25/08/2010

Robert et les fleurs

Visite difficile à rendre à mon collègue Robert, hospitalisé depuis longtemps pour des examens qu’il n’arrive pas à réussir. « Robert, coucou, c’est moi, tirelirelire tirelirela, coucou, coucou, coucou, coucou, coucou, il est cinq heures, l’heure des visites ». « Ha, c’est encore toi ! ». « Oui, Robert, et aujourd’hui je viens en cachette ». « Ah ! Tu ne viens donc pas me bouffer mon repas du soir ? ». « Vois-tu, Robert, ton absence au bureau fait qu’on se pose des questions. Parce qu’on sait que tu aimes les fleurs ». « Ben, il a plu, ça devrait aller. Et puis qui vois-tu qui viendrait arroser mon jardin ? ». « Personne, Robert. Personne n’a parlé d’aller arroser ton jardin. On a parlé de tes préférences florales ». « Tu sais bien que j’aime toutes les fleurs ». « Robert, je t’ai dit que je venais en cachette, en espion en quelque sorte, de la part du bureau qui connait ma discrétion et m’a demandé de te parler avec toi de fleurs avec tact. Que préfères-tu ? ». « J’aime toutes les fleurs ». « Robert, la question est : es-tu plus gerbe ou couronne ? ». « A demain ». « Heuuu ».

07/08/2010

La vengeance de Robert

L’hôpital c’est comme une boucherie : il faut prendre un ticket pour dire qu’on a bobo et s’inscrire pour avoir le sparadrap. « Ding,dong, on sert le 503 au guichet B ». Le premier jour, Robert, qui, une fois sa prise de sang faite trois fois car c’est difficile de trouver ses veines, et qui avait du temps à perdre, s’est amusé à prendre des tickets et des tickets en cachette dans la salle des entrées. Quel concert ! « Ding, dong, on sert le 712 au guichet A », « Ding, dong, on sert le 713 au guichet B », « Ding, dong, on sert le 714 au guichet A, B ou C ». « Ding, dong, les tickets numéros 712 à 750 sont servis à n’importe quel guichet ».  « Ding, dong, le premier arrivé au guichet A sera servi le premier ». « Ding, dong, celle ou celui qui détient le plus petit numéro et qui se présente au guichet reçoit un thermomètre à triple fonction : buccale c-à-d dans la bouche, axillaire c-à-d dire sous les aisselles et rectale c-à-d dans le cul ». Robert m’a dit que c’était très mal organisé, que jamais ils n’auraient du parler de triple fonction. C’est bien vrai, ça. Je n’ai jamais vu de sucette à se mettre dans l’oreille.

01/06/2010

Cherche entre ver et verre

« Papa ». « Oui, gamin ». « Aujourd’hui le papa de Cédric a fait la leçon à Cédric ». « Ah bon, Cédric a été grondé par son papa ! ». « Non, papa, le papa de Cédric a vu que Cédric buvait du whisky en cachette ». « Ah, ça, ce n’est pas bien. Même pour les papas, en cachette ce n’est pas bien. Et alors, gamin, Cédric a reçu la grosse baffe ou le coup de pied au cul ? ». « Mais non, papa. Son papa lui a donné une leçon avec deux verres et deux vers ». « D’accord, gamin, j’ai compris, avec quatre verres, abrège ». « Deux verres pour boire et deux vers de terre ». « Fallait le dire tout de suite, gamin. Tu tiens dans la laine des lecteurs inutilement. Et moi aussi. Bon, ensuite ». « Dans un verre, celui dans lequel il avait versé de l’eau le papa de Cédric a mis un ver de terre et l’autre ver, ver de terre, papa, il l’a mis dans le verre où il avait mis du whisky ». «  Quel gâchis ! ». « Mais non, papa, c’est de la science, une leçon de sciences : le ver de terre est ressorti du verre d’eau et, pfouit, le ver de terre du whisky a été cuit ». « On dit qu’il a eu sa cuite, gamin. Et quelle leçon Cédric a tiré de cette torture animalière ? ». « Son papa lui a dit que lui, son papa, devait de temps en temps prendre un verre de whisky pour ne pas avoir de ver dans son ventre ». « Gamin, il y a des jours où j’apprécie la science ».