13/10/2009

Cherche le beau surgelé

" Gamin, les papas sont là pour apprendre à leurs gamin, même si ceux-ci les font chier ". " Oui, papa, tu m'as déjà dit mille fois que toi tu pouvais dire faire chier et que je dois attendre ton âge pour pouvoir le dire aussi ". " Oui, gamin ". " Mais, papa, ça fait trois ans que tu me le dis et, à chaque année, il y a une bougie de plus sur ton gâteau. Si tu deviens centenaire je devrai attendre de le devenir aussi pour faire chier tout le monde ? ". " Oui, gamin ". " Mais, papa, ce que tu dis est aussi débile que le coiffeur qui avait fait peindre sur sa vitrine DEMAIN ON RASE GRATUITEMENT ". " Gamin, un papa doit instruire son gamin mais le gamin doit expliquer à son papa quand le papa ne comprend pas. C'est quoi cette histoire de coiffeur ? ". " Ben, papa, quand les clients venaient se faire raser gratuitement le coiffeur disait que c'était demain et, pour le prouver, il disait d'aller voir ce qui était écrit sur sa vitrine ". " Mais c'est de la publicité mensongère, ça, comme sur les plats préparés surgelés. Tu ouvres le paquet et, dedans, il n'y a pas les brins de ciboulettes qui sont sur la photo. Ni la vapeur qui s'échappe des petits pois carottes bien chauds. Ni la belle assiette. Ni la nappe. Ni le verre de vin bien rempli ". " Papa, tu devrais lire les emballages. C'est marqué suggestion de présentation ". " Ah, ça, gamin, pour être suggestif c'est suggestif. C'est tellement suggestif que je n'achète des surgelés que lorsque la photo est jolie ". " C'est du trompe l'oeil, papa ". " Oh, gamin, à propos de trompe l'oeil, regarde ce que j'ai photographié à Vesoul ". " Tu t'es encore fait avoir, hein, papa. Madame a voulu voir Vesoul et on a vu Vesoul. Et l'accordéon. Et les flonflons ". " Ben, heuuu ".

011 (2)

012

13/04/2007

Cherche à aider maman

« Maman, à qui fais-tu signe au revoir, tu es devant un mur ». « Je ne fais pas signe au revoir, idiot, tu n’as pas vu que je ponce le mur ». « Et ça sert à quoi de jouer les essuie-glaces devant un mur ». « Tu es bien le fils de ton père question bricolage, hein. Lui, à chaque fois qu’il voulait planter un clou, on avait droit à un nouveau passe-plat dans la maison, il tapait n’importe comment et il finissait par trouer le mur ». « Tu vas faire un passe-plat, maman ? ». « Triple idiot, si je fais un passe-plat en ponçant je serai centenaire avant d’avoir fini, je vais repeindre la cuisine et, avant, je ponce ». « Dis, maman, dans tes copines, y a pas une vieille de ton âge qui a Parkinson ? ». « Tu es idiot et sot, en plus ». « Mais, maman, elle ferait ponceuse vibrante ».