19/08/2008

Cherche à vendre un cochon

Hello, ce sont les vacances d’été. J’ai pris mes quartiers d’hiver à la cave. Je la vide. J’y ai retrouvé une médaille. C'est celle du Mérite Agricole reçue il y a longtemps d'un oncle qui avait une ferme. Je l'arbore fièrement quand je vais à un vin d'honneur. Surtout qu'elle est grande puisqu'on devait la voir quand elle était pendue au cou du cochon de mon oncle. C'est grâce à cette médaille que je suis souvent invité, à condition que je la porte. Mon oncle est décédé depuis longtemps. Je n’ai pas de nouvelles du cochon mais il reste sa tête sur une planche en bois. Je pense que c’est du chêne. En tout cas ce n’est pas du Ikéa. Il a bien vieilli, le cochon. Gérard, a qui je l’ai montré, m’a dit que c'est une tête de sanglier, vu qu’il n’a pas de corne et que ce n’est donc pas une tête de cerf, mais qu’une tête de cerf avec des cornes serait plus jolie, dans mon hall d’entrée, pour servir de porte-manteaux. Je me rappelle que, petit, quand je rendais visite à des tantes et à des tontons, il y avait des maisons avec des têtes d’animaux pendues au mur. Je me suis toujours demandé si on pendait la tête d'un côté du mur et le reste de l'autre côté. Je me le demande encore, d’ailleurs. Je n’en ai rien à fiche de cette saloperie de tête qui perd ses poils. Je la vends. Etat neuf, mais sans corne, sans jambon, sans côtelettes et sans la médaille. Faire offre.

21/08/2006

Cherche 273 ballons

Le gamin est chez sa mère. Pour ne pas m'ennuyer je suis allé donner un coup de main samedi à la fête du quartier. Comme je n'ai pas de compétence particulière ils m'ont mis au stand des lots de la tombola rapide. "Par ici, m'sieurs, dames, les beaux lots, tchikitchikitchik", "Allez, hop, doublez vos chances, prenez deux billets, tchikitchikitchic". "Venez gagner ce magnifique taille-haie électrique, tchikitchikitchic, il fonctionne, tchikitchikitchic". "Mesdames, que diriez-vous d'avoir ce couteau électrique géant, tchikitchikitchic, idéal pour découper du bison, de l'éléphant, des rondelles de cou de girafe, tchikitchikitchic". Je voulais absolument me défaire de cette saloperie de taille-haie qui prenait trop de place sur le stand et cachait les autres beaux lots : médailles de Lourdes, dés à coudre et autres paires de lacets. Alors je le faisais fonctionner et tournoyer, tchikitchikitchic, quand, distrait par la devanture d'une belle blonde, je n'ai pas vu le marchand de ballons qui était à côté, Ah ça, pour s'envoyer en l'air, ils se sont envoyés en l'air. D'un seul geste, athlétique et olympien, style cirque de Pékin à la tronçonneuse, j'ai tranché d'un coup involontaire et irréparable les 273 bouts de ficelle qui retenaient les ballons. J'ai voulu m'enfuir, profitant de ce que tout le monde regardait l'envol des ballons mais, pendant qu'ils s'envoyaient en l'air, j'ai pris mon pied. Mais je l'ai pris dans une allonge électrique qui alimentait le surgélateur du stand des crêmes glacées. On n'a vu le manque d'alimentation qu'en fin de journée, quand on n'a plus su distinguer fraise, pistache, vanille, chocolat. J'ai du acheter les 273 ballons et, le soir, les quinze litres de la défunte crême glacée. "Vous êtes notre meilleur client" a dit le responsable de la fête "Revenez demain, je vous donnerai une bon pour un tour en carousel". Je n'ai plus d'argent de poche pour mes vacances, juste de quoi m'offrir une sucette, ce que j'ai fait. Je cherche 273 ballons pour récupérer mon achat inutile.