25/05/2008

Cherche le pote à Gérard

« Allo, Gérard ? ». « Oui, idiot, je t’ai reconnu ». « T’es vraiment un pote, si tu m’as reconnu.  Gérard. Dis, le type avec sa sale gueule d’enterrement, à ton barbecue, c’était qui ? ». « Laisse tomber, c’est un pilote-décès ». « Ah, il connaît Lolo Ferrari, alors ? ». « Mais non, idiot, il conduit des corbillards ».  « Ah bon. Heuuu ».

07/05/2007

Cherche un bulldozer à louer.

« Monsieur, il est beau votre cheval ». « Ah, oui, j’en suis fier, surtout quand il me promène avec le sulky ». « Je connais, j’ai fait du sulky, une fois. Après vingt mètres j’étais sul’ cul ». « Ah, ah, il faut se tenir aux rennes ». « Dites, vous avez une charrue ? ». « Pour faire quoi ? ». « Heuuu, j’ai loué un lopin de terre à cause de mon cholestérol mais avant de pouvoir planter des carottes il faut retourner la terre et, si on ne peut pas mettre la charrue avant les bœufs, on peut la mettre derrière un cheval ». « Mais vous êtes fou ! Ce n’est pas un cheval de trait ». « Ah bon. Et le sulky, il le pousse ? ». « Monsieur, avez-vous déjà vu un cheval de trait ? ». « Heuuu, sur les bouteilles de lait c’est une vache, sur les boîtes de sardines c’est forcément une sardine, sur le camembert c’est une tête de moine chauve. Non, je ne vois pas sur quoi j’aurais vu un cheval de trait ». « Monsieur, le cheval de trait est à mon cheval ce qu’un 4 x 4 est à une Ferrari. Le cheval de trait, c’est un bulldozer ». « Merci, monsieur. Un bulldozer pour mon terrain, je n’y avais pas pensé. Je vais en louer un ».