05/04/2009

Cherche à couper un bout de sot mier

Il n’y a pas de sot mier, il n’y a que de sottes gens (Blanche Laurent, grand-mère maternelle de Biglodion, ayant vécu à l’époque où les filles croyaient qu’elles attraperaient le ventre rond si elles donnaient la main à un garçon). A propos de sot mier, je cherche une scie à métaux d’occasion pour couper le bout de ressort qui me rentre dans le postérieur quand j’essaye de dormir.

24/11/2007

Cherche le bon vin

« Ah, gamin, tiens toi bien à table, hein, je veux être fier de toi ». « Oui, papa ». « Retire le doigt de ton nez, veux-tu. Tu vas voir comment un homme s’impose dans un restaurant, gamin ». « Tu vas casser la vaisselle ? ». « Mais non, hein, gamin, ce sont les hommes mariés qui cassent la vaisselle, chez eux, jamais au  restaurant ». « Pourquoi, papa ? ». « Retire le doigt de ton nez, veux-tu. Je vais te montrer ce qu’il faut faire pour avoir du bon vin. Garçon ! ». « Oui, papa ». « Non, pas toi, gamin. Ici, les serveurs sont des garçons. Retire le doigt de ton nez, veux-tu. Garçon, hep ». « Oui, monsieur ». « Le vin a un goût de bouchon ». « Impossible, monsieur ». « Comment ça, impossible ! Même mon gamin le sent, regardez le, il a le doigt dans le nez ». « Monsieur, j’ai dit impossible parce que vous avez choisi la petite bouteille de vin de table, sans bouchon, avec une capsule à dévisser ». « Heuuu ».

08/10/2006

C'est fait, maman a voté

Je suis allé voter avec maman, 80 ans. Je voulais l'y amener en caddy de supermarché vu les problèmes de parking. Des voisins se sont émus. "Prenez ma brouette". "Hé, ho, ça va pas la tête, je ne suis pas un nain de jardin". Une voisine a prèté une grande poussette d'enfant. Maman avait mis un petit chapeau blanc à fleurs. Elle n'aurait pas du. "C'est un garçon ou une petite fille?", "Guiliguili, areuh, areuh". Alors, elle soulevait son chapeau. J'ai vu un gamin s'enfuir à toutes jambes : "Maman, là, la sorcière d'Halloween". Une fois arrivés près du bureau de vote, accueil par les candidats. Maman : "Bonvour, mefeu, bonvour". Moi : "Qu'est-ce qui t'arrive, maman ?". "Ve dis bonvour à fes mefeux". "T'as vu comme tu parles ! T'as fait une thrombose ?". "Vé voulu me faire belle pour les vélecfions. Vé lavé mes dents et ve les zai oubliées". Bref, elle a pu voter. Ouf. "Tu refteras avec moi ce midi, pour manver". "Non, non, maman, tu sais bien qu'on n'est pas du même parti".