18/08/2010

Le KIRIGOL de Robert

« Robert, excuse-moi, je te dirai bonjour après, mais c’est quoi ces cachets que je ne connais pas ? ». « C’est du KIRIGOL ». « C’est du fromage en cachet ? ». « Non ». « Ah bon. Et c’est bon ? ». « Non ». « C’est à avaler, je suppose, ce n’est par le, heuuu ». « Non ». « Et ça te fais de l’effet ? ». « Non ». « Tu en as déjà pris ? ». « Non ». « Bon, Robert, j’ai l’impression que j’ai raté mon entrée. Je sors, je ferme la porte, je compte jusqu’à dix les yeux fermés et je fais toc toc toc à la porte. Tu dis : qui c’est ? Je te jure que je ne répondrai pas que c’est le plombier vu tes problèmes de tuyauterie. Tu ne serais pas content, hein, Robert ? ». « Non ». « A tout à l’heure ». Un, deux, trois, quatre, cinq, six, sept, huit, neuf, dix. Toc toc toc. « Qui c’est ? ». « C’est moi. Bonjour, Robert, je suis content de te voir. Quoi de neuf ? ». « Je dois prendre du KIRIGOL parce que je déprime et que je dois rigoler ». « Tu en a déjà pris ? ». « Deux, entre le trois et le six. Effet immédiat ». « Ah bon ! ». « Tu imagines si on m’avait prescrit du KIPISPARTOU ou du CHIDUODUMA ». « Robert, demain demande un KIRIGOL supplémentaire. J’ai envie d’essayer. J’en ai besoin. A demain, Robert ».

10/08/2010

Pèlerinage chez Robert

C’est comme qui dirait un pèlerinage. Je suis encore allé voir Robert, hospitalisé à cause de son régime liquide occasionné par un Hyppolite coincé dans un noeusophage. Etymologiquement je n’ai pas compris car les « phages » sont ceux qui mangent, comme les sarkophages sont ceux qui bouffent du Sarkozy. Donc son nœud aurait du être bouffé depuis longtemps. Ou alors c’est un nœud marin. Il ne peut avaler que du liquide et, pour ne pas qu’il soit triste, je vais le voir à l’heure du repas et je mange tout ce qui est solide sauf les fromages frais, les flans au caramel, les yaourts colorés à la fraise et les crèmes glacées. Pour l’encourager je lui dis : « Robert, tu ne dois pas te plaindre, c’est toi qui manges le meilleur ».

 

Les aventures de Robert ont commencé le 31.07.10

28/03/2010

Cherche la discipline

« Gamin ». « Oui, papa ». « Je te l’ai déjà dit mille fois : jamais sur l’ordi quand je ne suis pas là ». « Oui, papa ». « En plus, je t’ai déjà pété et répété qu’on ne mange que dans la cuisine ». « Mais, papa ». « Il n’y a pas de mais papa, gamin. Les croûtes de fromage près de l’ordi, c’est pour la souris peut-être ? ».

07:30 Écrit par Fanny dans petites annonces | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : discipline, fromage, ordi, souris |  Facebook |

26/07/2009

Cherche un anti-mouche

« Papa, il y a au moins 20 mouches sur le fromage, c’est normal ? ». « Oui, gamin, c’est normal. Les mouches sont comme qui dirait des sans papiers qui s’installent n’importe où et qui se croient tout permis ». « Papa, donne-leur un rouleau de papier essuie-tout pour les sans papiers et pour qu’on puisse manger le fromage ». « Bonne idée, gamin. Mais j’ai une autre idée : je vais ranger le fromage dans le frigo, j’ai l’impression que si je range le fromage dans le frigo les mouches iront sur les coquilles de moules de la semaine dernière qui traînent sur le plan de travail et, comme personne d’entre nous deux n’ira lécher les coquilles de moules puisqu’elles sont vides, nous aurons un aquarium à mouches dans la cuisine ». « Papa, tu es génial, j’adore voir des mouches qui copulent ». « Des mouches qui quoi, gamin ? ». « Qui copulent, papa ». « C’est quoi ça, gamin ? ». « C’est comme tu as fait avec maman pour me faire, papa ». « Ah bon ! Heuuu ».

23/10/2008

Cherche le fromage à tête pressée

« Papa, c’est quoi un fromage à pâte pressée ? ». « Heuuu, c’est quand tu l’as laissé tomber et que tu as marché dessus ». « Papa, ce n’est pas gentil ce que tu dis. Ce n’est arrivé qu’une fois la semaine dernière et c’est toi qui as marché dedans ». « Moi, moi ton père, tu oses me dire ça ». « Rappelle-toi, papa. Quand tu as glissé, j’ai juste eu le temps d’ouvrir la porte du palier, d’ouvrir celle de l’ascenseur, de pousser sur zéro et tu t’es engouffré dedans et tu as disparu ». « Heuuu, c’était à cause du fromage à tête pressée que je me suis retrouvé au rez-de-chaussée nez à nez avec la dame du deuxième ? Enfin, quand je dis nez à nez ce n’est pas tout à fait ça puisque j’ai su lire la marque de sa petite culotte ». « Et tu as fait quoi, papa ? ». « Je me suis accroché à la jupe de la dame pour me relever ». « Et alors, papa ? ». « Elle a craqué ». « T’as une touche alors, papa ». « Non, gamin, pas la dame, c’est sa jupe qui a craqué ». « Et alors, papa ? ». « Tu sais, gamin, on ne reçoit jamais une tuile à la fois, on reçoit toute la toiture. Monsieur Gonzales est arrivé ». « Et alors, papa ? ». « Tu me connais, hein, gamin. Devant l’adversité je fonce. J’ai vite empoigné la veste de la dame pour me relever, elle a craqué. Puis son chemisier, il a craqué. Puis son soutien-gorge, il a tenu grâce aux bretelles mais flop, flop, sein gauche, sein droit, je tenais debout mais j’avais deux obus devant moi ». « Tu as fait quoi, papa ? ». « Tu sais, gamin, des obus, il faut les désamorcer ». « Tu as désamorcé comment, papa ? ». « C’est monsieur Gonzales qui s’en est chargé ». « Et alors, papa ? ». « On a reçu l’autre pan de toiture sur la tête, madame Gonzales est rentrée d’avoir été faire ses courses. Tu peux voir les traces sur mon crâne, gamin, ce sont ses coups de poireaux pour que j’arrête d’étrangler monsieur Gonzales ». « Papa, tu es un héros ». « Je le sais, gamin ». 

28/05/2008

Cherche Gérard

« Allo, Gérard, c’est toi ? ». « Bonjour et bienvenue sur le système automatisé des commandes des Trois Suisses. Pour confirmer votre commande, taper sur un ». « Houhou, Gérard, c’est toi ? ». « Pour doubler votre commande, tapez sur deux ». « Gérard, si ce n’est pas toi, dis-le moi et je raccroche ». « Pour tripler votre commande et devenir client trois étoiles, taper sur trois ». « Allo, les dérangements ? ». « Si vous ajoutez la nuisette de la page 43 à votre commande vous recevrez un cure-dent gratuit ». « Allo, le cure-dent, pardon, allo, madame, vous savez, heuuu, je ne connais pas les trois suisses, je ne suis jamais allé en Suisse, je vous le jure que je mange de l’emmenthal, français, mais c’est quand même suisse, hein, l’emmenthal, le fromage avec les trous. Plus les trous sont gros et plus le prix à la tranche est cher, au même prix au kilo. Parce que plus les trous sont grands et plus il y a de croûte. Bientôt, dans le rayon du supermarché, il n’y aura plus que des paquets vides, marqués trous d’emmenthal, à 16,95 du kilo. Avec un magnet gratuit pour faire du poids ». « Vous avez dépassé le temps de réponse, veuillez recomposer le numéro ». « Au revoir, madame ».  

30/05/2007

Cherche la grande fête

« Des frites, madame, s’il vous plait, c’est la fête ». « Grande frite, petite frite ». « Grande frite, madame, c’est la fête ». « Quelle sauce ? ». « Un peu de tout, madame, c’est la fête ». « Nous avons 28 sauces différentes, je vous mets lesquelles ? ». Les 28. C’est la fête ». « Et avec ça ? ». « Heuuu, 28 petites fourchettes en plastique. Vous savez, chez moi, je ne mange pas le gâteau avec le couteau à fromage ».

14/09/2006

Cherche des chansons (3)

Je répète pour un mariage où il y aura un karaoké obligatoire. Quand la mer mooonte, j'ai hooonte, j'ai hooonte, quand elle descend, je l'attend. Hommage ému à Raoul de Godsvarvelde. Je chante et je pleure. C'est con, ça. Quand je chante du Dalida et que je passe langoureusement mes mains sur mon crâne à demi chauve, je ne pleure pas. J'essaye de loucher mais j'ai peur de rester paralysé. Il faudrait que j'aie une perruque. Ou une serpillière. Ou alors, je me renverse des macaronis sur la tête. Pas trop cuits, sinon, ils vont glisser. Je vais essayer, peut-être qu'avec une sauce au fromage, ils vont coller; Djidji l'amoroso, c'est bon, ça, non. Djidji, l'amoroso, croqueur d'amour, l'oeil de velours comme une careeeesse. Djidji l'amoroso, toujours vainqueur, parfois sans coeur, mais jamais sans tendreeesse. C'est bon, ça ? Avec une perruque en macaronis. Ce qui est chouette, c'est que si des macaronis tombent par terre, les suivants vont se casser la gueule. Si, si, ça glisse, des macaronis. Bon, décidé. C'est Djidji l'amoroso au macoroni sauce fromage. Qui a les paroles ?

12/09/2006

Cherche un boeuf

Ce week end, j'avais le gamin. Nous sommes allé voir la ferme en ville. Il y avait de tout : des poules, des canards, des fromages, deux vaches, de jeunes mamans avec une poussette. Pendant que j'essayais d'entrer en conversation avec elles, le gamin a flaché. Il veut un âne. Un âne ! Dans l'appartement ! "Mais, papa, il y en a un chez maman, son nouveau copain c'est un âne". "C'est pas un âne, c'est un con". J'ai réfléchi en moi-même et, pourquoi pas, pour Noël, une crèche vivante, dans l'appartement. Je m'y prend tôt pour les réservations mais je cherche déjà un boeuf pour le 24 et le 25 décembre. Un boeuf qui est habitué aux ascenseurs.

14/06/2006

Cherche quatre fils d'un mètre cinquante

"Dis, gamin". "Oui,papa". "Le 21 mars j'avais acheté six souris blanches qui se sont échappées dans l'appartement. Suite à des incidents techniques nous en avons perdu deux. As-tu vu récemment les quatre autres ?". "Trois, papa". "Comment, trois ?". "On a perdu Eclair bleu". "Eclair bleu ?". "Ben, quand j'ai allumé ma lampe de bureau il y a eu un grand éclair bleu en dessous du bureau". "Et alors ?". "Ben, on a perdu Eclair bleu et ma lampe ne fonctionne plus. Eclair bleu mangeait le fil". "T'avais mis du fromage ?". "Non, j'avais laissé tomber un chewing gum à la fraise". "Tu manges ces saloperies, toi". "C'est maman qui me l'a donné". "Je m'en doutais. Gamin". "Oui, papa". "T'as encore du tchouwinne gomme à la fraise ?". "Oui,papa". "Prends-en un, ce sera ton dessert". "Et le fil, papa ?". "Quel fil ?". "Le fil de la lampe". "Je vais mettre une annonce. Trois souris, trois fils plus un quatrième pour après. Gamin". "Oui,papa". "Tu m'appeles quand tu vois un éclair".

06:40 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : gamin, souris, fromage, fraise |  Facebook |