17/06/2009

Cherche à fêter maman

« Allo, maman ? ». « Quoi, fils indigne ? ». « Je viens d’apprendre qu’en France le jour de la fête des mères est le premier dimanche de juin. C’est comique, hein, maman ? ». « Ce qui n’est pas comique c’est qu’en Belgique on fête les mamans le deuxième dimanche de mai et que je ne t’ai pas vu ni entendu. Pas un coup de fil, pas une fleur, pas une praline, même pas une bonne trappiste comme j’en bois une tous les soirs, fils indigne ». « Ah, maman, on voit bien que tu es ma maman. Moi aussi je bois de la trappiste ». « Arrête tes âneries. Je suis fort occupée. Je viens d’acheter un immeuble ». « Tu vas le louer cher ? ». « C’est au monopoly avec Lucienne que j’ai acheté un immeuble. Pourquoi me déranges-tu ? ». « Je te l’ai dit, maman. Pour te rappeler la fête des mères. Avant, quand j’étais petit, à chaque fête des mères, tu me faisais des gâteaux et de la tarte. Ne t’ayant pas vu depuis quatre ou cinq semaines je me demandais si tu n’avais pas fait un malaise, ou une chute, vu ton âge de plus en plus canonique. Parce que moi, je les aime bien tes gâteaux ». Tûûût, tûûût, tûûût.

04/05/2009

Cherche le premier mais avec 3 jours de retard

« Mais j’ai des patates à peler ». « Mais mon feuilleton préféré commence dans dix minutes ». « Mais ma machine à laver tourne et on n’entendra pas ce qu’on dit ». « Mais non je n’ai pas d’ampoule électrique à remplacer et d’ailleurs vous m’avez dit que vous aviez le vertige sur un tabouret ». « Mais non je ne vous donnerai pas la recette du lapin à la liégeoise car c’est un secret de ma grand-mère et qu’on m’enterrera avec lui ». « Mais vous ne pensez quand même pas vous asseoir dans mon fauteuil habillé comme ça ». « Mais ce n’est pas de ma faute si la superette est fermée le dimanche et que vous n’avez plus de raviolis ». « Mais vous avez la braguette ouverte et ça ne se fait pas d’entrer chez une dame seule dans cette tenue ». « Mais vous avez un mois de retard, on n’est pas le premier avril ». « Mais et quand je dis mais c’est non ». Tout, je vous dis. J’ai tout essayé pour passer la porte de ma voisine de palier. Parfois j’ai commis des erreurs, je le reconnais. Comme le jour où j’ai dit que je passais pour vérifier le gaz alors que chez elle tout est à l’électricité. Comme le jour où je me suis fait passer pour un témoin de jéhovah et qu’elle a reconnu le petit cartable du gamin. Je ne me rappelle plus la première fois. Je cherche son premier mais.

07:30 Écrit par Fanny dans petites annonces | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : mai, premier mai, retard |  Facebook |

01/05/2008

Cherche le premier mai

Le premier mai, triste jour. Dès six heures du matin, des enfants au bord des routes, frigorifiés, attendant que des automobilistes s’arrêtent pour acheter du muguet. Du muguet ! Même pas mangeable. Pire, c’est du poison. Ils ne pourraient pas vendre des salades, ces fils et filles de cons. Ou des saucisses et des merguez. Ils seraient au chaud, près d’un barbecue. J’imagine le bout’chou gelé, à qui le père a dit « Je reviens dans une heure avec une nouvelle caisse, il faut que tout soit vendu » en train de rêver à de petits asiatiques qui bougent, eux, occupés à nous fabriquer, bien au chaud, des chaussures de sport ou des T-shirts. On interdit de fumer dans les restaurants mais on laisse les enfants se taper une cure de gaz d’échappement. Il faut inculquer aux jeunes le sens du commerce dès le plus jeune âge. Il faut être ministre pour dire ça. Le premier mai, fête du travail ! Je suis en congé le premier mai, bande de cons. Je ne travaille pas. Alors, ce n’est pas la fête le premier mai, mon entreprise est fermée, je ne sais pas y aller manger chaud à midi.