12/11/2010

La suite du lapin

« Papa, as-tu trouvé le lapin idéal qui ne meurt pas et qui ne disparaît que s’il s’envole ? ». « J’en ai trouvé plusieurs, gamin, certains n’étaient pas assez longs ». « Assez longs ? ». « J’hésite à en prendre un avec de longs poils, ça doit tenir plus chaud l’hiver, gamin ». « Tu as peur qu’il mette des poils partout, papa ». « Non, gamin, les poils doivent tenir car ils disent qu’il est lavable en machine ». « Mais c’est interdit, ça, papa, tu vas avoir tous les tordus de la S.P.A. à tes trousses ». « Gamin, je vais encore perdre des lectrices à chacha et à chienchien avec tes conneries animalières ». Mais c’est toi qui ne veut pas de chat ni de chien dans l’appartement, papa ». « Gamin, je n’ai pas les moyens d’acheter une laisse longue de plus de cinq étages pour que le toutou ou le pâté de volaille aille faire sa crotte sur le trottoir ». « Papa, sérieusement, parce qu’il me semble que tu allonges la sauce. C’est quoi cette histoire de lapin à longs poils lavable en machine ? ». « Un boudin, gamin, un boudin avec des poils et une des oreilles façon lapin pour mettre en dessous de la porte-fenêtre du balcon parce que le froid pénètre quand il y a du vent ». « Papa, aujourd’hui c’est à moi de dire ‘ Heuuu ‘ ».

30/06/2010

Le pied, ce n'est pas le pied (4)

« Papa, tu fais les pieds de porc ? ». « Gamin, écoute ça : il faut braiser et désosser les pieds de porc ». « C’est quoi, braiser, papa ? ». « C’est là que je coince, gamin. Je suppose qu’il n’y a pas une erreur d’impression mais je n’ai jamais braisé personne ». « Et désosser, c’est enlever les os, papa ? ». « Je suppose, gamin. Pourtant, quand j’achète du jambon à l’os il n’y a pas d’os dedans. Et le jambon c’est juste ce qu’il y a au dessus du pied de porc, que je sache ». « Parce que le jambon c’est du cochon, papa ? ». « Ben oui, gamin, c’est ce qu’il y a entre les pieds et les côtelettes. C’est pour ça que le jambon est cher : c’est parce que le cochon a des milliers de côtelettes mais il n’a que quatre pattes dont deux avec du jambon ». « Pourquoi, papa ? ». « Les cochons, c’est comme les grenouilles, gamin. Dans les grenouilles on ne mange que les pattes de derrière, celles qui servent à sauter. Celles de devant c’est pour lire le journal, se brosser les dents ou faire des pieds de nez ». « Et des pieds de nez, ça se mange, papa ? ». « Je n’en ai jamais vu au rayon des surgelés, gamin. ». « Papa, j’ai appris à l’école qu’on pouvait faire du vin en plantant des pieds de vigne. Si tu plantais les pieds de porc dans des pots que tu mettrais sur le balcon, on aura peut-être du jambon pour pas cher ». « Bonne idée, gamin. Vas fouiller dans la poubelle de la voisine de palier. Elle se fait souvent des moules mais elle ne mange pas la barquette. On va y planter les pieds de porc. Gamin, si tu trouves des pieds de vigne, ramènes-les, on fera du vin ». « Oui, papa ». (la suite vendredi)

15/03/2010

Cherche un tuyau d'arrosage sans dérouleur

C’est fou, la vie. Pendant que le gamin se tape des problèmes de robinet à l’école, de mon côté j’ai des problèmes de tuyaux depuis le 02 mars 2010 (voir Archive, colonne de droite). J’ai l’impression d’habiter une plomberie. Voyons la vie du bon côté : je suis l’heureux propriétaire de plus d’une dizaine de milliers de rondelles de tuyau d’arrosage en caoutchouc. Mais je n’aime pas le caoutchouc, je déteste le caoutchouc, je hais le caoutchouc. Rebondissement. Monsieur Gonzalez, le portugais du troisième, m’a demandé d’arroser ses plantes de balcon pendant qu’il retourne dans son pays d’origine. Je lui ai dit : « Gonjalèche, yé souis accord, pas bézouin dé les clefs, y’arroserai au départ dou chinquième avè ma nouvelle acquizitionne, oune touilleau d’arrossache ». Moi, dans un élan de générosité complètement con ou de tare congénitale, je lui  ai dit que j’avais un tuyau pour arroser les plantes de son balcon par voie aérienne alors que je n’en ai plus que des rondelles. Je cherche un tuyau d’arrosage, sans dérouleur puisque que j’en ai déjà deux.

12/03/2010

La solution du vendredi

9 divisé par 3 = 3. J’ai fait trois ensembles de trois tomates. Avec la grosse, la pulpeuse dans un des ensembles mais je ne vous dis pas lequel. J’ai fait une première pesée avec trois tomates de chaque côté. Deux solutions : soit un plateau est plus lourd parce que la pulpeuse est dedans, soit les plateaux sont à la même hauteur et la pulpeuse se trouve dans l’ensemble de trois tomates non pesées. Je sais donc dans quel ensemble de trois tomates se trouve la belle, la luisante, la pulpeuse. Je prends cet ensemble, je jette par le balcon du cinquième les six tomates qui ne m’intéressent plus et, hop, en une pesée, je trouve la pulpeuse qui, de plus en plus, me fait penser à la caissière du supermarché. Comment ? Je baise, pardon, je pèse deux tomates parmi les trois qui me restent. Soit les plateaux sont au même niveau et la pulpeuse caissière est celle qui est allongée sur la table. Soit un plateau descend plus que l’autre et c’est elle, la belle, la luisante, la pulpeuse caissière du supermarché. Mais pourquoi donc m’a-t-elle chanté : « Mange des tomates, mon amour. Mange des tomates, nuit et jour ». Je veux en avoir le cœur net, je retourne acheter des tomates au supermarché.  A demain pour les déboires du tuyau d’arrosage.

07:30 Écrit par Fanny dans petites annonces | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : enigme, tomate, caissiere, balcon |  Facebook |

03/03/2010

Cherche un chien avec 46 mètres de chipolata

Hier, j’ai acheté un tuyau d’arrosage de 50 mètres enroulé sur un dérouleur en promotion. N’ayant besoin que de quatre mètres pour aller du robinet de la cuisine au bonzaï qui est sur le balcon, j’ai pris la petite hache qui me sert à trancher les têtes des lapins que j’achète prédécoupés en barquettes au supermarché. Ces cons laissent la tête soi-disant pour montrer que ce n’est pas du chat et J’imagine le nombre de ménagères qui, voulant cuisiner un lapin en barquette, doivent s’armer d’une hache pour enlever la tête immangeable mais qu’elles ont payé au prix du râble et des cuisses. Schlâââ, dans le tuyau, les quatre mètres vont d’ici au palier mais les quarante-six mètres sont plus bas parce que, pour tendre le tuyau, je l’avais laissé pendre par le balcon du cinquième. Le temps de sortir de mon pyjama, d’enfiler autre chose et de descendre avec l’ascenseur et … plus rien. Je suppose qu’un chien s’est enfuit avec mon tuyau croyant que c’est de la chipolata. Si vous voyez un chien traînant 46 mètres de chipolata prévenez-moi. En cas d’achat par vous du tuyau je vous ferai une réduction.

05/12/2009

Cherche à oublier ma peur

Horreur. Quand je suis rentré du boulot le gamin était déjà là. " Papa, papa, viens voir, j'ai mis la chorale pour Noël ". " La chorale ? ", lui dis-je, d'un air interrogatif et anxieux. " La chorale à cheval, papa ". " Ah non, hein, gamin, et qui va devoir nourrir les chevaux " lui dis-je depuis les toilettes où je soulageais un besoin pressant. " Et les voisins d'en dessous, ceux du quatrième, hein, gamin, tu y as pensé aux voisins du quatrième, quand ils vont entendre tagaflop, tagaflop. Et le crottin, hein ? Je veux bien le balancer une fois depuis le balcon du cinquième mais, tous les jours jusque Noël, jamais. Sais-tu, gamin, que le cheval hennit, et, hennit soit qui mal y panse, je me vois mal panser des chevaux ". " Papa, ce sont de petits chevaux de bois ". " Ah bon, des chevaux de bois. Attends, gamin, j'arrive mais cette saloperie de merde de tirette de braguette est coincée dans mes poils et, aïe, je n'arrive pas à me, aïe, décoincer ". " Ciseaux, papa ". "Merci, gamin. Ouf ". " Papa, viens voir la chorale à cheval ". " Oh, gamin, que c'est beau ".

026

28/10/2009

Cherche des chrysanthèmes

"Allo, maman ". " Je t'ai reconnu parce que tu as dit maman, fils indigne. Hé, tu te prends pour Zorro maintenant, tu as un numéro masqué ? ". " C'est parce que j'appelle de mon portable (gsm en Belgique, cellulaire au Canada), maman. Nous sommes mercredi 28 octobre et dimanche c'est la Toussaint Je suis chez Aldi et il y a des chrysanthèmes, des gros, à 6,95 euros, des moyens à 4,95 euros et des plus petits mais tout aussi jolis à 2,95. Que choisis-tu, maman ? ". " Si c'est pour mettre un chrysanthème sur ton balcon au cinquième, n'achète rien du tout, tu vas encore blesser un passant quand tu vas l'arroser ". " Mais, maman, ce n'est pas pour le balcon, c'est pour toi ". " Ah bon. Et que comptes-tu faire avec ces chrysanthèmes ? Les enfourner dans ma boîte aux lettres ? ". " Mais non, maman. C'est pour ta tombe ". " Mais je ne suis pas encore morte, idiot ". " Heuuu ".

17/08/2009

Cherche la vocation du gamin

Je le sens gros comme une maison, le gamin a ce qu'il faut pour devenir chirugien. (une photo du demi poulet avant dissection a été postée le 15 août) Il faisait pluvieux ce jour là et, en papa responsable et éducatif, j'ai entrepris d'ajouter à la culture du gamin la culture du poulet, autrement dit comment retirer et trier le 'à manger' et le 'à pas manger' d'un poulet précuit acheté dans une barquette sans le laisser tomber par terre plus de quatre fois parce que le poulet précuit ça glisse quand il est chaud. Première leçon : travailler avec le poulet précuit refroidi si vous l'avez chaud et refroidi aussi si vous l'avez acheté froid et réchauffé par erreur. Et de un, ça glisse moins, et de deux on ne se brûle pas les doigts. Deuxième leçon : si le poulet précuit a été acheté chaud et est destiné à être consommé tout de suite, ne le laisser pas refroidir, manger ce que vous avez à manger et laisser ce qui reste refroidir après. Jusque là le gamin a tout compris. Troisème leçon : confisquer les objets chirurgiquaux du docteur Maboul, le poulet n'est pas un jouet, c'est de la nourriture et on ne joue pas avec la nourriture sauf avec la purée assez ferme avec laquelle on peut faire des sculptures. Mais ce n'est pas du jeu, c'est de l'art. Quatrième leçon : vas-y gamin, prends les outils qui te semblent utiles et débrouilles toi. Scié. Pas le poulet. Moi, j'étais scié de voir comment il s'y est pris, Il a scalpé le poulet, l'a désossé. J'ai même appris des choses : il faut trier les déchets de poulet entre les recyclables et les non recyclables. Les os, par exemple, et spécialement les petits pointus, sont à jeter Les peaux et cartilages sont à donner aux animaux. Le gamin m'a appris que je ne devais pas mettre ces déchets sur le balcon car, au cinquième étage, je ne vais nourrir que des mouches. Je dois les déposer dans le parc, mais pas sur les bancs. Voici le résultat du tri sélectif du gamin : 

002

18/07/2009

Cherche les papys gustatives

" Papa, pourquoi dit-on UNE papy gustative alors que papy a des couilles et est un mâle ? ". " Gamin, j'ai toujours dit que le père de ta mère est un porc. Et les porcs, ça mange comme des cochons ". " Papa, si papy est une cochonne il faut dire truie et il ne faut pas faire aux truies ce que tu ne voulasse point qu'on ne te fisse ". " Gamin, tu as eu combien à ton dernier examen de français ? ". " Plus que toi au même âge, papa ". " Gamin, parlons d'autre chose. As-tu rangé ta pléstécheune ? As-tu ciré tes chaussures, et les miennes, sans mettre du cirage plein les murs ? As-tu pelé les pommes de terre pour le repas ou dois-je cuire des pâtes ? As-tu pissé du haut du balcon du cinquième quand il pleuvait pour économiser l'eau de la planète en ne tirant pas la chasse ? As-tu retiré Kiki, ton hamster, du bocal de Maurice, ton poisson rouge ? Tu sais, gamin,les hamsters ne sont pas admis aux jeux olympiques de natation ". " Papa, je ne saurais pas te répondre, tu parles comme une femme, tu poses trente-six questions en même temps, c'est à cette heure-ci que tu rentres, qui as-tu rencontré, comment s'appelle-t-elle, une poule de luxe je suppose, combien en as-tu bu, quand déboucheras-tu l'évier, grimpe à quatre pattes je n'irai pas t'aider à monter, j'espère que tu seras à la hauteur quand maman sera là demain pour dîner, c'est quoi cette facture de restaurant dans ton portefeuille, ta poule a mangé du canard, dis-moi tout ou je continue à te faire souvenir avec le rouleau à tarte ". " Gamin, où as-tu appris tout ça ? Tu as eu des leçons de vie à l'école ? ". " Non, papa, c'est chez Papy et Mamy quand Papy rentre très tard. Je fais semblant de dormir mais j'écoute ". " Tu as vu le rouleau à tarte, gamin ? ". " C'était splendide, papa. Mamy ressemblait à une fermière qui enfonçait des piquets de clôture pour un pré à vaches ". " Ah ça, gamin, pour être vache elle est vache, ta Mamy. Elle doit tenir ça de sa fille ". " Papa, tu ne dois pas dire ça de maman. Maman c'est ma maman. Et toi tu es mon papa. Quand Papy dit que tu es un con je lui réponds que plus con que lui tu meurs ". " Gamin, tu es vraiment un chouette gamin ".

10/07/2009

Cherche la bonne période de récolte

Oui, je le reconnais, hortensia ne s’écrit pas hortencia comme je l’ai écrit hier, le 9 juillet 2009. La faute en est à mon jardin qui se limite à un bonzaï et, un jour à des grosses semences de pomme de terre que j’avais achetées pour planter sur mon balcon. Renseignement pris auprès d’un collègue jardinier, pour avoir une bonne récolte j’aurais du abattre le balcon et le reconstruire un petit mètre plus bas, devant la porte vitrée des gens du quatrième. J’ai donc opté pour la location d’une brouette, d’une fourche-bêche et l’achat d’une scie à métaux pour faire sauter le cadenas de la grille du parc communal, fermé pour cause de travaux. Une fois partis les peintres qui avaient repeints les bancs du parc, j’ai fait sauter le cadenas et, armé de ma fourche-bête, j’ai enterré ça et là mes espoirs de frites. Renseignements pris auprès d’un collègue jardinier je devrais louer à nouveau une brouette et une fourche-bêche pour le jour de la récolte. Qui peut me dire quand ?

___

Demain nous reparlerons de l'énigme de jeudi.

01/07/2009

Venez nombreux à ma brocante

Il va y avoir une grande brocante et foire du terroir dans ma rue, des deux côtés. J’ai loué la moitié de la façade de l’immeuble. L’autre moitié, c’est monsieur Gonzalez, le portugais du troisième, qui présentera des spécialités de son pays. Pendant qu’il fera foire du terroir je ferai foire du tiroir. Venez nombreux. Je suis facile à trouver : je serai au seul emplacement où il n’y aura rien car j’expose tout sur le balcon, au cinquième. L’ascenseur est gratuit mais, dedans, j’aurai mis le gamin qui acceptera volontiers quelques piécettes pour se constituer un pécule de vacances et aussi, très important, pour que vous entriez à la bonne porte au cinquième parce que ma voisine de palier a un sale caractère. Ambiance assurée. Venez nombreux.

16/06/2009

Cherche un grand balcon

 Pour faire plaisir au gamin, j'ai acheté sur e-Bay une maquette grandeur nature du vaisseau spacial Soyouz et, si le mode d'assemblage est précis, j'espère avoir monté le vaisseau spacial pour le jour où il reviendra se l'école avec un bon bulletin de réussite de son année scolaire. Pour que la surprise soit complète je cherche sur e-Bay un casque rouge avec le marteau et la faucille dessinés dessus. Pour faire plus vrai. Quand le gamin reviendra de l'école avec son bulletin, je serai sous le casque aux commandes du vaisseau spacial et je crierai "Ici, l'espace, bonjour la terre. Le gros problème est que, d'après l'annonce, la maquette du vaisseau spacial est cinq fois plus longue que la longueur du balcon, seul endroit disponible de l'appartement si je rentre le bonzaï à l'intérieur. Je cherche un balcon, très long, que je pourrais fixer au mien, trop petit, pour y construire la maquette de vaisseau spacial qui va m'être livrée. Voici le descriptif de mon achat. Il y a urgence, on me le livre demain sur le trottoir.

009 (2)

14/06/2009

Cherche à me montrer

 Je me suis décidé à poster une photo de moi. C'est mon psy qui me l'a conseillé parce que je suis trop timide. A la caisse du supermarché je dis merci quand une poufiasse me dit : " Permettez, je n'ai que douze articles ". Aux toilettes d'un restaurant, quand je fais toc toc à la porte et que personne ne répond, j'ai peur d'ouvrir et de tomber sur un sourd en pleine action. Quand une piétonne s'engage sur un passage pour piétons avec une poussette remplie d'un bébé, je freine. Quand je fais pipi dans la rue du balcon du cinquième étage je mets ma main devant ma figure pour ne pas qu'on me reconnaisse. J'ai tout dit à mon psy qui m'a expliqué que j'avais une mauvaise image de moi et que je devais me montrer en y allant piano, voire pianissimo, c-à-d doucement. Mon psy m'a expliqué le mot. Un instant j'ai cru qu'il voulait que j'installe un piano aqueux dans la cuisine. J'ai tout de suite pensé au four à micro-ondes dont j'aurais du me défaire pour avoir assez de place pour le piano. Je pensais à la chanson : ' Il jouait du piano debout " en me disant que, chez moi, ce serait ; " Il mange debout sur le piano " puisque les chaises étaient en séjour pénitentiaire dans la baignoire à cause du piano aqueux. Alors je me montre, pianissimo. Je suis à gauche sur l'écran. Le petit bout blanc qui dépasse, c'est moi. Ne vous méprenez pas, mesdames, ce n'est pas ce que pensez. C'est mon petit doigt qui demande : " As-tu pris la photo ? Puis-je sortir de ta tente ? ".

Chypre 452

13/06/2009

Cherche mon bonzaï

Pour avoir plus facile pour l’arroser j’avais mis mon bonzaï sur le couvercle de ma poubelle à pédale qui se trouve sur le balcon au cinquième. Une distraction, un réflexe stupide, un coup de pédale intempestif et hop, j’ai vu passer devant moi le premier bonzaï de l’espace. J’ai crié « Reviens, reviens » mais il était déjà trop loin, il ne m’entendait pas. « Ah le con, ah le con, ah le con » me répétais-je sans cesse, me parlant à moi-même. Je ne savais que répondre devant cette évidence. Banzaï, un bonzaï kamikaze. Si vous voyez passer un bus surmonté d’un bonzaï alertez-moi, c’est le mien. D’avance merci.

01/06/2009

Cherche un menu à deux plats

« Papa, aujourd’hui c’est le jour de la tarte aux pommes. C’est chouette, non ? ». « Gamin, depuis quand crois-tu que c’est toi qui vas composer le menu ici ? Aujourd’hui on mange italien. En entrée, l’antipasti, c’est raviolis nature, et, en plat principal, raviolis à la sauce. Comme je n’ai que des boîtes de raviolis en sauce je vais en laver quelques uns pour préparer l’entrée. Gamin, j’espère que tu accepteras que nous n’ayons qu’une seule assiette pour tout le repas. Ils l’ont dit à la télévision : il faut économiser l’eau. C’est pour ça que, sur le balcon, j’aurais préféré planter un platane parce que c’est plein d’oiseaux, mais je me contente d’un bonzaï en pot. Pour les toilettes et pour la vaisselle c’est la même chose, il faut économiser l’eau et, pour la vaisselle, en plus, il faut économiser les gestes inutiles. C’est grâce aux économies que je peux t’offrir des vacances de deux fois un demi-jour à la plaine de jeux. Je résume : gamin, aujourd’hui journée italienne, deux plats, une assiette ». « Papa, tu peux supprimer l’entrée, je n’aurai pas fort faim car je dois garder une place dans mon estomac pour la tarte aux pommes. Papy et Mamy me l’ont dit ». « Pourquoi t’ont-ils dit ça, ces vieux schnocks, gamin ? ». « Parce que, papa, normalement, après les raviolis et avant ta sieste, il est prévu que tu me conduises chez eux ». « Gamin, tu veux faire la révolution ? Non seulement tu décides de mon repas mais tu veux gérer mon emploi du temps ! ». « Papa, si tu es sage maintenant, quand tu seras à l’hospice j’irai te porter des bonbons qui ne collent pas à ton dentier ». « Heuuu ».

26/05/2009

Cherche à avoir un beau bonzaï

« Gamin ». « Oui, papa ». « Gamin, si tu vas faire pipi sur le balcon du cinquième étage, fais le du côté des Demeulemeester parce que, du côté des Naessens, j’ai mis le bonzaï et il ne faut pas lui donner trop d’engrais liquide ». « Oui, papa ». « Merci, gamin ».

17/05/2009

Cherche à passer un bon dimanche

« Papa, c’est dimanche. Je peux aller sur le balcon jouer au golf miniature que les cloches m’ont apporté à Pâques ? ». « Gamin, je te répondrai quand tu auras rangé l’aspirateur et son tuyau ». « Pourquoi, papa ? Tu veux inviter ma madame de l’école ? ». « Gamin, tu lis dans les pensées, maintenant ? Si oui, dis-moi ce que tu vois dans mes yeux ». « Je vois la grosse paire de lolos de madame ». « Gamin, tu te trompes, c’est sur le frigo que j’ai mis des tas de nénettes aux gros nénés. Même que, lorsque j’ouvre le frigo, je ne sais plus ce que j’allais y chercher ». « Papa, tu devras t’en séparer si ma madame vient ». « Pourquoi viendrait-elle, ton institutrice, gamin ? ». « Elle nous a dit qu’il faut aider les pauvres d’esprit, les esseulés et les grabataires et que, avec ton bras dans le plâtre, tu étais un bon exemple parce que tu fais partie des trois catégories ». « Heuuu. Elle compte venir quand, ta madame, gamin ? ». « Je ne sais pas, papa, mais elle a dit que le vrai don c’est quand l’autre ne s’y attend pas ». « Gamin, range l’aspirateur, descend les assiettes et les casseroles qui sont dans l’évier à la cave, tire la chasse dans les toilettes et utilise ce que tu appelles le changement de vitesse pour brosser la cuvette, ramasse le paquet de pâtes qui s’est ouvert quand je l’ai sorti de l’armoire, fais un tas avec toutes les factures et mets le tout sous mon oreiller, change l’eau de Maurice le poisson rouge et la litière des hamsters, mets du savon de vaisselle dans les soucoupes des plantes pour parfumer l’appartement au citron. Pendant ce temps-là je vais me raser, m’extraire de mon pyjama pour enfiler une tenue décente et me mettre du spray à la lavande sous les aisselles. Gamin, si ta madame débarque à l’improviste dans son rôle de bonne sœur, il faut que tu sois digne de ton papa. Compris. Exécution ».

15/03/2009

Cherche à le faire sortir

« Boum, boum, boum ». « Occupé, papa ». « Sors de là, gamin, j’ai une urgence ». « Je fais ma crotte, papa ». « Gamin, tu n’es pas tout seul. Je parie que tu fais ta crotte avec ta game boy ». « Heuuu, oui, papa ». « Sors de là, gamin, l’urgence se précise ». « J’ai pas fini, papa ». « T’as pas fini ta crotte ou t’as pas fini ta partie, gamin ». « Papa, je vais avoir un et cinq zéro derrière en points ». « Gamin, pitié, je serre les fesses, tu peux pas savoir. Je sens que je vais lâcher le paquet ». « Va sur le balcon, papa ». « Gamin, t’es fou. La nuit, d’accord, mais pas en plein jour. Pense qu’un livreur de pizza pourrait passer ». « T’as commandé une pizza, papa ? ». « Heuuu, si je dis oui, tu sors tout de suite des toilettes ? ». « Oui, papa ». « Promis, juré, craché comme les scouts ? ». « Oui, papa ». « Gamin, changement de menu. Exceptionnellement, et vu la crise dans les boîtes, les raviolis seront remplacés par une pizza ».  « Papa, tu es un papa formidable ».

09/03/2009

Cherche à faire pisser le gamin

« Papa, j’ai pipi ». « Hé, ho, gamin, tu es assez grand pour faire pipi tout seul, non ? ». « Ben non. Toi, quand tu dois pisser et que je suis à la toilette, tu pisses dans l’évier. Moi, je suis trop petit, j’arrive juste dans le tiroir avec les couverts ». « Gamin, file à la toilette, tu vois bien que je n’y suis pas ». « Papa, quand j’essaye d’ouvrir la porte, une voix me dit que c’est occupé ». « Ah, oui, zut, j’avais oublié, c’est la voisine de palier, elle est bouchée ». « Tu m’as toujours dit qu’elle était bouchée, la voisine, hein, papa ». « Chuuut, gamin, ne parle pas si haut, j’ai dit qu’elle a un problème d’évacuation, alors elle vient ici ». « J’espère qu’elle va évacuer bien vite parce que ça urge. Ou alors, c’est le tiroir avec les couverts, hein, papa, pour une fois, je peux ? ». « Non, gamin, pas dans le tiroir. Tu as de la chance, il pleut. Vas pisser sur le balcon ».

12/02/2009

Cherche à avoir la paix demain

Demain c’est vendredi 13. Tant pis pour l’énigme du jour mais je serai occupé toute la journée à me préparer un vendredi 13 tranquille. Je vais scier tous les pieds des échelles que je rencontre afin de m’éviter de passer en dessous demain. J’ai un rayon d’action d’un mètre cinquante plus trois mètres plus cinquante mètres avec ma tronçonneuse électrique à fil, rayon d’action duquel il faut soustraire la hauteur de quatre étages plus le rebord du balcon du cinquième plus la distance séparant le bord du balcon à la prise du four à micro-ondes. Je cherche des allonges électriques supplémentaires ainsi qu’un four à micro-ondes à prêter pour la journée. D’avance merci.

25/12/2008

Cherche Noël

« Papa, houhou, papa, il est midi, jésus est né ». « Oufti ». « Papa, papa, père Noël a passé des capsules de bière dans mes chaussures, c’est normal ? ». « Oufti ». « Papa, papa, je sais que père Noël est passé, la porte du frigo est restée grande ouverte ». « Oufti ». « Papa, papa, le foie gras pour le nouvel-an a disparu ». « Oufti, quel salaud le père Noël ». « Papa, papa, monsieur Gonzales dit que t’as dégueulé plein son balcon ». « A cause du vent, gamin, à cause du vent ». « Papa, dis-moi, c’était quoi Noël, avant ? ». « Demande à ta mère, gamin, et laisse-moi dormir ».

03/10/2008

Cherche cent balles

Merci pour votre aide (voir hier, sans ça tu piges que dalle). Table bien arrivée. Sur le balcon. Ouf. Je ne vois plus mes voisins d’en face mais bon, voir tous les jours des assiettes qui volent, ça lasse. Il me reste un problème : quand j’ouvre la table de ping-pong côté séjour ça va. De l’autre côté ça ne va pas, à cause de la balustrade. Elle ne s’ouvre pas complètement, la salope, elle se retient.  Je tire mon coup et, hop, ma balle est sur le balcon du sixième. « C’est encore l’autre con avec ses boules de neige en plastique. Sproutch, une de moins ». Je cherche des balles de ping pong au prix de gros, mais alors, au prix de très gros.     

01/10/2008

Cherche à régler le thermomètre

« Allo, Gérard ». « Oui ». « Comment peut-on régler la vitesse d’un thermomètre ? ». « Répète, je n’ai pas tout compris ». « C’est simple, Gérard. Comment fait-on pour régler la vitesse d’un thermomètre ? ». « Tu te l’es mis où, ce thermomètre ? ». « Sur le balcon, Gérard. Je l’ai cloué au mur ». « Et quel est le problème ? ». « Je l’ai surveillé. Ce matin, à six heures six degrés, à sept heures sept degrés, à huit heures huit degrés, à neuf heures dix degrés, tu retiens, hein, Gérard, dix degrés à neuf heures. A dix heures douze degrés. Et demi. Mon thermomètre s’emballe, Gérard ». « Et cent balles c’est pas cher ». « Que dis-tu ? ». « Rien, rien. Une question : n’aurais-tu pas cloué ton thermomètre face au soleil ? ». « Dis, Gérard, un thermomètre, ce n’est pas fait pour obtenir les horaires des marées, hein. Je m’en fiche des marées, Gérard, j’habite au cinquième. Si la mer monte j’ai le temps de voir venir.  Si je veux connaître la température extérieure, je dois mettre mon thermomètre à l’extérieur, voyons. C’est comme quand tu dois te prendre ta température à toi, Gérard. Tu te le mets où, hein ? Pas dans le bocal de confiture, quand même ». « Je vais te donner un truc pour avoir l’heure sur ton balcon : cloue une montre ». « Heuuu ».

20/06/2008

Cherche à vendre table multi-positions

Si vous avez une terrasse ou un balcon ou une pelouse ou une descente de garage en pente, j’ai la table idéale pour vous : réglable, ajustable et en kit. Vingt-deux morceaux : un grand, tout plat, de 120 sur 80 cm et vingt-et-un de section carrée 5 sur 5 et de hauteurs différentes. Ces derniers morceaux proviennent de feu les quatre pieds après une tentative de ma part de mettre la table de niveau. Faire offre pour le tout.

20/05/2008

Cherche une soupe verte à boulettes

« Houhou, Papa ». « Gamin, tu es rentré de l’école ? ». « Papa, il y a une catastrophe dans la rue ». « Une catastrophe ! Quoi ? Le boucher a fait faillite ? Monsieur Gonzalez essaye de parler français ? On a installé un casse-vitesse ? ». « Pire que ça, papa, le trottoir est devenu orange en dessous de chez nous. Comme si un charter bourré de limaces s’était écrasé ». « Meeerde ». « Quoi, papa ? ». « J’avais acheté un potiron, énorme. Quand j’ai dit au marchand que je vivais à un et demi, il m’a dit que nous aurons de la soupe tout l’hiver. Le potiron n’est plus sur le balcon. Gamin, un seau, deux cuillères, on va récupérer les rescapés ». « Mais, papa, tout le monde a marché dedans ». « Mais, c’est dégueu, ma soupe, ma future soupe, un hiver de soupe, j’ai travaillé toute ma vie pour avoir une soupe au potiron, et maintenant, que vais-je faire, et maintenant, que sera ma vie ». « Gilbert Bécaud, papa ». « Gamin, je me fiche de tes copains de l’école, compris ». « Papa ». « Quoi encore, gamin ». « La soupe verte, avec des boulettes, je veux bien en manger ».

03/04/2008

Cherche à me recycler

« Gamin, je change de boulot ». « On t’a mis à la porte, papa ? ». « Non, gamin, mais j’ai envie de faire autre chose. Tu sais, que des photocopies à faire, ça me déprime parce que ça me fait penser à un charcutier qui débite des tranches de jambon à longueur de journée. La différence, gamin, c’est que lui voit la vue en rose et moi, en noir et blanc ». « C’est pour ça qu’il y a des salades plein le balcon, papa ? ». « Oui, gamin. Sur le balcon, elles restent au frais ». « Tu vas vendre des salades aux dés de gésier de canard, aux pignons de pin, aux raisins de Corinthe, avec des copeaux de parmesan et un jet de vinaigre balsamique, papa ? ». « Je n’ai rien compris, gamin ». « Mais c’est bon, tu sais, papa ». « J’ai l’impression que tu me racontes des salades, gamin ». « C’est pour donner une note printanière et champêtre au balcon, papa ? ». « De l’élevage, gamin ». « Papa, si c’est pour activer Kiki et Pipette, tu dois savoir que les hamsters ne doivent pas trop manger de crudités ». « Gamin, tu me connais, je suis un calme, je suis incapable de courir après des bestioles qui filent plus vite que moi ». « Tu vas élever quoi, papa, sur le balcon ? ». « Des escargots, gamin ».

11/09/2007

Cherche un livre sur les vitamines

« Papa, il y a des bacs sur le balcon avec des saloperies qui poussent dedans, je peux les jeter ? ». « Stop, stop, stop, gamin, c’est du persil, j’ai semé du persil ». « Mais, papa, du persil, c’est de la lessive, non ? ». « Gamin, je t’explique : le persil, heuuu, c’est pour les omelettes, hein, les petits points verts dans les omelettes, ce n’est pas dans les œufs des poules, c’est du persil ». « Berk, berk, berk, j’aime pas les points verts dans les omelettes ». « Gamin, j’ai vu une émission à la télé et j’ai retenu que le persil, c’est plein de fer, de vitamines et de zoligo éléments ». « Bof, c’est dégueu l’omelette aux points verts ». « Gamin, le boucher, hein, que met-il dans les oreilles de la tête de cochon qu’il met dans sa vitrine, hein, du persil ». « Tu vas te mettre du persil dans les oreilles, papa ? ». « Fils d’imbécile, pourquoi pas des macaronis cuits dans les cheveux, pour faire geisha japonaise, hein. Gamin, tu boufferas du persil, compris, c’est pour ta croissance ». « Veux pas croissanter ». Je cherche un livre sur les vitamines, à usage des enfants.

12/01/2007

Cherche la Chandeleur (1)

« Tu fais quoi, papa ? ». « Ah, aaah, gamin, c’est la grande répétition pour le vendredi 2 février 2007 ». « Tu vas sauter du balcon du cinquième ? ». « Idiot, tu vois quand même bien ce que j’ai en main, non ». « Ben, je, heuuu, hop, parti, dans la rue, pourquoi tu lances des crêpes dans la rue, papa ». « Parce que le vendredi 2 février, c’est la Chandeleur et, à la Chandeleur, on fait quoi, hein, hein, gamin, on fait des crêpes ». « Pourquoi il faut lancer les crêpes dans la rue, papa ? ». « Gamin, je m’entraîne, hein, laisse moi me concentrer, je ne suis pas Justine Henin, moi. Tu vois, gamin, l’important c’est le coup de poignet qui permet de lancer la crêpe, de la faire virevolter et de la rattraper, comme ça, et meeerde ». « Papa, elle est tombée sur la tête de la dame, là ». « Cache toi, gamin, cache toi, ne dis rien ». « Papa, pourquoi on ne les mange pas, tes crêpes ? ». « Gamin, voyons, réfléchis, je lance la crêpe du balcon du cinquième, elle virevolte, j’appelle l’ascenseur, je descends et, pendant ce temps, la crêpe est déjà dans la rue ». « Papa, tu devrais lancer les crêpes à l’intérieur de l’appartement, comme ça on pourrait en manger ». « Hé, ho, gamin, j’ai essayé. T’as vu le plafond ».

11/12/2006

Cherche le bonhomme de neige

J'ai acheté un bonhomme de neige géant, à gonfler, pour mettre sur la façade au cinquième étage. En l'attachant au balcon, j'ai eu une crampe et j'ai lâché la ficelle. Il a pris le bus 23. Je veux dire que le bonhomme de neige est tombé sur le toit du bus 23. Quand je fus arrivé en bas de l'immeuble, il y avait le bus 96, ce qui ne me servait à rien. Si vous voyez un bonhomme de neige qui voyage clandestinement sur un bus, prévenez-moi. Et vite car si je dois payer tous ses voyages, ça va me coûter plus cher que l'achat du bonhomme. Hé, ça doit se voir, non, un bonhomme de neige. Il n'y a pas de neige en ce moment.

09/12/2006

Cherche un club de chou

"Gamin, viens voir". "Quoi, papa ?". "Les trois kilos de choux de Bruxelles que j'avais acheté pour avoir des boules de Noël incassables, et bien". "Tu les as cuisiné, papa". "Non, hein, rigoles pas, tu sais bien que je ne sais pas. Ils ont noircis, ces salauds". "On les verra bien sur la fausse neige en ouate". "Mais non, gamin, ça va moisir. Vas chercher la poubelle de la cuisine". "Tu vas les jeter, c'est dommage". "Oui, gamin, nous allons les jeter, mais pas n'importe comment. Qu'y a-t-il à la poubelle de la cuisine, hein". "Un couvercle, pourquoi ?". "Et ça, c'est quoi, hein ?". "C'est la pédale pour ouvrir le couvercle". "Passes-moi un chou". "Voila, papa". "Ouvre la porte du balcon". "Oui, papa". "Schlaa,un coup de pédale et le chou est sur le balcon d'en face, de l'autre côté de la rue, grâce à l'ouverture spontanée du couvercle". 'Papa, papa, je peux essayer". "Oui, un kilo et demi de fois, mais, promets une chose, hein, tu n'en parles à personne". Je cherche un club de lancement de choux de Bruxelles depuis le cinquième à l'aide d'une poubelle à pédale.