20/10/2009

Cherche à garder la télé

« Pousse, papa, pousse ». « Arrête, gamin, tu parles comme une sage-femme ». « Mais pousse, papa, pousse plus fort ». «  Gamin, merde à la fin. Si je pousse plus fort je vais contracter mes muscles plus fort et je vais en avoir plein le pantalon ». « Papa, tu es chiant avec tes explications à la con. Pousse, nom di dju ». « Je ne fais que ça, gamin, j’attrape des crampes. J’ai l’air d’une statue de Rodin ». « Le penseur, papa ? ». « Non, gamin. Le penseur de Rodin est la représentation d’un constipé qui se demande quand ça va faire plouf dans le pot. C’est du grand art. Il faut être un génie pour avoir pensé à ça. Si Rodin avait connu Adamo, il aurait intitulé sa statue ‘Viens, viens, ma brune’ ». « Papa, pousse au lieu de déconner ». « Gamin, je ne pousse plus. En fait, je suis coincé. J’ai une crampe. Je suis momifié. Je vais mourir dans une position tellement stupide qu’il ne faudra pas un cercueil pour m’enterrer mais un abri de jardin ». « Papa, je vais te ramener à la vie. Ecoute le pschiiiii de la bouteille  de Rochefort 8° que je décapsule. Papa, j’ai besoin de toi, si tu veux, je fais des cubes avec le bloc de gouda produit blanc, je saupoudre de sel de céleri et je pique des cure-dents dans les cubes ». « Gamin, pas de fromage, c’est mauvais pour mon cholestérol. Vite, la Rochefort 8° ». « Tu es décoincé, papa ? ». « Gamin, une deuxième ». Pschiiiii. « Aaah. Je revis. Merci gamin ». « Papa, on fait quoi avec le meuble en-dessous duquel Kiki mon hamster est en train de bouffer le câble de la télé ? ». « Gamin, j’ai une idée. Demain, j’essaye à nouveau de déplacer le meuble mais, avant, j’enlèverai tous les tiroirs et leurs tonnes de factures, de cartes routières et de dépliants touristiques, de recettes de cuisine que je n’utilise jamais, et je crois que j’y arriverai ». « Papa, tu es génial ».

19/08/2009

Coeur d'artichaut

Le gamin a réalisé une d'oeuvre d'art : un coeur d'artichaut. Un vrai, un mûr, un de Bretagne où le beurre est salé d'origine parce que les vaches broutent de l'herbe arrosée par les embruns. La première fois que je suis allé en Bretagne je n'ai rien compris. J'avais compris que le beurre était salé à cause des gens bruns. Faut les chercher, en Bretagne, les gens bruns. Ou alors ce sont des immigrés clandestins qui vendent des pittas ou des durums en faisant croire que ce sont des crêpes normandes. Avec un merguez à l'intérieur. Ou des raclures de vieux mouton. Moi, j'adore, mais pas en Bretagne. Donc, pour épater le gamin, j'ai acheté une revue féminine avec des recettes pour débutantes. Epoustouflé, j'ai été époustouflé par le nombre de publicités pour de la lingerie. Or, si c'est de la lingerie, ce sont des sous-vêtements et, par définition un sous-vêtement est sous le vêtement et donc ne se voit pas. La page des recettes commençait par A comme artichaut. Seul matériel indispensable : un flacon de vinaigrette, une casserole et de l'eau. Pour moi, le seul investissement a été l'achat d'un flacon de vinaigrette. Et les artichauts. Deux. Un pour le gamin et un pour moi. Dans la recette c'était écrit : quand c'est cuit, laissez refroidir, trempez, sucez. Heuuu. Heureusement que le gamin m'a montré parce qu'il en avait déjà mangé chez ses grands-parents maternels. C'est bon la Bretagne, même avec de la vinaigrette polonaise de chez Aldi. Après, le gamin a réalisé un coeur d'artichaut. Quel fils de génie, mon gamin. Voyez et admirez :  

041

17/08/2009

Cherche la vocation du gamin

Je le sens gros comme une maison, le gamin a ce qu'il faut pour devenir chirugien. (une photo du demi poulet avant dissection a été postée le 15 août) Il faisait pluvieux ce jour là et, en papa responsable et éducatif, j'ai entrepris d'ajouter à la culture du gamin la culture du poulet, autrement dit comment retirer et trier le 'à manger' et le 'à pas manger' d'un poulet précuit acheté dans une barquette sans le laisser tomber par terre plus de quatre fois parce que le poulet précuit ça glisse quand il est chaud. Première leçon : travailler avec le poulet précuit refroidi si vous l'avez chaud et refroidi aussi si vous l'avez acheté froid et réchauffé par erreur. Et de un, ça glisse moins, et de deux on ne se brûle pas les doigts. Deuxième leçon : si le poulet précuit a été acheté chaud et est destiné à être consommé tout de suite, ne le laisser pas refroidir, manger ce que vous avez à manger et laisser ce qui reste refroidir après. Jusque là le gamin a tout compris. Troisème leçon : confisquer les objets chirurgiquaux du docteur Maboul, le poulet n'est pas un jouet, c'est de la nourriture et on ne joue pas avec la nourriture sauf avec la purée assez ferme avec laquelle on peut faire des sculptures. Mais ce n'est pas du jeu, c'est de l'art. Quatrième leçon : vas-y gamin, prends les outils qui te semblent utiles et débrouilles toi. Scié. Pas le poulet. Moi, j'étais scié de voir comment il s'y est pris, Il a scalpé le poulet, l'a désossé. J'ai même appris des choses : il faut trier les déchets de poulet entre les recyclables et les non recyclables. Les os, par exemple, et spécialement les petits pointus, sont à jeter Les peaux et cartilages sont à donner aux animaux. Le gamin m'a appris que je ne devais pas mettre ces déchets sur le balcon car, au cinquième étage, je ne vais nourrir que des mouches. Je dois les déposer dans le parc, mais pas sur les bancs. Voici le résultat du tri sélectif du gamin : 

002

04/11/2008

Cherche l'art

« Que lis-tu, papa ? ». « L’art est création, gamin ». « A ton âge, papa ? ». « Comment ça, à mon âge, gamin ? ». « La récréation, c’est pour quand on est jeune, papa ». « Vois-tu, gamin, il n’y a pas d’âge pour les artistes. L’art est création, c’est important. Il faut frotter la petite lampe de génie qui est en nous pour faire jaillir la flamme de l’idée. Et pas se frotter autre chose pour faire jaillir autre chose ». « Papa, la récréation, c’est la respiration. Madame à l’école, elle dit : Allez, allez respirer ». « C’est parce qu’elle vous prend pour des filtres anti particules, gamin. Comment veux-tu respirer en pleine ville, voyons ». « La récréation, papa, c’est la libération des sens ». « L’art est création, gamin, la libération des sens, tu as tout compris, gamin ».

09/06/2008

Cherche à faire du vélo

« Bonjour, Gérard, c’est gentil de passer me voir. Tu sais, j’avais reconnu ton coup de sonnette, il n’y a que toi qui sonne chez moi ». « Salut. Hé, mais dis donc, tu te lance dans l’art nouveau ? ». « Où ça ? ». « Ben, là, les deux manches de brosses surmontées de casques de coiffeuse pour pygmées ». « Non, hein, Gérard, ce n’est pas de l’art, c’est du génie, le mien. Sais-tu combien ça coûte des genouillères pour aller à vélo ? ». « Non ». « Moi non plus mais celles-ci sont gratuites, à part l’achat de deux manches de brosse, d’un pot de peinture et d’un pinceau ». « Et où est le vélo ? ». « Gérard, lève-toi, viens voir, assieds-toi. ». « Si j’approche mon siège, ça va aussi ? ». « Regarde, Gérard, les deux gros radis rouges ce sont deux ballons de football crevés que j’ai trouvés au parc, que j’ai découpés pour qu’ils s’adaptent à mes genoux et que j’ai peint en rouge, histoire d’être vu dans la circulation ». « Et quand tu te mets debout, ils font quoi tes radis ? ». « Gérard, voyons, le vélo, ça se pratique assis, non. Je ne suis pas au régime sans selle ». « Pédale un peu, pour voir ». « Et merde, les genouillères fichent le camp comme les escarpins d’une ballerine en collant quand elle pète ».

04/04/2006

Cherche à présenter mes excuses à Milo

Un pote s'appelle Emile. Comme il est un peu du sud, ou sa femme, ou sa belle-mère, je ne sais plus, je l'appelle Milo. Je disais même Milo c'est vache. A cause de Milo Céviche, le serbe, le croate, le malgache, je ne sais plus. Mais il est mort. Pas Milo c'est vache, l'autre. Depuis je l'appelle Vénus. Pigé ? Non ? La Vénus de Milo, une dame qui n'a pas de bras. Une statue. De qui ? Je ne sais plus. Elle vit dans un musée. Lequel ? Je ne sais plus. Ce n'est pas grave si vous n'avez pas compris. Ce qui est grave, c'est que Milo n'a pas compris non plus. Il est vexé que je l'appelle La Vénus. Il ne décroche plus quand il voit mon numéro sur son téléphone. Je profite de la présente pour présenter mes excuses à La Vénus.

08:51 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : vache, venus, dame, musee, art |  Facebook |