09/09/2009

Cherche l'araignée (suite)

" C'est grave, docteur ? ". " Quoi donc ? ". " Je vois des araignées partout, docteur ". " C'est peut-être parce que vous avez des fourmis dans les jambes ". " Docteur, enfin, pourquoi pas des coléoptères sous les aisselles et des collés au cul où je pense ". " Vous pensez à quoi ? ". " Je pense que je vais encore dépenser des euros pour une consultation à la con ". " Dites donc, si je ne vous plais pas, payez-moi tout de suite et basta ". " Docteur, avant de partir, j'ai besoin d'une pommade car j'ai des rougeurs sur le ventre. Et aussi sur les bras. Et aussi sur les jambes. Et aussi sur le visage. Et aussi un peu partout ". " Déshabillez-vous ". " Heuuuu, oui ". " Je vois ce que c'est ". "C'est grave, docteur ? ". " Qui fait le ménage chez vous ? ". "Heuuu, personne, docteur ". " Et qui aspire ? ". "Moi, docteur, j'aspire à avoir une retraite anticipée ". " Je veux dire qui aspire avec l'aspirateur ". " Il est bouché, docteur. On m'a dit que je dois le vider mais je ne sais pas comment ". " Vous n'avez qu'à changer le filtre ". " Docteur, je n'ai pas payé mon entrée pour le salon des arts ménagers, je vous demande comment faire pour éliminer ces boutons qui me chatouillent ". " Vous ne voyez pas des araignées partout, vous avez des araignées partout. Vous devez les éliminer ". " Docteur, accélérer en voiture pour éliminer un faiseur de crottes sur les trottoirs, d'accord, mais pas une dentellière qui tricote son piège à mouche ". " Alors commencez par éliminer les mouches et les dentellières iront faire leurs toiles ailleurs ". " Où, docteur ? ". " Au Vénézuela, en Papouasie, au Kandibandistan, on s'en fiche. Pas de mouche, plus d'araignée et plus bobo qui chatouille partout. Compris ? ". " Heuuu, oui enfin, presque. Je fais comment, docteur ? ". " Payez-moi d'abord et je vous donne la réponse ". " Voilà, docteur. Et maintenant je fais quoi ? ". " Vous allez acheter un spray anti-mouches ". " Heuuu ".   

008

17/08/2009

Cherche la vocation du gamin

Je le sens gros comme une maison, le gamin a ce qu'il faut pour devenir chirugien. (une photo du demi poulet avant dissection a été postée le 15 août) Il faisait pluvieux ce jour là et, en papa responsable et éducatif, j'ai entrepris d'ajouter à la culture du gamin la culture du poulet, autrement dit comment retirer et trier le 'à manger' et le 'à pas manger' d'un poulet précuit acheté dans une barquette sans le laisser tomber par terre plus de quatre fois parce que le poulet précuit ça glisse quand il est chaud. Première leçon : travailler avec le poulet précuit refroidi si vous l'avez chaud et refroidi aussi si vous l'avez acheté froid et réchauffé par erreur. Et de un, ça glisse moins, et de deux on ne se brûle pas les doigts. Deuxième leçon : si le poulet précuit a été acheté chaud et est destiné à être consommé tout de suite, ne le laisser pas refroidir, manger ce que vous avez à manger et laisser ce qui reste refroidir après. Jusque là le gamin a tout compris. Troisème leçon : confisquer les objets chirurgiquaux du docteur Maboul, le poulet n'est pas un jouet, c'est de la nourriture et on ne joue pas avec la nourriture sauf avec la purée assez ferme avec laquelle on peut faire des sculptures. Mais ce n'est pas du jeu, c'est de l'art. Quatrième leçon : vas-y gamin, prends les outils qui te semblent utiles et débrouilles toi. Scié. Pas le poulet. Moi, j'étais scié de voir comment il s'y est pris, Il a scalpé le poulet, l'a désossé. J'ai même appris des choses : il faut trier les déchets de poulet entre les recyclables et les non recyclables. Les os, par exemple, et spécialement les petits pointus, sont à jeter Les peaux et cartilages sont à donner aux animaux. Le gamin m'a appris que je ne devais pas mettre ces déchets sur le balcon car, au cinquième étage, je ne vais nourrir que des mouches. Je dois les déposer dans le parc, mais pas sur les bancs. Voici le résultat du tri sélectif du gamin : 

002

05/08/2009

Récit d'un ketchup 10

« Détendez-vous, tout ira bien ». « Pour vous, oui, je n’en doute pas, docteur ». « Allons, allons, détendez-vous ». « Dites, docteur, vous me prenez pour une corde à linge ? ». « Pour l’anesthésie, vous avez le choix : la normale, celle de luxe nettement plus chère ou la moins chère ». « C’est une question à dormir de bout, ça, docteur ». « Vous voyez bien que l’anesthésie est indispensable. Allez, allongez vous et ne vous relevez plus. Répondez à ma question ». « La moins chère, docteur ». « Bien. Fermez les yeux. Fais dodo, Colas mon p’tit frère, fais dodo, t’auras du lolo ».  

Pour ceux qui étaient en vacances sans ordi en juillet il y a intérêt à commencer la lecture à " Récit d'un ketchup 1 " le 27 juillet. 

23/05/2009

Cherche à libérer mon bras

« Aïe ». « Vous avez mal quand je pousse là ? ». « Aïe, non non, docteur, aïe ». « Vous êtes plutôt intellectuel ou plutôt manuel ? ». « Vous êtes bien curieux pour un orthodontiste, docteur ». « Orthopédiste ». « Ah bon, excusez-moi, docteur, je croyais que les orthopédistes c’était pour les pieds ». « Je m’occupe aussi des pieds, quand il faut choisir un plâtre de marche, par exemple ». « Ah non, hein, docteur, vous n’allez pas me mettre un plâtre de marche alors que vous venez de retirer celui de mon bras ». « Pour mon diagnostic j’ai besoin de savoir si vous êtes plutôt intellectuel ou manuel ». « Un peu les deux, docteur. Ma spécialité ce sont les raviolis. Tant que vous y êtes, dans les diagnostics, docteur, selon vous, ce sera Anderlecht ou le Standard qui sera champion ? Je dois parier avec un copain ». « Pratiquez-vous un sport ? ». « Je suis croyant pas pratiquant, docteur, dans tous les sports ». « Bon. Et du bricolage ? Des gestes violents ? ». « Heuuu. Ah oui, ça m’arrive ». « Je pense qu’il vaut mieux que vous portiez une orthèse maintenant le pouce et le poignet ». « Une hortèse, docteur, qu’est-ce donc ? C’est lourd à porter ? ». « Disons que c’est un plâtre amovible, en tissus élastique, contenant des plaques en acier, qui maintiendra votre poignet et votre pouce quand vous travaillerez manuellement ». « Amovible ! Heuuu, ça sa visse et ça se dévisse ? C’est une jambe de bois pour le bras ? ». « Vous verrez, c’est léger, ça s’attache avec du velcro ». « Ah bon, après le velpo le velcro. Docteur, et le vélo, c’est pour quand ? ». « Ah, vous faites du vélo ? ». « Du vélo d’appartement, docteur, pour avoir des cuisses fermes qui retarderont l’action des vers quand on m’enterrera. Un jour je l’ai descendu difficilement du cinquième par l’ascenseur pour circuler dans la rue mais il n’avançait pas. Des voisins m’ont dit que c’était normal parce qu’il n’a pas de roue. Vous comprenez ça, vous, docteur, un vélo qui n’avance pas ? ». « C’est comme vous ». « Ah bon ! »

08/05/2009

Cherche à quoi je pense

« Bonjour, docteur ». « Bonjour, patient ». « C’est vrai, ça ! Il faut être patient pour venir chez. Vous savez, je n’ai pas de la patience à revendre, j’ai tout vendu à une brocante à l’école du gamin ». « Allongez-vous. Racontez-moi ce qui vous passe par la tête ». « Docteur, si je fais ça, j’en ai pour dix ans. J’ai peur d’aller sur le balcon parce que j’ai le vertige et que j’habite au cinquième, je cherche comment ne pas me brûler en chauffant la boîte de raviolis, je dois me relever à quatre heures du matin parce que j’ai pipi, Pipette la dame de Kiki le hamster du gamin me mord quand je la prends après avoir ouvert une boîte de miettes de thon, mon chef ne veut pas que je monte en grade et que je puisse faire des photocopies couleurs car il dit que vais me mélanger les pinceaux, je n’ai pas trouvé l’énigme de Rafaël depuis deux semaines, j’ai mal aux genoux parce que je vais désherber à quatre pattes chez un ami. Docteur, je commence par quoi ? ». « Ouvrez légèrement les yeux et dites-moi à quoi vous pensez ». « J’ai trouvé, docteur. Vous devriez repeindre votre plafond ».

07:27 Écrit par Fanny dans petites annonces | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : docteur, patient |  Facebook |

30/04/2009

Cherche l'énigme

« Docteur, pour les séances de divan, faites-vous des abonnements à prix réduit ? ». « Non, pourquoi ? ». « Je crois que ça va être long avec moi, docteur. Je suis une énigme pour moi-même ». « Qu’est-ce qui vous turlupine aujourd’hui ». « Je n’aime pas ce mot, docteur. Je n’ai plus turlupiné depuis des années-lumière. Il n’y a plus de lumière, docteur. Quelqu’un a du couper le courant ». « Avez-vous des indices sur l’origine ». « Quelqu’un m’a dit que je faisais une obsession sur les raviolis ». « Ah bon ! Je ne vois pas le rapport ». « Vous voyez, docteur, vous ne voyez rien non plus. Pas de rapport, c’est ça qui me turlupine ». « Mais ! ». « Docteur, moi je peux le dire. Je paye pour le dire ». « Sans vouloir vous demander le prix d’une séance, expliquez-moi comment vous préparez les raviolis ». « En ouvrant une boîte, docteur ». « Bien, bien. Ensuite ? ». « Quand c’est chaud j’appelle le gamin pour qu’il vienne à table ». « Je veux dire : entre les deux que faites-vous ? ». « J’allume le gaz. Le gamin n’aime pas les raviolis froids ». « Bien. Racontez-moi. Que mettez-vous sur les raviolis, du gruyère, du parmesan, du persil de la ciboulette ? ». « C’est quoi ça, de la ciboulette, docteur ? ». « Ce sont de fines herbes qu’il faut couper en tout petits morceau ». « C’est trop dangereux la ciboulette, docteur ». « Mais non, c’est bourré de vitamines ». « Je veux dire que c’est dangereux pour moi si je dois la couper en petits morceaux, docteur. Je n’ai déjà pas facile pour ouvrir la boîte, j’en mets partout, d’ailleurs je ne mets plus les raviolis dans une casserole, ça fait trop de vaisselle, je chauffe la boîte ». « Mais il n’y a pas de manche à une boîte ! ». « Je sais ». « Et alors ? ». « J’attends que ça refroidisse. Une expérience m’a suffit. Pas con, hein, docteur ». « Ce sera tout pour aujourd’hui. Vous restez une énigme pour moi ». « A propos, docteur ». « Oui ». « Pour la prochaine fois mettez plus de coussins sur le divan ».

29/04/2009

Cherche un divan occupé

Driiing. « Encore vous ! ». « Docteur, bonjour. Je voudrais m’allonger ». « En ce moment j’ai une jeune dame en consultation et je n’ai qu’un seul divan ». « Magnifique, docteur, vous allez pouvoir faire du deux en un. Vous savez, le cumul est fort à la mode maintenant ». « Peut-être, mais pas les cumulets sur mon divan ». « Oh, docteur, rien qu’une fois s’il vous plait. Si ça marche vous serez l’inventeur de la méthode de la bête à deux dos. Rien qu’une fois, docteur ». « J’ai dit non et je ne comprends pas votre insistance ». « Docteur, vous êtes au même prix qu’un hôtel de passe mais vous êtes remboursé par la mutuelle ».

28/04/2009

Cherche le bon mot

« Rebonjour, docteur ». « Comment allez-vous ? ». « Bof, j’ai des, heuuu, des, heuuu, des, zut, merde, crotte, di djû, j’ai des, heuuu ». « Des trous de mémoire ? ». « Oui, docteur. J’ai des trous de mémoire ». « Alors payez moi la séance tout de suite ».

08:11 Écrit par Fanny dans petites annonces | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : docteur, mot, bon mot, trou, zut, crotte |  Facebook |

23/11/2007

Cherche un bon docteur

« Docteur, je viens pour ma tête, j’ai difficile à me concentrer sur ce qu’on me dit ». « Je vois, je vois, quel est votre métier ? ». « Je travaille dans un bureau ». « Je vois, je vois, dans quel tiroir ? ». « Heuuu ».

01/10/2007

Cherche le bon mot

« Bonjour, heuuu, docteur. J’ai des trous ». « Ah. Où ? ». « Heuuu, de mé, de mé, de mémé, heuuu, j’oublie des choses. Que dois-je faire ? ». « Je vois, vous avez des trous de mémoire. Nous allons examiner ça. Mais payez moi d’abord ». Heuuu.

10/05/2007

Cherche à soigner ma tendinite.

« Monsieur, votre mal à l’épaule, c’est une tendinite, vous allé être privé de tennis pendant quelque temps ». « Je m’en fiche, docteur, je ne sais pas tenir une raquette ». « Qu’avez-vous fait pour attraper ça, alors ? ». « J’ai semé trente kilos d’oignons à la volée ». « A la volée ! Comment ça ? ». « Je vous explique. Vous savez, je suis jardinier débutant mais je sens que je vais passer dans la catégorie des débutants expérimentés. A la volée, c’est semer comme çà, aïe, le geste d’Auguste le semeur mais verticalement ». « Pourquoi verticalement ? ». « J’ai essayé à l’horizontale mais mes oignons atterrissaient dans les parcelles des autres. C’est idiot, non ? ». « Résumons-nous : plus de geste du bras vers le haut pendant quelques semaines, compris ». « Et repeindre mon plafond ? ». « Postposez ». « Et les crêpes ? ». « Postposez ». « Et mon petit jardin ? ». « A quatre pattes, d’accord ». « Au revoir, docteur ».

22/11/2006

Cherche à dormir silencieusement

"Je t'èèèèèèèèmeu, ah queue je t'èèèèèèèèème, je t'èème, je t'ème, je t'ème, dzim boum tralalalère, je t'èèèèèèèèème, je t'èèèèèèèème, boum boum boum, y a mon coeur qui fait boum boum boum, je t'èèèèèèèème, ...". "Papa, j'arrive pas à dormir". "Ah, pourquoi, gamin". "Quand tu pètes la nuit, ça ne me dérange pas, quand tu ronfles, j'imagine une vieille locomotive mais, cette nuit, tu chantes". "Je chante quoi, gamin ?". "Des conneries". "Comment ? Et je dis quoi, hein". "Elio Diroupo, Vanneco, Flahaut, Milkey". "Gamin, c'est promis, demain je vais chez le docteur". Je cherche un truc pour fermer ma gueule quand le gamin est là.