18/08/2008

Cherche à aérer

A la pèche aux moules moules moules

Je n’veux plus aller, maman

Les gens de la ville ville ville

Ont pris mon panier, maman

En fait, ce qui s’est passé

C’est qu’il a été interdit de jeter

Les ordures ménagères dans le vide-ordures

A cause du tri sélectif

Moi, je l’ai fait, le tri sélectif

Dans le vide-ordures, uniquement les moules

Pour le reste, de grandes boîtes aux lettres

De banques, de notaires, d’avocats, selon arrivage

Grandes gueules, grandes boîtes aux lettres

Le problème, pour les moules, c’est un trou

Un trou de mémoire récurrent

A savoir qu’à chaque fois que, zouuu

Les coquilles se tapaient six étages sans parachute

Je me rappelais qu’il n’y avait plus de poubelle

En dessous du vide-ordures

Qui c’est qui se tapait un aller-retour en ascenseur

Pour balayer les moules dans ma cave, hein ?

J’ai trouvé un truc pour l’odeur

J’ouvre la grille d’aération de la cave ainsi que la porte

Puis j’appelle l’ascenseur et je l’envoie au sixième

Ce qui crée un appel d’air extérieur dans la cave

Et un appel de l’air intérieur de la cave vers la cage d’ascenseur

Maintenant ça sent l’échappement de mobylette et les crottes de chien

Franchement je préférais l’odeur de moules, même usagées

08/04/2008

Cherche à répondre à Rafaël (2)

Rafaël, sur http://carpe-diem-lbsp.skyblogs.be/post/5718949/du-tag-au-tag , m’a mis au défi. Voir son message et le règlement du tag sur son blog le premier avril. Voici ma réponse. Tu tûûût, pousse-toi dans l’ascenseur, Gérard, et relève ton pantalon, on voit ton slip. Ah, si maman me voyait ! Gérard, c’est promis, je t’aiderai dans ton jardin pendant les vacances si on arrive à bourrer le caddy du supermarché dans cette espèce de toilette qui fait yoyo. Elle est bonne, hein, Gérard, mon idée de poisson d’avril pour le gamin : mettre Kiki et Pipette, ses hamsters dans un caddy. Je suis un papa génial, hein. Gérard, l’ascenseur va être trop petit, on va être paequés comme des moules. Heuuu, je cherche une solution. J’ai trouvé : assieds-toi dans le caddy sans écraser les raviolis. Tu seras près des boutons et si, au cinquième, on tombe sur la voisine de palier, on redescend en catastrophe.

24/05/2007

Cherche des toilettes insonorisées

« Deux moules nature, deux ». … « Deux marinières, deux ». … « Et deux nature, deux ». « Quatre vin blanc, quatre, et une nature, une ». … « Une provençale, une, une marinière, une et deux charentaises, deux ». « Lucien, tu déconnes ? ». « Je n’ai rien dit, chef ». « Non, et tes moules charentaises, c’est quoi, alors ? ». « Chef, je vous jure, je n’ai rien dit. La dernière commande, c’était quatre osso buco ». « Didju, j’ai mis en route cinq nature, quatre vin blanc, trois marinières et une provençale, c’est pour qui ? ». « Chef, ne tapez pas, déposez la poêle, chef. Je me renseigne, chef ». « Ici Londres, les français parlent aux français ». « Chef, chef, il y a un type dans les toilettes. Il n’arrête pas de gueuler et ça communique dans les cuisines et dans la salle par la ventilation ». « Germaine, renfort caisse huit ». « Lucien, sors le de là, et vite ». « C’est fermé à clef, chef ». « Lucien, essaye d’attraper son pantalon par en dessous de la porte, il doit sortir ». « Chef, chef, je l’ai. Je fouille ? ». « Oui, Lucien ». « Au voleur, au voleur, au voleur, passez moi une grande nappe ». « Lucien, fais n’importe quoi mais fais le taire. Il y a déjà les quatre osso buco qui viennent de filer à l’anglaise sans consommer ». « Monsieur, monsieur Biglodion, si vous arrêtez je vous rends votre carte d’identité, votre porte-feuille et votre pantalon ».

11/04/2007

cherche plus de moules

« Chérie, hmmm, que c’est bon, encore, encore, encore ». « Papa, je ne sais pas dormir ». « Mais, mais, que fais-tu là, gamin ? ». « Je suis réveillé, papa ». « Allez, vite, le cartable, le corn flasque, tes souliers, le train, je ne peux pas rater le train, vas te raser, non,non, je vais me raser, pas dans une assiette, gamin, le corn flasque, dans un bol à soupe ». « Mais, papa, je ne vais pas déjeuner à deux heures du matin ». « Quoi, deux heures, et tu ne dors pas ! ». « Mais, papa, je ne sais pas dormir. Tu cries : encore, encore, encore ». « Heuuu, gamin, je rêvais que je mangeais des moules et que j’en redemandais au garçon ». « T’as eu une crise d’istérie, papa ? ». « Heuuu, non non, gamin, juste une crise gastronomique ». « Je fais quoi, papa, avec le bol ? ». « Tu le remets dans l’armoire et tu vas dormir. Dodo, gamin ». « Tu ne crieras plus, papa ». « Non, gamin, j’ai eu assez de moules ».

10/01/2007

Cherche les 80.000

« Papa, c’est  pour quoi, cette bouteille de champagne, hein ? ». « Ha, ha, ha, gamin, aujourd’hui il y aura 80.000 visiteurs sur mon blog ». « Et tu vas offrir une bouteille de champagne, papa ? ». « Hé, ho, gamin, pas fou papa, je vais la boire tout seul, quand tu seras à l’école ». « Mais, papa, on est mercredi, je rentre à midi, pour manger ». « Aaah, heuuu, ben, y a pas garderie à l’école ? ». « Non ». « Comment, non ? ». « Non, papa ». « Heuuu, tu passeras à la superette acheter une boîte de raviolis ». « Papa, pour midi, tu nous fais des moules ». « Ho, ho, ho, gamin, tu sais que ça vit, des moules. Il faut être tout le temps au dessus de la casserole pour assommer celles qui veulent s’échapper ». « Elles font quoi pour s’échapper, papa ? ». « Elles font clap clap avec leurs coquilles, elles sautent dans l’appartement et, cette nuit, elles viendront te mordre les fesses et le zizi ». « Je prends une grande boîte, papa ? ». « Quelle grande boîte, gamin ? ». « De raviolis ».

21/09/2006

Cherche à être absent (5)

Bientôt la fin de mes vacances d'un jour en car de luxe avec boulettes gratuites et démonstration. 15 h 30, la demi-heure prévue pour le repas est terminée. Retour au car. 15 h 45, il manque encore 8 petits vieux, ils sont callés dans la file pour les toilettes. Tant pis, ils ne mangeront pas. Ce n'est pas grave, les petits vieux ont toujours un sac plein de en-cas avec eux. Comme j'étais turbulent à cause de la présence d'une seule boulette dans mon assiette en carton, j'ai reçu deux vieux seaux à mayonnaise remplis de boulettes, sans doute celles des dizaines de petits vieux coincés dans les embouteillages pour le WC. 16 h 15, départ pour l'autre demi-tour de ville promis dans le programme."Hé, ho, c'est le même que ce matin mais dans l'autre sens". "Monsieur, rassurez-vous, nous allons arriver pour la démonstration. Chers amis, bientôt une surprise ex - tra - or - di - naire : des moules". "Des moules, il y en a assez dans le car". Le choeur des petits vieux : "Oooooh, honteux". "Mais c'est pour rire, bande de ruines". J'ai évité un coup de canne de justesse, je me suis fait tout petit, je ne voyais plus par la fenêtre du car. M'en fous, c'était le même trajet qu'à l'aller. J'étais tout recroquevillé mais heureux. Je pensais déjà à la tête du gamin quand il verrait les boulettes.

28/08/2006

Cherche à éliminer de méchantes odeurs

Ca y est, le gamin est revenu. Sa mère me l'a expédié en camionnette-taxi. Avec son linge sale, ses devoirs de vacances pas faits et vingt-trois sacs de coquillages. Il veut les trier chez moi. "Parce qu'il y en a encore des vivants et que chez toi, papa, il n'y a pas de chien". Quoi, des vivants ! Des moules, oui, surtout avec des frites, mais pas des petits crabes qui grimpent partout. La baignoire est remplie. Et l'évier. Et le lavabo. Et les toilettes. Plus mes trois casseroles. J'ai du mettre du sel, pour "respecter leur culture" qu'il disait. Faut pas le lui dire mais j'ai aussi mis du poivre et des cubes de bouillon de poule, on ne sait jamais, c'est peut-être mangeable. Le gamin veut faire un World Sea Live Machin pour ses copains. Au cinquième étage ! Pourquoi pas des requins, tant qu'il y est. Mais ça pue, ce truc, il doit y avoir des morts. Si j'avais su, j'aurais pris un bain avant qu'il ne rentre. Je cherche un déodorant surpuissant spécial mer du nord.

17/08/2006

Le restaurant 2 (reprise du 22.05.06)

Je suis allé au restaurant. J'ai catapulté des petits pois secs avec une cuillère. Ca commençait à marcher : deux ploutch dans des potages à des tables voisines et de premiers regards vers le plafond, histoire de faire devenir fous les garçons de salle. "Puis-je vous être utile ?". 'Heu, ... , bêê, c'est que ... , heu, bonjour". Je n'avais pas vu un garçon derrière moi. "Excusez-moi, je crois que je commence Parkingsonne, j'ai des gestes inconsidérés". "Suivez-moi, Monsieur". "On va à la pharmacie ?". "Non, aux cuisines". "Vous en avez plusieurs ?". Plusieurs quoi, Monsieur ?". "Chez moi je dis : je vais à la cuisine, hein". "Le chef veut vous parler". "Votre chef de service ?". "Le chef-coq". "Ha, on pourra voir sa poule et ses poussins ?". "Ne rigolez pas, Monsieur. Chef, voici l'andouille qui expédie des petits pois en l'air". Waouw, impressionnante, la crête blanche du coq. Lui, petit, rondouillard, heureusement pour qu'il puisse passer aux portes, hé, hé. J'ai eu peur, un instant j'ai cru que j'étais en audience chez le pape. "Monsieur, c'est avec des gens comme vous que je vais perdre mon étoile". "Vous êtes shériff ?". (une voix, dans les cuisines) : "Deux moules, à la vingt-trois". "Ha, ha, ha, vous donnez des surnoms aux clients habituels". "Monsieur, prenez la porte". "J'en ai déjà assez chez moi". "Monsieur, je ne veux plus vous voir". "Mais, hé, ho, hein, j'ai à peine touché au potage. Auriez-vous un Tupperware ?". "J'ai dit : dehors". "Et les huitres pochées à la fondue d'endives, et la bavette à l'échalotte ?". "J'ai dit : dehors". "Vous ne m'avez pas reconnu parce que j'ai maigri mais je suis le bonhomme michelin et je m'occupe d'un guide des restaurants". Je me suis retrouvé à la rue, sans la porte qu'il avait proposé de prendre. Pour oublier tout cela je cherche cinquante volontaires pour faire une bataille de petits pois dans le même restaurant le week end prochain.

03/08/2006

Vacances à la mère - 10 -

Dernier jour de vacances, avec maman dans l'appartement et moi dans la cave. Je remontais au cinquième en cas de besoin urgent. "'jour, hic". "Mais, tu pues l'alcool, tu vas au café ?". "Je fais comme toi, hic, pendant que tu ranges en haut, je range la cave, hic". "Et tu ranges quoi, idiot ?". "Ben, heuuu, j'ai du mal à m'allonger pour dormir à cause des bouteilles d'apéritif entamées, alors, hic, je vide les bouteilles avant d'aller les jeter, je teste des coquetails". "Continue, tu auras le prix Nobel du coquetail, non mais. A propos, en dessous de l'évier j'ai trouvé quatre kilos de coquilles de moules. Tu testes l'élevage de coquilles ?". "C'était pour faire un collier et une ceinture pour la soirée africaine mais, réfléchis, maman, pour faire un collier, il faut du fil, et pour passer le fil il faut un trou. Mais j'ai électrocuté la foreuse quand je m'en suis servi pour ouvrir une boîte de raviolis". "Des bananes, fais tes colliers en bananes". "Mais, hic, maman, la prochaine fois c'est une soirée espagnole". "Fais-toi des colliers en castagnettes, idiot, il y a déjà les trous". "Des castagnettes avec des coquilles de moules ? hic". "Allez, hop, à la cave, idiot, et demain, je te le rappelle, je rentre chez moi". "Je vais nettoyer le caddy pour te ramener dedans".

29/07/2006

Vacances à la mère - 6 -

Maman est venue en vacances dans l'appartement pour s'amuser à faire mon nettoyage de printemps et je suis resté dans la cave, vu la canicule. Je remontais au cinquième pour manger et pour faire pipi. Un soir, je l'ai amenée au restaurant. Nous venions d'entrer et un garçon s'écrie : "Deux moules, deux". Aussitôt, maman : "On sort d'ici tout de suite. Tu vois, on nous a reconnu". "Mais". "Il n'y a pas de mais. Non mais, toi je veux bien, t'en est une, mais moi, me faire traiter de moule, jamais". "Mais, maman". "C'est de ta faute, idiot, aller au restaurant en tongs, avec un bermuda à palmiers". "Heuuu,tu aimes les frites ?". "Tu le sais bien, idiot, avec de la sauce andalouse". Ouf, sauvé.

23:44 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : moules, maman, canicule, frites, restaurant |  Facebook |

09/07/2006

Nouveau jeu

Vous tapez des tags (voir post précédent). Paf, ils apparaissent. Et vous essayez de construire une phrase. J'essaye. Bonzaï, la boîte à crèpe du gamin, et hamster, le Kiki de Maurice, regardent les moules du plafond pendant que le poisson se tape les raviolis. Surrrrréaliste, c'est du Magritte en mots, on dirait le texte du mode d'emploi d'un appareil ménager japonais. Essayez, ça détend.

J'essaye les tags

Ceci n'est pas une annonce, j'essaye les tags. Kiki, le hamster et Maurice, le poisson rouge du gamin, me regardent ouvrir une boîte de raviolis sous le regard attendri d'une crèpe collée au plafond. Zut, je n'ai pas su mettre moules ni bonzaï dans ma phrase.

20/04/2006

Cherche plans de cendriers

Le gamin a trouvé les coquilles des huit kilos de moules de la soirée de la semaine dernière avec les copains. Il fera un bon policier, il a un bon odorat. Je ne savais même plus où je les avais planquées. Le gamin est à l'âge du bricolage et il veut fabriquer avec les moules des cendriers pour les vendre à la fête de l'école. Il dit qu'il a vu des cendriers en moule à la mer. Ah bon ! Ca existe, ça ? Il y a à peine place pour trois mégots ! Ce sont des cendriers pour ceux qui cherchent à arrêter de fumer ? Bon, passons, ça m'arrange doublement : il va se faire de l'argent de poche et je ne devrai pas descendre aux poubelles la montagne de coquilles de moules. Je cherche des plans de cendriers.

00:37 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : gamin, moules, policier, cendrier |  Facebook |

14/04/2006

Cherche à comprendre où est l'erreur

Une association de quartier m'a contacté pour les 56 kilos de moules achetés par erreur. Je suis content que ces bèbètes aient une fin heureuse. Ils organisent un souper moules frites. Pour me remercier du don anonyme des 56 kilos de moules, ils m'ont donné un bon pour aller manger gratuitement des moules à leur fête pendant 56 ans. J'ai fait un bond de joie. Je crois que je l'ai fait trop vite. Je viens de faire un rapide calcul : j'ai 58 ans et, dans 56 ans, j'en aurai 114. Est-ce qu'on peut encore manger des moules à cet âge là ? Je crois que je me suis fait avoir, je cherche comment.

08:09 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : moules, fete, perles, humour |  Facebook |

13/04/2006

Cherche covoiturage pour moules

Hier, avec des copains, on a fait des moules dans l'appartement. On était huit. Je m'étais trompé dans les dimensions : j'avais acheté huit kilos par personne. Il me reste 56 sacs d'un kilo de moules. Elles sont toujours vivantes. Je veux les relâcher. Mais pas dans l'appartement, ce n'est pas affectueux, ces bestioles. Elles viennent de Hollande. Si vous aimez les animaux, si vous possédez une voiture et si celle-ci va en Hollande aujourd'hui ou demain, pouvez-vous aller les relâcher en haute mer. Il n'y a que 56 kilos, à peine le poids d'un passager. En plus, elles ne risquent pas d'aller se promener dans les pédales, les sacs sont bien fermés. Merci d'avance.

08:46 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : moules, copains, fete, pedales |  Facebook |

12/04/2006

Cherche caddy à moteur

"Puisque ton gamin est à la mer on va se taper tous ensemble un souper aux moules. A huit, ça ira ?" a demandé une copine."Si on ne danse pas, oui". "Hi, hi, hi, va chercher les moules, j'apporterai les légumes". "Chouette, je vais manger enfin des moules. Il faut combien de moules par personne ?". "Hi, hi, hi, c'est pas comme la chipolata, ily a des coquilles, prends huit kilos". Je n'ai jamais été aussi chargé : soixante-quatre kilos de moules. Je suis crevé. 64 fois sortir un kilo de moules du rayon, 64 fois déposer un sac sur le rapis roulant à la caisse, 64 fois les remettre dans le caddy, 64 fois les sortir du caddy pour les metre dans le coffre. 64 fois les sortir et les mettre dans l'entrée. Aller garer la voiture. 64 fois les transporter devant l'ascenseur. Appeler l'ascenseur. 64 fois les placer dans l'ascenseur. 64 fois les sortir. Refermer la porte de l'ascenseur et ouvrir celle de l'appartement. 64 fois les rentrer. J'ai transporté plus d'une demi tonne de moules en une après-midi. En prévision d'une future pareille aventure, je cherche déjà un caddy à moteur car ,j'ai eu des difficultés à tirer celui d'aujourd'hui.