14/08/2010

Robert Royco

« Salut, Royco ». « Ou tu (vous) es (êtes)  trompé de chambre coyote (monsieur) ou vous êtes un délégué médical qui croit avoir affaire au chef de service pour lui présenter la dernière innovation en matière de fil à couper le beurre ». « Robert, c’est moi, voyons. Carpe et dis hem. Je sais que tu ne peux ingurgiter que du liquide alors je t’appelle Royco parce que Royco minute soupe ». « Crouton ». « Quoi, Robert. Pourquoi crouton ? ». « Parce qu’il il a des morceaux de carton dans les soupes en sachet ». « Robert, tu n’as qu’à sucer la poudre et jeter les petits cubes comme nous faisions quand nous étions jeunes avec les noyaux de cerises. Tu te rappelles ? ». « Ah, di dju, oui je me rappelle. Nous visions la fenêtre de la vieille Eugénie. A chaque fois elle sortait et disait : Qui c’est ? ». « Vise ton voisin de chambre avec les croutons, Robert, il va croire que ce sont des moustiques et tu vas te marrer quand  il appellera les infirmières ».  

06/02/2010

Cherche à lui dire zut

" Goujat ". Vlan. " Papa, c'est quoi ce bruit de porte qui claque ? ". " C'était ma réponse à la voisine de palier, gamin ". " Qu'a-t-elle dit, papa ? ". " Elle m'a traité de goujat, gamin. Et je n'aime pas qu'on me traite de noms que je ne comprends pas ". " Papa, il a du certainement se passer quelque chose, voyons. Un goujat, c'est joli, ça vit dans l'eau, ça fait blup blup ". " Non, gamin, ça, c'est un goujon, un joli petit poisson que tu peux écailler, couper la tête et la nageoire, vider les entrailles, laver, éponger, rouler dans la farine et frire dans une poêle avec du beurre ou de l'huile sans oublier de les saler et poivrer ni de les retourner plusieurs fois ". " Papa, beurk, je préfère le vrai poisson, rectangulaire, sans tête ni nageoire,  blanc à l'intérieur et recouvert de chapelure dorée à l'extérieur. Mais, papa, mon papounet tout excité, que s'est-il passé entre la connasse d'en face et toi ". " Vois-tu, gamin, elle est venue nous offrir des pizzas à la cassonnade et au chocolat pour la Chandeleur ". " Tu as sûrement du la choquer, papa, pour qu'elle te traite de machin dégueulasse avec une tête et des nageoires ". " Non, gamin. Je lui ai simplement et calmement répondu que si elle croyait que le chemin le plus court pour conquérir le coeur d'un homme était l'estomac elle visait un peu trop haut ".

30/01/2010

Cherche les carottes

« Gamin ». « Oui, papa ». « Gamin, où sont les carottes que je dois cuire pour le repas de midi ? ». « A l’école, papa ». « Quoi, des carottes à l’école. Elle se les met où ta maîtresse ? Elle se prend pour le tunnel sous la Manche ? ». « Papa, demain avec l’école on va visiter une ferme. Avec des veaux, vaches, cochons, couvées et des lapins. Madame a demandé d’apporter un peu de nourriture ». « Et tu trouves que quatre carottes c’est un peu de nourriture ! Gamin, c’étaient nos légumes pour deux jours ». « Papa, madame a dit que les agriculteurs vont de pis en pis et qu’il faut les aider ». « Avec les vaches peut-être, ils n’arrivent plus à faire leur beurre avec leur lait, mais avec des lapins ! Aller de pis en pis avec des lapins, non mais, on aura tout vu. Sais-tu que le pire mois pour les agriculteurs c'est le mois de février parce qu'ils n'ont que vingt-huit jours pour se plaindre. Tu dois rayer ces idées reçues d’une traite, gamin. Les agriculteurs, s’ils écossaient leurs petits pois, ils pourraient vendre des kilts et des plaids à carreaux ». « Papa, on mange quoi ce midi ? ». « Raviolis, gamin ». « Ah ». « Oui, et sans carotte dans la sauce ».

19/08/2009

Coeur d'artichaut

Le gamin a réalisé une d'oeuvre d'art : un coeur d'artichaut. Un vrai, un mûr, un de Bretagne où le beurre est salé d'origine parce que les vaches broutent de l'herbe arrosée par les embruns. La première fois que je suis allé en Bretagne je n'ai rien compris. J'avais compris que le beurre était salé à cause des gens bruns. Faut les chercher, en Bretagne, les gens bruns. Ou alors ce sont des immigrés clandestins qui vendent des pittas ou des durums en faisant croire que ce sont des crêpes normandes. Avec un merguez à l'intérieur. Ou des raclures de vieux mouton. Moi, j'adore, mais pas en Bretagne. Donc, pour épater le gamin, j'ai acheté une revue féminine avec des recettes pour débutantes. Epoustouflé, j'ai été époustouflé par le nombre de publicités pour de la lingerie. Or, si c'est de la lingerie, ce sont des sous-vêtements et, par définition un sous-vêtement est sous le vêtement et donc ne se voit pas. La page des recettes commençait par A comme artichaut. Seul matériel indispensable : un flacon de vinaigrette, une casserole et de l'eau. Pour moi, le seul investissement a été l'achat d'un flacon de vinaigrette. Et les artichauts. Deux. Un pour le gamin et un pour moi. Dans la recette c'était écrit : quand c'est cuit, laissez refroidir, trempez, sucez. Heuuu. Heureusement que le gamin m'a montré parce qu'il en avait déjà mangé chez ses grands-parents maternels. C'est bon la Bretagne, même avec de la vinaigrette polonaise de chez Aldi. Après, le gamin a réalisé un coeur d'artichaut. Quel fils de génie, mon gamin. Voyez et admirez :  

041

12/08/2009

Cherche à placer des animaux

« Gamin, c’est quoi ces limaces ? ». « Ce ne sont pas des limaces, papa, ce sont des escargots. Je les ai trouvés en jouant dans le parc avec Cédric ». « Gamin, tu es sûr que les escargots se promènent avec leurs caravanes, comme les hollandais sur nos routes ? ». « Pourquoi, papa ? Tu n’as jamais vu un escargot ? ». « Si, gamin, des escargots au beurre à l’ail, dans mon assiette. Mais ils ne bougeaient pas ». « S’ils s’échappent de la boîte tu auras facile de courir après, hein, papa ». « Gamin, une chose est certaine : je t’interdis de les mettre dans la cage de Kiki et Pipette, tes hamsters. Si les escargots grimpent dans la roulette ils vont faire chuter la moyenne horaire ». « J’en fais quoi, papa, des escargots ? ». « J’ai une idée, gamin. La folle d’en face, la voisine de palier, l’amie des animaux, est sortie avec ses chiwoufwoufs pour aller au marché. Vas coller les escargots sur sa porte. Et pour qu’ils n’aillent pas ailleurs, prends des punaises dans le bureau. Je vais te donner deux ou trois feuilles de salade que tu punaiseras sur la porte ». « Papa, tu es génial ». « Je le sais, gamin ».

06/06/2009

Cherche à sauver la planète

Chers amis, l'heure est grave. Notre planète se meurt. En cette veille d'élections européennes il est urgent de rappeler que notre vote doit être utile. Votons pour ceux qui prendrons des mesures intelligentes. Par exemple : exiger que les pilules de viagra soient peintes en vert pour que je ne les confonde plus avec les granulés bleus anti-limace. Economisons le carburant. Pourquoi aller en Bretagne pour manger des artichaux alors qu'on en vend chez Carrefour. Economisons le temps. Pourquoi certaines femmes se maquillent le matin pour se démaquiller le soir. Economisons notre salive. Pourquoi nos politiciens parlent-ils pour ne rien dire alors qu'ils seraient plus utiles s'ils rebouchaient les trous dans les routes. Economisons le papier. Pourquoi ne photocopierions-nous pas au bureau nos rouleaux de papier Q au lieu d'en acheter de nouveaux. Economisons l'énergie. Pourquoi ne pas avoir dans les immeubles de bureau des ascenseurs à horaire fixe plutôt qu'à la demande. Nous avons vécu le cul dans le beurre. Nous devons apprendre à nous asseoir sur de la margarine. Et apprendre les gestes qui sauveront la planète. Deux exemples : un petit besoin urgent ? Pas de gaspillage, allons pisser sur le jardin le plus proche, un jardin où poussent des poireaux, ça les fera grossir ; un gros besoin urgent ? Courons vers le tas de compost le plus proche pour l'enrichir plutôt que d'emmerder ceux qui se baignent à la plage. Nous devons châtrer les chiens et les chiennes en chaleur car la chaleur réchauffe notre planète. Pour mieux vous convaincre du danger du réchauffement climatique j'ai emprunté à un ami infographiste une photo d'une projection de ce que deviendra le tunnel sous la Manche dans quelques dizaines d'années si nous n'agissons pas. A l'avant-plan on distingue nettement, en blanc, les restes des belles falaises normandes. Pour éviter cela, votons pour la planète. 

524

20/11/2008

Cherche un hébergement clandestin

« Allo, maman ? ». « Oui ». « Elle était bonne, tu sais, ta blague d’hier. Je l’ai racontée au bureau ». « Quelle blague d’hier ? ». « Tu m’as fait croire que tu venais demain ». « Je viens demain ». « Ah, ah, ah. C’est de toi que je tiens mon sens de l’humour, je le sens ». « Je viens demain et tu ne vas pas rigoler ». « Maman, si tu viens vraiment demain, épargne-toi des efforts inutiles. Attends-moi en bas de l’immeuble. Je connais un établissement où on reçoit un petit beurre quand on commande un café ». « J’apporterai un paquet de biscuits. Essaye d’avoir autre chose que du café en poudre car je viens avec Lucienne ». « Maman, houhou, ce n’est pas le salon de l’alimentation, chez moi. Et puis, depuis ma chute en essayant de remplacer une ampoule électrique, je n’ai plus que trois chaises ». « Vas mettre la cage de tes souris sur le palier et tu auras trois chaises ». « Ce sont des hamsters, maman, pas des souris ». « A demain ». Tûûût, tûûût, tûûût. Je cherche un hébergement clandestin pour demain, cave ou grenier, si possible avec télévision et salle de bain.