19/09/2009

Bébé assume l'intérim - 7

Bzzzzzzzzzz, bzzzzzzzzzz, je répète le vol du bourdon. Spécial, non ? Le directeur du Vin Rouge, le moulin où je répète pour devenir artiste en herbe, m'a demandé de réaliser une scène du vol du bourdon. Au début je croyais qu'il s'agissait d'un vol, avec un voleur, des flics, panpan, on te tient, tu vas parler, et merde, il ne parlera plus, ah bon, pourquoi, à cause du panpan. Le bourdon est non seulement une cloche au son très grave mais aussi un insecte. Qui fait bzzzzzzzz, bzzzzzzzzz. Comment faire le vol du bourdon alors que je suis assise le cul par terre les jambes écartées ? Je n'arrive pas à m'envoler. Avec un tutu, debout, en faisant des pointes et en sautillant, je pourrais faire tchip tchip, tchip tchip. Mais le cul par terre, avec une seule aile, je n'arrive pas à décoller. J'ai beau faire bzzzzzzz, bzzzzzzzz, je reste clouée au sol. " Voyageurs, attention. En raison d'un brouillard intense sur l'aéroport le vol du bourdon est retardé. Veuillez nous en excuser ". C'est nouveau, ça.  Je me croyais sur scène et voilà que je suis sur une piste de décollage. Je sens que je vais m'envoyer en l'air. A demain.

023

22/11/2008

Cherche les jouets

« Allo, maman ? ». « Quoi, tu oses me téléphoner alors qu’hier tu m’a claqué la porte au nez ». « Maman, calme toi, je n’aurais pas su claquer la porte vu que je ne l’ai pas ouverte ». « Donc c’était bien toi qui faisais le pitre dans l’interphone. Je te hais, je te déteste, me faire ça devant Lucienne qui a du faire pipi dans le caniveau. Personne ne la voyait derrière le gros cul de ta Berlingo jusqu’à ce qu’elle se mette à chanter une tyrolienne. Elle est complètement folle, celle-là. Tu aurais du être son fils ». « Allo, maman ». « Quoi encore, allo maman ? Si je te parle c’est que je suis au bout du fil, andouille. Et ne me dit pas c’est une palissade comme tu l’as écrit l’autre jour sur ton blog. Pourquoi ? J’ai une seule question : pourquoi. Pourquoi téléphones-tu aujourd’hui alors que tu faisais maison close hier ? ». « C’est à cause du calendrier, maman ». « Ah. Il est tombé du mur et tu cherches quelqu’un pour l’y remettre, c’est ça ? ». « Mais non, maman, il est très bien par terre. C’est à cause de la date ». « On est le 22. T’as eu une contravention ? ». « Non. Pourquoi, maman ? ». « 22, les flics, contravention. Mais qu’il est con, mais qu’il est con, mais qu’il est con ». « J’ai peur que les postiers fassent grève, maman ». « Ben, v’là aut’chose, à c’t’heure. Mon fils est timbré. Tu espères m’envoyer une lettre anonyme ? ». « Non, maman. Je dois écrire une lettre à Saint Nicolas pour qu’il passe pour moi chez toi mais j’ai besoin de ton accord pour son contenu. J’ai découpé des photos de jouets dans des catalogues et je les colle sur des pages. J’en ai déjà six. Recto-verso. C’est combien, ton budget ? ». Tûûût, tûûût, tûûût.

04/01/2007

Cherche une bonne excuse

« Allo, maman ». « Ah, tu vis encore ». « Je te souhaite une bonne année ». « Ah oui, quelle année ? ». « Maman, t’as attrapé Al Zaïmeur ou quoi ? 2007, voyons ». « On est le quatre ». « Ben oui, maman, on est le quatre, ton calendrier est à jour ». « Idiot. Et c’est un quatre janvier qu’un fils souhaite la bonne année à sa mère ! Fils indigne. ». « Ben, heuuu, j’ai été fort occupé ». « Occupé à désaouler, sans doute ». « Ben, heuuu, non, non, j’ai fait un test d’urine ». « Tu es malade ? ». « Non, non, maman, heuuu, autant que tu le saches, je devais souffler dans un alcootest mais je me suis trompé, j’ai fait pipi dans la camionnette des flics ». « Triple idiot. Et ça t’a pris quatre jours pour faire pipi ! Tu te prends pour la cascade de Coo, hein ». « J’ai du me cacher ». « Et ils t’ont retrouvé, je parie ». « Mais, maman, tu devines tout ». « Idiot, tu as certainement du montrer ta carte d’identité ». « Je ne sais plus ». « Tu vois, c’est bien ce que je disais, tu étais saoul ». « Heuuu ». « Merci pour la boîte, je vais m’en servir pour ranger mes extraits de compte ». « Mais, maman, la boîte, c’est la boîte de la Poste, pour emballer ton cadeau, ça t’a fait plaisir ? ». « Idiot, tu penses qu’à mon âge je vais ouvrir une librairie ? ». « Ben non, heuuu, pourquoi ? ». « Pourquoi, idiot, parce que c’est la quatrième année que tu m’envoies un dictionnaire du Scrabble par la Poste ».