06/07/2009

Cherche ds slips

Café bouillu, café foutu. Pour les slips c’est la même chose. Je crois que je les lave trop chaud. Soit c’est moi qui ai vachement maigri de la taille, ce qui m’étonnerait parce que mes bermudas de l’été dernier ne sont pas du même avis, soit l’élastique de mes slips a fondu à la lessive. On dirait des bonnets géants pour Mickey avec deux trous pour passer les oreilles. Mickey avec un slip sur la tête à la Disney parade ! Bonjour, Eminence. La tête de Blanche-Neige, elle qui met des préservatifs tricotés sur la tête de ses nains ! Trèfle de plaisanterie estivale, je cherche des slips qui ne s’agrandissent pas de la taille quand on les lave.

24/04/2009

Cherche la forme pour Maurice

Si, par hasard, vous passez par Lourdes pour aller au boulot, allez faire brûler un cierge pour le rétablissement de Maurice ( http://bonnieandclyde.skynetblogs.be , Titine et Chacha. Maurice c’est Chacha avec Titine mais, chez moi au cinquième, Maurice est dans un bocal, pas de formol mais d’eau fraîche parce que c’est le poisson rouge du gamin. Je ne vais pas à Lourdes avec lui parce que j’ai peur de casser le bocal dans les virages. Pourtant ça m’intéresserait de faire la multiplication des petits pains avec Maurice. Des montagnes de fish-sticks dans des hamburgers sauce tartare. Mais comment multiplier la sauce ? Et les frites ? Des fish-sticks sauce tartare sans les frites c’est comme des frites sans les doigts. Ou des doigts sans les gants, en hiver, quand il gèle. Je me demande comment c’est manger des fish-sticks sauce tartare avec des frites avec ses doigts avec des gants, quand il gèle, en hiver. Et avec une écharpe ! Et avec un bonnet passe-montagne ! En dessous d’un casque à visière ! Il faut que j’arrête parce que c’est celui qui en parle le plus qui en mange le moins. Alors, le temps d’enlever mon casque à visière, mon bonnet passe-montagne, mon écharpe, mes gants et les frites seront froides.

06/01/2009

Cherche l'utilité du bonnet

« Papa, je ne veux plus aller à l’école ». « Gamin, mon fils à moi qu’ouis-je, qu’entends-je, qu’acoustiquai-je ? Si tu ne vas pas à l’école tu devras faire de la politique et tu seras la honte de moi ». « Papa, je ne veux plus aller à l’école avec le stupide bonnet tricoté surmonté d’une ridicule boule de laine ». « Gamin, tu devrais avoir honte. C’est un bijou de famille. C’est ma maman à moi qui l’a tricoté, avec ses mains, au lieu de regarder la télé bêtement ». « Papa, tu m’as toujours dit que ta maman n’a jamais eu la télé ». « Heuuu, oui, mais elle aurait pu faire du french cancan, du scrapbooking, nourrir des chats et elle fait quoi, hein ? Un bonnet, un bobo, un pinnemouche, avec le pompon ». « M’en fous. Je ne vais plus à l’école avec ça ». « Ah bon. Et tu vas mettre quoi sur ta tête ? ». « Un casque ». « Un casque ? Tu veux un casque ! ». « Oui. Et aussi la mobylette ». « Heuuu ».

18/12/2008

Cherche à sortir couvert

Ils sont fous à la télé. Ils disent de sortir couvert pour les fêtes de fin d’année. Avec un gant en caoutchouc à un doigt ! Mais moi, monsieur, j’ai besoin de deux paires de chaussettes, d’un caleçon molletonné, d’une chemisette thermoélectrique à longues manches, d’un pull tricoté par trois suisses, d’un cache-col en laine de polyester à ne pas laver au dessus de 30 degrés parce qu’il paraît que plus chaud ça fond, d’un bonnet noir tricoté par maman et tellement vieux que je dois mettre des boules d’ouate de démaquillage pour boucher les trous de mites et d’une éfarpe que ve met devant ma bouffe. F’est fà, être couvert, monfieur.