03/02/2009

Cherche à fêter la Chandeleur

« Papa, tu as oublié la Chandeleur. Tu sais bien que j’adore les crêpes ». « Mais non, gamin, je n’ai pas oublié. Regarde le plafond ».

14/01/2009

Cherche à échanger

Je cherche quelques grosses cloches pour Pâques. En contrepartie j'offre une splendide crèche, en bois massif laqué rouge, ainsi que trois personnages qui surprennent un peu car deux d'entre eux ont déjà une crèpe de la Chandeleur sur la tête. Le personnage de droite, celui à la grosse biloute au bout rose, est en fait la maman. Le papa de Jésus, à gauche, est représenté dans sa position au travail, celle du policier au milieu du carrefour. Utilisation possible comme porte-clefs mais pas de fonction décapsuleur. Voici une photo pour que vous compreniez.

 

019 - Copie

13/02/2008

Cherche la Chandeleur

« C’est quoi cette odeur, papa ? ». « Ben, heuuu, voyons. Je te prépare des crêpes pour la Chandeleur ». « Papa, mes copains à l’école, ils ont eu des crêpes il y a plus d’une semaine ». « Ah bon. Tu sais, gamin, il ne faut pas se fixer aux dates, hein. Je te fais des crêpes aujourd’hui parce ce que nous sommes un mercredi 13 parce que c’est un jour de chance pour tous sauf pour les vendeurs de billets de loterie ». « Pourquoi papa ? ». « Parce que ce sont d’anciens vendeurs de poisson recyclés qui ne pensent que par le vendredi ». « Tu fais des crêpes en boyau de vélo, papa ? ». « Ben, non, gamin. Pourquoi ? ». « Je trouve que ça sent le caoutchouc brûlé ». « Et meeerde. J’ai oublié d’enlever l’emballage avant de les mettre dans la poêle ».

29/09/2007

Cherche un remplaçant

Et meeerde. Le propriétaire a annoncé sa visite annuelle. L’année dernière il avait dit : « Mais c’est le bordel chez vous ». Aïe, aïe, aïe, cette année je n’ai pas fait mieux. Je me suis entraîné à faire des crêpes pour la Chandeleur et elles sont encore collées au plafond. Je crois que j’ai trop d’énergie dans le coup de poignet. Qui peut me remplacer dans l’appartement demain, de 08 à 20 heures, si possible avec un accent étranger pas possible, et dire au parlophone avec l’accent, si on sonne, « Si c’est pour pipi, c’est 50 centimes. Si c’est pour plus, c’est 10 centimes par photocopie d’une feuille de papier cul ». C’est comme l’euromillions : si vous perdez c-à-d si personne ne sonne, vous aurez perdu ; si le proprio vient, essayez de lui vendre six rouleaux de papier prétextant que la lunette est dégueu, qu’il y a un supplément obligatoire eau – savon – essuie-mains, le bénéfice est pour vous s’il ne voit pas les crêpes.

03/02/2007

Cherche à me disculper

Driiing. « C’est tavou ? ». « Bonjour Monsieur, vous êtes témoin de Jéhovah. J’ai déjà donné ». Vlan. Driiing. « Encore vous ». « Avoue, connard, c’est à poil ». « Monsieur, quand je joue au ping pong, je n’utilise pas une poêle, le canard, c’est vous, pas moi ». « J’ai retrouvé cette poêle dans mon capot et une crêpe sur mon pare-brise ». « Bon dieu de bon dieu, comment ce fait-ce ? ». « La fesse, c’est toi, c’est ta poêle, connard ». « Monsieur, je ne vous permets pas, fouillez, je n’ai pas de poêle, j’en avais une jusque hier, je ne sais pas me servir d’une poêle ». « C’est la grosse du quatrième, alors ». « Heuuu, oui, sans doute ».

02/02/2007

Cherche ma poêle

Et meeerde. J’ai voulu faire des crêpes pour la Chandeleur. Hop, la première, collée au plafond.  Hop, la deuxième, collée au plafond. Hop. Après, je suis allé sur le balcon, pour avoir plus d’espace pour retourner les crêpes. Hop, plus de crêpe. Et plus de poêle. Tout est dans la rue, cinq étages plus bas. J’ai un coup de poignet digne de Justine avant qu’elle ne déconne. Je n’ai plus de poêle. « A poil, tout le monde à poil, les petits les grands, les bons les méchants, à poil, tout le monde à poil ». Je fais quoi avec le seau de pâte à crêpe qui me reste, hein ?

14/01/2007

Cherche la Chandeleur (2)

« Papa, tu fais des crêpes, dis, hein, au lieu de jouer ». « Gamin, je ne joue pas, je poursuis mon entraînement au lancer de la crêpe pour la Chandeleur. Je suis au bout du rouleau ». « Papa, tu les fais trop hautes, tes crêpes ». « J’ai acheté de la pâte en rouleau et ces saloperies de crêpes ressemblent à des piles d’assiettes ». « Mais, papa, c’est un rouleau de pâte feuilletée, ça n’ira jamais ». « Vas réclamer au magasin, papa ». « Hé, ho, gamin, si j’achète une boîte de petits pois et puis que je retourne au magasin avec la boîte en disant : hé, ho, elles sont où, vos carottes, hein, ils vont rigoler ».

12/01/2007

Cherche la Chandeleur (1)

« Tu fais quoi, papa ? ». « Ah, aaah, gamin, c’est la grande répétition pour le vendredi 2 février 2007 ». « Tu vas sauter du balcon du cinquième ? ». « Idiot, tu vois quand même bien ce que j’ai en main, non ». « Ben, je, heuuu, hop, parti, dans la rue, pourquoi tu lances des crêpes dans la rue, papa ». « Parce que le vendredi 2 février, c’est la Chandeleur et, à la Chandeleur, on fait quoi, hein, hein, gamin, on fait des crêpes ». « Pourquoi il faut lancer les crêpes dans la rue, papa ? ». « Gamin, je m’entraîne, hein, laisse moi me concentrer, je ne suis pas Justine Henin, moi. Tu vois, gamin, l’important c’est le coup de poignet qui permet de lancer la crêpe, de la faire virevolter et de la rattraper, comme ça, et meeerde ». « Papa, elle est tombée sur la tête de la dame, là ». « Cache toi, gamin, cache toi, ne dis rien ». « Papa, pourquoi on ne les mange pas, tes crêpes ? ». « Gamin, voyons, réfléchis, je lance la crêpe du balcon du cinquième, elle virevolte, j’appelle l’ascenseur, je descends et, pendant ce temps, la crêpe est déjà dans la rue ». « Papa, tu devrais lancer les crêpes à l’intérieur de l’appartement, comme ça on pourrait en manger ». « Hé, ho, gamin, j’ai essayé. T’as vu le plafond ».