25/05/2010

Cherche la fête des voisins

« Monsieur Gonzales ! ». « Ah, Biloudionne ! ». « Gonzales, en cette année 2010 la fête des voisins aura lieu ce vendredi 28 mai ». « Ah ! Bonne fête, Biloudionne, ma nous chommes pas voichins. Tou es dou chinquième et yé chouis du trouachième ». « Gonzales, ce n’est pas un étage qui va nous séparer, voyons. Vous aimez l’Italie ? ». « Ma, Biloudionne, you save què yè souis portougalèze ». « Je sais, Gonzales, mais je voulais vous inviter, vous et votre dame, pour déguster ma spécialité italienne : des raviolis. Et des bons, hein, fabriqués en Belgique. En Belgique du nord, mais, jusqu’à présent c’est encore la Belgique ». « Et yé fé quoua ? ». « Le reste, Gonzales : l’apéritif, les zakouskis, l’entrée, le dessert. Ok ? ». « Yé penche qué nous save oune réounionne avé des zôtres portougalèzes vendredi ». « Ah bon. A plus, Gonzales ». « A plouche, Biloudionne ».

09/10/2009

Cherche le dessert

 « Papa, tu dois donner la solution de l’énigme ». « Oui, gamin. C’était une fontaine, à Reims ». « Chez les rince-doigts, papa ? ». « Chez les rémois, gamin. Reims, rémois. Paris, parisiens. Liège, liégeois. Ostende, ostendus. Namur, namurois. Charleroi, caroloringiens. Je sais, c’est un mauvais exemple ». «  C’est plus facile de dire barakis, hein, papa ». « Gamin, arrête de dire des bêtises. Il y a beaucoup de carolos qui ne sont pas en prison. En plus, c’est à Charleroi que je vais au Comédie Central voir François Pirette, Pierre Theunis, André Lamy, William Duncker , Eliott et les autres. Pour savoir qui c’est il suffit d’aller sur http://blaguesdeouf.skynetblogs.be , dans la colonne de gauche. Une blague par jour, en forme toujours ». « Papa, tu crois m’intéresser avec ça ? ». « J’ai compris, gamin. Tu veux une blague pour raconter à l’école, c’est ça ? ». « Oui, papa ». « C’est l’histoire qui m’est arrivée dans un restaurant où je suis allé, pas cher, où le menu comprenait un apéritif et un chips, potage du jour ou de la veille selon le nombre de clients du jour d’avant, plat selon inspiration du patron et contenu du surgélateur, dessert et surprise ». «  Et c’était quoi la surprise, papa ? ». « La surprise c’était qu’il n’y avait pas de dessert, gamin ». « Et alors, papa ? ». « Au dessert ma nouvelle petite copine a disparu »

009

21/05/2009

Cherche le dénouement

Je ne dors plus. On m’annonce que je dois être mûr pour enlever le plâtre. J’ai peur d’un massacre à la tronçonneuse. Je n’en ai pas mais j’ai déjà vu une tronçonneuse. Si j’éternue pendant le spectacle je serai transformé en rondelles, en carpaccio sans le parmesan, la roquette et le vinaigre balsamique. Mon Dieu, c’est ma dernière volonté : j’ai envie d’un carpaccio, un vrai. Un carpaccio en entrée. Après, un américain (steak tartare pour les français) frites mayonnaise. Trou normand à l’Eau de Villée et, ensuite, puisqu’il faut manger du poisson pour le phosphore, douze cuisses de grenouilles à l’ail. Attention : pas douze fois une cuisse mais douze fois deux cuisses. Pas des cuisses de grenouilles unijambistes. Une grenouille unijambiste ça tourne en rond, dzoing, dzoing, dzoing, comme moi quand j’essaye de me gratter avec mon plâtre à gauche quand ça chatouille au cou du côté droit. J’a dit au cou mais ailleurs c’est le même. Seigneur, j’ai honte de vous embêter avec mes petites histoires. C’est pourquoi je vous laisse le choix du dessert, avec une petite préférence pour une crème glacée à la vraie vanille surmontée d’un bon chocolat belge. Mon Dieu, le dénouement est proche. Donnez-moi la force de ne pas éternuer pendant la tronçonneuse.  

05/07/2008

Cherche à copier l'idée

« Gamin, c’est incroyable ». « Quoi, papa ? ». « Je n’ai plus d’idée ». « C’est normal, papa. J’ai remarqué que ça fait une semaine que tu n’as plus d’idée, papa. Alors, tu fais quoi ? ». « Je vais prendre celle des autres ». « Donner c’est donner, prendre c’est voler, la lala lère ». « Mais non, gamin. C’est une idée de Rafaël, un pote aux blogonautes ». « Tu parles aux poteaux, papa ? ». « ? ». « T’as dit poteau, papa. Tu as de la chance d’avoir mis un point d’interrogation pour exprimer ton étonnement. Si tu avais mis ta tête il y en a qui se seraient écroulés de rire sur leurs claviers ». « Gamin, je t’interdis de montrer ma tête, je ne me suis pas rasé ce matin ». « Et ton poteau, il dit quoi ? ». « Vois-tu, gamin, les vacances, c’est fait pour faire des choses qu’on ne fait pas ». « Tu vas t’acheter un maillot et apprendre à nager, papa ? ». « Gamin, ne te moque pas, s’il te plait. Ce n’est pas parce que je ne suis pas allé sur la lune avec le trompettiste que je ne sais pas rêver ». « Quel trompettiste, papa ? ». « Armstrong, le type du tour de France ». « Et ton poteau, papa, il dit quoi. Tu fais perdre du temps aux gens qui te lisent en écrivant des bêtises ». « Cambrai ». « ? ». « Gamin, maintenant c’est ta tête qui vaut de l’or. Voyons, gamin, c’est à Cambrai qu’on fait les meilleures bêtises. A Garenne qu’on trouve de délicieux lapins. Dans le bois de Boulogne qu’on taille les meilleures pipes ». « On fait quoi, papa ? ». « Laisse tomber, gamin, ça m’a échappé, je me croyais au bureau ». « Et ton poteau Rafaël ». « Il est génial. C’est du trois en un. Un, il donne un air frais à l’humour sur les blogs. Deux, il débouche le bouchon inextricable de ton occupation ici durant tes vacances. Trois, il nous rend le sourire d’un dessert inattendu ». « C’est quoi le dessert, papa ». « Gamin, essaye de soulever ces sacs ». « Houlala. Impossible, papa ». « Gamin, regarde ce qu’il y a dans les sacs ». « Oh, des smarties. Papa, tu vas tapisser l’appartement avec des smarties ? ». « Non, hein, gamin. Les smarties, ça fond dans la bouche, pas dans la main. C’est comme le type qui dit à la pute. Heuuu, oublie, gamin, je me croyais au bureau ». « Tu vas faire quoi avec les smarties, papa ». « Moi, rien. Toi, tu vas suivre la recette de Rafaël, tu vas les éplucher et ainsi on va se fabriquer de la mousse au chocolat ».

18/09/2006

Cherche à être absent (3)

Mes vacances : une journée en autocar de luxe. Le matin, de 6 h 45 à +/- 14 h, ramassage des participants à 23 endroits, puis démonstration. Départ pour le tour de ville et le restaurant. L'accompagneur : "Vu les travaux, nous allons faire demi-tour". Moi : "Hé, ho, sur le programme, c'est écrit tour de ville et pas demi-tour". "Applaudissons l'humour de monsieur et allons manger la boulette sauce tomate". Moi : "Hé, ho, sur le programme, il y a un s à boulettes". "Ha, ha, rassurez-vous, c'est une boulette par personne. Mais après, vous pourrez acheter des desserts". Moi : "Hé, ho, on est venu pour un tour de ville, des boulettes gratuites et une démonstration, hein, pas pour des desserts payants". "Rassurez-vous, monsieur, il y aura une deuxième démonstration". Moi : "Vous organisez souvent des tours de ville comme ça". "Voila, nous sommes arrivés. N'oubliez pas de passer aux toilettes. Monsieur, je veux vous voir à la descente du car. Moi : "Aïe, aïe, aïe, je vais devoir rentrer à pied ?". "Non, non, mais vous savez, pour les boulettes, vous en reprendrez autant que vous voulez. C'est bourré de petits vieux, le temps qu'ils fassent la file aux toilettes et le temps du repas sera terminé". "C'est vraiment bien organisé chez vous, j'attends la suite. En attendant, à la boulette". A bientôt pour la suite.