09/06/2008

Cherche à faire du vélo

« Bonjour, Gérard, c’est gentil de passer me voir. Tu sais, j’avais reconnu ton coup de sonnette, il n’y a que toi qui sonne chez moi ». « Salut. Hé, mais dis donc, tu te lance dans l’art nouveau ? ». « Où ça ? ». « Ben, là, les deux manches de brosses surmontées de casques de coiffeuse pour pygmées ». « Non, hein, Gérard, ce n’est pas de l’art, c’est du génie, le mien. Sais-tu combien ça coûte des genouillères pour aller à vélo ? ». « Non ». « Moi non plus mais celles-ci sont gratuites, à part l’achat de deux manches de brosse, d’un pot de peinture et d’un pinceau ». « Et où est le vélo ? ». « Gérard, lève-toi, viens voir, assieds-toi. ». « Si j’approche mon siège, ça va aussi ? ». « Regarde, Gérard, les deux gros radis rouges ce sont deux ballons de football crevés que j’ai trouvés au parc, que j’ai découpés pour qu’ils s’adaptent à mes genoux et que j’ai peint en rouge, histoire d’être vu dans la circulation ». « Et quand tu te mets debout, ils font quoi tes radis ? ». « Gérard, voyons, le vélo, ça se pratique assis, non. Je ne suis pas au régime sans selle ». « Pédale un peu, pour voir ». « Et merde, les genouillères fichent le camp comme les escarpins d’une ballerine en collant quand elle pète ».

13/12/2007

Cherche un réveillon sans oiseau

Les Gonzalez m’ont prévenu : ils vont réveillonner. Ce sont les portugais du quatrième étage, polis et calmes. Sauf quand le Portugal marque un but au football. Monsieur Gonzalez m’a dit que son réveillon sera mieux qu’une finale de coupe. Toute la nuit. J’aime les portugais mais je n’aime plus le football depuis qu’un pigeon a choisi ma tête pour y larguer son excédent de fret. J’en ai eu partout. Le teinturier avait été impressionné. Je cherche une chambre de moine, sans moineaux et autres volatiles, pour le réveillon.

08/11/2007

Cherche un gamin sans problème

« Papa, j’ai un problème ». « Gamin, je suis ton père, je suis là. Le match de foot vient de commencer à la télé. Dès qu’il est fini, je t’écouterai ». « J’aime pas le foot, papa ». « Attends, oui, oui, non, ah le con, meeerde, sur le poteau ». « Papa, j’ai un problème ». « Salaud, non, fils de pute, il s’est laissé tomber, y a pas penalty, y a pas, simulateur, gamin, y a penalty, viens voir ». « J’aime pas le foot, papa, c’est plein de gros mots ». « Un nègre, non, retourne bouffer tes bananes, t’as jamais vu un ballon, il ose, il a osé, il a marqué, non, gamin, viens voir, c’est un nègre, tu entends, un nègre qui a marqué contre nous ». « Papa, j’aime pas le foot, c’est plein de racistes ». « C’est la mi-temps, gamin, on est mené 1 à 0 ». « Papa, j’ai un problème ». « Oui, gamin, je suis ton père, je suis là. Une minute, faut que j’aille pisser. Surveille les raviolis, faut pas qu’ils collent. Aaah, le foot, c’est bon pour la vessie ».

25/01/2007

Cherche le pigeon

Je suis allé voir un match de football : deux fois onze joueurs, deux juges de touche, un arbitre, douze mille spectateurs, un pigeon. Et sur qui il a chié le pigeon ? Hein ? Sur qui ?