13/08/2010

Robert va peut-être guérir

« Salut, Robert, comment vas-tu ? ». « Je vais deux fois par jour ». « Ah bon ! Tu vas bien deux fois par jour ! Et le reste du temps comment vas-tu ? ». « Hé, tu ne voudrais quand même pas que je reste toute la journée sur le pot, non ? ». « Robert, quand je te demande comment vas-tu c’est pour savoir comment tu vas ». « J’y vais à pied, imbécile. Je ne vais quand même pas y aller à cheval ou à mobylette ».  « Robert, je ne te reconnais pas. Depuis que tu es à l’hosto tu ne dis que des conneries ». « Je le fais exprès ». « Et ça te sert à quoi ? ». « Tous les autres de l’étage sont moribonds. Alors les infirmières se disent pute pour savoir qui aura l’honneur de venir faire mes soins ». « Heuuu ».

15/02/2010

Cherche la culotte de cheval (jour 3)

« Papa ». « Oui, gamin ». « Tu as la culotte ? ». « Heuuu, quelle culotte, gamin ? ». « Papa, tu m’as promis avant-hier de me ramener une culotte de cheval ». « Gamin, j’ai failli en voir une mais je n’ai pas voulu que tu la vois ». « C’est comment, papa, ça doit être immense ». « Vois-tu, gamin, hier j’ai suivi un cours d’anatomie et j’y ai appris que l’accumulation d’eau et de graisse sous la peau des fesses de certaines femmes donne à leur peau un aspect irrégulier et flageolant. Vois-tu, gamin, la culotte de cheval est une expression ». « Comme dans : Baise da gulotte, Gretchenne, gue j’baise da groupe, hein, papa ». « Hé, tu connais l’allemand, toi ? ». « Non, hein, papa. C’est le papa de Cédric qui dit souvent ça ». « Mais ça n’a rien à voir avec la culotte de cheval ! Quoique, avec certaines teutonnes. Ma culotte de cheval à moi, gamin, c’est une expression ». « Et pourquoi tu ne me l’as pas dit avant-hier, papa ? ». « Parce que je ne le savais pas, gamin ».

14/02/2010

Cherche la culotte de cheval (jour 2)

« Heuuu ». « Oui, monsieur ». « Heuuu, vous, vous êtes la, la réassortisseuse du rayon ? » ? « Oui, monsieur, la lingerie féminine c’est mon rayon ». « Ha. Je vais vous parlez tout bas parce que c’est très intime. Avez-vous une culotte de cheval ? ». « Goujat, voyeur, exhibitionniste, salaud. Oui, monsieur, j’ai une culotte de cheval, et même la peau d’orange, ça se voit, non, que j’ai un gros cul à cause du stockage d’eau et de graisse sous la peau de mes fesses. Pourquoi me posez-vous cette question dégueulasse ? ». « Heuuu, disons que je connais un gamin et je voudrais lui montrer une culotte de cheval ». « Pédophile, en plus. J’alerte la sécurité ». « Non, non, non, madame, je ne voulais pas rentrer dans votre corps, je veux dire dans votre corpulence. En fait, j’ai déjà vu des chienchiens ridicules avec une petite culotte de chien mais je n’y connais rien en chevaux ». « Dites, monsieur, on n’est pas à Vincennes, ici ». « Heuuu, qu’y a-t-il à Vincennes, madame ? ». « Un hippodrome ». « Ha ! Et, heuuu, c’est loin, Vincennes ? Parce que, voyez-vous, hier j’ai promis à quelqu’un de lui ramener une culotte de cheval ». « En tout cas, monsieur, vous n’aurez pas la mienne. Au revoir ». « Heuuu ».

13/02/2010

Cherche la culotte de cheval (jour 1)

« Papa ». « Oui, gamin ». « Hier le papa de Cédric a dit que la directrice de l’école avait une culotte de cheval et il a bien rigolé. Je n’ai pas osé demander pourquoi ». « Tu as parfaitement raison, gamin, il ne faut pas demander quand on n’ose pas ». « Est-ce que ce qu’on n’ose pas demander on peut le demander à son papa, papa ? ». « Gamin, un gamin peut tout demander à son papa ». « Papa, c’est comment une culotte de cheval ? ». « Heuuuu. Il est tard, gamin, laisse-moi le temps de la réflexion ». « Mais, papa, il n’est pas tard, tu en es seulement à ton premier apéritif ». « Oui, gamin. Tu as raison, gamin. Je m’en verse un deuxième ». « C’est comment une culotte de cheval, papa ? ». « Promis, gamin, au risque de passer pour un pédé, demain je serai au rayon lingerie du supermarché. Si ce n’est pas trop cher je t’en rapporterai une ».

05/12/2009

Cherche à oublier ma peur

Horreur. Quand je suis rentré du boulot le gamin était déjà là. " Papa, papa, viens voir, j'ai mis la chorale pour Noël ". " La chorale ? ", lui dis-je, d'un air interrogatif et anxieux. " La chorale à cheval, papa ". " Ah non, hein, gamin, et qui va devoir nourrir les chevaux " lui dis-je depuis les toilettes où je soulageais un besoin pressant. " Et les voisins d'en dessous, ceux du quatrième, hein, gamin, tu y as pensé aux voisins du quatrième, quand ils vont entendre tagaflop, tagaflop. Et le crottin, hein ? Je veux bien le balancer une fois depuis le balcon du cinquième mais, tous les jours jusque Noël, jamais. Sais-tu, gamin, que le cheval hennit, et, hennit soit qui mal y panse, je me vois mal panser des chevaux ". " Papa, ce sont de petits chevaux de bois ". " Ah bon, des chevaux de bois. Attends, gamin, j'arrive mais cette saloperie de merde de tirette de braguette est coincée dans mes poils et, aïe, je n'arrive pas à me, aïe, décoincer ". " Ciseaux, papa ". "Merci, gamin. Ouf ". " Papa, viens voir la chorale à cheval ". " Oh, gamin, que c'est beau ".

026

11/09/2009

Cherche psy dodo canapé

Je me suis trompé de photo quand mon psy m'a demandé si j'en avais une de moi quand l'étais jeune, pour voir si j'avais déjà la bosse des maths, le creux de la vague, la langue bien pendue, la culotte de cheval, les nerfs à fleur de peau, les guibolles qui flageollent, un poil dans la main, une odeur de moquette fumée, les seins qui louchent, les dents de la mère, une cervelle d'oiseau, des pieds de porc, une langue de boeuf, les dents du dessous qui baignent, les pieds dans le plat, l'oeil de Moscou, la rate qui se dilate, les deux doigts dans le nez, le nez en trompete, une tête à claques, les tripes à la mode de Caen, le waterzooï à la gantoise, la tête pressée entre deux saindoux comme chez le boucher, une côte à l'os, un oeil qui dit coucou à l'autre, un coucou qui sort quand c'est l'heure, un cheveu sur la langue, une langue de bois. Quel questionnaire j'ai du subir. Ah, il faire beaucoup d'études pour être psy. C'est quand je lui montré la photo que ça c'est gâté. " Vous avez besoin de vacances. Et tout de suite. Mais pas dans mon canapé. Allez, réveillez-vous ".

1426

12/07/2009

A vendre : de la litière

Tout le monde peut se tromper. Comme dit un proverbe kandibandaihistandais : celui qui n'a jamais pêché n'a jamais attrapé de poisson. Je suis allé acheter de la litière en promotion pour Kiki et Pipette, les hamsters du gamin. Quelle ne fut pas ma surprise quand, ouvrant le coffre de mon Albert Lingo, je découvris qu'il s'agissait de litière pour cheval. Il n'y a plus qu'à acheter un cheval, me direz-vous. Un cheval, au cinquième étage, c'est difficile, l'ascenseur est trop petit. Alors je vends la litière. Voici le descriptif en photo :

038

01/02/2009

Cherche un anti-mousse puissant

J’adore le cassoulet et les lentilles. Il paraît que c’est plein de fibres et que ça tricote dans l’estomac. « Laisse Thomas dans l’étalon » aurait dit Jésus lors de l’avant-dernière cène quand Thomas était parti, seul, la main sur sa braguette, pour aller pisser, de nuit, dans un pré voisin du restaurant et, croyant que c’était la chasse des toilettes, aurait tiré sur quelque chose de chevalin, lequel cheval, peu gay, n’aimant pas qu’on tire la sonnette d’alarme facétieusement, lui aurait rué dans les brancards. Ceci n’était qu’une parenthèse inutile mais, quand ça traverse l’esprit, il faut que ça ressorte  Bon, c’est sorti. Donc, disais-je, cassoulet et lentilles suivi d’un bain bien arrosé de bain-mousse, ça ne fait pas bon ménage. J’ai du m’enfuir et courir dans la rue couvert de mousse. Je cherche un frein à mousse de bain comme il y a, paraît-il, dans les trois en un des lave-vaisselle.

28/06/2008

Cherche Napoléon pour le gamin

« Papa, j’ai un devoir sur Napoléon. C’est qui, ce type ? ». « Heuuu, attends que je me souvienne. Napoléon. Ah oui, je vois, question morts, ce type était à Hitler ce que les pyramides sont à un château de sable ». « Madame dit qu’il dormait sur son cheval. C’est vrai, papa ? ». « Gamin, quand tu dors, parfois tu te retournes dans ton lit. Napoléon, quand il dormait sur son cheval et qu’il se retournait, quand il criait Hue, il se cassait la gueule ». « C’est pour ça que sur la photo que madame a montré il se tient les côtes ? ». « Tu vois, gamin, je n’invente rien ». « Papa, madame dit que c’était un grand homme ». « Gamin, ta madame a des phantasmes sur les nains. Je me demande pour qui elle voterait si elle était française ».  « Il a voulu faire l’Europe, papa ». « Gamin, explique-moi pourquoi les anglais ne connaissent pas l’euro et roulent à gauche, hein ». « Ils ne sont pas européens, les anglais, papa ? ». « Ben, heuuu ». « Papa, tout le whisky que tu t’enfiles, il vient d’où ? ». « Ben, heuuu ».

27/06/2006

Cherche un pince-nez à filtre

J'ai attrapé une crise d'éternuement. Atchaaaaa. C'était à l'école du gamin. Atchaaaaa. Atchaaaaa. J'étais sur scène derrière le papa de Justin. Lui, il faisait la tête et les pattes de devant du cheval et moi, plié en deux, je faisais le corps et les pattes de derrière. Atchaaaaa. Atchaaaaa. Il était à l'air libre, lui. Atchaaaaa. Moi, sous une couverture qui devait déjà exister au temps des cavernes. Atchaaaaa. Il y avait plus de poussières que de tissus. Atchaaaaa. Atchaaaaa. Les enfants étaient, paraît-il, sidérés. Atchaaaaa. Ils avaient appris à l'école qu'un cheval fait Hîîîîîîî. Je ne savais faire que atchaaaaa. Le papa de François, qui devait faire le cow boy, était plié en quatre de rire. Il n'arrivait pas à dire son texte. "Je suis la terreur de loulou, ha, ha, ha, je suis, hi, hi, hi, la terreur de l'Ouest". Moi : "Atchaaaaa". Le week end prochain on refait ça à l'école des filles. Ce serait idiot de ne pas profiter du prêt de la couverture, a dit le directeur commun aux deux écoles. Je cherche d'urgence un pince-nez efficace.

06:59 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : gamin, papa, cheval, fete |  Facebook |

17/05/2006

Cherche un rez-de-chaussée libre quelques heures par jour

Pour me calmer, je dois faire de l'hypothérapie. Les collègues sont chouettes et m'ont appris que ça vient des grecs, comme hypoteck, cheval de bois, hypocampe, camping pour cavaliers, hypotalanus, avoir un cul de cheval, hypoglycémie, suppositoire pour fièvre de cheval ou hypocondriaque, cheval dire à maman. A propos de maman j'ai retrouvé chez elle le cheval à bascule de quand j'étais petit et je l'ai ramené. Je fais mon hypothérapie au cinquième, un peu comme ceux du deuxième droit qui ont un vélo sans roue. La psy m'a dit que l'important, c'est l'ambiance et que je dois oublier celle du bureau au plus vite. Je dois m'entraîner à l'ombre des regards envieux avant d'aller vagabonder à cheval dans le parc communal. Alors, en selle ! "Tagaflop, tagaflop, tagaflop". J'ai déjà voulu faire du saut d'obstacle, au dessus du tabouret, mais j'ai grandi et mes genoux coincent un peu. Le cheval s'est cabré. J'ai entendu Hiiiiiiiii. Ce n'était pas le cheval mais une des dernières souris qui hantent l'appartement. Hop, une de moins. "Au pas, camarade, au pas, camarade, au pas, au pas, au pas". La guerre est déclarée. Pas encore celle avec les Tuniques bleues mais avec ceux du quatrième. Ils disent qu'à chacune de mes escapades équestres, c'est comme s'il y a avait de l'orage chez eux. Ils veulent me foudroyer. Je cherche un rez-de-chaussée libre, ou habité par des sourds.

08:39 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cheval, psy, velo |  Facebook |