25/03/2009

Cherche en m'aidant de l'Orval

Entendu à la radio hier : « L’abandon du préservatif va faire capoter la prévention ». Allons-nous devoir rouler en décapotable ? Comme Jean-Yves, un collègue qui ne met sa capote que les jours de pluie. On ne peut pas faire capoter la prévention routière. Si je n’avais pas de Préserv-à-tif je n’aurais plus de cheveux. Mon cheveutologue m’a prévenu : ne renversez pas le flacon de Préserv-à-tif sur vous car vous ressembleriez à un bonobo (espèce de singe en voie de disparition). Je n’ai pas envie qu’on m’appelle moquette. Avant d’appliquer ce produit sur ma tonsure j’ai fait un test comparatif sous les aisselles. Coté droit j’ai laissé faire la nature. Côté gauche, avec le produit, j’ai déjà de quoi me tricoter une écharpe. C’est gênant car, quand je marche dessus, ça tire et ouille, ouille. Un jour j’ai confondu le Préser-à-tif avec le Sproutch pour la rhinite. Plus moyen de boire mon potage. Le chien des Gonzalez est devenu fou quand il m’a vu. Il s’est lâché dans l’ascenseur. C’est normal c’est un chie ouaoua. A demain, j’ai assez de capsules d’Orval pour me faire un paillasson.

25/12/2008

Cherche Noël

« Papa, houhou, papa, il est midi, jésus est né ». « Oufti ». « Papa, papa, père Noël a passé des capsules de bière dans mes chaussures, c’est normal ? ». « Oufti ». « Papa, papa, je sais que père Noël est passé, la porte du frigo est restée grande ouverte ». « Oufti ». « Papa, papa, le foie gras pour le nouvel-an a disparu ». « Oufti, quel salaud le père Noël ». « Papa, papa, monsieur Gonzales dit que t’as dégueulé plein son balcon ». « A cause du vent, gamin, à cause du vent ». « Papa, dis-moi, c’était quoi Noël, avant ? ». « Demande à ta mère, gamin, et laisse-moi dormir ».

17/09/2008

Cherche à marchander

« Gamin, debout, c’est l’heure. Mais, gamin, où es-tu ? Je suis livide de voir ton lit vide ». « Coucou, papa, il y a longtemps que je suis éveillé, moi. C’est normal, papa, je ne suis pas allé sur l’ordinateur jusqu’au milieu de la nuit, moi. Je n’ai pas bu de bières, moi. Et je n’ai pas ronflé, moi ». « Gamin, je te donne un euro si tu ne racontes ça à personne, d’accord ? ». « Je réfléchis, papa. Et je trouve que me taire vaut bien un euro par capsule de bouteilles de bière ». « D’accord, gamin, tu auras deux euros ». « Papa, j’ai compté sept capsules, trois dans la poubelle et quatre à côté ». « D’accord, gamin, tu auras trois euros ». « Papa, si tu marchandes, je te dis que les capsules à côté de la poubelle comptent double ». « Coupons la poire en deux. Disons quatre euros, gamin. D’accord ? ». « Hé, je ne l’avais pas vue celle-là. Regarde, papa, il y a une capsule dans le bonzaï. Celle-là elle compte triple ». « Gamin, tu sais compter jusque combien ? ». « Jusque dix, papa ». « Dix euros, gamin, c’est mon dernier mot ». « Bon. Dix euros, papa. Mais demain je demanderai à madame à l’école si tu ne m’as pas roulé ». « Heuuu ».

08/12/2007

Cherche à chasser mon mal de crâne

« Papa, papa, Saint Nicolas est revenu ». « Heuuu, ah bon ». « Chouette, c’est la caravane du catalogue. Papa, on sait ouvrir le toit et voir à l’intérieur ». « Alors, ça c’est une surprise. Heuuu, Saint Nicolas a écrit quelque chose ? ». « Non, papa. Il a y plein de papiers de bonbons et d’emballages de biscuits par terre. Il a mangé une partie de ce qu’il m’a apporté ». « Il devait avoir faim. Tu dois être content de lui avoir donné à manger ». « Oui, mais il aurait pu ramasser les papiers ». « Heuuu ». « Et il a aussi bu les six bières que tu lui avais préparé et il a laissé les capsules par terre ». « Heuuu ».

10/11/2007

Cherche l'effet positif

« Papa ». « Aïe ». « Houhou, papa ». « Ah, ma tête. Que s’est-il passé ? ». « Ben, tu fais trop de sport, papa. Tu t’es endormi avant la fin du match ». « Quoi ! C’est fini. Et toi, tu as fait quoi ? ». « J’ai fait le yoyo dans l’ascenseur pour aller te chercher des bières à la cave. Faudra que tu ailles en acheter, il n’y en a plus. Des trappistes non plus ». « Tu vois, gamin, il faut toujours voir l’aspect positif des choses ». « Ton mal de tête, papa ? ». « Non, gamin. Je viens de trouver une idée de cadeau pour l’anniversaire de Gérard. Quand ma tête ira mieux, je vais pouvoir lui fabriquer un paillasson de jardin avec toutes les capsules ».

16/02/2007

Biglodion : un an d'annonces (8)

Un an de petites annonces, ça se fête. Voici une des premières annonces, pour vous :

 

Je donne une collection de capsules de bière.

 

« Un collègue m'a dit qu'avec quelques planches et des capsules il s'était fait un paillasson. C'est pratique pour se nettoyer les semelles en rentrant du jardin. J'en ai fait un mais, n'en ayant jamais vu, j'ai mis les capsules à l'envers, le dessus vers l'extérieur. Ce n'est pas vilain mais c'est complètement inutile comme paillasson. Si vous êtes collectionneur de capsules, je vous donne le paillasson si vous me rendez les planches et les clous. A propos des capsules, je vous préviens : elles sont toutes trouées. ».

05/11/2006

Cherche un pied de biche

Je suis allé à la fête du quartier. J'ai fait les poubelles du bar et j'ai ramené 2.718 capsules de bouteilles de bière. Profitant de l'absence des voisins d'en dessous et de quelques vieilles planches, je me suis fabriqué un paillasson en capsules. Malheureusement j'ai utilisé des clous trop longs : je me retrouve propriétaire d'un paillasson cloué dans le parquet, en plein milieu de la salle à manger. Bien sûr, ça ajoute un petit plus à l'appartement mais là où il est ce n'est pas très pratique. "Entrez, entrez, n'oubliez pas d'essuyer vos pieds". "Où ça, où ça". "Heuuu, là, sous la table". Je cherche un pied de biche pour enlever le paillasson sans faire sauter le parquet.