20/03/2010

Cherche à épiler

« Papa, papa, tu es tout rouge ». « Oui, gamin, c’est le soleil du printemps ». « Tu as fait quoi, papa, pour être aussi rouge ? ». « Du jardinage, gamin ». « Du jardinage ! Sur la moquette ? ». « Sur le balcon, gamin ». « Ah. Tu as semé une pelouse sur le balcon, papa ? ». « Non, gamin, j’ai passé ma matinée à enlever les mauvaises herbes du bonzaï ». « Une matinée ! ». « Gamin, c’est du travail de précision, avec la pince à épiler ». « Wow, tu es devenu champion en épilation, alors, papa ». « Oui, gamin ». « Papa, j’ai une idée ». « Ah bon ! Pourquoi pas. Je t’écoute, gamin ». « Papa, quand on est expert dans une discipline, comme toi en pince à épiler, il faut garder la main ». « Oui, gamin. Mais je ne vais quand même pas semer des mauvaises herbes au pied du bonzaï pour avoir le plaisir de les épiler par après ». « Non, papa, je pensais à la moustache de la voisine de palier ». « Heuuu ».

 

03/03/2010

Cherche un chien avec 46 mètres de chipolata

Hier, j’ai acheté un tuyau d’arrosage de 50 mètres enroulé sur un dérouleur en promotion. N’ayant besoin que de quatre mètres pour aller du robinet de la cuisine au bonzaï qui est sur le balcon, j’ai pris la petite hache qui me sert à trancher les têtes des lapins que j’achète prédécoupés en barquettes au supermarché. Ces cons laissent la tête soi-disant pour montrer que ce n’est pas du chat et J’imagine le nombre de ménagères qui, voulant cuisiner un lapin en barquette, doivent s’armer d’une hache pour enlever la tête immangeable mais qu’elles ont payé au prix du râble et des cuisses. Schlâââ, dans le tuyau, les quatre mètres vont d’ici au palier mais les quarante-six mètres sont plus bas parce que, pour tendre le tuyau, je l’avais laissé pendre par le balcon du cinquième. Le temps de sortir de mon pyjama, d’enfiler autre chose et de descendre avec l’ascenseur et … plus rien. Je suppose qu’un chien s’est enfuit avec mon tuyau croyant que c’est de la chipolata. Si vous voyez un chien traînant 46 mètres de chipolata prévenez-moi. En cas d’achat par vous du tuyau je vous ferai une réduction.

02/12/2009

Cherche mon bonzaï

Non, ne croyez pas que mon bonzaï  a atterri cinq étages plus bas à cause du grand vent d'automne, non. Non, je l'avais rentré. Comme on dit en Belgique : Je l'avais rentré à l'intérieur. Et à Bruxelles : Je l'avais rentré à l'intérieur pour qu'il ne soit plus dehors. Mais je pense que j'ai perdu mon bonzaï. C'est le gamin qui a donné l'alerte " Papa, regarde, le bonzaï. Il n'a plus de feuille. On dirait un porte-manteaux pour schtroumpfs ". " Gamin, regarde-moi dans les yeux.Paaarfait. Une seule question, une seule réponse. Gamin, tu n'as que deux possibiltés de réponse : Oui ou Non ". " Oui, J'ean-Pierre, c'est ma dernière réponse ". " Gamin, fini de faire l'imbécile, on n'est pas à la télé, ici ". " Papa, peux-tu me rapeller la question à propos du bonzaï sans feuille ? ". " Gamin, as-tu, oui ou non, laissé la porte de la cage de Kiki et Pipette, les hamsters, ouverte ? ". " Oui, papa ". " Je m'en doutais ".

27/11/2009

L'énigme continue

L'énigme continue et je vous donne un indice : je ne suis pas le seul dont le nom soit gravé dans la pierre de son vivant face à une cathédrale millénaire. Je suis entouré de noms illustres. Même qu'il lustre mieux que les cireurs de chaussures à Istanbul. Ou que le mien, le lustre de la cuisine, auquel il manque trois ampoules vu que la vue d'un tabouret me donne déjà le vertige. " Papa, on ne voit pas ce qu'on mange ". " Tant mieux, gamin, avale tout rond. Fais quand même gaffe, gamin, si tu mange de la salade, ce n'est pas de la salade. Vu le vent tempétueux j'ai rentré le bonzaï et le l'ai mis sur la table. Tu ne manges que si c'est tiède et que ce sont des raviolis et que c'est à la tomate. Si tu trouves du persil, méfie-toi, ce n'est pas du persil ". Je reviens à l'énigme : Où suis-gravé, mais, en plus, qui sont ces messieurs Chemises et Cravates que je connais pas ? Nous pourrions constituer un groupe, Les Chemises, Cols et Cravates, les C.C.C. Comme les Cellules Combattant le Cholestérol avant l'arrivée du bifidus actif, des enzymes gloutons et du stérol végétal. Aidez-moi à retrouver ces énergumènes. D'avance merci.   

035

10/07/2009

Cherche la bonne période de récolte

Oui, je le reconnais, hortensia ne s’écrit pas hortencia comme je l’ai écrit hier, le 9 juillet 2009. La faute en est à mon jardin qui se limite à un bonzaï et, un jour à des grosses semences de pomme de terre que j’avais achetées pour planter sur mon balcon. Renseignement pris auprès d’un collègue jardinier, pour avoir une bonne récolte j’aurais du abattre le balcon et le reconstruire un petit mètre plus bas, devant la porte vitrée des gens du quatrième. J’ai donc opté pour la location d’une brouette, d’une fourche-bêche et l’achat d’une scie à métaux pour faire sauter le cadenas de la grille du parc communal, fermé pour cause de travaux. Une fois partis les peintres qui avaient repeints les bancs du parc, j’ai fait sauter le cadenas et, armé de ma fourche-bête, j’ai enterré ça et là mes espoirs de frites. Renseignements pris auprès d’un collègue jardinier je devrais louer à nouveau une brouette et une fourche-bêche pour le jour de la récolte. Qui peut me dire quand ?

___

Demain nous reparlerons de l'énigme de jeudi.

16/06/2009

Cherche un grand balcon

 Pour faire plaisir au gamin, j'ai acheté sur e-Bay une maquette grandeur nature du vaisseau spacial Soyouz et, si le mode d'assemblage est précis, j'espère avoir monté le vaisseau spacial pour le jour où il reviendra se l'école avec un bon bulletin de réussite de son année scolaire. Pour que la surprise soit complète je cherche sur e-Bay un casque rouge avec le marteau et la faucille dessinés dessus. Pour faire plus vrai. Quand le gamin reviendra de l'école avec son bulletin, je serai sous le casque aux commandes du vaisseau spacial et je crierai "Ici, l'espace, bonjour la terre. Le gros problème est que, d'après l'annonce, la maquette du vaisseau spacial est cinq fois plus longue que la longueur du balcon, seul endroit disponible de l'appartement si je rentre le bonzaï à l'intérieur. Je cherche un balcon, très long, que je pourrais fixer au mien, trop petit, pour y construire la maquette de vaisseau spacial qui va m'être livrée. Voici le descriptif de mon achat. Il y a urgence, on me le livre demain sur le trottoir.

009 (2)

13/06/2009

Cherche mon bonzaï

Pour avoir plus facile pour l’arroser j’avais mis mon bonzaï sur le couvercle de ma poubelle à pédale qui se trouve sur le balcon au cinquième. Une distraction, un réflexe stupide, un coup de pédale intempestif et hop, j’ai vu passer devant moi le premier bonzaï de l’espace. J’ai crié « Reviens, reviens » mais il était déjà trop loin, il ne m’entendait pas. « Ah le con, ah le con, ah le con » me répétais-je sans cesse, me parlant à moi-même. Je ne savais que répondre devant cette évidence. Banzaï, un bonzaï kamikaze. Si vous voyez passer un bus surmonté d’un bonzaï alertez-moi, c’est le mien. D’avance merci.

01/06/2009

Cherche un menu à deux plats

« Papa, aujourd’hui c’est le jour de la tarte aux pommes. C’est chouette, non ? ». « Gamin, depuis quand crois-tu que c’est toi qui vas composer le menu ici ? Aujourd’hui on mange italien. En entrée, l’antipasti, c’est raviolis nature, et, en plat principal, raviolis à la sauce. Comme je n’ai que des boîtes de raviolis en sauce je vais en laver quelques uns pour préparer l’entrée. Gamin, j’espère que tu accepteras que nous n’ayons qu’une seule assiette pour tout le repas. Ils l’ont dit à la télévision : il faut économiser l’eau. C’est pour ça que, sur le balcon, j’aurais préféré planter un platane parce que c’est plein d’oiseaux, mais je me contente d’un bonzaï en pot. Pour les toilettes et pour la vaisselle c’est la même chose, il faut économiser l’eau et, pour la vaisselle, en plus, il faut économiser les gestes inutiles. C’est grâce aux économies que je peux t’offrir des vacances de deux fois un demi-jour à la plaine de jeux. Je résume : gamin, aujourd’hui journée italienne, deux plats, une assiette ». « Papa, tu peux supprimer l’entrée, je n’aurai pas fort faim car je dois garder une place dans mon estomac pour la tarte aux pommes. Papy et Mamy me l’ont dit ». « Pourquoi t’ont-ils dit ça, ces vieux schnocks, gamin ? ». « Parce que, papa, normalement, après les raviolis et avant ta sieste, il est prévu que tu me conduises chez eux ». « Gamin, tu veux faire la révolution ? Non seulement tu décides de mon repas mais tu veux gérer mon emploi du temps ! ». « Papa, si tu es sage maintenant, quand tu seras à l’hospice j’irai te porter des bonbons qui ne collent pas à ton dentier ». « Heuuu ».

26/05/2009

Cherche à avoir un beau bonzaï

« Gamin ». « Oui, papa ». « Gamin, si tu vas faire pipi sur le balcon du cinquième étage, fais le du côté des Demeulemeester parce que, du côté des Naessens, j’ai mis le bonzaï et il ne faut pas lui donner trop d’engrais liquide ». « Oui, papa ». « Merci, gamin ».

04/10/2008

Cherche un parasol doré

Les parachutes dorés, c’est horrible. Hop, coup de pied au cul de Maurice ou d’Herman et ils reçoivent plus de millions d’euros que moi en toute une vie. J’habite au cinquième. C’est vrai que j’aurais besoin d’un parachute quand j’arrose le bonzaï en été sur le balcon. Je me fiche de la couleur, pourvu qu’il s’ouvre. Pour le doré, je me contenterai d’un parapluie. Mieux, n’étant pas gourmand, je cherche un emploi chez un marchand de glaces qui pique des petits parasols dorés dans les boules.

17/09/2008

Cherche à marchander

« Gamin, debout, c’est l’heure. Mais, gamin, où es-tu ? Je suis livide de voir ton lit vide ». « Coucou, papa, il y a longtemps que je suis éveillé, moi. C’est normal, papa, je ne suis pas allé sur l’ordinateur jusqu’au milieu de la nuit, moi. Je n’ai pas bu de bières, moi. Et je n’ai pas ronflé, moi ». « Gamin, je te donne un euro si tu ne racontes ça à personne, d’accord ? ». « Je réfléchis, papa. Et je trouve que me taire vaut bien un euro par capsule de bouteilles de bière ». « D’accord, gamin, tu auras deux euros ». « Papa, j’ai compté sept capsules, trois dans la poubelle et quatre à côté ». « D’accord, gamin, tu auras trois euros ». « Papa, si tu marchandes, je te dis que les capsules à côté de la poubelle comptent double ». « Coupons la poire en deux. Disons quatre euros, gamin. D’accord ? ». « Hé, je ne l’avais pas vue celle-là. Regarde, papa, il y a une capsule dans le bonzaï. Celle-là elle compte triple ». « Gamin, tu sais compter jusque combien ? ». « Jusque dix, papa ». « Dix euros, gamin, c’est mon dernier mot ». « Bon. Dix euros, papa. Mais demain je demanderai à madame à l’école si tu ne m’as pas roulé ». « Heuuu ».

06/08/2008

Enigme n° 206

Un homme décide, par manque de sparadrap et suite à de multiples lésions crâniennes, de surélever  le plafond de sa cave au niveau moins un d’un immeuble de six étages dont il occupe le cinquième avec son gamin, un bonzaï, Maurice le poisson rouge, Kiki et Pipette les deux hamsters et sa voisine de palier avec qui il n’entretient ni de relation ni le paillasson de l’étage. Le QI (quotient intellectuel) de l’individu lui permet de comprendre que surélever un plafond revient à rehausser le sol de la cuisine qui recouvre ce plafond. Surélevé, ce sol, pour permettre la même colonne d’air et pour ne pas devoir scier les meubles de cuisine qui vont du sol au plafond, entraîne la surélévation du plafond de la dite cuisine. Ceci amène un écrasement de la cuisine de l’étage supérieur. Super, peut-être, mais rieur, ce n’est pas sûr. D’où la même contrainte : rehausser le plafond de la cuisine, ce qui entraîne, vous l’avez deviné et, si pas, tant pis, hop, le rehaussement du sol du dessus. Et ainsi de suite, de fil en aiguille, sans bergère de France  ou autre fournisseur de fil à tricoter. La question :  combien de sols et de plafonds faudra-t-il élever (NDLA pour les débiles : élever, c’est rehausser vers le haut) afin que l’individu dont question dispose d’une cave normale sans qu’aucun des autres occupants se situant dans le même immeuble que l’individu, au dessus, verticalement, ne perdent un millimètre cube d’espace culinaire ? Question subsidiaire : qui a ouvert la porte à l’individu quand il a sonné chez lui (indices avant-hier et hier) ? Le cachet de la poste fera foi.

09/09/2007

Cherche petite armoire avec une clef

« Papa, c’est quoi ces pilules bleues ? ». « Gamin, touche pas, c’est dangereux ». « Mais c’est quoi, papa ? ». « Heuuu, c’est du via, du viaaa, heuuu, du viano ». « C’est quoi, papa, du viano ? ». « Heuuu, du viano c’est de l’engrais ». « Et ça fait quoi, papa, l’engrais ? ». « Heuuu, ça fait pousser ». « Papa, je peux mettre une pilule bleue au bonzaï ». « Non, non, gamin, surtout pas, si tu en mets au bonzaï, on va avoir un baobab et l’appartement sera trop petit, allez, rends moi la boîte, je vais la ranger ». Je cherche une petite armoire, style pharmacie, qui ferme à clef. Et aussi un clou, planté très haut, pour y pendre la clef.

02/09/2007

Cherche le zazaï

« Bonjour, madame ». « Ah, vous êtes rentré de vacances ? ». « Ben, oui, si c’est bien moi qui ai sonné ». « On dirait que vous êtes bronzé. Vous avez eu du soleil ? ». « Je ne l’ai pas fait exprès, je n’ai pas trouvé l’interrupteur ». « Vous savez, le petit Zazaï va bien ». « Heuuu, c’est qui ? ». « Voyons, c’est votre bonzaï, enfin ». « Heuuu, il vous a dit son nom ? ». « Non, mais je donne des petits noms à tous mes objets. Regardez, là, le lapin empaillé, c’est Pinpin ». « Et moi, je suis Zinzin, votre voisin, c’est ça ». « Comment avez-vous deviné ? ». « Et le Zazaï de Zinzin a été sage ? ». « Oui, nous avons fêté la Noël ensemble ». « La Noël, en plein été ! ». « Je le trouve tellement mignon, Zazaï, que j’ai voulu le voir avec la guirlande qui clignote ». « Et alors ? ». « Elle clignote encore. Vous savez, il faut se méfier des objets dont on ne se sert qu’une fois par an, parfois ça vous lâche ». « Ah oui, comme votre vibro, heuuu, inhalateur, heuuu, aérosol ». « Qu’est-ce que vous lui voulez, à mon aérosol ? ». « Rien, rien, je me rappelle qu’il était tombé en panne après un an d’inutilisation ». « Je ne m’en rappelle pas. Je n’ai pas d’aérosol ». « Passons, c’était quelqu’un d’autre. Alors, Zazaï, tu reviens chez papa Zinzin ».

25/05/2007

Cherche un bonzaï

« Papa, tu dois planter un arbre ». « Mmmm ». « Papa ». « Mmmm. Gamin, tu vois bien je dors ». « Ben non, tu ne ronfles pas ». « Qu’y a-t-il, gamin ? ». « Tu dois planter un arbre, papa, madame l’a dit ». « C’est idiot, gamin, on n’a pas de chien et les hamsters font pipi dans leur litière ». « C’est pour sauver la planète ». « Hé, gamin, on n’habite pas sur toute la planète, on habite au cinquième étage. En plus, on a déjà un bonzaï ». « C’est pas un arbre, ça, papa ». « Comment ! Mais si. C’est un arbre du futur. Quand nous serons trop nombreux sur la planète, les hommes deviendront de plus en plus petits pour avoir assez d’espace. Les nains de jardin seront grands comme la statue de la liberté et on construira le métro dans les galeries de souris ». « T’es sûr, papa ? ». « Pas tout à fait. Mais je sais que si tout le monde plante un arbre, chaque année, il n’y aura plus de terrain de football, plus de prairie, plus de vache, et il y aura devant chaque maison des murs de bois à brûler qu’on ne pourra pas utiliser parce que la fumée ça pollue ». « Papa, plante un bonzaï ».

27/03/2007

Biglodion et les animaux (3)

Biglodion et les animaux (3)

100.000 visites, 100.000 mercis. Pour fêter ça, je vous livre quelques paquets d’annonces déjà publiées et regroupées par thèmes : le gamin, maman, les rencontres, le supermarché, etc. C’est un peu mon « biesse tof » personnel. N’hésitez pas à me faire connaître le vôtre. Bon amusement. Amitiés.

 

Cherche personnes dormant la fenêtre ouverte

Pendant que le gamin est à la mer avec sa mère, pour lui faire une surprise (au gamin, pas à sa mère), avec l’aide d’un copain, de son garage, de son établi, de sa scie sauteuse, de ses clous, de ses planches de palette et de quelques bières, j’ai réussi à construire quatre nichoirs. Hop, un clou, et de un, dans la cuisine. Hop, un clou, et de deux, dans la salle de bain. Hop, un clou, dans le coin au-dessus de la commode, vous voyez. Le quatrième hop je l’ai cloué dans l’ascenseur, histoire d’égayer l’immeuble avec quelques petits oiseaux. La vie en immeuble pourrait être chouette si on pouvait choisir les autres locataires. Moi, je n’ai pas pu. Parfois je rêve que je suis dans mon appartement au cinquième, seul, sur un île déserte, et que le propriétaire s’est noyé en venant à la nage me réclamer le loyer. Pour les nichoirs, c’est la catastrophe. Les collègues m’ont dit que je devrai dormir la fenêtre ouverte. Ca, jamais. C’est déjà tout juste pour me réchauffer avec les cinq nounours dans le lit. Je cherche des personnes qui dorment la fenêtre ouverte et qui acceptent qu’un gamin aille voir éclore les petits oiseaux chez eux.

 

Cherche une grenouille habituée aux échelles

La prof de science du gamin a raconté l’histoire du baromètre à grenouille. Le gamin a récupéré un bocal vide de café soluble, a démonté l’échelle de son camion de pompiers et a trouvé une grenouille je ne sais où. « Mais, gamin, pourquoi tu n’as pas mis le couvercle sur le bocal ? ». « Papa, ça doit respirer une grenouille. ». « Ah oui ? Mais elle est où, maintenant ? Il n’y a plus que l’échelle de pompiers dans le bocal. ». « Là, en dessous du bonzaï. ». « Vite, gamin, elle ne doit pas faire pipi, les bonzaïs, il ne faut pas trop les arroser, c’était écrit sur la notice. ». « Trop tard. ». « Quoi, trop tard, elle a pissé ? ». « Je ne sais pas, je ne la vois plus. ». « T’aurais pu choisir une grenouille orange ou rose fluo, non ! ». « Papa, j’ai peur. ». « Moi aussi gamin, j’ai peur. Quand j’avais ton âge, on m’a appris l’histoire de la grenouille qui voulait se faire grosse comme un boeuf. L’appartement sera trop petit. ». « J’ai peur qu’elle ne saute du balcon. C’est haut, cinq étages. ». « Pas de problème, gamin, si nous étions construits comme des grenouilles, il n’y aurait pas d’ascenseur à la tour du Midi et on rentrerait par les fenêtres. ». « Ah bon, t’es sûr ? ». « Je suppose, gamin, je n’ai jamais essayé. Je ne sais même pas si on sait ouvrir les fenêtres de la tour du Midi. ». « Papa, qu’est-ce qu’on fait ? ». « T’inquiètes pas, gamin, je vais mettre une petite annonce. ».

 

Cherche des vraies pâquerettes en plastique

Meueueueueueuh. Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah. Je cueillais des pâquerettes pour la fête des mères et paf, meuuh, en plein dans les oreilles, pris par derrière. J’ai cru un instant m’être égaré sur des rails et avoir le transsibérien dans le dos. Mon dieu, mais que c’est gros une vache, quand on est accroupi. Beaucoup plus gros que sur les bouteilles de lait. Ne pas bouger, surtout ne pas bouger, j’ai vu ça dans une émission télé sur les fauves, soit courir, mais avant il voir dans le guide du petit louveteau si ça court vite ou pas, soit ne pas bouger. Pas le temps d’aller chercher ce bouquin. Saloperie de pâquerettes. Elle vient de les bouffer. Aïe, c’est pas une langue, ça, c’est une rape à fromage. Aïe, ça doit lui plaire, peut-être l’odeur de la mousse à raser au menthol. Aïe. Si mes souvenirs sont bons, la vache est herbivore. Ca y est, j’ai des crampes dans les genoux. Aïe. Je suis lavé pour deux semaines. « Biquette, gentille Biquette, allez, hop, rentrer maison, faire lolo ». Je m’en suis sorti en rampant. Mais que c’est long, une vache. A la sortie, j’étais tout décoiffé. A cause de la queue qui jouait essuie-glace. Tant pis pour les fleurs naturelles, maman en aura en plastique.

 

22/03/2007

Biglodion et le jardinage (2)

Biglodion et le jardinage (2)

100.000 visites, 100.000 mercis. Pour fêter ça, je vous livre quelques paquets d’annonces déjà publiées et regroupées par thèmes : le gamin, maman, les rencontres, le supermarché, etc. C’est un peu mon « biesse tof » personnel. N’hésitez pas à me faire connaître le vôtre. Bon amusement. Amitiés.

Cherche jardinier qui cherche du compost

Depuis l’invention des sacs poubelle de couleur, il est strictement interdit d’utiliser le vide-poubelle. Je l’ai donc fait pour y jeter mes déchets ménagers, vert de poireaux, coquilles d’oeufs, surplus de raviolis, crottes des souris, pelures de patates. J’avais eu l’idée de faire dans la cave du compost et ainsi donner du fumier à mon bonzaï. Ca commence à chlinguer dans la cave. Les colocataires se regardent en petits chiens de faïence. Je cherche d’urgence un jardinier qui viendrait clandestinement chercher le compost.

Cherche amis des jardins

Bonne et mauvaise nouvelle. Je commence par la bonne. Si vous êtes dépressif, ne lisez pas la mauvaise, c’est un désastre. Bonne nouvelle : ma nouvelle pelouse pousse. Mauvaise nouvelle : elle pousse dans le jardin du voisin, entre ses poireaux, ses carottes, ses échalotes et tout le reste. Maintenant, je me rappelle : le jour où, du geste d’auguste le semeur, j’ai semé à la volée, il y avait du vent. Je n’y avais pas pensé ce jour-là dans mon euphorie jardinatoire. Je me rappelle que je sautais pour lancer de plus en plus haut les graigraines. Allez, hop, une cuillerée pour papa, allez, hop, une cuillerée pour maman. Les voisins vont partir en week end prolongé avec leur chien. Donc, pas de danger. Je cherche une dizaines de personnes à la main délicate et possédant une pince à épiler pour organiser une transplantation capillaire.

Cherche un hall de gare

De retour d’une semaine de congé, je remarque une chose étonnante : le bonzaï et moi avons pris 900 ; j’ai pris 900 grammes en poids et lui 900 millimètres en hauteur, soit près d’un mètre en une semaine. Qu’il est moche. Il va de l’évier au plafond. L’année dernière je l’avais bien nourri avant de partir, avec de l’eau et des granulés bleus. J’avais dessiné un fleuve en granulés bleus pour faire jardin japonais. J’ai appris par la suite que c’était de l’anti-limaces et, qu’au cinquième étage, ce n’était pas nécessaire. Cette année j’ai tout recouvert avec des granulés roses. Erreur, il paraît que c’est un engrais très puissant. Mon bonzaï géant est digne d’un hall de gare, il fait plus d’un mètre vingt. Je l’échange contre 3 bonzaïs de 40 centimètres.

 

09/07/2006

Nouveau jeu

Vous tapez des tags (voir post précédent). Paf, ils apparaissent. Et vous essayez de construire une phrase. J'essaye. Bonzaï, la boîte à crèpe du gamin, et hamster, le Kiki de Maurice, regardent les moules du plafond pendant que le poisson se tape les raviolis. Surrrrréaliste, c'est du Magritte en mots, on dirait le texte du mode d'emploi d'un appareil ménager japonais. Essayez, ça détend.

J'essaye les tags

Ceci n'est pas une annonce, j'essaye les tags. Kiki, le hamster et Maurice, le poisson rouge du gamin, me regardent ouvrir une boîte de raviolis sous le regard attendri d'une crèpe collée au plafond. Zut, je n'ai pas su mettre moules ni bonzaï dans ma phrase.

12/06/2006

Cherche hall de gare

De retour d'une semaine de congé, je remarque une chose étonnante : le bonzaï et moi avons pris 900 ; j'ai pris 900 grammes en poids et lui 900 millimètres en hauteur, soit près d'un mètre en une semaine. Qu'il est moche. Il va de l'évier au plafond. L'année dernière je l'avais bien nourri avant de partir, avec de l'eau et des granulés bleus. J'avais dessiné un fleuve en granulés bleus pour faire jardin japonais. J'ai appris par la suite que c'était de l'anti-limaces et, qu'au cinquième étage, ce n'était pas nécessaire. Cette année j'ai tout recouvert avec des granulés roses. Erreur, il paraît que c'est un engrais très puissant. Mon bonzaï géant est digne d'un hall de gare, il fait plus d'un mètre vingt. Je l'échange contre 3 bonzaïs de 40 centimètres.

07:48 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : bonzai, bleu, gare |  Facebook |

09/05/2006

Cherche une grenouille habituée aux échelles

La prof de science du gamin a raconté l'histoire du baromètre à grenouille. Le gamin a récupéré un bocal vide de café soluble, a démonté l'échelle de son camion de pompiers et a trouvé une grenouille je ne sais où. "Mais, gamin, pourquoi tu n'as pas mis le couvercle sur le bocal ?". "Papa, ça doit respirer une grenouille.". "Ah oui ? Mais elle est où, maintenant ? Il n'y a plus que l'échelle de pompiers dans le bocal.". "Là, en dessous du bonzaï.". "Vite, gamin, elle ne doit pas faire pipi, les bonzaïs, il ne faut pas trop les arroser, c'était écrit sur la notice.". "Trop tard.". "Quoi, trop tard, elle a pissé ?". "Je ne sais pas, je ne la vois plus.". "T'aurais pu choisir une grenouille orange ou rose fluo, non !". "Papa, j'ai peur.". "Moi aussi gamin, j'ai peur. Quand j'avais ton âge, on m'a appris l'histoire de la grenouille qui voulait se faire grosse comme un boeuf. L'appartement sera trop petit.". "J'ai peur qu'elle ne saute du balcon. C'est haut, cinq étages.". "Pas de problème, gamin, si nous étions construits comme des grenouilles, il n'y aurait pas d'ascenseur à la tour du Midi et on rentrerait par les fenêtres.". "Ah bon, t'es sûr ?". "Je suppose, gamin, je n'ai jamais essayé. Je ne sais même pas si on sait ouvrir les fenêtres de la tour du Midi.". "Papa, qu'est-ce qu'on fait ?". "T'inquiètes pas, gamin, je vais mettre une petite annonce.".

07:56 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : nature, grenouille, bonzai, echelle |  Facebook |

28/04/2006

Cherche une idée de cadeau pour maman

Maman est très fâchée suite à l'annonce du 26 avril. Je suppose qu'une vieille garce de voisine lui a montré ou raconté mes aventures à l'école. "Tu vois, gamin, pendant des années, ton père et moi allions fleurir la chapelle de l'école pour qu'ils te gardent. Tu nous a coûté une fortune en fleurs et, à 58 ans, tu n'es même pas capable d'entretenir ton bonzaï.". Pour la calmer je vais lui faire un cadeau, mais quoi ? Je ne vais quand même pas lui acheter le Keukenhof, je n'ai pas les moyens. Je cherche idées.

07:15 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : maman, ecole, fleurs, bonzai, cadeau |  Facebook |

25/04/2006

Cherche un supermarché avec plein de micros

Hé, hé, hé. J'ai refait le coup du micro au supermarché. Cette fois, j'ai pris le micro de l'accueil pendant que la dame était partie faire pipi. "Ici, l'accueil, hé, hé, hé, coucou, bonjour à toutes et à tous, ceci est un appel personnel pour la caisse douze. La petite dame en tailleur est attendue à l'accueil par le beau monsieur qui agite un paquet de spaghetti à tour de bras. Ho, ho, coucou. C'est moi, hé, hé, hé. Soyez discrète en venant à l'accueil. Il ne faut pas qu'on me reconnaisse.". Et paf, de nouveau dans le bureau du directeur. Il m'a menacé de retirer dix points sur ma carte de fidélité. J'ai attrapé le virus du micro. Je cherche un supermarché où il ya plein de micros.

25/03/2006

Cherche renseignements sur granulés aux petits beurres

Le gamin a appris à faire le volcan. Il se bourre la bouche de petits beurres et, je ne sais pas comment il fait, il propulse des milliers de miettes dans toute la cuisine. Je n'ose rien lui dire parce que, chez le coiffeur, j'ai lu dans un magazine féminin qu'il fallait laisser se développer l'imagination des enfants. J'ai été surpris car ils citaient l'exemple de petits garçons qui apprennent l'écriture en dessinant leur prénom en faisant pipi dans la neige. C'est fou comme les temps changent. Quand j'étais petit je l'ai fait une fois et j'ai reçu une baffe. C'est peut-être parce que je l'ai fait sur la place communale, devant le monument aux morts, à l'heure de sortie de l'école des filles. Comme il n'y a plus de neige, le gamin fait le volcan. Et il le fait bien. Un peu trop souvent pour mon budget petits beurres mais il le fait bien. Ensemble, le gamin et moi, nous avons une proposition à vous faire. Si vous venez nous chercher, si vous nous ramenez et si, entre les deux, vous nous invitez au repas de communion de votre fifille ou de votre gamin, le mien viendra avec moi vous faire le volcan. En fin de repas, histoire de réveiller les tontons et les tantines qui ont la digestion somnolente. Pour les miettes, et oui, il y en aura partout, pas de problème. Soit vous avez loué la salle et vous vous en fichez, soit le gueuleton a lieu chez vous. Dans ce cas, faites comme moi : j'ai acheté six souris blanches pour remplacer les hamsters du gamin, trop tôt disparus. Elles ne sont pas encore habituées à rentrer d'elle-même dans la cage à hamster. Le lendemain des éruptions volcaniques, il n'y a plus de trace. Toutes les miettes ont disparu et, miracle de la nature, elles ont été remplacées par des petits grains de riz noirs, facilement localisables à l'odeur. Comme la composition de ces granulés est : petits beurres 80 %, pop corn 12 %, raviolis 6 %, divers 2 %, sans colorant ni conservateur, je me pose la question de savoir si je peux les donner comme engrais à mon bonzaï.