03/08/2009

Récit d'un ketchup 8

« Monsieur, arrêtez de tripoter les commandes du lit, vous n’êtes pas à la foire ici, vous êtes dans une clinique ». « Vroum, vroum, vrouuum ». « Monsieur, je vais devoir vous lier si vous continuez ». « Vroum, vroum, attention la piétonne en blanc, je démarre, tutûûût ». « Monsieur, ne bougez pas, je vais aller chercher un calmant ». « Appelez les flics tant que vous y êtes, on va faire un constat. Voulez vous desserrer le frein à main, s’il vous plaît, je n’y arrive pas ». « Monsieur, lâchez ça, c’est l’arrivée d’oxygène ». « Merci, je me demandais d’où venait le pschipschiiit, je pensais à une crevaison. Ce serait bête, hein, si près de l’arrivée ». « Une fois pour toutes, monsieur, arrêtez avec le lit. Non, vous n’arriverez pas à faire un looping ni l’effet papillon (*) ». « Excusez-moi, madame, mais je suis tellement excité devant tant de technologie. Dans ma Citroën Albert Lingo, je n’ai que avant-arrière et l’inclinaison du dossier ».

(*) L'effet papillon, c'est faire monter et descendre, très vite et simultanément, la tête et le pied du lit.

01/07/2009

Venez nombreux à ma brocante

Il va y avoir une grande brocante et foire du terroir dans ma rue, des deux côtés. J’ai loué la moitié de la façade de l’immeuble. L’autre moitié, c’est monsieur Gonzalez, le portugais du troisième, qui présentera des spécialités de son pays. Pendant qu’il fera foire du terroir je ferai foire du tiroir. Venez nombreux. Je suis facile à trouver : je serai au seul emplacement où il n’y aura rien car j’expose tout sur le balcon, au cinquième. L’ascenseur est gratuit mais, dedans, j’aurai mis le gamin qui acceptera volontiers quelques piécettes pour se constituer un pécule de vacances et aussi, très important, pour que vous entriez à la bonne porte au cinquième parce que ma voisine de palier a un sale caractère. Ambiance assurée. Venez nombreux.