21/11/2008

Cherche à me faire tout petit

Dring. « Il n’y a plus d’abonné au numéro que vous avez demandé ». « Ouvre, fils d’imbécile, je suis ta mère ». Dring. « Il n’y a plus d’abonné au numéro que vous avez demandé ». « Si tu n’ouvres pas je dis à tout le monde que tu te promènes en slip dans ton appartement ». Dring. « Il n’y a plus d’abonné au numéro que vous avez demandé ». « Lucienne, j’ai engendré un monstre. Sais-tu qu’à la Toussaint il a été fleurir le caveau dans lequel je ne suis pas encore ». Dring, driiiiing. « Heuuu, il n’y a plus d’abonné au numéro que vous avez atchiii ». « Tu vois ce que ça fait, hein, de te promener en slip. Lucienne, je suis sûre qu’il est chez lui, j’ai entendu la roulette de ses souris ». « Il n’y a plus d’abonné au numéro que vous avez demandé ». « Lucienne, tu comprends ça, toi. Je n’ai même pas sonné et le répondeur se met en marche. Lucienne, dis quelque chose, vieille loque ». « J’ai pipi ». Dring, dring, driiing. « Il n’y a plus d’abonné au numéro que vous avez demandé ». « Lucienne, fais pipi dans le caniveau. Chante une tyrolienne, ce te sera plus facile, moi j’abandonne ». Ouf.  

06/05/2008

Cherche la fête des mères (5)

Driiiing. « Je parie que c’est ton collègue Gérard ». « M’enfin, maman. Tu es presdigitaticienne ? ». « Idiot. Qui veux-tu qui sonne chez toi, enfin ? ». « Heuuu, Gérard, peut-être ». Driiiing. « Tu as entendu, maman, ça a refait dring ». « Bouge ton cul, idiot, vas décrocher ». « Oui, maman. Et je dis quoi ? ». « Tu lui donne les prévisions météo, idiot ». « Heuuu, et où je vais les trouver ? ». Driiiiiiiiing. « Maman, ça a encore sonné ». « Dis, as-tu vu que je portais une oreillette comme le constipé de la starac ? J’ai entendu. Décroche, et si ce sont des témoins de jéhovah, tu dis que tu n’es pas là ». « Heuuu, êtes-vous des témoins de, un instant, des témoins de quoi, maman ? ». « Passe-moi le cornet. Allo, Gérard ? ». « Oui. Pourquoi ? ». « Parce que vous avez poussé sur la sonnette, imbécile ». « Je crois que je me suis trompé d’adresse ». « Gérard, au pied. Montez que je vois à quoi vous ressemblez ». « Oui, madame ». « Je confirme, c’est Gérard ton collègue. Tu travailles dans un asile ? Comme client ? ». « Heuuu ».