». « Yé né pove pas lé dire, c’est oune sourprise. Yé sé qué vosse aimez très fort la vinne do bordo. Môcheu, do vinne do bordo à 17,99 euros la boutelle, c’est à 16,99 par caisse dé douche, à 15,99 par douche fois douche, à 14,99 par douche fois douche fois douche. Vosse èconomisè lè carbourant de la camiounne. Dites oui, môcheu ». « Oui ». « La livraigeonne dosse douche fois douche fois douche sera semaine prossaine ». « Hé, ho ho ho, hé, ho, non, appartement trop pétito, pas possibilé autant de douches, hé, ho, hé, non, pas venir camion, ascenseur trop petito por camion, heuuu, compresso, comprimo, heuuu, comprenno, heuuu, el doctor dit pas bon trop de caiches de douches. Et si c’est pas bon, c’est pas bon, pas bon ». « Pabon, môcheu doctor Pabon, donnèche lé téléphone da môcheu doctor Pabon pour que yé loui faire offre ». Tûûût, tûûût, tûûût. « Ouf »

10/10/2007

Cherche à vous dire autre chose

Une fois n’est pas costume, comme dit mon tailleur, j’ai autre chose à vous dire. Samedi, ce fut magnifique : soleil, promenades, zakouskis variés, parc, château, menu gastronomique, rencontre d’amis et de personnes sympathiques, ambiance, applaudissements, bisous, rires. Bref, c’était le merveilleux mariage de Geneviève et Francis. Je voudrais vous dire autre chose qui trotte dans ma tête depuis samedi. La bénédiction fut célébrée par l’abbé Malherbe, connu et aimé de tous les namurois et de beaucoup de wallons. Je vous passe les lectures, par ailleurs très belles et de circonstance, pour revenir aux paroles de l’abbé Malherbe. Celui-ci a fait un long hommage de l’humour sain, gratuit, libre de toute critique ou risée, le don d’humour, spécialité de l’ami Francis. L’abbé a terminé sa célébration en disant : « L’humour, c’est la politesse du cœur ». Cette phrase ne me quitte plus et je pense à beaucoup de blogueurs que j’apprécie et qui pourraient en faire leur devise : « L’humour, c’est la politesse du cœur ».

17/10/2006

40.000 visites

40.000 fois merci. Vous êtes formidables. Nous avons tous nos problèmes : une journée chargée, un chat mort ou disparu, un cancer du sein, la mort d'un proche. Gardons l'humour, le moteur qui nous fait relativiser, sourire, rire, profitez de l'instant présent, donnez, donnez un sourire, donnez un fou rire, donnez, vous recevrez. Merci. 40.000 fois merci.

23:51 Écrit par Fanny dans petites annonces | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : 40 000, merci, ami, amitie, chat, cancer, sourire |  Facebook |