22/09/2009

Bébé assume l'intérim - 10

Coucou, c'est Bébé, Bag-in-Box sans le box. Et sans le ring. Cassius Clay peut aller se rhabiller. Le ring aussi, avec ses kilomètres de file chaque matin. Les français appellent un ring un périf'. Un périf quoi ? Un périfcope ? Les parisiens vont au boulot en sous-marin ? Sous-marin, c'est dans l'eau. Et sous-narines, c'est la moustache. Si la moustache, la pistache aussi. Ariel trois en un. C'est ma dernière apparition. J'ai eu grand plaisir à faire votre connaissance. Vous allez retrouver Biglodion dès demain. Je me demande s'il a pris de la bouteille. A mon avis il doit y en avoir plein son coffre, en caisses de douze, en carton de six. J'espère que ce salaud n'a pas ramené d'autres Bag-in-Box car je piquerais une crise de jalousie.

022

25/04/2009

Cherche la logique

« Bienvenue à l’accueil de votre supermarché, madame ». « Je veux voir le directeur tout de suite, madame ». « Moi, c’est mademoiselle, madame. Monsieur Durondeau est en conférence, madame ». « Si Durondeau est en conférence c’est bien fait pour sa poire. Faites-le sortir de sa caissette, madame, il y a un énergumène qui crie qu’il n’y a plus de papier cul dans une cabine d’essayage ». « Je sais qui c’est, je sais qui c’est. Monsieur Durondeau, appel accueil. Il est revenu ». « Quoi, caisse ? Tous nos clients satisfaits reviennent, vous la savez bien. Moins nombreux mais il y en a qui reviennent. Que se passe-t-il ? ». « Il est revenu ! ». « Quoi ? Le printemps ? « C’est le printemps qui vous titille et vous émoustille ? ». « Non, monsieur le directeur. Il est revenu l’énergumène qui crie qu’il n’y a plus de papier dans les cabines d’essayage ». « Mais allez lui en porter, voyons. Un client qui revient il faut le chouchouter ». « Monsieur le directeur, vous travaillez trop ». « Mademoiselle, apprenez que c’est la crise. Il faut se tenir aux branches. Il n’y a plus beaucoup de travail. Et moins il y a de travail et plus il faut travailler ».

09/01/2009

Cherche les soldes

« Chers clients, ce sont les soldes, tout doit disparaître, même les caissières, sauf celle de la caisse huit qui est ma préférée et que je garde pour moi ». « C’est quoi ce bordel ? ». « Monsieur le directeur, le micro de l’accueil a disparu ». « Chers clients, profitez des soldes. Le pain d’un kilo ne fait plus que huit cents grammes, pour le même prix ». « Retrouvez-moi ce micro tout de suite, c’est un ordre ». « Oui, monsieur le directeur ». « Chers clients, nous vous signalons que la machine à couper les pains en tranches est hors d’usage depuis que j’ai essayé d’y faire des rondelles avec le boudin de noël en solde. C’est à cause des raisins. C’est un carnage. C’est horrible. Ames sensibles s’abstenir ». « Trouvez-le, nom de tnûûût (censuré) ». « Chers clients, c’est le moment de sortir, toutes les caissières sont devant la machine à couper le boudin aux raisins. Elles vivent leurs phantasmes profonds. Je vais quitter la lingerie en solde et vous rejoindre à l’extérieur. Bye bye, arrivée d’erchi, auf videur zéne ».

06/10/2008

Cherche de la crème à lancer

Du 4 au 19 octobre : le salon de l’alimentation à Bruxelles. J’ai les entrées gratuites (voir hier) et, pour vous, j’ai encore quinze entrées à 4 euros au lieu de 8. Je me suis inscrit au Théâtre des dégustations. C’est gratuit si on emmène son ordinateur pour prouver qu’on a réservé une place. J’ai choisi le thème des tartes. J’ai toujours eu envie de badigeonner une tarte avec des tonnes de crème fraîche et de la lancer dans le public, surtout quand il y a du monde : mariage, enterrement, file à la caisse du supermarché, quai de gare un jour de grève des cheminots. Je cherche de la crème fraîche en vrac au prix de gros.

03/06/2008

Cherche à payer mon chou

« Monsieur, j’ai besoin de la botte pour la pointer à la caisse ». « M’enfin. Quelle botte ? Je suis venu en tong ». « Monsieur, il faut remettre les radis en botte ». « Quels radis, madame ? ». « Les radis que vous avez enfoncé un peu partout dans le chou-fleur ». « Ah bon, ce sont des radis ? Mais non, c’est un chou-fleur. Si j’enlève les fleurs, ça devient un chou, ce n’est plus un chou-fleur ». « Madame Voguelaer, assistance caisse huit, madame Voguelaer, appel 22 ». « Madame, ce n’est pas la peine d’appeler un veau gueulard pour bouffer mon chou. Mon chou-fleur, j’insiste sur les fleurs ». « Me voici. Que se passe-t-il ? ». « Madame Voguelaer, monsieur ne veut pas enlever ses radis ». « Quels radis ? ». « Dans le chou, madame ». « Oh, que c’est mignon, on dirait un chou avec des fleurs ». « C’est bien ce que je disais, hein ». « Vous êtes artiste ? ». « Oui, madame ». « Mademoiselle, pointez un chou et c’est bon comme ça ». « T’as entendu, connasse, tu pointes un chou ». « Oui, monsieur, je cherche quel chou dans ma liste ». « Pointez un chou de Bruxelles ». « Pourquoi un chou de Bruxelles ? ». « Parce que les choux de Bruxelles sont tout petits et petit chou, petit prix ».

10/09/2006

Cherche un plan de Liège

"Coralie, tu nous quitte à 81 ans". Coralie, Coralie, c'est quoi ce truc, je suis venu représenter le service à l'enterrement de Gérard. "Coralie, tu as choisi de rester jeune fille pour élever tes vaches". Ha , ha, ha, Gérard, élever des vaches, qu'il est con ce curé, Gérard jeune fille, je vais pisser de rire, ha, ha, ha. "Coralie, tu n'es pas seule, un paroissien est là, je suis cède la parole". Qui ? Moi ? "Heu, Gérard, tu es là, Gérard ? Dans la caisse". "Mon fils, la douleur vous égare, il s'agit de Coralie". "Mon père, c'est vrai, je le confesse, je suis égaré, je cherche Gérard, il est mort à Liège, j'ai la couronne offerte par service dans le coffre de ma voiture, où est Gérard".  Merde, je me suis trompé d'église. Qui peut m'envoyer d'urgence un plan de Liège.

28/06/2006

ARRET DES ANNONCES

Le gamin a réussi ses examens. Pas d'annonce ce jour. Comme je lui avais promis en cas de réussite, nous sommes allé dans des drive-in de fast-food où l'on commande ses hamburgers par caméra. "Boudin". "Nous n'avons pas de boudin, monsieur". "Si,si, vous avez un boudin, la grosse à la caisse de droite". "Mais, c'est ma fiancée". Vroum, vroum, on démarre et on file à un autre fast-food, moi caché sous le tableau de bord et le gamin au volant : "Est-ce que mon papa est là ?". "Venez voir, jeune homme". "Peux pas, je conduis". "Il est comment, ton papa ?". "Avec une grande rousse qui a de gros lolos". "Il y a bien une rousse mais elle est seule". "Allez vite voir dans les toilettes, papa est peut-être coincé". Vroum, vroum, on redémarre. "Je vouvou, heu, je vou, je vou, je voudrais un ham, ham, ham, je vouvou, je voudrais qu'on, qu'on, qu'on a, je voudrais qu'on a, a, a, arrête de klakla, de klakla, de klaxonner derrière". Vroum, vroum, on démarre. Quelle belle soirée. On a fait quatorze fast-foods.

00:55 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : gamin, boudin, caisse, lolos, vroum |  Facebook |