28/08/2010

Robert et les tuyauteries

« Robert, tu sais, nous sommes tous logés à la même enseigne. J’ai la même chose que toi à la maison ». « Quoi, tu as la chiasse chez toi et quand tu viens me voir tu fais semblant de rien ! Mais tu es peut-être contagieux. C’est peut-être de toi que j’ai attrapé ça. Tu dois être mis en quarantaine. Tu ne dois plus venir me voir pour me remonter le moral, je le remonterai moi-même ».  « Robert, calme-toi. Je parlais de ta tuyauterie bouchée en aval de l’estomac. A la maison, c’est la même chose avec le pommeau de douche : plus d’averse mais un pipi de chat ». « Infirmière, infirmière ». « Robert, tu as une sonnette ». « Infirmière, dring dring, vite, il y a un exhibitionniste qui m’énerve dans la chambre ». « Robert, mais tu délires ! ». « Dring, dring, un pommeau de douche, non mais, un pommeau de douche, môssieur a sa tuyauterie bouchée ! ». « Robert, fais dodo, ça te fera du bien ». « Alors, sors ». « Heuuu. Oui, Robert ».

25/09/2009

Cherche la sécurité en vacances

« Papa, je sais où tu es allé en vacances ». « Impossible, gamin ». « Si, papa, c’est possible ». « Non, gamin, ce n’est pas possible ». « Si, papa, c’est possible et possible c’est français ». « Mais j’étais, heuuu, comment dire, dans une colonie de vacances à douche le matin, le midi et le soir. Nous étions gardés et surveillés, sans visites autorisées ». « Mais tu pouvais sortir, hein, papa ». « Bien sûr, gamin, des vacances durant lesquelles tu ne peux pas sortir de l’hôtel, ce ne sont pas des vacances, c’est la république dominicaine. Moi, j’étais en vacances de remise en forme ». « A Luxeuil-les-Bains, papa, en république française ». « Gamin, tu m’as suivi ? ». « Mais non, papa, j’ai ramassé un papier tombé de tes poches quand tu es rentré. J’ai lu Luxeuil-les-Bains, sorties autorisées et j’ai vu un gribouillis ». « Le gribouillis c’est la signature du médecin, heuuu, je veux dire de l’organisateur du voyage organisé. Parce que le voyage était organisé, gamin. Et bien organisé. Pendant que nous étions tout nus dans les douches un gardien surveillait la cour des promenades. En cas d’évasion il ne sifflait pas, de peur de nous stresser davantage. Il jouait du pipeau. La truite de Schubert. Parce que la truite vagabonde. Nous pouvions vagabonder mais pas pendant les douches. C’est normal, hein, gamin, vagabonder tout nu ça ne se fait pas. C’est ça la sécurité d’un voyage organisé. Regarde, j’ai pris des photos du gardien ».

009 (3)

008 (2)

24/09/2009

Chercehe à zexpliquer mes vaquances

« T’étais où, papa, pour tes vacances ? ». « Heuuu, gamin, je ne sais plus. C’était bien. On ne devait pas se laver parce qu’on recevait la douche froide collective le matin, la douche tiède collective à midi et la douche chaude collective le soir. Ce sont des psychologues avertis qui ont inventé ça. La douche froide du matin réveille et chasse les fourmis dans les jambes. La douche tiède de midi maintient éveillé et la douche chaude du soir fait dormir et permet de ne changer les draps qu’une fois par séjour. Des douches à l’eau de source, gamin. Je pouvais garder la bouche ouverte pendant la douche. Non seulement j’économisais le dentifrice mais, en plus, j’avais mon Apport Journalier Recommandé, mon AJR comme c’est écrit sur les pots de yaourt, en calcium, potassium, plutonium, atomium, géranium, uranium. Une cure de santé, gamin ». « Tu as des photos, papa ? ». « Des douches, non. On devait être tout nu, dans le plus simple appareil comme ils disaient, c-à-d sans appareil. Moi qui ne sais pas nager j’ai bu la tasse trois fois par jour. Pour faire des économies parce qu’au distributeur l’eau était payante ». « C’était pour quoi, l’eau, papa ? ». « C’est de l’eau pleine de vertus. Contre les rhumatismes, pour avoir de belles dents blanches si on gardait la bouche ouverte pendant les douches, pour faire circuler la circulation. Et l’eau avait même des vertus aphrodisiaques mais ça je n’ai pas testé ». « C’est quoi affreux disiaque, papa ? ». « Gamin, je viens de te dire que je n’ai pas testé, voyons. En plus le jet était tellement puissant que je n’aurais pas su lever le petit doigt ». « Papa, tu en oublies l’énigme du jeudi ». « Heuuu, disons, heuuu, dans quelle commune cette photo a-t-elle été prise ? Un indice : c’est en Europe ».

045 (3)

20/04/2008

Cherche à me débiner

« Allo, môcheu Billy Oudionne ? ». « Heuuu, qui ? Ici, c’est Biglodion, en chair, en os et en pyjama ». « Asse que je souis bienne chaise môcheu Biglouhion ? ». « Oui. Qu’asse qué tou mé voulvoul ? ». « Vosse aimez la vinne do bordo, yesse souis soure què oui. « Gérard, arrête tes conneries, tu es ridicule avec cette voix de femme ». « Si, môcheu. Yé oune sourprise de vosse amis. Oune cadeau ». « Ah, oune cadeau ! Dé qui ? ». « Oune ami dé vous qui va vous faire proufiter d’oune offre esseptionnelle sour la vinne do bordo ». « Heuuu, quel ami ? ». « Yé né pove pas lé dire, c’est oune sourprise. Yé sé qué vosse aimez très fort la vinne do bordo. Môcheu, do vinne do bordo à 17,99 euros la boutelle, c’est à 16,99 par caisse dé douche, à 15,99 par douche fois douche, à 14,99 par douche fois douche fois douche. Vosse èconomisè lè carbourant de la camiounne. Dites oui, môcheu ». « Oui ». « La livraigeonne dosse douche fois douche fois douche sera semaine prossaine ». « Hé, ho ho ho, hé, ho, non, appartement trop pétito, pas possibilé autant de douches, hé, ho, hé, non, pas venir camion, ascenseur trop petito por camion, heuuu, compresso, comprimo, heuuu, comprenno, heuuu, el doctor dit pas bon trop de caiches de douches. Et si c’est pas bon, c’est pas bon, pas bon ». « Pabon, môcheu doctor Pabon, donnèche lé téléphone da môcheu doctor Pabon pour que yé loui faire offre ». Tûûût, tûûût, tûûût. « Ouf »

15/12/2007

Cherche où est l'erreur

« Content de vous voir, monsieur Gonzalez ». « Ah, Biloudionne, vos êtes calme, plous dè bricolaze ? ». « J’ai tapissé le hall, comme vous. Vous m’aviez dit que vous aviez acheté douze rouleaux, hein ». « Si, yé asseté douche ». « Moi aussi mais c’est bizarre, nos appartements sont identiques et j’ai eux deux rouleaux en trop ». « Si, moi auchi ».