31/08/2009

Cherche encore le lapin

Les 26 et 27 août j'ai fait connaissance avec un jeune lapin. Par malheur et par réaction tardive de l'excès de lentilles ingurgitées au repas de la veille au soir (mais c'est tellement bon avec un gigot d'agneau), un pet m'échappa. Je veux rester modeste mais je pense qu'on l'aurait entendu même durant l'explosion d'un pétard de feu d'artifice. Pis qu'un crissement de pneus de camion. D'ailleurs des traces de freinage étaient visibles, j'ai du changer de slip. Plus de petit lapin. Je le comprends, moi-même j'ai eu peur. Ah, si j'avais pu l'enregistrer, ce pet personnel et historique, je l'aurais diffusé sur mon répondeur téléphonique. J'ai chanté une chanson de Chantal Goya pour qu'il revienne mais ce fut peine perdue. Je l'ai cherché les 28, 29 et 30 août. J'ai même fouillé une meule de foin et je me suis fait piquer huit fois par sept aiguilles. Car j'en ai trouvé sept mails il y en a une qui m'a échappé en voulant la ramasser. C''est fou ce que les choses m'échappent en ce moment, je suis un véritable pot d'échappement. Il faut absolument que j'apprenne à imiter le bruit de la carotte. Un, pour attrpper des lapins. Deux, pour converser avec l'âne de Saint Nicolas. J'ai quand même eu l'occasion de rencontrer les parents du petit lapin (ou les grands-parents car ils me semblent vieux et il paraît que les lapins se reproduisent vite). Je vous en livre une photo.

071

21/08/2009

Solution de l'énigme d'hier, 20 août 2009

L'expression à trouver hier était : " Tirer les vers du nez à quelqu'un ", c-à-d tirer de lui un secret en le questionnant adroitement. C'est le gamin qui a eu l'idée de l'énigme. Parce qu'il a un papa qui lui tire les vers du nez fréquemment, qu'il se fait avoir à chaque fois et qu'il en a plein le cul. En avoir plein le cul : voici une autre expression très poétique, qui pourrait servir à une énigme ultérieure. Mais il faut trouver une photo et je n'ai pas envie de servir de top-modèle dans cette situation. Revenons à la réalisation de l'énigme d'hier, gratuite à faire car elle ne vous coûtera pas un radis. Un radis, pour celles et ceux qui ne cuisinent jamais, c'est comme un poireau sauf que le poireau est blanc et vert, grand et tubulaire et que le radis est petit, rond, souvent tout rouge et parfois rouge et blanc et qu'à la place d'avoir une touffe de poils à sa base comme le poireau il n'a qu'une queue, comme une souris mais en plus fin. Avez-vous déjà remarqué que la plupart des chats qui mangent des souris délaissent la queue. Les hommes, c'est pareil avec les radis. Ou avec les zakouskis tomate cerise, morceau de feuille de roquette, mini boule ou tranche de mozarella, le tout enfilé sur un cure-dent. Quand on est bien élevé, même si on reste assis, on ne mange pas le cure-dent, ni la queue de la souris, ni celle du radis. N'hesitez pas à varier votre alimentation et achetez des radis. Je vous donne la recette pour la préparation : 1. les laver, 2. couper la partie verte (c'est là où il y avait les feuilles), 3. couper les queues et les réserver pour en trouver deux qui ne tombent pas du nez quand vous souriez, 4. prenez la photo. Attention à la distraction : si vous vous enfilez la queue par le côté le plus fin c'est parti pour une crise d'éternuements. Avec le surplus de queues de radis vous pourrez faire une décoration de table originale pour surprendre vos invités.  

046

31/08/2008

Bonjour les aoûtiens

Coucou, vous voilà revenou. Chez nous. Bijou, caillou, chou, genou, joujou. A propos, quel joujou avez-vous rapporté ? Un bijou, un caillou, un mal au genou, un nouveau chou avec une grosse biloute ? Ici, Beldjioum tou points et rien que des femmes à Pékin, tout va bien, pas eu besoin d’arroser les jardins, mais l’année prochaine, dans certaines régions de Wallonie il ne faudra plus mettre que des choux chinois décoratifs dans le potager sous peine de devenir fluorescent. Toujours à Pékin, Philippe s’est fait mal au cul en s’asseyant dans le stade. Vous avez raté l’ouverture des jeux ! Il paraît qu’il y avait des séquences préenregistrées. Je parie que c’était le cas avec Philippe qui, en fait, assistait en invité à un match du Standard et qui pensait : « Mais qu’on leur donne deux ballons à ces p’tits cons en culotte courte et qu’on en finisse. J’ai envie de faire sixième enfant, moi. Il n’y a que lorsque  je fais un enfant que je peux baiser et ici c’est moi qui est baisé ».  Laurent, lui, s’est recyclé mais on ne sait pas dans quoi. On ne l’a pas vu aller donner la papatte dans les chenils de vos chiens largués par la fenêtre sur une route de campagne. De mauvaises langues disent que Bébert s’adonne au trampoline sur le parquet et que ça marche. Fafa ne se cogne plus la tête aux plafonds, même pas dans les caves. Panne à La Panne. Il y a eu une manif d’indigènes voulant bouter les francophones hors de leur territoire. Bonne nouvelle : le prix des appartements à la côte belge est en chute libre. Mauvaise nouvelle, si vous en acheter un vous ne saurez plus le revendre. Les fraises sont moins bonnes qu’en juillet. Le prix des limaces a aussi diminué. C’est ce qui pousse le mieux en ce moment dans les jardins. C’est la guerre des supermarchés, points bonus, le troisième gratuit, des coupons à détacher, cinq pourcent sur un article de moins de cinq euros si tu achètes pour 180 euros. Pleurez tant que vous voulez, en septembre les gros prix reviennent. Vous n’avez rien à faire, pas de cahier à recouvrir, pas d’article scolaire à aller acheter, pas de tournée des chenils à faire pour essayer de retrouver votre chien,  pas de congélateur à nettoyer parce que vous l’aviez débranché en partant, pas d’annonce à mettre parce que durant vos vacances votre chatte n’a pas eu sept petits ? Dans ce cas, détendez-vous en tapant « vacances d’été » dans les mots-clef (tags). Un dernier mot : qu’on était bien sur les routes aux entrées des villes quand vous n’étiez pas là.

02/08/2008

Paradoxe estival n° 1

C’est quand le vent se lève que les parasols se couchent.

01/08/2008

Au revoir

Au revoir les aoûtiens, bonjour les juilletistes. Voici quelques nouvelles du pays pour ceux qui nous ont quittés en juillet. L’Alsace n’est plus le pays des grues. Maintenant c’est Bruxelles. Ironie du sort, les occupants des grues n’ont pas de papier. Comme ils ne mangent pas, hein, vous m’avez compris, ils n’ont pas besoin de papier. D’après la presse, de nombreux touristes repartent vers leurs contrées avec des photos. Dommage pour l’économie du pays. Pendant que les touristes font leurs photos ils n’achètent pas de chocolat belge.  Dommage aussi pour les visites de l’Atomium. Mais Bruxelles va peut-être entrer dans le Guiness Book pour le nombre d’habitant par grue. Et pour le nombre de grutiers en chômage technique. Vous avez bien fait de partir en juillet. Vous avez évité de voir les eaux envahir votre maison. La boue aura eu le temps de sécher et sera plus facile à enlever par plaques. Attention, pour remplacer l’électro ménager, il faudra attendre décembre pour les prochaines soldes. Vous avez raté le 21 juillet. On a vu Bébert secouer sa belle-sœur pour l’aider à gravir en équerre les marches de la cathédrale. Claire était habillée en grille de sudoku. Profitez de votre retour pendant les vacances des ministres. Apprenez le flamand. C’est bourré de flamands dans les Ardennes. Les wallons sont à la vlaamse kust (côte belge située en flandres). Pour le reste rien n’a changé. Les conducteurs fantômes roulent toujours du même côté, on a découvert un ossuaire gallo-romain à Tournai mais c’est un faux car les restes humains n’ont que 15 ans d’âge, les chargements continuent de perdre leur camion dès que le conducteur a eu le coude trop léger, on attend impatiemment le prochain scandale à Charleroi. Certains prédisent qu’on va enfin voir Elio nu. C’est-à-dire sans sa moumoute. Toutes les banques donnent du 4 pourcent mais ne veulent pas donner aux épargnants ce qu’elles ont donné aux actionnaires pendant la disette. Les raviolis en boîte sont à 3 pour 2 chez Carrefour. N’y allez pas pendant trois jours. Je dois d’abord constituer mon stock et, pour cela, continuer à vider ma cave. D’avance merci.