16/03/2010

Cherche le 16 mai

Connaissez-vous le Far West wallon ? L’onglet à l’échalote ? La saucisse de Morteau ?  L’accent de là-bas (pas de Morteau, celui d’Evregnies) ? Les rognons à la moutarde à l’ancienne ? Aimeriez-vous passer un moment agréable avec quelques « grands » des blogs ? Chadou, Jilou, l’énigmatophile du jeudi Rafaël, Libra et son sosie Arbil, Jicé, g2mup, le poilu, le père spirituel (enfin, qui essaye de l’être) de Ginette de http://lejardindegerard.skynetblogs.be , les « chatsleureusement » et d’autres qui vont s’inscrire. Venez respirer l’air pagne de la campure dans deux mois, le 16 mai 2010 exactement. Il est temps de bloquer cette date dans votre agenda et de signaler votre intention (confirmation demandée fin avril, le temps d’éplucher les échalotes et d’aller à Morteau chercher la saucisse) à Jolily sur  http://rencontredesbloggeurs.skynetblogs.be . Je vous le garanti (mais, chuuut, c’est une surprise) vous aurez le nez rouge. Avant d’envoyer ce post on me signale trois à quatre places disponibles (selon dimensions des passagers) dans une Citroën Albert Longo couleur sable bivouac ( ! ) au départ du parking de la gare de Soignies.

19/02/2010

Cherche une bonne rencontre

Voici la réponse à l’énigme d’hier. Il y a Maurice, Pipette et Kiki, soit trois animaux. Le bonzaï ne compte pas vu que c’est un végétal. Si vous voulez mieux les connaître cliquez sur les tags de la colonne de gauche. J’avoue que cette énigme était trop facile pour ceux qui connaissent mon appartement au cinquième. La semaine prochaine je vous promets le casse-tête qui consiste à traverser la rivière en barque avec Kiki, Pipette et Maurice. A vos agendas pour jeudi prochain. Et n’oubliez pas d’y noter aussi http://rencontredesbloggeurs.skynetblogs.be le 16 mai 2010. On y sera plus vite qu’on ne le pense. Cliquez sur le lien et inscrivez-vous.

07:30 Écrit par Fanny dans petites annonces | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : rencontre, blog |  Facebook |

20/09/2009

Bébé assume l'intérim - 8

Coucou, c'est Bébé, danseuse et intérimaire dans ce blog. " Tu es juste bonne pour présenter la météo ", m'a dit le directeur du Vin Rouge, le moulin où tout tourne, surtout la tête des clients. D'accord, je m'entraîne, dans mon habit de parure. " Après dissipation des brûmes matinales, nous aurons, si le temps le permet, d'ouest en est, et si la direction n'est pas limogée car, dans ce cas, ce serait d'est en ouest, une alternance de pluies et d'éclaircies. En clair, s'il pleut chez vous, c'est que vous êtes dans l'alternance de la pluie et, s'il ne pleut pas, c'est parce qu'il ne pleut pas. Choisissez bien le moment pour faire vos courses. Surtout si ce sont des courses à pied ou des cent dix mètres haies. Après une alternance pluies et averses, nous aurons un passage, pas sage du tout, nuageux, avec deux solutions suivant la région où vous habitez. Soit des nuages qui, surpris par un besoin pressant, font pluie-pluie  sur le linge que vous avez mis à sécher dehors, , soit des nuages en transit, qui ne pissent pas, et c'est le moment de sortir le chien et les autres bestioles, hamster, belle-maman, poisson rouge en bocal, pour qu'ils jouissent de l'accalmie passagère qui, selon les météorologues, devrait être suivie d'un temps analogue, c-à-d le même, avec ses passages nuageux, certains faisant pluie-pluie et d'autres sachant se retenir. Plus précis je ne sais pas. 

025

18/09/2009

Bébé assume l'intérim - 6

Coucou, c'est Bébé. Mon aventuture, zut, mon aventure sur ce blog a commencé il y a six jours. Je ne sais pas comment revenir en arrière. Je n'ai pas su effacer aventuture. Revenir en arrière c'est tout un programme. Moi, par exemple, j'étais Bag-in-Box, d'où mon surnom de Bébé. J'ai quitté le Box. Personne n'arrive à revenir en arrière. Mon Box en carton a servi à allumer un barbecue. Les cendres ont été dispercées. Sans tambour ni trompette. Personne n'est venu à la dispersion des cendres. Des cendres, mais jusqu'où ? Jusqu'où peut-on descendre ? Y a-t-il un ascenseur dans la salle ? Pour remonter. Je parie qu'il y a un ascenseur et que c'est moi qui ne trouve pas le bouton pour remonter. Pourtant, des boutons, j'en avais beaucoup quand j'étais adolescente. Pour tous les étages d'un immeuble de mille étages. Je pressais sur les boutons mais ça a laissé de petits trous. A l'école de danse on m'appelait Emmenthal. Bandes de cons. Aujourd'hui j'ai un nouveau problème : je n'arrive pas à sortir mon bras gauche (à droite pour vous sur la photo) de ma manche gauche. La vie est une suite de problèmes qu'il faut résoudre, un par un. Aujourd'hui, pour moi, c'est sortir mon bras gauche. A demain.

024

15/09/2009

Bébé assume l'intérim - 3

Coucou, c'est Bébé, qui assume l'intérim de ce blog depuis deux jours. Aujourd'hui je fais dans le nu intégral. Je peux puisque je le fais chez moi. Je suis sur la moquette. Je me suis photographiée de profil pour qu'on ne me reconnaisse pas. J'essaye la technique du vol-au-vent. Normalement, le vol-au-vent, c'est avec des morceaux de poulet, des quenelles, de la sauce et des champignons. Etant nue, je me voyais mal faire le vol-au-vent avec des champignons plein les jambes, du poulet dans les oreilles, des quenelles dans les cheveux et de la sauce un peu partout. Alors je me suis entraînée au vol-au-vent avec un sèche-cheveux professionnel. Trois vitesses, deux puissances, plus arrêt, ce qui fait trois fois deux plus une, soit sept positions. Sept positions, ce n'est pas mal pour une débutante comme moi, non ? J'ai entendu parlé de la position du missionnaire mais ce n'est pas dans le mode d'emploi. J'irai revoir le vendeur. A demain.

039

13/09/2009

Bébé assume l'intérim - 1

Bonjour, je m'appelle Bébé. Mon vrai nom est Bag-in-Box. J'assume l'intérim de ce blog pendant la cure de repos de son propriétiaire qui n'a plus de plomb parce qu'il les a pétés. C'est un drôle d'oiseau, ce type, il a du plomb dans l'aile et peut-être aussi dans ses dents carie a des trous dedans. Il n'a pas trente-deux dents comme tout le monde, il a vingt-six dents et six dehors. Comme il m'a prise au pied levé, je le lève. Car je suis danseuse au Vin Rouge, cabaret bien connu. Mon petit nom est Bébé, pour Bag-in-Box, mais je devrais en réalité m'appeler Bé, pour Bag, comme le compositeur qui a fait une petite fugue chez Maurane, et sans l'autre bé car je n'imagine pas que vous viendriez me voir si j'étais in-Box. Je sais, j'ai de grandes oreilles. Je les tiens de papa qui espionnait les faits et gestes des voisins à travers la paroi de notre HLM en gyproc. Avec papa, je fermais les yeux et il me servait de téléviseur. " Hé, ça y est, il la déculotte. Elle dit que son mari peut rentrer d'un moment à l'autre. Il répond qu'il s'en fiche puisqu'il est le médecin-conseil de la mutuelle qui vient vérifier la tuyauterie ". Ah oui, j'ai eu une enfance heureuse. A demain. 

024

 

 

 

 

12/09/2009

Cherche à me reposer

Une semaine sans ordinateur, sans aller au bureau photocopier du matin au soir, sans poster de commentaire sur vos blogs, sans l'énigme du jeudi, ça va être dur, surtout le jeudi. Je vous livre mon programme, grâce à Gotlib. Quels souvenirs ce Gotlib, surtout l'histoire du raton laveur qui a attrapé une crampe dans la queue et qui tournait en rond dans l'eau, verticalement. Gotlib c'est mon Jacques Salomé à moi (que ceux qui ne comprennent pas relisent Rafaël). Le gamin, qui sera chez sa mère, enfin, chez les parents de sa mère parce qu'elle joue à faire le Moulin Rouge en écartant ses jambes pour trouver un Roc aux six Freddy et Blanche-Neige a fait mieux puisqu'il lui en a phallus sept, m'a dit que là où je vais il y a des Gilbert cafés où on peut se brancher sur internet. Je pourrai peut-être vous envoyer des cartes postales, sans les timbrer. Je suis préparé pour mes vacances : Imodium, Motilium, Géranium, aluminium pour emballer les restes du buffet du soir pour les manger le lendemain à midi car j'ai choisi la demi-pension. " Il ne faut pas vous pensionner tout de suite " m'a dit mon psy, " vous êtes trop jeune. Commencez par une demi-pension ". Ils m'ont rassuré à l'agence de voyage : même en demi-pension on a droit à un lit entier. Et à un copieux petit déjeuner comme chez Titine et Chacha. J'ai établi mon programme de la semaine et je vous le livre. Vous recevrez chaque jour une oeuvre inédite sur ce blog, histoire de garder le contact. Vos commentaires sont les bienvenus, comme d'habitude, comme a dit Maille Oué. Pff, dure, dure, celle-là. J'ai vraiment besoin de repos !

dyn004_original_600_419_jpeg_2666720_ba7ebef06f1295b0782b93212006849c[1]

25/08/2009

Port de plaisance

 Hier je vous ai montré ce qu'un collègue et néanmoins ami réalisait dans son jardin : la forêt ardennaise belge avec Rochehaut, les méandres de la Semois et les choux de Bruxelles. Si vous cherchez bien sur son blog http://lejardindegerard.skynetblogs.be vous découvrirez notamment une photo de pieds jaconds, plante que je ne connaissais pas. Avant Rochehaut il a réalisé un port de plaisance en miniature. Personnellement je n'aime pas les ports de plaisance vu que je n'ai ni bateau ni barquette. Pourtant on devrait se sentir bien dans un port de plaisance puisque dans le mot plaisance il y a aisance. On se sent bien dans un lieu d'aisance, non ? Parfois on peut s'y faire chier, je sais, surtout si rien ne se passe. Rien de tel dans ce cas qu'un crayon, une gomme et un carnet de sudoku. Ce collègue a du arrêter son projet parce que l'eau gratuite ou presque n'existe plus. Plus il pleut en Belgique et plus l'eau est chère. Cherchez l'erreur. Pourtant j'aime bien les ruines de ce port avec la luxuriance des plantes trop picales qui retombent sur la promenade des anglais, avec les quais, biens alignés et le yacht d'un milliardaire qui a invité des filles et où il doit se paser des choses.

027

24/08/2009

Rochehaut, le Tombeau du Géant

 Il y a des cinglés qui fabriquent des trains électriques, qui peignent au pinceau à un poil des petites voitures, qui mettent des nains de jardin miniatures dans leurs plantes d'appartement, qui brodent la dernière cène au fil de soie sur une trame de 20 x 8 centimètres, qui bronzent le colosse de Rhodes dans un mètre cinquante de frigolite, qui collectionnent les manneken pis avec un tire-bouchon. Moi, j'ai un collègue et néanmoins ami qui cherche à représenter Rochehaut (Ardennes belges), le Tombeau du géant et les méandres de la Semois (rivière méandreuse qui, avant de se jeter dans la Meuse en France, change d'identité à la frontière et s'appelle la Semoy). Ah ça, on voit bien les méandres de la Semois et le Tombeau du Géant. Pour la forêt ardennaise, mon collègue dit qu'il faut attendre que ça pousse. Mais, ce n'est qu'un exemple, dans le bas, au centre, on distingue, en vert clair, un chêne centenaire entouré de sapins, en gris-bleu. Pour représenter les sapins il a utilisé des plants de choux de Bruxelles, pour la couleur. Pour son anniversaire je vais me cotiser pour lui acheter un géant miniature qu'il pourra enterrer dans le tombeau, ça fera encore plus réaliste. Ce jardin existe. Mon collègue aussi. Il a un blog qui s'appelle  http://lejardindegerard.skynetblogs.be

020

14/05/2009

Cherche du viagra

J’ai du m’absenter des blogs suite à un dérapage non contrôlé sur le tuyau de l’aspirateur dérangé, c-à-d non rangé. J’ai toujours le gros orteil bleu. Le gamin me nargue en chantant « Quand on a les pieds bleus c’est qu’on est amoureux ». Le pire, c’est écrire. A cause du plâtre au bras gauche. Surtout les majuscules parce qu’il faut souvent les deux mains. J’ai trouvé le truc : j’utilise les pilules de viagra achetées un jour par curiosité et que je n’ai jamais utilisées par manque d’occasion malgré mes nombreuses tentatives. J’ai un problème : l’effet du viagra s’évapore en plein milieu d’une phrase, sans prévenir. alors je fais appel aux veuves récentes. mesdames, tout d’abord je vous présente mes condoléances. si, en fouillant dans les tiroirs secrets de feu votre homme, vous retrouvez des pilules de viagra, vous pouvez me les envoyer. j’en ferai un usage honnête. d’avance merci.  

24/01/2009

Cheche le boeuf de l'an

Le 26 janvier nous entrerons dans l’année du bœuf. Que de souvenirs : la crèche vivante, le bœuf Apis qui, comme son nom l’indique, était un travesti, déjà ! Le bleu blanc belge et ses sauces. Sauce qui peut parce que moi, avec mon colseststérol ! Pour l’an neuf, pardon, pour l’an bœuf j’ai découvert un blog où on y trouve des anecdotes, des recettes et d’autres chinoiseries : http://lejardindegerard.skynetblogs.be  Vous pouvez cliquer sur le lien. Gérard est un pote à moi.

22/11/2008

Cherche les jouets

« Allo, maman ? ». « Quoi, tu oses me téléphoner alors qu’hier tu m’a claqué la porte au nez ». « Maman, calme toi, je n’aurais pas su claquer la porte vu que je ne l’ai pas ouverte ». « Donc c’était bien toi qui faisais le pitre dans l’interphone. Je te hais, je te déteste, me faire ça devant Lucienne qui a du faire pipi dans le caniveau. Personne ne la voyait derrière le gros cul de ta Berlingo jusqu’à ce qu’elle se mette à chanter une tyrolienne. Elle est complètement folle, celle-là. Tu aurais du être son fils ». « Allo, maman ». « Quoi encore, allo maman ? Si je te parle c’est que je suis au bout du fil, andouille. Et ne me dit pas c’est une palissade comme tu l’as écrit l’autre jour sur ton blog. Pourquoi ? J’ai une seule question : pourquoi. Pourquoi téléphones-tu aujourd’hui alors que tu faisais maison close hier ? ». « C’est à cause du calendrier, maman ». « Ah. Il est tombé du mur et tu cherches quelqu’un pour l’y remettre, c’est ça ? ». « Mais non, maman, il est très bien par terre. C’est à cause de la date ». « On est le 22. T’as eu une contravention ? ». « Non. Pourquoi, maman ? ». « 22, les flics, contravention. Mais qu’il est con, mais qu’il est con, mais qu’il est con ». « J’ai peur que les postiers fassent grève, maman ». « Ben, v’là aut’chose, à c’t’heure. Mon fils est timbré. Tu espères m’envoyer une lettre anonyme ? ». « Non, maman. Je dois écrire une lettre à Saint Nicolas pour qu’il passe pour moi chez toi mais j’ai besoin de ton accord pour son contenu. J’ai découpé des photos de jouets dans des catalogues et je les colle sur des pages. J’en ai déjà six. Recto-verso. C’est combien, ton budget ? ». Tûûût, tûûût, tûûût.

07/08/2008

http://lesblogueursontducoeur.skynetblogs.be

http://lesblogueursontducoeur.skynetblogs.be

Hello, ce sont les vacances d’été. C’est de la cave, que je (dé)range et où j’ai pris mes quartiers d’hiver, que j’ai reçu de  http://lesblogueursontducoeur.skynetblogs.be l’invitation pour une sympathique rencontre de blogueurs en Belgique à Hannut. Gérard m’a dit que c’est facile à trouver : c’est au bout de la route Mettet – Loncin – Hannut. Cliquez sur le site. C’est du 24 carats, ok.

20/07/2008

Blog en (gros) entretien

Je suis en retard car aujourd’hui je fais fort : nettoyer les touches du clavier qui collent. J’en avais enlevé quelques unes mais j’ai un problème : à part azertyuiop je ne connais pas par cœur l’emplacement des autres touches. Au début le titre donnait : Vosf eh ektretieh. Pas mal pour un début, les e, r, t et i étaient bien placés. J’avais un instant confondu qsdf et jklm avec cqfd et ppcm. Plus de place pour pgcd, ratp, sncf, tsvp ou ppda. Je suis allé acheter un paquet de pâtes pour la soupe, des pâtes en forme de lettres et j’ai reconstitué le clavier. Pardon, j’ai tenté de reconstituer le clavier. J’ai arrêté quand j’en ai eu marre de peindre les petites lettres en pâtes au ketchup pour qu’on puisse les voir sur les sucres en morceaux. Ma chance a été de rencontrer monsieur Gonzalez, le portugais du troisième : il gueulait parce qu’il avait reçu sur la tronche les pâtes, les sucres et le ketchup que, par un geste maladroit mais qui fait du bien quand on est énervé, j’avais balancé par la fenêtre du cinquième. Yé lé loui espliqué la chitouationne.  Il m’a montré son portable et j’ai fait comme à l’école : j’ai copié.

19/07/2008

Blog en entretien, hé hé

Aujourd’hui, 19 juillet 2008, je m’occupe de l’écran. Puisque c’est l’été, je me suis enduis d’écran total. Indice 50, spécial nourrissons, prématurés et spermatozoïdes. Sproutch, sproutch, sproutch, six flacons. C’est tout blanc, comme une mayonnaise sans œuf, mais il paraît qu’à force de frotter sur la peau ça pénètre dans les ports d’Amsterdam ou d’ailleurs jusque dans le cœur des frites que leurs grosses mains invitent à revenir en plus cuit et ils pissent comme je pleure sur. Heuuu, comment je fais pour pisser avec mes mains pleines de mayonnaise sans œuf ? J’aurais du me mettre en string avant. Et il est où, mon string ? Je n’aurais pas du le ranger dans la boîte avec les ficelles. Meeerde, ça commence mal la bronzette, il n’y a même pas 20 degrés et il pleut.

05/06/2008

Cherche à être absent

Je serai moins présent sur les blogs durant quelques jours. Le gamin m’a annoncé qu’il allait avoir des examens de repassage et que je devrai l’aider vu la défaillance pour cause de sénilité de ses grands-parents maternels. Je suis d’accord avec l’avis de sénilité des deux vieux schnocks mais pas avec le fait que ce soit le père du gamin qui doive se taper le repassage.  Le père du gamin, c’est moi. Et je n’ai jamais repassé de ma vie. Je me suis inscrit à des cours. Et j’ai acheté un fer. Enfin, deux. Parce que le premier, c’était un fer à souder, paraît-il. Tout le monde peut se tromper. Pour le cours j’aurais du acheter une chemise, avec un col et des manchettes. Zut, je prendrai un T-shirt. Une chemise avec un col et une cravate, j’en ai une mais je ne m’en sers qu’aux mariages, aux communions et aux enterrements. Elle n’est pas usée. Cinq mariages, deux communions et seize enterrements, c’est rien pour une chemise. Pour la cravate non plus. Elle peut encore servir. Un jour j’ai eu peur. Erreur du serveur et paf, tache de jus de viande quelque part entre le cubitus et le duodénum. Sur le ventre, quoi. Et sur une chemise blanche. On ne voit plus rien.  Merci Tipp-Ex, on ne voit plus rien. Bon, stop, la vie privée de ma chemise ne vous regarde pas. Suite à des cours de repassage j’aurai encore le temps de poster entre les deux tasses de café du matin mais, vu que le bus qui m’amène à l’heure à la gare passe à 7 h 10 et, qu’avant, je dois faire mes lacets et que le bus suivant, à 7 h 45, arrive à la gare après le départ de mon train, j’aurai juste le temps de lire vos blogs et vos commentaires mais pas d’y répondre. Et le soir je vais aux cours du soir. De repassage. Vous comprenez, il ne faut pas que je rate ni le bus du matin ni les cours du soir.

31/03/2008

Cherche le cochon qui sommeille

« Papa, ça veut dire quoi quand on dit qu’en tout homme il y a un cochon qui sommeille ? ». « Heuuu, qui t’as appris cette cochonnerie, gamin ? ». « Papy, quand il a été surpris par Mamy alors qu’il était sur des blogs cochon ». « Et bien, ça alors. Je connais les fous des chats, des chiens, des araignées, voire des poules au moment de Pâques, mais un blog sur les cochons je n’en connais pas ». « Papa, ne fais pas l’idiot, un blog cochon, c’est un blog avec des femmes à poil. C’est Mamy qui l’a dit à Papy. Texto elle a dit : gros cochon, tu regardes des femmes à poil, chez toi c’est un cochon qui sommeille et qui vient de se réveiller en sursaut. Encore une fois et je découpe tes pantoufles avec les ciseaux ». « Ha, ha, pourvu qu’il y aille encore ». « Tu dis quoi, papa ? ». « Heuuu, rien gamin. J’imaginais ton Papy sans ses pantoufles. Et aussi ta Mamy sans son corset et sans ses baleines ». « C’est quoi les baleines à Mamy, papa ? ». « Heuuu. Comment dire ? Heuuu, gamin, tu as déjà vu les melons de Mamy, hein ? ». « Oui, papa ». «  Et bien, tu imagines que les melons sont ronds parce qu’il y a des fils d’acier dedans. Sans les baleines, les fils d’acier, les melons seraient comme des gants de toilette, tout plats et pendants jusqu’au nombril ». « C’est pour ça que Papy ne tripote plus Mamy, papa ? ». « Heuuu. Merci pour l’info, gamin ».

28/03/2008

Cherche 500 collaborateurs

«  Papa, quand on sera à la mer, tu feras quoi pour aller lire les blogs de tes copains ? ». «  Bonne question, gamin, ne m’y fait pas penser. Pour moi ce sera carême. Carême après Pâques ! Tu sais, gamin, il y a des cyclistes qui doivent suivre un régime sans selle. Et bien, je devrai suivre un régime sans blog ». «  Et pour les visites, papa ? ». « Voyons, gamin, nous n’avons pas de visites quand nous sommes là, pourquoi aurions des visites quand nous ne sommes pas là ? ». « Des visites sur ton blog, papa. Et pour ton compteur de visites ». « Heuuu, ah oui ». « Tu n’y avais pas pensé, hein, papa ». « J’ai une idée, gamin. Je vais demandé à 500 blogueurs de faire le relevé des visites tous les jours ». « Pourquoi 500, papa ? ». « Pour avoir 500 visiteurs en plus par jour, gamin ».

20/02/2008

Cherche le bon kilométrage

« Aaaaah ». « Papa ». « Aaaah, aaaaah ». « Papa, tu es mort ? ». « C’est l’horreur, gamin ». « Papa, c’était déjà l’horreur à deux heures du matin, puis à trois heures et rebelotte à quatre heures du matin. Tu sais que je vais à l’école tout à l’heure ». « Gamin, je deviens fou ». « Je le sais, ça, papa. Tu ne devrais pas regarder des films d’horreur ». « Mais c’est ma Citroën Albert Lingo, gamin, elle est devenue invendable ». « Tu as fait la rencontre d’un platane ? ». « Non, gamin, je fais le cauchemar que je l’ai acheté chez Skynetblogs ». « Et alors, papa ». « Gamin, ça m’empêche de dormir. Je la gare gentiment le long du trottoir, avec ses 22.618 kilomètres au compteur. Je rêve que je reprends le volant et hop, 57.903 kilomètres. Je descends de l’auto, je remonte, 93.542 kilomètres. Ouvrir la portière, fermer la portière, ouvrir la portière, fermer la portière. Le compteur est maintenant à 543.851 kilomètres ». « C’est du solide, hein, papa, Citroën ». « Oui, gamin, mais une Alber Lingo de 543.851 kilomètres, c’est invendable ».

19/02/2008

Cherche le bon compteur

«  Dibidibidi youpladi youplada, dibidibidi, youpladi bada, da ». « Papa, t’as bu ? ». « Oui, gamin, pourquoi ? ». « Tu hurles comme un mammifère sauvage qui saute de liane en liane, fâché parce que sa boîte de nesquik est vide ». Heuuu, elle est vide, la boîte de nesquik ? ». « Mais non, papa, c’est une image ». « Où ça une image, gamin. Tu as vu la vierge ? Tu t’imagines, gamin, Lourdes, ici, au cinquième étage, il faudra deux ascenseurs supplémentaires ». « Papa, t’as bu beaucoup ? ». « Heuuu, c’est la fête, gamin ». « Pourquoi, papa ? ». « Gamin, connais-tu l’histoire de la très grosse dame qui avait trop chaud l’été ? ». « Ben non, papa ». « Et bien, elle sautait sur sa balance et l’aiguille des kilos faisait ventilateur ». « Et tu as a bu à cause d’une grosse dame, papa ? ». « Non, hein, gamin, c’est le compteur qui fait ventilateur ». « Le compteur électrique, papa ? ». Non, hein, gamin, le compteur des visites sur mon blog. Je vais pisser et hop, mille visites de plus. Mille visites et hop, une chope ». « Et alors, papa ? ». « Hips, heuuu, gamin, tu te rends compte, vingt-cinq mille visites en quelques heures, mon décapsuleur est mort de fatigue, je vais pouvoir construire un paillasson en capsules de bière. Tu te rends compte, gamin, chez Carrefour ils reprennent les casiers et les bouteilles vides mais, hein, gamin, ils ne reprennent pas les capsules. Nous, nous aurons un paillasson en capsules pour s’essuyer les semelles avant d’aller sur la terrasse. C’est pas génial, ça ? ». « Papa, ce qui serait génial, c’est que tu ailles dormir ». « Et le compteur des visites sur le blog, gamin, qui va le surveiller et boire les chopes, hein ? ». « Je m’en occupe, papa, vas dormir ». « Oui, gamin ».

14/02/2008

Cherche la bonne saint Valentin

« Papa ». « Gamin, je suis occupé ». « Tu fais quoi, papa ? ». « J’écris, gamin ». « Tu écris à qui, papa ? ». « J’écris sur mon blog, gamin ». « Tu écris quoi, papa ». « J’écris bonne fête, gamin ». « Tu écris bonne fête à qui, papa ? ». « A ceux qui fêtent la saint Valentin, gamin ». C’est qui, papa, ceux qui fêtent la saint Valentin ? ». « Beaucoup de monde, gamin ». « Oui mais c’est qui, papa ? ». « Ben, heuuu, les marchands de fleurs, les vendeurs de bijoux en toc, les tenanciers de friteries et de restaurants à bougie, les fabricants de parfum, les gérants de magasins de lingerie. Tu vois, gamin, c’est leur fête ». « Et tu leur dit quoi, papa ? ». « Ben, heuuu, j’écris Bonne fête à vous, marchands de fleurs, vendeurs de bijoux en toc, tenanciers de friteries et de restaurants à bougie, fabricants de parfum, gérants de magasins de lingerie ». « Et ça te sert à quoi, papa ? ». « Ben, heuuu, ça me défoule, gamin ».

30/01/2008

Cherche la lune après 356.400 visites du blog

L'orbite de la Lune étant une ellipse, la distance est de 356 400 km au périgée et de 406 700 km à l'apogée, avec une distance moyenne de 384 401 km. Je continue la route. Les petites annonces approchent du périgée de la lune. Grand merci. Quand je serai sur la lune je vous ferai des appels de phares pour vous dire bonjour. A propos d’appel de phare, je signale que ma Citroën Albert Lingo en est à 21.518 kilomètres. Autant dire que la jeunette vient à peine de décoller. A propos de décoller, je signale que je ne retrouve plus le sparadrap que je m’étais collé sur le nez suite à une rencontre inattendue avec la porte d’une armoire laissée ouverte par un vent contraire. A propos de vent contraire, je signale que j’avoue être le responsable de l’évacuation du ‘hamburger restaurant’ suite à des odeurs d’origine inconnue. A propos de nain connu, je signale que le mien n’est pas un nain de jardin puisque j’habite au cinquième et que c’est donc un nain de balcon. A propos de bal con, je signale que c’était nul la soirée chez Gérard, pas de slow, rien que des contorsions. A propos de torsion, je n’ai rien à signaler. R.A.T. Rien à tordre.

08/10/2007

Cherche à contacter Lucienne

Lucienne, je sais que ton petit-fils a un ordinateur et que tu tripotes dessus puisque maman, du haut de ses 80 ans, m’engueule quand je mets des bêtises sur mon blog. C’est donc toi qui lui raconte. Lucienne, tu sais aussi que maman a un téléphone avec les noms des correspondants qui s’affiche. Quand c’est moi qui téléphone elle ne répond pas et laisse aller son répondeur « Je suis chez Lucienne, na na na, et bonne année ». Lucienne, j’ai compris pourquoi maman est fâchée : je viens de retrouver le cadeau de nouvel an que je comptais lui envoyer par la poste. J’ai oublié. Qu’elle ne vienne surtout pas le chercher, il y a du désordre dans l’appartement.

27/06/2007

Cherche à caser le gamin.

« Papa, je serai chez toi la première quinzaine de juillet ». « Pas possible, gamin. Le 7 juillet j’ai une réunion à Oteppe ». « A où ? ». « A Oteppe ». « C’est où ? ». « Dans les bois ». « Chouette, papa, je veux aller dans les bois avec toi ». « Pas question, gamin. Si tu te perds, hein, qui va faire des bêtises que je peux raconter sur le blog, hein ».

15/02/2007

Biglodion : un an d'annonces (1)

15 février 2006, le lendemain du 14, la grande aventure des blogs commence pour Biglodion.

Voici une des premières annonces :

 

Maurice déprime.

« Pépé vient de décéder. On l'a enterré avec son dentier. Maurice déprime. Maurice,c'est le poisson rouge du gamin. Il est maintenant seul, la nuit, dans son bocal. Je cherche pour Maurice un dentier, haut et bas, de maximum 28 centimètres car c'est la dimension de l'ouverture du bocal de Maurice. »

01/02/2007

http://histoires-de-victoire.skynetblogs.be/

« Beurk, beurk, beurk » . « Quoi, gamin ? ». « Ils sont dégueulasses, tes raviolis ». « Mets du fromage rapé, ça passera mieux ». « Il est tout vert, ton fromage rapé, papa ». « Ah non, pas partout, tu évites les points verts et tu manges le reste ». « Beurk, beurk, beurk ». « Gamin, encore une fois beurk et, mercredi prochain, tu seras privé du blog de  http://histoires-de-victoire.skynetblogs.be/ « Papa ». « Quoi encore, gamin ? ». « Ils sont délicieux tes raviolis ».