07/08/2008

http://lesblogueursontducoeur.skynetblogs.be

http://lesblogueursontducoeur.skynetblogs.be

Hello, ce sont les vacances d’été. C’est de la cave, que je (dé)range et où j’ai pris mes quartiers d’hiver, que j’ai reçu de  http://lesblogueursontducoeur.skynetblogs.be l’invitation pour une sympathique rencontre de blogueurs en Belgique à Hannut. Gérard m’a dit que c’est facile à trouver : c’est au bout de la route Mettet – Loncin – Hannut. Cliquez sur le site. C’est du 24 carats, ok.

05/06/2008

Cherche à être absent

Je serai moins présent sur les blogs durant quelques jours. Le gamin m’a annoncé qu’il allait avoir des examens de repassage et que je devrai l’aider vu la défaillance pour cause de sénilité de ses grands-parents maternels. Je suis d’accord avec l’avis de sénilité des deux vieux schnocks mais pas avec le fait que ce soit le père du gamin qui doive se taper le repassage.  Le père du gamin, c’est moi. Et je n’ai jamais repassé de ma vie. Je me suis inscrit à des cours. Et j’ai acheté un fer. Enfin, deux. Parce que le premier, c’était un fer à souder, paraît-il. Tout le monde peut se tromper. Pour le cours j’aurais du acheter une chemise, avec un col et des manchettes. Zut, je prendrai un T-shirt. Une chemise avec un col et une cravate, j’en ai une mais je ne m’en sers qu’aux mariages, aux communions et aux enterrements. Elle n’est pas usée. Cinq mariages, deux communions et seize enterrements, c’est rien pour une chemise. Pour la cravate non plus. Elle peut encore servir. Un jour j’ai eu peur. Erreur du serveur et paf, tache de jus de viande quelque part entre le cubitus et le duodénum. Sur le ventre, quoi. Et sur une chemise blanche. On ne voit plus rien.  Merci Tipp-Ex, on ne voit plus rien. Bon, stop, la vie privée de ma chemise ne vous regarde pas. Suite à des cours de repassage j’aurai encore le temps de poster entre les deux tasses de café du matin mais, vu que le bus qui m’amène à l’heure à la gare passe à 7 h 10 et, qu’avant, je dois faire mes lacets et que le bus suivant, à 7 h 45, arrive à la gare après le départ de mon train, j’aurai juste le temps de lire vos blogs et vos commentaires mais pas d’y répondre. Et le soir je vais aux cours du soir. De repassage. Vous comprenez, il ne faut pas que je rate ni le bus du matin ni les cours du soir.

28/03/2008

Cherche 500 collaborateurs

«  Papa, quand on sera à la mer, tu feras quoi pour aller lire les blogs de tes copains ? ». «  Bonne question, gamin, ne m’y fait pas penser. Pour moi ce sera carême. Carême après Pâques ! Tu sais, gamin, il y a des cyclistes qui doivent suivre un régime sans selle. Et bien, je devrai suivre un régime sans blog ». «  Et pour les visites, papa ? ». « Voyons, gamin, nous n’avons pas de visites quand nous sommes là, pourquoi aurions des visites quand nous ne sommes pas là ? ». « Des visites sur ton blog, papa. Et pour ton compteur de visites ». « Heuuu, ah oui ». « Tu n’y avais pas pensé, hein, papa ». « J’ai une idée, gamin. Je vais demandé à 500 blogueurs de faire le relevé des visites tous les jours ». « Pourquoi 500, papa ? ». « Pour avoir 500 visiteurs en plus par jour, gamin ».

20/02/2008

Cherche le bon kilométrage

« Aaaaah ». « Papa ». « Aaaah, aaaaah ». « Papa, tu es mort ? ». « C’est l’horreur, gamin ». « Papa, c’était déjà l’horreur à deux heures du matin, puis à trois heures et rebelotte à quatre heures du matin. Tu sais que je vais à l’école tout à l’heure ». « Gamin, je deviens fou ». « Je le sais, ça, papa. Tu ne devrais pas regarder des films d’horreur ». « Mais c’est ma Citroën Albert Lingo, gamin, elle est devenue invendable ». « Tu as fait la rencontre d’un platane ? ». « Non, gamin, je fais le cauchemar que je l’ai acheté chez Skynetblogs ». « Et alors, papa ». « Gamin, ça m’empêche de dormir. Je la gare gentiment le long du trottoir, avec ses 22.618 kilomètres au compteur. Je rêve que je reprends le volant et hop, 57.903 kilomètres. Je descends de l’auto, je remonte, 93.542 kilomètres. Ouvrir la portière, fermer la portière, ouvrir la portière, fermer la portière. Le compteur est maintenant à 543.851 kilomètres ». « C’est du solide, hein, papa, Citroën ». « Oui, gamin, mais une Alber Lingo de 543.851 kilomètres, c’est invendable ».