28/06/2010

Prendre son pied de porc (2)

« Papa, tu m’as promis de m’expliquer le pied de porc ». « Gamin, c’est simple. Porc égale cochon ». « Comme quand tu vas sur les sites cochons quand je dors, papa ? ». « Non, gamin. Tu as déjà mangé une côtelette, non ? ». « Des côtelettes d’agneau chez Mamy et Papy ». « Je m’en doutais, gamin, tes grands-parents maternels te font sucer des bouts d’os barbecutés en te disant que ça sent bon le romarin en poudre. C’est ça ? ». « Oui, papa, ça pue le méthanol et il n’y a à manger que des patates à peine cuites dans du papier aluminium qu’il faut éplucher soi-même ». « Gamin, et ta maman ne t’épluche pas les pommes de terre ? ». « Non, Mamy et Papy m’explique qu’elle a trouvé un type qui sait la faire sauter et que ça la change de toi ». « Ah bon ! ». « Oui, papa ». « Sauter ? ». « Oui, papa ». « Pourvu qu’en la faisant sauter ce type la mette sur hors-bite ». « Oui, papa. Dis, papa, c’est quoi le pied de porc ? ». « Demain, gamin. Je te le dirai demain. Aujourd’hui il faut que j’imagine la boustifaille que les vieux cons te font bouffer ». « Oui, papa ».

07/06/2010

Mamy et les poivrons

« Papa, pourquoi tu n’aimes pas Mamy ? ». « Gamin, ta Mamy, c’est comme les poivrons pour moi : ce n’est pas moi qui n’aime pas les poivrons, ce sont les poivrons qui ne m’aiment pas, ils me causent des crampes d’estomac ». « Mamy aussi, papa ? ». « Maintenant que je ne la vois plus, les poivrons ne me causent plus de soucis puisque je n’en mange plus ». «  Et Mamy, papa, c’est quoi pour toi ? ». «  Pire qu’un terroriste, gamin ». « Pourquoi, papa ? ». « Parce qu’avec un terroriste on peut négocier, gamin ».

18/07/2009

Cherche les papys gustatives

" Papa, pourquoi dit-on UNE papy gustative alors que papy a des couilles et est un mâle ? ". " Gamin, j'ai toujours dit que le père de ta mère est un porc. Et les porcs, ça mange comme des cochons ". " Papa, si papy est une cochonne il faut dire truie et il ne faut pas faire aux truies ce que tu ne voulasse point qu'on ne te fisse ". " Gamin, tu as eu combien à ton dernier examen de français ? ". " Plus que toi au même âge, papa ". " Gamin, parlons d'autre chose. As-tu rangé ta pléstécheune ? As-tu ciré tes chaussures, et les miennes, sans mettre du cirage plein les murs ? As-tu pelé les pommes de terre pour le repas ou dois-je cuire des pâtes ? As-tu pissé du haut du balcon du cinquième quand il pleuvait pour économiser l'eau de la planète en ne tirant pas la chasse ? As-tu retiré Kiki, ton hamster, du bocal de Maurice, ton poisson rouge ? Tu sais, gamin,les hamsters ne sont pas admis aux jeux olympiques de natation ". " Papa, je ne saurais pas te répondre, tu parles comme une femme, tu poses trente-six questions en même temps, c'est à cette heure-ci que tu rentres, qui as-tu rencontré, comment s'appelle-t-elle, une poule de luxe je suppose, combien en as-tu bu, quand déboucheras-tu l'évier, grimpe à quatre pattes je n'irai pas t'aider à monter, j'espère que tu seras à la hauteur quand maman sera là demain pour dîner, c'est quoi cette facture de restaurant dans ton portefeuille, ta poule a mangé du canard, dis-moi tout ou je continue à te faire souvenir avec le rouleau à tarte ". " Gamin, où as-tu appris tout ça ? Tu as eu des leçons de vie à l'école ? ". " Non, papa, c'est chez Papy et Mamy quand Papy rentre très tard. Je fais semblant de dormir mais j'écoute ". " Tu as vu le rouleau à tarte, gamin ? ". " C'était splendide, papa. Mamy ressemblait à une fermière qui enfonçait des piquets de clôture pour un pré à vaches ". " Ah ça, gamin, pour être vache elle est vache, ta Mamy. Elle doit tenir ça de sa fille ". " Papa, tu ne dois pas dire ça de maman. Maman c'est ma maman. Et toi tu es mon papa. Quand Papy dit que tu es un con je lui réponds que plus con que lui tu meurs ". " Gamin, tu es vraiment un chouette gamin ".

01/06/2009

Cherche un menu à deux plats

« Papa, aujourd’hui c’est le jour de la tarte aux pommes. C’est chouette, non ? ». « Gamin, depuis quand crois-tu que c’est toi qui vas composer le menu ici ? Aujourd’hui on mange italien. En entrée, l’antipasti, c’est raviolis nature, et, en plat principal, raviolis à la sauce. Comme je n’ai que des boîtes de raviolis en sauce je vais en laver quelques uns pour préparer l’entrée. Gamin, j’espère que tu accepteras que nous n’ayons qu’une seule assiette pour tout le repas. Ils l’ont dit à la télévision : il faut économiser l’eau. C’est pour ça que, sur le balcon, j’aurais préféré planter un platane parce que c’est plein d’oiseaux, mais je me contente d’un bonzaï en pot. Pour les toilettes et pour la vaisselle c’est la même chose, il faut économiser l’eau et, pour la vaisselle, en plus, il faut économiser les gestes inutiles. C’est grâce aux économies que je peux t’offrir des vacances de deux fois un demi-jour à la plaine de jeux. Je résume : gamin, aujourd’hui journée italienne, deux plats, une assiette ». « Papa, tu peux supprimer l’entrée, je n’aurai pas fort faim car je dois garder une place dans mon estomac pour la tarte aux pommes. Papy et Mamy me l’ont dit ». « Pourquoi t’ont-ils dit ça, ces vieux schnocks, gamin ? ». « Parce que, papa, normalement, après les raviolis et avant ta sieste, il est prévu que tu me conduises chez eux ». « Gamin, tu veux faire la révolution ? Non seulement tu décides de mon repas mais tu veux gérer mon emploi du temps ! ». « Papa, si tu es sage maintenant, quand tu seras à l’hospice j’irai te porter des bonbons qui ne collent pas à ton dentier ». « Heuuu ».

04/02/2009

Cherche à comprendre la mamy du gamin

« Papa, Mamy a dit à maman qu’elle voulait se faire incinérer, comme les bronzes ». « Ta mamy, incinérer ! Je rigole, c’est une dure à cuire. Au prix actuel du combustible, l’héritage va y passer ». « Papa, Mamy a dit aussi qu’elle voulait qu’on disperse ses cendres ». « C’est bien ta mamy, ça. Continuer à polluer après sa mort. Elle a de la suite dans les idées ». « Papa, Mamy a aussi dit qu’il fallait disperser ses cendres sur le parking de Aldi ». « M’en fiche, gamin, je n’y vais jamais. Pour une idée de vieille folle, c’est bien une idée de vielle folle. Elle n’a pas changé ». « Papa, Mamy a dit que, si elle est dispersée sur le parking de Aldi, ses enfants viendront lui rendre visite une fois par semaine ». « Gamin, elle est moins folle que je ne le pense, ta mamy ».

31/12/2008

Cherche où est papa

Maman est partie se faire baiser par son nouveau copain italien, papy et mamy se tapent une crise de foie à eux deux et mon papa, il cherche une vraie cuisinière pour moi et je sens qu'il va se faire éjecter d'un bar à putes. Mais ça va changer. Le jour où j'aurai des poils sur les couilles, je vais dire ce que je pense. Tout haut. Parce que si papa veut que je lui offre un bel hospice plus tard, il faut qu'il soit gentil avec moi, maintenant. Bonne année.

20/09/2008

Cherche aui a cafté

« Papa, quelqu’un m’a dit que si tu me donnes toujours des raviolis à manger quand je viens chez toi, la ligue des droits de l’homme va te retirer ton droit de visite ». « Gamin, c’est ta mamy qui a dit ça ? ». « Je ne peux rien dire, papa. J’ai promis ». « Heuuu, c’est papy, alors, hein, gamin, c’est lui, c’est ce vieux con d’ex beau-père ? Ecoute, gamin. On va parier. Je parie que c’est ton papy et, si tu dis oui, tu as gagné. D’accord ? ». « Non, papa. Je sais que si je gagne le premier prix sera une boîte de raviolis. Quelqu’un m’a dit t’avoir vu au supermarché avec un caddy rempli de six caisses de douze boîtes de raviolis ». « J’en suis sûr, c’est lui, c’est le monstre. Ce n’est pas la vieille. Impossible. Elle ne sort plus, elle ne baise plus, elle ne nettoie plus, elle a une femme d’ouvrage, une technicienne de surface. Pour nettoyer les petites surfaces, petites comme son cervelet. Parce que, dans les grandes surfaces, elle n’ose plus y aller. Elle a peur qu’en s’appuyant sur la poignée du caddy celui-ci ne fasse un looping et qu’elle se retrouve enfermée dedans. Je donnerais cinq minutes de ma vie pour la voir dans l’allée centrale du supermarché, le caddy sur elle. Je lui donnerais des cacahuètes en criant : m’sieurs, dames, venez, c’est pour animaux sans frontières. Mais elle ne sort plus. Dommage, oublions cet instant de plénitude. Donc c’est le vieux, hein, gamin ». « Je ne peux rien dire, papa ». « Gamin, ceci n’est pas une punition, ça s’appelle une bonne gestion de la rotation des stocks, ce midi ce sera raviolis ».

06/09/2008

Cherche une autre école

Déception. On m’avait dit qu’il y aurait de nouvelles institutrices à l’école du gamin. Faut s’entendre sur les mots, hein. Nouvelles tronches, d’accord. Mais question compteur kilométrique, on frise les cent mille kilomètres. Le type qui photographie ça et qui l’envoie sur son site porno fait faillite. Quand je vais rechercher le gamin à l’école, j’ai envie de dire : « Bonjour, mère supérieure », ou « Comment se porte le club des trois fois vingt » ou « La pension, c’est pour bientôt ». Déçu, déçu, déçu,  je suis déçu. Le gamin, lui, il est ravi : ‘Elle est très gentille, on dirait une mamy’. Fils de con. Une mamy ! Est-ce que j’ai une tronche à me mamyfier. Avec des bandelettes, comme les égyptiens. Non mais ! Je connais les égyptiens. Ils marchent de travers en faisant coucou avec les deux bras et ils ne te regardent même pas. Non mais, tu imagines une croisière sur le Nil avec des égyptiens qui courent sur les verges des rabbins, heuuu, sur les berges des ravins en faisant coucou avec les bras et en regardant droit devant eux. Non mais, tu imagines une caissière égyptienne au supermarché. Quoique. C’est presque ça. On dirait des nageuses qui font du crawl, les bras qui rament et la tête droit sur l’écran. Parfois, une parole : « Monsieur, vous avez pris le bon ? ». « Heuuu, pourquoi, ce que j’ai pris est périmé ? ». « Vous avez trois boîtes de raviolis et, avec le bon, c’est deux plus une troisième gratuite ». « Bon. Donnez-moi un bon ». « Ils sont dans le rayon, monsieur ». « Ah bon, mais c’est à trois kilomètres à cause des embouteillages devant les promotions. Ne bougez pas, gardez la pose, je reviens dans une demi-heure ». « Monsieur, monsieur, revenez, j’ai fait le total, il faut payer ». Tapetipetape, tapetipetape, demi double axel, courage, fuyons. « Bonjour, madame. La sortie sans achat, c’est bien ici ».

07/07/2008

Cherche un lundi calme

« Gamin, il y a un problème ». « Il n’y a que ça ici, papa. Je suis habitué ». « Mais c’est un problème majeur, gamin ». « Pourquoi, papa ? ». « Parce que tu es mineur et que ce lundi c’est mon dernier jour de congé ». « C’est normal, papa, à partir de demain je vais chez Papy et Mamy ». « Quoi ! Ils ne t’ont pas invité plus tôt, ces vieux cons ». « Mamy a dit à maman de me laisser mijoter quelques jours avec toi pour que je me plaise encore mieux chez eux ». « Mais, c’est de la haute stratégie militaire, ça. Pas étonnant que ton Papy l’appelle mon caporal ». « Chef, papa ». « Quoi, chef, gamin ? ». « Papy appelle Mamy mon caporal-chef ». « Gamin, tu vas être le ver dans la pomme ». « Quel ver, papa ? ». « Comme celui qui a fait rater Guillaume Tell ». « Raconte-moi, papa ». « Guillaume Tell, comme Federer mais avec un arc au lieu d’une raquette, s’apprêtais à viser la pomme. C’est à ce moment qu’un petit ver sortit de la pomme et se dandina en disant : Salut, Guillaume ». « Etje devrai faire quoi, papa ». « Je te fais confiance, gamin ».

29/06/2008

Cherche à ranger la friteuse

« Papa, à l’école on dit que le papa de Félicien est tellement petit que, s’il met un béret sur la tête, on le prend pour un tabouret ». « Gamin, ce n’est pas bien de rire des autres. Regarde Sarkozy, sa tête est montée sur un ressort comme les chiens en plastique qui se dandinent sur la plage arrière des voitures, et il est président ». « C’est un camembert, papa ? ». « Gamin, tu m’énerves. Ici, que du Herve à tremper dans le café sucré. Y a pas que le maroilles dans la vie, hein ». « Papa, pourquoi tu en fais tout un fromage ? ». « T’avais qu’à pas commencer avec le père de Félicien. Sa chance d’être petit, c’est qu’il est mouillé après les autres quand il se met à pleuvoir ». « Et, en plus, ce n’est pas lui qui doit ranger le beau service tout en haut dans l’armoire, hein, papa ». « Quel beau service, gamin ? Tu as vu un beau service ici ? ». « Chez Papy et Mamy c’est Papy qui a offert à Mamy une petite échelle de deux marches pour qu’elle puisse ranger le beau service ». « Mais c’est une bonne idée, ça. Je vais m’acheter un truc comme ça. Je ne devrai plus aller acheter de l’huile ni de shampoing chaque fois que j’essaye de ranger la friteuse en haut de l’armoire ».

22/05/2008

Cherche comment annoncer la tuile

« Gamin, j’ai une mauvaise nouvelle pour toi. Minou, le chat de Mamy, est mort ». « Ouiiin, papa, mon Minou, mon Minou. Pourquoi tu me le dis si brutalement ? ». « Ben, heuuu ». « Papa, tu devais me dire que Minou avait grimpé le long du lierre, sur la façade, qu’il s’était accroché à la corniche, et que, quand il était arrivé dessus, la corniche a cédé. Papa, c’est horrible, Minou est mort. Mamy doit être triste ». « Ben, heuuu, gamin, Mamy a grimpé le long du lierre, sur la façade, elle s’est accrochée à la corniche et, quand elle est arrivée dessus, la corniche a cédé ». « Mamy est morte ? ». « Ben, heuuu, oui ». « C’est normal, papa, la corniche a cédé ».

05/04/2008

Cherche le silence

« Papa, c’était bien la semaine à la mer du nord, mais on n’a pas vu une seule crevette ». « Gamin, comment oses-tu ? Et le ravier d’un kilo que je nous ai acheté, hein ? ». « Mais, papa, tu n’as jamais su enlever la carapace, même pas en tapant dessus avec le talon de ta chaussure, même que tu as du laisser la caution de l’appartement parce qu’il y en avait plein les murs ». « Gamin, tout ceci doit rester entre nous, hein. Pas un mot de ça à Papy et Mamy ni à ta mère, pas un mot à ta madame à l’école. Si tu respectes notre accord, aux grandes vacances, nous irons à la pêche aux cuisses de grenouille ».

31/03/2008

Cherche le cochon qui sommeille

« Papa, ça veut dire quoi quand on dit qu’en tout homme il y a un cochon qui sommeille ? ». « Heuuu, qui t’as appris cette cochonnerie, gamin ? ». « Papy, quand il a été surpris par Mamy alors qu’il était sur des blogs cochon ». « Et bien, ça alors. Je connais les fous des chats, des chiens, des araignées, voire des poules au moment de Pâques, mais un blog sur les cochons je n’en connais pas ». « Papa, ne fais pas l’idiot, un blog cochon, c’est un blog avec des femmes à poil. C’est Mamy qui l’a dit à Papy. Texto elle a dit : gros cochon, tu regardes des femmes à poil, chez toi c’est un cochon qui sommeille et qui vient de se réveiller en sursaut. Encore une fois et je découpe tes pantoufles avec les ciseaux ». « Ha, ha, pourvu qu’il y aille encore ». « Tu dis quoi, papa ? ». « Heuuu, rien gamin. J’imaginais ton Papy sans ses pantoufles. Et aussi ta Mamy sans son corset et sans ses baleines ». « C’est quoi les baleines à Mamy, papa ? ». « Heuuu. Comment dire ? Heuuu, gamin, tu as déjà vu les melons de Mamy, hein ? ». « Oui, papa ». «  Et bien, tu imagines que les melons sont ronds parce qu’il y a des fils d’acier dedans. Sans les baleines, les fils d’acier, les melons seraient comme des gants de toilette, tout plats et pendants jusqu’au nombril ». « C’est pour ça que Papy ne tripote plus Mamy, papa ? ». « Heuuu. Merci pour l’info, gamin ».

29/03/2008

Cherche une recette de sole

Hé, je suis à la mer, avec le gamin mais sans ordi. Je suis entré dans un cybercafé pour commander une limonade et une trappiste et j’ai trouvé une connexion. J’ai tapé mon code, rien que des 5 mais, pas con, je ne vous dirai pas dans quel ordre et hop, coucou, me voilà. Gérard, il dit caca, me voilou ou caca, c’est mou au lieu de coucou, c’est moi. Ah, ça fait du bien, quelques jours sans Gérard. Avec le gamin, j’adore, c’est moi le plus fort. Et le plus malin. Enfin, pas toujours. Hier il m’a dit « Papa, demain on mange des soles ». « Mais, gamin, sais-tu comment c’est une sole ? ». « C’est tout plat et c’est délicieux, papa. Si mamy sait en cuire, tu dois savoir en cuire ». Alors, là, il m’a piqué au vif l’express. Rogntudju. S’il utilise des arguments piscicologiques, je suis fichu. Help, aïlle nîd seume bodi, help. J’ai besoin de toute urgence d’une recette pour sole. Merci de venir me l’apporter. Je serai à côté du poste de secours, sur la plage. Ne venez pas tout de suite, le poste de secours est à deux kilomètres. Ne venez pas trop tard non plus, le vent se lève et j’ai l’impression qu’il va pleuvoir. D’avance je vous en remercie et vous exprime l’expression de mes salutations distinguées.