23/08/2010

Robert déprime

« Salut, Robert. Ben, dis donc, ce n’est pas la forme ». « Approche-toi que je te confie un secret. J’ai un nouveau voisin de chambrée. Si tu arrives à le faire sortir je te dirai pourquoi les infirmières l’appellent la chèvre ». « Bonjour, monsieur. Et si vous alliez voir dans le couloir si le repas du soir arrive, Robert a faim ». « Idiot, il sait bien que je ne peux avaler que du liquide ». « Monsieur, rectification du message : Robert a soif ». … « Dis donc, Robert, c’est sadique d’envoyer dans le couloir ce vieux avec sa perche et ses perfusions. Courbé comme il est on dirait Fabiola de dos ». « Nous serons plus tranquilles pour causer ». « Ah oui, de la chèvre ». « Si tu savais, il n’arrête pas : à tout à l’heure peut-êêêêêêtre,  ici c’est le bien-êêêêtre, puis-je entrouvrir la fenêêêêêtre ». « Mais c’est comique, ça, Robert ». « Pas quand il m’appelle Robêêêêêrt, Robêêêêêrt ». « Mais c’est comique, ça, Robert ». « Sors ». « Heuuu ».

10/02/2010

Cherche à retrouver mes couleurs

« Papa, as-tu payé le rappel de facture pour l’électricité ? ». « Gamin, tu sais bien que je ne reporte jamais à demain ce que j’aurais du faire hier ». «  Je sais, papa, tu le reportes à après-demain ». « C’est comme ça, gamin, c’est dans ma nature ». « Ou c’est l’abus de raviolis sauce tomate qui te monte au cerveau. Méfie-toi, papa, as-tu déjà lu la liste des ingrédients de la sauce ? Sais-tu pourquoi certaines tomates sont tellement invendables au marché qu’on en fait de la purée ? Sais-tu dans quel pays et avec quels pieds les tomates ont été transformées en purée ? Il y a peut-être des produits pour combattre l’odeur des pieds dans les additifs. Et la viande ! As-tu déjà pris le temps de laver un ravioli, de l’ouvrir, de jeter la pelure pâteuse et de ne manger que l’intérieur ? C’est peut-être inscrit bœuf mais sais-tu que, à part les semelles, tes chaussures sont aussi en bœuf ? ». « Gamin, arrête, je suis malade ». « On en reparlera après le dîner, papa, parce qu’à l’école on nous apprend, à nous les jeunes, à manger sain. Ne fais pas cette tête là, papa. J’ai faim. On mange quoi, ce midi ? ». « Des raviolis, gamin ».

15/08/2009

Cherche la faim du gamin

 " Gamin ". " Oui, papa ". " Tu n'as pas bien mangé ce midi chez Cédric ? ". " Ce n'était pas bon, papa ". " C'était quoi ? ". " Je ne sais pas, papa. C'étaient des restes d'un peu tout parce que la maman de Cédric devait vider le frigo parce qu'ils partent en week-end prolongé ". " Et le poulet, tu l'as trouvé comment ? ". " Il n'y avait pas de poulet, papa ". " Peut-être qu'il n'y en avait pas chez Cédric mais ici, il y en avais un. Entier ". " Ah bon ! Où ça, papa ". " Gamin, soit tu es rentré dans l'appartement avec un chat, soit tu t'es farci les deux cuisses du poulet. Parce qu'un chat qui sait ouvrir une porte de frigo, je n'ai jamais vu ". " Mais, papa, comment sais-tu que j'ai mangé un tout petit bout de poulet alors que tu n'as pas regardé dans le frigo ". " Gamin, je t'ai déjà dit que mon petit doigt me dit tout. Il m'a dit que tu as mangé un demi poulet et il m'a dit aussi que tu as oublié de remettre ce qui reste du poulet dans le frigo ". " C'est pour ma croissance, papa, je dois compenser l'énergie que je perds en jouant ". " Et tu as joué à quoi chez Cédric ? ". " Avec sa game boy, papa ". " Effectivement, gamin, ça demande beaucoup d'énergie. Surtout dans les doigts. Dis, gamin, tu aurais pu me laisser une cuisse, quand même. Tu sais très bien que c'est ce que je préfère dans le poulet ". " Et c'est ce que tu regardes le plus chez les femmes quand on va à la mer, hein, papa ". " Mais enfin, gamin, comment oses-tu dire ça ? ". " Le papa de Cédric dit qu'il n'y aurait pas de papa en été sur les plages s'il n'y avait pas de belles paires de cuisses à regarder ". " Tu me sembles bien jeune pour apprendre la philosopie, gamin. A propos, au-dessus des cuisses il y a le cul. Et il y a l'expression 'Et mon cul, c'est du poulet ?' Tout ça pour te dire que tu vas commencer par ranger le poulet dans le frigo tout de suite ". " Oui, papa ".

001

22/07/2009

Macaronis aux épinards sauce blanche

018

Je ne retrouve plus la recette. Qui peut m'aider ? D'avance merci. Le gamin a faim.

 

L'épinard est une plante dioïque, c’est-à-dire que des pieds différents portent soit des fleurs mâles soit des fleurs femelles. Mes pieds à moi portent des chaussettes. Vous le saviez, ça ? Si vous avez des pieds d'épinard, écrivez-moi pour venir chez moi, j'inviterai des copains pour prendre notre pied ensemble.

21/06/2009

Cherche un bon barbecue

Le dimanche c'est creux, pas beaucoup de lecteurs. C'est normal, c'est barbecue chez vous ou chez des amis. Le barbecue, la joie des bouchers. Hop, les viandes avariées, hop, dans une marinade avec des herbes réhydratées et avec de l'huile, hop, promotion, hop, brochettes, hop, bénéfice. Seul investissement : une baguette en bois. " C'est le vin rosé qui m'a rendu(e) malade ". Non, non, c'est la brochette de boeuf faite avec des morceaux d'une entrecôte qu'une dame est venue rapporté parce qu'elle n'avait pas commandé une entrecôte aux champignons. " Prends quelques spare ribs ". " C'est quoi ? ". " Des côtes d'agneaux ". " Elle est où, la viande ? ". " Tu dois ronger l'os ". " Ouaf, ouaf, j'ai pipi, c'est sur quel arbre que je peux lever la patte ?. " Où as-tu trouvé des merguez orange, il ont du se tromper dans les doses de colorants. Tu as l'étiquette avec la composition ? ". " Non, c'était en promotion, en vrac, au kilo, vente rapide, à consommer le jour même, ne pas congeler ". "Dis, il y a quoi pour manger. J'ai faim ". Je cherche un bon barbecue. Si nécessaire j'apporterai une bouteille de rosé. 

01/06/2009

Cherche un menu à deux plats

« Papa, aujourd’hui c’est le jour de la tarte aux pommes. C’est chouette, non ? ». « Gamin, depuis quand crois-tu que c’est toi qui vas composer le menu ici ? Aujourd’hui on mange italien. En entrée, l’antipasti, c’est raviolis nature, et, en plat principal, raviolis à la sauce. Comme je n’ai que des boîtes de raviolis en sauce je vais en laver quelques uns pour préparer l’entrée. Gamin, j’espère que tu accepteras que nous n’ayons qu’une seule assiette pour tout le repas. Ils l’ont dit à la télévision : il faut économiser l’eau. C’est pour ça que, sur le balcon, j’aurais préféré planter un platane parce que c’est plein d’oiseaux, mais je me contente d’un bonzaï en pot. Pour les toilettes et pour la vaisselle c’est la même chose, il faut économiser l’eau et, pour la vaisselle, en plus, il faut économiser les gestes inutiles. C’est grâce aux économies que je peux t’offrir des vacances de deux fois un demi-jour à la plaine de jeux. Je résume : gamin, aujourd’hui journée italienne, deux plats, une assiette ». « Papa, tu peux supprimer l’entrée, je n’aurai pas fort faim car je dois garder une place dans mon estomac pour la tarte aux pommes. Papy et Mamy me l’ont dit ». « Pourquoi t’ont-ils dit ça, ces vieux schnocks, gamin ? ». « Parce que, papa, normalement, après les raviolis et avant ta sieste, il est prévu que tu me conduises chez eux ». « Gamin, tu veux faire la révolution ? Non seulement tu décides de mon repas mais tu veux gérer mon emploi du temps ! ». « Papa, si tu es sage maintenant, quand tu seras à l’hospice j’irai te porter des bonbons qui ne collent pas à ton dentier ». « Heuuu ».

23/09/2006

Cherche une sauce

"Gamin, que fais-tu dans ma chambre". "Mais, papa, il est midi, j'ai faim". "Midi, mais j'ai l'impression que je viens de me coucher. Hier, au retour de mon voyage en car de luxe, on s'est arrêté 22 fois pour laisser descendre les participants. Il fallait réveiller la plupart des petits vieux, sauf ceux à qui j'avais donné un tchouwinne gomme". "Ceux qui collent aux dents ?". "Ils ont dit quoi ?". "Ils ne savaient plus parler". "Dis, papa, il y a un moule à tarte en silicone sur la table de la cuisine ?". "C'est pas un moule à tarte, c'est un freesbee, c'est pour toi, ça m'a coûté la peau des fesses". "C'est pour ça que tu ne sais plus t'asseoir ?". "Non, ça, c'est plus de 20 heures assis dans le car". "Et les boules de pétanque dans les deux seaux ?". "C'est le repas de midi. Au départ, elles étaient à la tomate, mais comme tu n'aimes pas je les ai lavées en rentrant cette nuit". "T'aurais pas du mettre du savon vaisselle, papa, elles sentent le citron". "Oh, oh, gamin, tu connais beaucoup de papas qui lavent des boulettes sauce tomate en pleine nuit, hein". "Tu devais les acheter sans sauce". "Je ne les ai pas achetées". "Tu les as volées ?". Oh, oh, gamin, je les ai gagnées. A chaque connerie que je disais j'avais droit à une boulette". "On va les manger comment ?". "Vas voir dans les poches de ma veste, j'ai aussi ramené tout ce qu'il y avait en trop de sauce andalouse sur les tables". Chers amis, j'ai des boulettes pour au moins trois jours. Je cherche des idées de sauces. Des faciles.

16/09/2006

Cherche à être absent (2)

Mon voyage d'un jour en car de luxe, avec climatisation, accompagnateur et démonstrations. Youpie. Voyons le programe : prise en charge des participants. Ouais, je sais, je suis dans le car depuis 6 h 45, il est 12h 15 et il y a encore deux arrêts sur les 23 prévus. La prochaine fois que je voyage en car de luxe, je prends le tgv. Stop. Arrêt. Des soeurs jumelles montent. Deux. Waow. Zut, à elles deux elles doivent totaliser plus de 140 ans au compteur. C'est un voyage ou un cauchemard, hein. On est obligé d'applaudir chaque nouveau participant. Moi : "Clap, clap, nous avons, faim, clap, clap, nous avons, faim". L'accompagnateur : "Je vous rappelle le programme, quand nous aurons réuni tout le monde, nous aurons droit à une petite démonstration". Enfin, nous y voilà, dans une salle. Une dame, au micro : "Qui peut me dire ce que c'est que ces merveilles. Des vitro ..., des vitro ... . Un petit vieux du car : "Heu, des vitraux d'art ?". La dame, au micro : "Non, non, des vitro ..., des vitro ...". J'ai craqué et j'ai pris le micro : "Je sais, moi, madame, je sais, des vî trô d'cul". Aïe, aïe, aïe, ça a jeté un froid dans la salle, tous les vî trô d'cul présents ont crié "Oooooh". C'étaient des plaques vitrocéramiques.Résultat, personne n'a voulu en acheter. M'en fous. J'ai faim. Il est 14 h 20 et toujours pas de boulettes sauce tomate à l'horizon. Je vous raconterai la suite, si je ne suis pas mort de faim.

07/09/2006

Cherche un drive-in antidépression

"Hé, gars". Le gars du drive-in à hamburgers : "Oui, monsieur, je vous écoute". "C'est l'histoire du type qui repeint son plafond et ". "Monsieur, passez votre commande, des gens attendent derrière vous". "Je vois, je vois, je ne suis pas sourd, mais d'abord je vous raconte l'histoire du type qui ". "Monsieur, avancez, s'il vous plait". "Mais je ne vais quand même pas téléphoner à SOS Suicide, je n'en suis pas à ce point; j'ai simplement besoin de parler à quelqu'un". "Monsieur, allez-vous manger un hamburger ?". "M'en fous, j'ai pas faim, je suis seul, c'est l'anniversaire du jour ou ma femme m'a quitté". "Je pleure avec vous, monsieur, mais avancez, bordel de merde". "Attends, attends, et alors, le copain du type qui est sur l'échelle dit ". "Stop, monsieur, allez vous garer, entrez et je vous offre le repas". "Mais je ne suis pas seul aujourd'hui". "D'accord, repas gratuit pour tout le monde si vous avancez". "Je suis l'accompagnateur de l'autocar de japonais qui me suit. Avez-vous 84 places libres ?". Je me suis retrouvé à la maison, encadré par des policiers. Je n'ai pas reçu mon hambuger. Je cherche un autre drive-in.