06/08/2009

L'énigme remplacée par le jeu de l'été 2009

Pas d'énigme ce jour sur ce blog. Pour en avoir une vraie, une bonne, une qui fait reculer Al Zameur, il faut aller sur http://carpe-diem-lbsp.skynetblogs.be Ici, on joue, crise oblige, pour un euro. Avec un embouchoir. " Papa, c'est quoi, un embouchoir ? ". " Gamin, je n'en savais rien avant d'voir lu le ticket de caisse que je lis toujours pour avoir l'heure exacte parce que j'ai une montre qui retarde ". Photos :

059

 060

Matériel : les deux embouchoirs à un euro et des boulettes de papier, gratuites. Seule condition : savoir bander. Tel Guillaume qui le faisait avec son arc le jour où il a inventé la compote sur la tête de son gamin. Photo :

061

N'oubliez pas de déterminer une cible : le décolleté de belle-maman, la soupière, voire, à la volée dans un restaurant chic, avec des lentilles sèches J'ai essayé, ça marche mais il faut le faire en fin de repas pour être mis à la porte sans devoir payer. Filez vite acheter deux embouchoirs pendant que j'essaye de résoudre l'énigme de Raphaël. Bon amusement.

20/12/2008

Cherche des laxatifs instantanés périmés

Je ne peux pas dire le nom, Machin Instant, mais c’est génial. Si on est constipé, on en prend un et hop, pas le temps d’arriver sur le pot. J’en cherche des périmés. Pour ne pas polluer la planète en les jetant dans vos toilettes sans vous en être servi, confiez-les-moi.  C’est pour une bonne action. Voici ma méthode : je fais des boulettes de viande hachée en promotion et hop, un déconstipant instantané à l’intérieur. Cinquante boulettes plus tard je me rends sur la Grand-Place et, comme si j’étais le Père Noël des animaux, j’en donne une à chaque chien, Médor, Pupuce, Chouchou à sa mémère, que je rencontre. Moins de dix minutes plus tard la Grand-Place est transformée en patinoire géante. Quelle joie pour les enfants dont les parents, travailleurs sans emploi d’entreprises anciennement bien connues, ne peuvent plus leur offrir Plaisir d’Hiver. Amies, amis, rendez-vous utiles, venez sur la Grand-Place avec votre chien. Je serai samedi à Mouscron, dimanche à Tournai, lundi à Mons, mardi Place Saint Lambert à Liège. Après, ce sera en fonction des promotions sur la viande hachée parce que, moi aussi, j’ai des contraintes budgétaires. Amies, amis, diffusez ce message de l’amitié autour de vous. J’ai besoin de laxatifs instantanés, de viande hachée, de boudin aux raisins périmé pour offrir des patinoires gratuites à nos enfants. Merci.

12/10/2008

Cherche à éviter les mélanges

Je suis à nouveau au salon de l’alimentation de Bruxelles. Je ne sais plus si j’y suis venu hier. Il n’est même pas dix heures du matin et j’en ai déjà fait tout le tour. Et dire que le premier jour je trouvais le salon immense, comme un supermarché des dégustations. C’est vrai, j’ai déjà trouvé des dégustations gratuites, mais jamais à déguster assis, avec une fourchette et un couteau, une serviette en papier et un verre de rouge pour mettre le salami en situation réelle. Si on reconnaît un bon ami dans le besoin, on reconnaît un bon salami quand il est accompagné d’un verre de rouge ou d’une bonne trappiste. Il faut que ça se marie, tous les gastropodes les plus diplômés le diront. Essayez du salami ail, fines herbes, armagnac et fumé sous la cendre avec une limonade à l’orange ! Ici, la limonade gratuite est à côté du salami, le maïs tendre et croquant à dix mètres du chocolat artisanal, la crème légère tomate méditerranée à deux pas de la compote potagère pomme chou rouge qui, selon le dépliant publicitaire accompagnera à merveille une simple saucisse mais aussi vos préparations élaborées comme la biche, le chevreuil et le marcassin. Biche, oh ma biche, je connais mais j’ai du me faire expliquer les deux autres, d’autant plus que je croyais qu’une paire de marcassins c’étaient des godasses. J’ai décidé qu’aujourd’hui je ne mangeais pas. Par contre j’ai soif. J’ai repéré qu’il y avait plus de stands de bières que de stands de vins. C’est décidé : ce sera la bière.

06/10/2008

Cherche de la crème à lancer

Du 4 au 19 octobre : le salon de l’alimentation à Bruxelles. J’ai les entrées gratuites (voir hier) et, pour vous, j’ai encore quinze entrées à 4 euros au lieu de 8. Je me suis inscrit au Théâtre des dégustations. C’est gratuit si on emmène son ordinateur pour prouver qu’on a réservé une place. J’ai choisi le thème des tartes. J’ai toujours eu envie de badigeonner une tarte avec des tonnes de crème fraîche et de la lancer dans le public, surtout quand il y a du monde : mariage, enterrement, file à la caisse du supermarché, quai de gare un jour de grève des cheminots. Je cherche de la crème fraîche en vrac au prix de gros.

30/09/2008

Cherche des melons

Pour la première fois de ma vie je suis allé au marché. « Par ici, les belles tomates, madame, des salades cueillies cette nuit, et ici la troisième caissette gratuite de prunes si vous tâtez les melons ». « Pouêt, pouêt ». « Mais vous êtes fou, monsieur ».  « Madame, c’est lui qui l’a dit, hein. Si je veux la troisième caissette gratuite je dois tâter des melons et je ne vois ici que vous de valable. Les autres, ce sont des mandarines, des noyaux d’avocat, des gants de toilette. Vous, c’est du melon ». « Mais vous m’excitez, monsieur ». « Heuuu, ça veut dire quoi, ça, madame ? ». « Etes-vous libre après votre achat ? Moi oui ». « Moi, ça dépend. Si je gagne la troisième caissette gratuite, cette après-midi je construis un labyrinthe en bois pour Kiki, le hamster du gamin ».

10/10/2007

Cherche à vous dire autre chose

Une fois n’est pas costume, comme dit mon tailleur, j’ai autre chose à vous dire. Samedi, ce fut magnifique : soleil, promenades, zakouskis variés, parc, château, menu gastronomique, rencontre d’amis et de personnes sympathiques, ambiance, applaudissements, bisous, rires. Bref, c’était le merveilleux mariage de Geneviève et Francis. Je voudrais vous dire autre chose qui trotte dans ma tête depuis samedi. La bénédiction fut célébrée par l’abbé Malherbe, connu et aimé de tous les namurois et de beaucoup de wallons. Je vous passe les lectures, par ailleurs très belles et de circonstance, pour revenir aux paroles de l’abbé Malherbe. Celui-ci a fait un long hommage de l’humour sain, gratuit, libre de toute critique ou risée, le don d’humour, spécialité de l’ami Francis. L’abbé a terminé sa célébration en disant : « L’humour, c’est la politesse du cœur ». Cette phrase ne me quitte plus et je pense à beaucoup de blogueurs que j’apprécie et qui pourraient en faire leur devise : « L’humour, c’est la politesse du cœur ».