23/10/2009

L'énigme d'hier

Voici la photo du potiron proposé dans l'énigme d'hier dans sa position normale, c'est-à-dire allongé comme un naturiste sur la plage, le cul dans le sable et la queue en l'air. Les observateurs avertis auront constaté, sur la photo d'hier, l'absence de spores sur le champignon proposé. Or, pour les spores, l'important est de participer comme a dit monsieur Jacques de Coubertin un jour ou il avait trop bu parce que, maintenant, les spores c'est le pognon, le pognon, le pognon. C'est pour ça que je ne suis pas riche, je ne fais pas de spores. Bien sûr je dois produire des spermatozoîdes, naturellement, comme ça, sans chercher à le faire, bêtement, complètement bio, prêts à faire la course mais pas de spores ni de sponsor. Or, il faut faire des spores pour garder la santé. Et garder la santé pour faire des spores. C'est vicieux, ça. C'est ce qu'on appelle un cercle vicieux. Et, quand on tombe dans un cercle vicieux, il vaut mieux se cacher dans un coin (si ça ne fait pas tilt chez vous ce n'est pas grave : 1. relisez et 2. si pas d'effet allez dormir. Je suis bon prince. Puisqu'il s'agit de l'énigme d'hier, je signale qu'il n'y a pas de coin dans un cercle. OK, ça va, les spores cérébrales fonctionnent ?). Je sais que l'immensité des lecteurs avait pigé (douze) mais bon, il y en a un qui peine. Et la force d'une chaîne est égale à la force du maillon le plus faible. Parce que, connard, c'est le maillon le plus faible qui craque le premier.Craque nom di dju, que je puisse continuer normalement avec les autres. Au revoir, Lucien, fais un gros dodo. Soyons sérieux : je n'arrive pas à départager les vainqueurs de l'énigme parce que personne n'a répondu à la question Combien de réponses exactes recevrons-nous avant le cachet de la poste faisant fois. Je sais, j'ai oublié de mentionner cette question. Mais, avez-vous vu, vous, sur les pots de yaourt, sur les soupes en boîte, sur le thon au naturel vendus par trois, un concours dont la dernière question n'est pas : combien de réponses recevrons-nous avant la date de péremption de la saloperie que vous venez d'acheter. Veuillez m'excuser pour cet oubli.

029 (5)

17/09/2009

Bébé assume l'intérim - 5

Coucou, c'est Bébé, Bag-in-Box sans le Box, la danseuse du Vin Rouge, un moulin qui fait son blé à Paris avec les touristes belges en quête de sensations. Je suis en charge de ce blog depuis le pétage de plomb de son propriétaire. Aujourd'hui j'ai branché la webcam. Pour vous voir. Je vous regarde droit dans les yeux et je vous entends droit dans mes grandes oreilles que j'ai hérité de papa. C'est comique la webcam. Je vois une jolie nana en train de pondre un poème, une autre qui prend des photos de ses fleurs, un type qui passe son temps le jeudi à énerver les autres avec ses énigmes, des chats et des chiens perdus ou à la recherche d'une maison d'accueil, la météo. Zut, j'ai poussé sur une mauvaise touche. Est-ce que j'ai l'air d'être une passionnée par la météo ? Malgré mes rondeurs je vis sur les planches. Ah, que c'est bon de vous voir. Je remercie monsieur Web Cam. Je sens que je vais bien dormir. A demain. 

027

05/04/2009

Cherche à couper un bout de sot mier

Il n’y a pas de sot mier, il n’y a que de sottes gens (Blanche Laurent, grand-mère maternelle de Biglodion, ayant vécu à l’époque où les filles croyaient qu’elles attraperaient le ventre rond si elles donnaient la main à un garçon). A propos de sot mier, je cherche une scie à métaux d’occasion pour couper le bout de ressort qui me rentre dans le postérieur quand j’essaye de dormir.

13/01/2009

Cherche à vendre une guirlande

J’avais, et j’ai encore mais je cherche à la vendre, une guirlande de noël qui va, qui ne va plus, qui va à nouveau, qui s’éteint, qui se rallume sans qu’on le lui demande, et puis hop, c’est le noir, elle fonctionne à nouveau, paf c’est le noir absolu, elle revit et tout s’éclaire, hop elle a disparu. Impossible de résoudre un sudoku dans ces conditions alternatives. Le sudoku c’était mon menu de réveillon, avec un paquet de chips nature et un paquet de chips paprika, des olives à l’ail et un paquet de cure-dents pour piquer dans les olives. J’essayais de profiter des moments de noir pour manger mais je piquais dans les chips au lieu de piquer dans les olives. Et, j’en suis témoin, un chip ça vit. Quand on le pique avec un cure-dent il explose. Nuit dramatique vu que je réveillonnais dans le lit avec le carnet de sudoku, les olives et les chips. Je ne souhaite à personne de dormir dans un lit recouvert de chips piqués au vif. S’il y avait eu du soleil j’aurais pu m’imaginer être sur la plage, piqué aux fesses par des coquillages. Mais pas fin décembre, voyons. Plutôt que d’enguirlander ma guirlande électrique, je la vends. Telle qu’elle est, elle va, elle va pas, elle va, elle va pas. Faire offre.  

20/10/2006

Cheche à payer l'essence (suite 3)

"Bonjour, madame, c'est la pompe quatre". "53 euros 69. Attention, Bancontact Mister Casch est en panne". "Ah, ah ah, ah ah ah, et je paie comment, hé, hé ?". "Uniquement en liquide, monsieur". "Ah, ah ah, ah ah ah, excuseeez-moi c'est nerveux. C'est parce que le seul liquide que j'ai c'est l'essence dans mon réservoir". "Monsieur, vous me devez 53 euros 69". "Ah, ah ah, ah ah ah, oh, hé hé, pour le 69 on peut s'arranger mais pour le 53, je ne connais pas. Demandez un dépanneur de Mister Flache". "C'est fait, monsieur". "Et bien, j'attend, hé hé". "Il sera là demain. Et arrètez d'imiter Daerden, ça m'énerve". "Haaa, hé, hé, hooo, je vais faire comme le gamin. Lui, il fait vacances à la neige, vacances à la ferme, vacances à la mer. J'ai vu que dans votre superette il y a de quoi prendre un copieux petit déjeuner. Je vais faire vacances à la station service. Avez-vous des chambres ?". "Des chambres, vous êtes fou !". "Hé, hooo, pas des des chambres à air, hé hé hé, des chambres pour dormir". "Monsieur, vous me devez 53 euros 69". "Mais vous êtes une têtue, vous, hé hé. Je plains monsieur". "Il n'y a pas de monsieur dans ma vie". "Ca ne m'étonne pas. Et bien, vous allez en avoir un, pour une nuit, dans votre garage. Dites-moi simplement où sont les toilettes et où je peux trouver un tire-bouchon".

 

(suite 1) "Dites, il est bon ce vin ?". "Monsieur, c'est du vin à 4 euros, je n'en bois jamais". "Moi oui, j'en prends quatre bouteilles, comme ça j'aurai du liquide, hé hé hééé". "Grosse bièsse". "Hé, mais vous faites de l'humour maintenant, la pompiste. Hé, hé hé, dites, une pompiste, ça fait des   ". "Salaud".  Paf. "Aïe". "Vous me devez 69 euros 69, cochon". "Hé hé hé, je vous jure que je ne l'ai pas fait exprès. Le vin, c'est pour ma soirée, en attendant le dépanneur de Mister Flache". "Monsieur, c'est impossible de dormir ici, payez-moi et partez". "Tuut tuut tuut, pas possible, je n'ai pas de liquide. A propos de liquide, où sont les toilettes ?".


(suite 2) "Alors, monsieur, on a la vessie nette ?". "La vaissinette, la vaissinette, je ne suis pas malade, moi. Dites, madame la pompon, la pompière, avez-vous des verres dans votre superette ?". "Des vers, dans ma quoi, non mais, je ne suis pas malade, moi". "Chère madame, je vous dois 69 virgule 69, j'ai acheté du vin et je vous invite ce soir à prendre un verre avec moi dans votre station service". "Grand fou". "Enfin, un mot gentil". "Vous ne pouvez pas dormir ici, monsieur, c'est interdit par le règlement". "M'en fous, hé, ho, poupée, je dors ici, j'attends le dépanneur de Mister Flache". "Monsieur, il est l'heure, je dois fermer". "Et bien, tu la fermes, c'est quoi ce matelas gonflable à 4,99 euros ?". "Il faut acheter pour 10 euros de chewing gum et alors vous pouvez    ". "J'achète les tchouwinne gomme et le matelas. Je vais dormir dessus. Sur le matelas, hé hé hé, pas sur les tchouwinne gomme".

(suite 3) "C'est quoi, cette sirène ?". "Monsieur, ne bougez plus, c'est vous qui déclenchez l'alarme. Dormez". "Ah, bon, je vais m'endormir. Je sens que je vais m'endormir dans cette superette de station service". "Taisez-vous, vous allez déclencher l'alarme". ...  "Biquette, je t'aime". "Qu'avez-vous dit ?". "Qui ? Moi ? Heuu, j'sais pas, je parle en dormant". "Si, si, vous avez dit quelque chose". "Si vous me parlez je ne pourrai pas dormir. Débranchez l'alarme, je vais chercher une autre bouteille de vin". "Mais, vous allez me saouler !". "Deux bouteilles de vin". "Et le matelas pneumatique, ça va ?". "J'ai peur de péter, pardon, de le péter, c'est un truc pour la plage, ça, pas fait pour dormir dans une superette de garage". "Grand sot". "Pas de familiarité, hein, moi j'attends le dépanneur de Mister Flache. Dodo, maintenant". ... "Biquette, je t'aime". "Vous avez parlé". "Et meeerde, je m'endormais. Vous êtes en chaleur ?". "Monsieur, je ne vous permets pas". "Débranchez l'alarme, je vais me taper une autre bouteille de piquette". "Non". "Comment, non ?". "Vous devrez d'abord me passer sur le corps". "Non, non, je vais faire le tour par les biscuits". "Je vous suis". "Ah non". "Si, si, c'est pour la facture".

Cherche à payer l'essence (suite 2)

"Bonjour, madame, c'est la pompe quatre". "53 euros 69. Attention, Bancontact Mister Casch est en panne". "Ah, ah ah, ah ah ah, et je paie comment, hé, hé ?". "Uniquement en liquide, monsieur". "Ah, ah ah, ah ah ah, excuseeez-moi c'est nerveux. C'est parce que le seul liquide que j'ai c'est l'essence dans mon réservoir". "Monsieur, vous me devez 53 euros 69". "Ah, ah ah, ah ah ah, oh, hé hé, pour le 69 on peut s'arranger mais pour le 53, je ne connais pas. Demandez un dépanneur de Mister Flache". "C'est fait, monsieur". "Et bien, j'attend, hé hé". "Il sera là demain. Et arrètez d'imiter Daerden, ça m'énerve". "Haaa, hé, hé, hooo, je vais faire comme le gamin. Lui, il fait vacances à la neige, vacances à la ferme, vacances à la mer. J'ai vu que dans votre superette il y a de quoi prendre un copieux petit déjeuner. Je vais faire vacances à la station service. Avez-vous des chambres ?". "Des chambres, vous êtes fou !". "Hé, hooo, pas des des chambres à air, hé hé hé, des chambres pour dormir". "Monsieur, vous me devez 53 euros 69". "Mais vous êtes une têtue, vous, hé hé. Je plains monsieur". "Il n'y a pas de monsieur dans ma vie". "Ca ne m'étonne pas. Et bien, vous allez en avoir un, pour une nuit, dans votre garage. Dites-moi simplement où sont les toilettes et où je peux trouver un tire-bouchon".

 

(suite 1) "Dites, il est bon ce vin ?". "Monsieur, c'est du vin à 4 euros, je n'en bois jamais". "Moi oui, j'en prends quatre bouteilles, comme ça j'aurai du liquide, hé hé hééé". "Grosse bièsse". "Hé, mais vous faites de l'humour maintenant, la pompiste. Hé, hé hé, dites, une pompiste, ça fait des   ". "Salaud".  Paf. "Aïe". "Vous me devez 69 euros 69, cochon". "Hé hé hé, je vous jure que je ne l'ai pas fait exprès. Le vin, c'est pour ma soirée, en attendant le dépanneur de Mister Flache". "Monsieur, c'est impossible de dormir ici, payez-moi et partez". "Tuut tuut tuut, pas possible, je n'ai pas de liquide. A propos de liquide, où sont les toilettes ?".


(suite 2) "Alors, monsieur, on a la vessie nette ?". "La vaissinette, la vaissinette, je ne suis pas malade, moi. Dites, madame la pompon, la pompière, avez-vous des verres dans votre superette ?". "Des vers, dans ma quoi, non mais, je ne suis pas malade, moi". "Chère madame, je vous dois 69 virgule 69, j'ai acheté du vin et je vous invite ce soir à prendre un verre avec moi dans votre station service". "Grand fou". "Enfin, un mot gentil". "Vous ne pouvez pas dormir ici, monsieur, c'est interdit par le règlement". "M'en fous, hé, ho, poupée, je dors ici, j'attends le dépanneur de Mister Flache". "Monsieur, il est l'heure, je dois fermer". "Et bien, tu la fermes, c'est quoi ce matelas gonflable à 4,99 euros ?". "Il faut acheter pour 10 euros de chewing gum et alors vous pouvez    ". "J'achète les tchouwinne gomme et le matelas. Je vais dormir dessus. Sur le matelas, hé hé hé, pas sur les tchouwinne gomme".